AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782070127610
256 pages
Éditeur : Gallimard (05/04/2012)

Note moyenne : 3/5 (sur 4 notes)
Résumé :
Après le bouleversant diptyque romanesque composé de Harmonia Coelestis et Revu et corrigé, entièrement consacré à la figure du père, Péter Esterhazy décline ici le thème de la mère.
Se jouant subtilement des frontières entre fiction et réalité, le grand romancier hongrois la ressuscite en prenant plaisir à brouiller les pistes. Si Pas question d'art foisonne d'anecdotes au sujet de la mère, comme sa prétendue passion pour la question du hors-jeu en football,... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
de
  17 août 2013
« Ce jour-là, j'étais en mauvaise disposition (les rayons du soleil m'ont réveillé en mauvaise disposition), dans de telles occasions, « j'augmente le chaos », ou je ne fais rien, je n'augmente ni ne diminue rien, ou je ne fais pas ce que je fais d'habitude et c'est ce qui augmente le chaos, ce qui est pire que le désordre ordinaire, car alors j'en fais également partie ».
Peter Esterhazy est un écrivain peu commun qui efface, dissous les frontières entre réalité et fiction. Car s'il s'agit bien d'inventions littéraires, l'auteur anime ici sa mère, « ma mère comme victime de la littérature », comme hier son père. Point de biographie mais des phrases, des mots, des espaces et des présences. Une histoire qui se jette dans une autre. Une histoire qui n'efface pas les mémoires et les traces, de l'usine, de la police politique, des « ennemis du peuple », de la mesquine bureaucratie, des temps plus anciens…
Des déjeuners et des digressions, des propos sur le ballon rond, des airs d'opéra, de la mémoire ou des adieux « aux personnages et aux autres unités linguistiques », la maladie…
« Ils mourront tous, tous ceux dont je parle ».
Embranchements et ressacs, épisodes revus et corrigés, pistes tracées et abandonnées, mémoires diffractées, un livre passionnant.
Lien : http://entreleslignesentrele..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40


critiques presse (1)
Lexpress   15 mai 2012
Avec Pas question d'art, Esterházy ressuscite cette fois la figure maternelle, en brodant autour d'elle les digressions imaginaires dont il a le secret, comme si la fiction devait réinventer la réalité.
Lire la critique sur le site : Lexpress
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
dede   17 août 2013
Ce jour-là, j’étais en mauvaise disposition (les rayons du soleil m’ont réveillé en mauvaise disposition), dans de telles occasions, « j’augmente le chaos », ou je ne fais rien, je n’augmente ni ne diminue rien, ou je ne fais pas ce que je fais d’habitude et c’est ce qui augmente le chaos, ce qui est pire que le désordre ordinaire, car alors j’en fais également partie
Commenter  J’apprécie          00
dede   17 août 2013
Advienne que pourra, je ne me crisperai pas à force de tenir à ma décrispation
Commenter  J’apprécie          10

Video de Péter Esterházy (1) Voir plusAjouter une vidéo

Peter Esterhazy : Voyage au bout des seize mètres
Dans une pièce de la Cité internationale universitaire de Paris dans le 14ème arrondissement, Olivier BARROT présente le livre de Peter ESTERHAZY "Voyage au bout des seize mètres" consacré au football hongrois. Olivier BARROT rend également hommage à l'éditeur du livre, Christian BOURGOIS récemment disparu. Extrait d'un match de football en Noir et blanc. Photo de l'éditeur Christian...
autres livres classés : hongrieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Coupe du monde de rugby : une bd à gagner !

Quel célèbre écrivain a écrit un livre intitulé Rugby Blues ?

Patrick Modiano
Denis Tillinac
Mathias Enard
Philippe Djian

10 questions
845 lecteurs ont répondu
Thèmes : rugby , sport , Coupe du mondeCréer un quiz sur ce livre