AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2130577369
Éditeur : Presses Universitaires de France (10/02/2010)

Note moyenne : 3.67/5 (sur 6 notes)
Résumé :

Les personnalités borderline ont longtemps été regroupées dans un ensemble aux contours peu nets, situés entre la névrose et la psychose. En fait, cest bien la question de la frontière, de la limite, qui est centrale chez ces cas difficiles : la notion de choix est, pour ces personnalités borderline, ardue ; la frontière entre dehors et le dedans, le moi et lobjet, lintérieur et lextérieur, demeure fl... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
arsiesis26
  30 octobre 2016
Superbe ouvrage très clair pour comprendre les états limite ...Malgré cette agaçante habitude psychanalytique de vénération voire d'idolâtrie de "l'élaboration et de la pensée", considérées comme seules fonctions "adultes et supérieures" de l'humain, tout le reste étant considéré comme de l'archaïque .. Mais sinon ... très agréable et très clair à lire et pédagogique !!!
Commenter  J’apprécie          23
dadotiste
  12 août 2012
Une introduction remarquable, mêlant les états limites à la mythologie et à la société actuelle afin de nous présenter cette frontière mouvante et fluctuante qui est potentiellement présente en chacun de nous comme dans la pathologie.
Malheureusement, si ce livre explique relativement bien ce qu'est cette pathologie, il finit par se perdre dans de vieilles explications psychanalytiques qui se contredisent entre elles.
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
dadotistedadotiste   01 septembre 2012
[Comment se construisent les limites pour l'humain ? Ce que nous enseignent les mythes théogoniques des origines

Comment sortir de la confusion pour fabriquer des limites qui tiennent ? A cette question, les mythes théogoniques d'Hésiode nous aident à concevoir comment les formes vivantes pour survivre et se reproduire ont dû construire des limites pour sortir du chaos originel. Les mythes qui rendent compte de l'origine de l'univers évoquent tout d'abord "Chaos" - nom de genre neutre - béance, abîme, gouffre où rien ne tient, rien n'a de forme, où tout est englouti dans l'obscurité sans fond. Lorsque naît "Gaïa" - nom de genre féminin - la Terre, un contour ferme est posé sur ce gouffre aspirant : un sol sur lequel les hommes comme les bêtes peuvent marcher. Ce plancher présente des reliefs : montagnes qui s'élèvent vers le ciel ou souterrains qui s'enfoncent vers le bas pour retrouver l'abîme. Ainsi va la terre ! Engendrée par l'abîme, elle donne une assise tout en s'appuyant sur la béance, se rattachant par le bas aux obscures profondeurs. Apparaît "Eros", l'amour, force vive, pulsion érotique (impliquant la bisexualité et la dynamique du mouvement) qui permettra à "Gaïa" d'engendrer deux êtres, deux fils qui se complètent : "Ouranos", le grand ciel nocturne, sombre, étoilé - nom de genre masculin - et "Pontos", le flot marin - nom de genre masculin. Tandis que l'élément fluide va s'écouler dans les profondeurs, tel un immense brouillard obscur "Ouranos" va recouvrir sa mère entièrement. Vautré sur elle, il la couvre en permanence. Entre les deux, il n'y a pas d'espace, "Gaïa" n'a pas d'autres horizons qu' "Ouranos" qui lui fait subir une activité sexuelle ininterrompue. Les progénitures qua "Gaïa" porte en elle ne peuvent d'ailleurs pas sortir, car "Ouranos" bouche tout passage. C'est la nuit sombre qui recouvre "Gaïa" de plus en plus encombrée d'enfants qu'elle ne peut mettre au monde. Parmi ses enfants, de plus en plus nombreux et étouffant de ne pas pouvoir sortir de son giron, son dernier fils, "Cronos", complice de sa mère, décide à l'aide d'une serpe fabriquée par "Gaïa" de castrer "Ouranos" ; ce qui aura pour effet de séparer le ciel de la terre. "Ouranos", hurlant de douleur, s'en va vers les hauteurs du monde. Des gouttes de sang qui sont tombées de son sexe naissent, avec le temps, les "Erinyes", êtres, déesses infernales qui ont pour fonction de faire payer aux enfants ou aux parents les fautes commises contre le père ou aux consanguins ; elles sont la mémoire des fautes, elles ne pardonnent pas, et feront payer ceux qui ont porté atteinte à l'intégralité de la génération antérieure. Du sexe d' "Ouranos" tombé dans la mer naîtront des gouttes de sperme mélangées à l'écume "Aphrodite", créature merveilleuse, déesse de la beauté et de l'amour qui, portée par les vents, arrivera à Chypre. Grâce à l'action de "Cronos", la lumière naît, tout les enfants de "Gaïa" peuvent désormais sortir du giron maternel. Un espace s'est créé, un nouveau temps aussi, puisque désormais les générations successives peuvent se développer. "Cronos" écarte, permet le mouvement, la libération des enfants et des générations. Cette libération se combine avec un forfait. Lorsque "Chronos" sera lui-même père, il mangera ses enfants de peur que ces derniers lui fassent subir un sort comparable à celui qu'il fit connaître à son père "Ouranos". Seul le dernier de ses enfants, "Zeus", avec la complicité de sa mère, n'ira pas dans la panse de son père.
Ce récit des origines indique quelques pistes concernant notre réflexion sur les limites :

- une limite ne se crée pas sans effort ni douleur ;
- une limite sépare et contient ;
- une limite induit un écart, un intervalle ;
- une limite dans le temps induit une limite dans l'espace ;
- une limite crée du lien ;
- au plan psychologique, elle nécessite l'épreuve symbolique de la castration ;
- cette castration douloureuse permet l'amour, la beauté ;
- mais cette aspiration à l'amour sera perturbée par la violence, la vengeance, le souvenir des fautes commises.]

Cette citation ne reflète certes pas le livre mais, j'ai trouvé qu'elle expliquait très bien le concept des limites. De plus, se la mythologie permet une bonne compréhension, elle permet surtout un peu de légèreté dans une pathologie qui ne l'est pas (et encore moins à assimiler)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
dadotistedadotiste   01 septembre 2012
"Dans ces sociétés riches où les deux parents travaillent, où les familles éclatées sont banalisées, où la loi a du mal à être incarnée par les figures parentales, auprès de qui les enfants sont-ils amenés à prendre des repères stables ? L'affaiblissement des idéologies, la quasi-disparition du poids des valeurs religieuses traditionnelles, des rituels sociaux, des normes sociales et institutionnelles ne permettent plus d'étayer la fragilité de certains fonctionnement parentaux. Par ailleurs, le modèle dominant proposé en échange - celui de la réussite matérielle - n'offre pas d'alternatives pour une valorisation des limites. De plus en plus, tandis que dans les générations passées, les parents avaient tendance à s'identifier - plus ou moins bien certes - à leurs propres parents, les consultations thérapeutiques d'enfants laissent découvrir bien souvent des parents identifiés à leurs enfants. De ce fait, ils éprouvent de grandes difficultés à tenir leur place d'exigence et de limitation. Au sein de ces configurations familiales, l'immaturité infantile de l'enfant a de la peine à être reconnu et respectée.
Un tel parent ne parviendra pas à comprendre aisément que son attente n'est pas compatible avec la maturité de l'enfant. Le parent, en voulant être aimé inconditionnellement, ne permet pas à l'enfant de construire des limites structurantes.
Dans un contexte technologique et social où les divers écrans (télévision, ordinateur, console de jeux) ont pris le pas sur les jeux collectifs (cartes, jeux de société, etc.) et parfois même sur l'éducation, l'impact du virtuel sur le réel ne saurait être ignoré du point de vue du fonctionnement psychique. Dans cette dynamique où le pouvoir des images ne cesse de croître, le travail d'élaboration de la pensée n'est pas facilité. Lorsque la société fictionnelle décrite par Georges Orwell dans 1984 devient réalité, qu'advient-il pour le sujet ? Lorsque le pouvoir politique, pour asseoir sa suprématie, fait tout ce qu'il peut pour promouvoir les images au détriment de la langue ou de la pensée, que devient le sujet ? Dans le roman 1984, parmi les principes du Novlangue (langue universelle destinée à écraser les différences), on retient l'appauvrissement de la langue - rendant impossible l'expression ou la formulation des pensées subversives.
Lorsque la société dominante tente d'écraser les singularités, ce sont les limites qui s'estompes ou s'effacent."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
InakaInaka   03 juin 2016
La confusion des langues entre les adultes et les enfants provient de la rencontre de deux types différents de communication : celle de l’adulte privilégiant l’hypocrisie ordinaire et le langage de la passion et celle de l’enfant en demande de tendresse et de vérité.
Commenter  J’apprécie          100
Lire un extrait
>Maladies du système nerveux. Troubles psychiques>Névroses et troubles apparentés>Troubles de la personnalité (43)
autres livres classés : État-limite (psychiatrie)Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Freud et les autres...

Combien y a-t-il de leçons sur la psychanalyse selon Freud ?

3
4
5
6

10 questions
296 lecteurs ont répondu
Thèmes : psychologie , psychanalyse , sciences humainesCréer un quiz sur ce livre