AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : B00FEJBE2A
Éditeur : Edicions 62 (30/11/-1)

Note moyenne : 4/5 (sur 1 notes)
Résumé :
coleccion EL CANGUR numero 9, decima edicion septiembre 1989, 103 paginas, en catalan, tapa blanda, en buen estado, con el nombre del anterior propietario, a boligrafo, en la primera pagina ( pagina en blanco ). Produit expédié de Barcelone (Espagne).
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Henri-l-oiseleur
  02 mai 2017
Il n'y a pas dans la base de données de Babelio l'édition des trois pièces inspirées de l'antique du poète Salvador Espriu, "Antigona", "Fedra", "Una altra Fedra, si us plau", publiée par les Edicions 62 et la collection La Butxaca, à Barcelone en 2014. C'est la première oeuvre catalane que je mentionne ici.
Cette Antigone a été rédigée en mars 1939, à savoir à la pire époque de l'histoire de la Catalogne, au moment même où Franco déclarait les Catalans collectivement vaincus dans la guerre civile et interdisait leur langue. L'analogie avec la guerre civile de Thèbes entre les frères ennemis fils d'Oedipe, Etéocle et Polinice, s'imposait naturellement, ce qui explique l'inclusion dans l'Antigone d'Espriu de la pièce antique "Les Sept contre Thèbes", qu'il reprend dans l'acte I de sa réécriture. Viennent ensuite, aux actes II et III, l'intrigue propre d'Antigone, mais cette dernière ne semble pas occuper le devant de la scène dans son face à face avec Créon, à la différence de Sophocle. Elle fait son devoir sans discours, le domaine du discours étant réservé aux hommes, guerriers, conseillers et tyran. Antigone sort presque sans un mot vers sa mort (sa dernière tirade est le contraire exact de celle que Sophocle lui prête), et l'épisode du conflit d'Hémon, son amant, avec Créon, disparaît. Plus important encore, Créon le tyran reste sur scène, entouré de ses conseillers, triomphant, et non écrasé par la destinée comme dans le texte grec.
Il serait intéressant de comparer cette version catalane de 1939 à la réécriture d'Anouilh de 1944, créée en pleine occupation allemande. L'Antigone catalane est plus sobre que la française, ni ne se laisse aller à des révoltes adolescentes sans objet. Créon, dans les deux cas, triomphe, et échappe à la solitude atroce que Sophocle lui réservait, en punition de son hubris et de sa tyrannie. Il faut dire que les dieux et la morale "non écrite" qu'ils garantissent, sont totalement absents. Sans eux, la raison du plus fort est toujours la meilleure.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          42
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
Henri-l-oiseleurHenri-l-oiseleur   02 mai 2017
Antigona, als consellers. .... No sé si moro justament, pero sento que moro amb alegria. Privada de la llum, en una lenta espera, recordaré fins al darrer moment la ciutat. Recordaré els carrers, la font, els camps, el riu, aquest cel. Que la malediccio s'acabi amb mi i que el poble, oblidant el que divideix, pugui treballar. Que pugui treballar, i tant de bo que tu, rei, i tots vosaltres el vulgueu i el sapigueu servir.

Antigone, aux conseillers. .. Je ne sais si je meurs justement, mais je sens que je meurs avec joie. Privée de la lumière, dans une lente attente, je me souviendra jusqu'au dernier moment la cité. Je me souviendrai des rues, de la fontaine, des champs, de la rivière, de ce ciel. Que la malédiction s'achève avec moi et que le peuple, oubliant ce qui le divise, puisse travailler. Qu'il puisse travailler, et toi aussi, roi, et vous tous, que vous acceptiez de le servir avec compétence.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Henri-l-oiseleurHenri-l-oiseleur   02 mai 2017
Ismene. Dos guerrers, coberts de ferides, lluitaven sense repos. La sang impedia que els reconeguéssim : ningù no sabia ni endevinava qui eren. A la fin els ha engolits un mateix bassalot de sang.
Antigona. Has vist com morien els nostres germans.
Ismene. Ai, els meus ulls, els meus ulls, i la boca que no ha contat !

Ismène. Deux guerriers, couverts de sang, combattaient sans trêve. Le sang nous empêchait de les reconnaître : personne ne savait ni ne devinait qui ils étaient. A la fin le même flot de sang les a engloutis.
Antigone. Tu as vu comment sont morts nos frères.
Ismène. Hélas, mes yeux, mes yeux, et la bouche que n'a pas parlé !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
autres livres classés : guerre civile espagnoleVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox


Lecteurs (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1722 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre