AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782707159045
128 pages
Éditeur : La Découverte (19/11/2009)

Note moyenne : 3.5/5 (sur 4 notes)
Résumé :

Public d'une pièce de théâtre, d'une série télévisée, d'une exposition, d'un concert de rock, d'un livre... Pour les sociologues, les publics sont particulièrement difficiles à étudier : où trouver celui de Bienvenue chez les Ch'tis ou celui de Bruno Latour ? Ce livre fait le point sur les diverses façons d'envisager cette notion indispensable et fuyante. Les sociologues ont suivi des chemins var... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Kiyoaki
  23 mars 2020
A partir d'une très riche documentation, comprenant de nombreuses références (auteurs, études, et très belle bibliographie) et beaucoup d'enquêtes, d'exemples et de chiffres, la Sociologie des publics se déploie suivant les grandes thèses de "la réception" qui obéissent à 6 logiques distinctes (les 6 premiers chapitres) : 1) le public serait déterminé par l'objet-dont-il-y-a-public (ch.1) ; 2) point de vue des enquêtes statistiques sur les publics (ch.2) ; 3) le public serait une "masse manipulée" par les logiques commerciales des objets (ch.3) ; 4) la relation entre l'oeuvre et le public serait d'abord déterminée par la hiérarchie des classes sociales (Bourdieu et sa suite, ch.4) ; 5) le public serait défini à partir des divisions sexuelles, culturelles ou nationales (ch.5) ; 6) le public pensé par la tradition contemporaine de l'ethnographie, qui privilégie l'idée d'interactions (ch.6) ; enfin, le 7ème et dernier chapitre présente essentiellement la question des effets des produits culturels sur la vie des publics (et ce que devrait être la sociologie des publics dans l'avenir).
La clarté du plan et l'analyse détaillée de l'auteur donnent une image nette de ce champ sociologique et permettent d'examiner en détail ce que peut être un public et comment le discerner. Mais malgré cet effort de clarté, le problème de l'hétérogénéité du public, son caractère varié, n'est pas réduit et garde un rôle dominant tout au long de l'ouvrage. Pourtant, la complexité de la notion de public rend la tâche intéressante et donne encore plus envie de saisir la formation et l'identité (ainsi que la dynamique) des publics d'un objet culturel. Sont donc beaucoup étudiés les publics de la télévision, ou du cinéma, et un petit peu de la lecture (moins de l'art ou du théâtre). Finalement, une fois lu et compris les 5 premiers chapitres, ce sont surtout les deux derniers qui paraissent riches de promesses pour la suite de la sociologie des publics. En effet, les perspectives compréhensives du public font une place à la question de l'interaction suscitée par la réception et à l'acceptation d'un public hétérogène qui serait alors capable de plusieurs usages des médias dans la vie quotidienne. La réception engendrerait ainsi des "assemblages hétéroclites" sur un même objet culturel ; c'est dire que le public a un pouvoir (en puissance, pas toujours effectif) de "prise" et donc que l'engagement culturel est possible.
Il y a donc bien un "jeu de la réception" où plusieurs acteurs ont leur rôle à jouer (des logiques commerciales et des industries culturelles, aux stratifications sociales, en passant par les critiques légitimes, sans oublier bien évidemment le public de l'objet, avec tout ce que cela comporte d'enjeux sociaux). C'est-à-dire qu'il y a ce qu'Esquenazi nomme au ch.7 des "cadres de participation et des cadres d'interprétation" où le public est toujours au premier rang. Autrement dit, le spectateur peut accomplir des actes, Esquenazi insiste : il faut aussi "considérer la réception comme une activité" (p.107). La réception n'est certainement pas une chose figée : elle n'est pas uniforme et il y a en elle du mouvement.
Enfin, le problème du public n'est pas clos d'un point de vue sociologique : l'étude des processus d'interprétation ne fait que commencer (peu exploitée jusque-là), alors qu'il est manifeste que "le public-interprète est un acteur fondamental de la construction du sens" nous dit l'auteur. D'ailleurs cette construction de sens est dynamique et intense, et fait appel à l'énonciation (une théorie du langage est ici possible) et l'interprétation au sein d'un "processus social dont l'oeuvre est l'occasion" (p.111). Plusieurs problématiques se dessinent alors, posées avec pertinence par l'auteur à la fin de son ouvrage, avec toujours cet effort de clarté qui est le bienvenu. Par conséquent la question du public demeure toujours, mais elle se trouve moins fuyante et plus riche (et presque fascinante), après ces explications qui montrent la double nécessité de : rassembler les approches pour plus de résultats et pour une meilleure vue d'ensemble, et comprendre aujourd'hui plus encore (dans cette société du divertissement) les attitudes des publics -en délimitant les contours du travail (en assumant les limites) afin "d'augmenter son pouvoir de résonance" (p.116).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
KiyoakiKiyoaki   23 mars 2020
L'espace de la réception serait divisé en un ensemble d'interprétations déjà connues, déjà structurées dans un champ polémique où les prises de position sont en même temps des coups dans le jeu social exécutés par les membres du public, et un ensemble d'appropriations compréhensives d'objets par des "non-publics", c'est-à-dire des publics dont les goûts illégitimes ne sont pas reconnus dans l'espace public. Bien sûr, chaque domaine est essentiellement dynamique, et il suffit qu'une posture illégitime soit défendue par un acteur social disposant d'un poids suffisant pour que celle-ci puisse devenir position dans le champ. L'étude de la réception, dans cette perspective, ne serait pas réduite à l'étude d'un contact ou d'une rencontre, mais engagerait l'articulation d'une situation (de réception) à l'état de l'espace social.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
KiyoakiKiyoaki   23 mars 2020
Un public, dès qu'il se sent concerné par un objet, se sent autorisé à parler de lui et même pour lui, jusqu'à vouloir le redéfinir.
Commenter  J’apprécie          30

Video de Jean-Pierre Esquenazi (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean-Pierre Esquenazi
Jean-Pierre Esquenazi est sociologue à l'Université Lyon III. Il est spécialiste des rapports qu'entretient le public avec la télévision. Il est amoureux des séries télévisées américaines, des séries policières en particulier. Interviewé par Benoît Lagane pour l'émission de Jean Lebrun, diffusée tous les jours à 18h30 sur France Culture, il a été également filmé pour les Bonus Vidéo de notre site. Il nous parle ici de sa passion pour les séries télévisées et en particulier la série NYPD Blue.
autres livres classés : publicsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Charade-constat

Première saison d'une épopée

Iliade
Bible
Saga
Genji

6 questions
46 lecteurs ont répondu
Thèmes : sociologie , météorologie , vacancesCréer un quiz sur ce livre