AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782234088863
208 pages
Stock (12/01/2022)
4.31/5   42 notes
Résumé :
Cassandre est rousse, frisée et haïe des autres enfants. On l’appelle le Caniche. Elle aime Camille, un garçon très beau et fou de chevaux. Un jour, elle se rend chez un voyant pour connaître son avenir. Mais la séance tourne mal. Le cartomancien lui révèle cinq prophéties terrifiantes qui ne cesseront, au cours de sa vie, de la hanter.

Presque le silence raconte la vie d’une femme en dix chapitres, de son enfance à sa mort. Une vie qui traverse dix... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (22) Voir plus Ajouter une critique
4,31

sur 42 notes
5
14 avis
4
3 avis
3
2 avis
2
2 avis
1
0 avis

Kittiwake
  16 mai 2022
Elle a onze ans et c'est auprès de Pépé Jean qu'elle apprend la pêche, l'histoire de sa famille et l'histoire plus lointaine dont les remous ont aussi atteint ses proches. Ces interludes heureux mettent à distance les sarcasmes de ses congénères, focalisés sur sa chevelure flamboyante. Jusqu'à l'humiliation ultime, la honte de voir son amour pour le beau Camille brandi comme un étendard pour mieux l'anéantir.
La fin de ce bonheur gardera un goût de croissant frais, alors qu'une prédiction funeste viendra assombrir le cours de sa destinée.
Les années passent et si la chrysalide s'est transformée en un splendide papillon, l'oracle est là et influe sur tous le choix de la jeune femme, pour conjurer le sort :
« le monde s'effondrera en 2023, l'été de tes quarante deux ans »
Le monde s'effondrera, l'expression est suffisamment ambiguë pour que la menace englobe à la fois la destinée de l'humanité (le premier chapitre apocalyptique avait déjà mis le doute) et le sort unique de Cassandre. Pour la jeune femme, le danger est omniprésent, et nécessite une veille permanente.

L'angoisse créée par la prédiction et les états des lieux ponctuels signant la dégradation de la planète, confèrent au roman un rythme particulier, qui l'apparentent au genre thriller. La qualité de la narration et de la construction sont remarquables, la dynamique du récit, comme une respiration qui s'accélère pour oxygéner un corps en pleine course éperdue, est impressionnante.
C'est un récit hypnotisant et convaincant.

Lien : https://kittylamouette.blogs..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          600
Aufildeslivres
  17 janvier 2022
Ce sont les mots qui interpellent aux premières lignes, des mots jetés à nos yeux, un flux de paroles brèves et tranchantes. Cassandre a onze ans et la gouaille d'une gamine aux idées fixes et au coeur lourd. le style me percute et me voilà totalement absorbée par l'histoire qui défile. Une histoire de vie, de femme. de doutes et de chagrins, quelques tristesses, des tragédies, des joies aussi. Une femme qui lutte et se débrouille. Il est question d'amour et d'amitié, de volonté et de résignation, de peur, de monde qui se délite et d'avenir compromis.
Ce roman est indescriptible tant il parvient à rendre le réel. Les sentiments des personnages empoignent, le temps s'étire. Il se dévore.
J'ai aimé ce roman à l'écriture si particulière, à la fois sèche et poétique. Cette histoire sur la folie des hommes, la perte de sens, la quête du bonheur. Une histoire à laquelle on s'attache, un récit qui résonne. « Presque le silence », c'est ce qu'il est resté une fois ce livre refermé. le silence après avoir vécu la tempête et l'orage d'un sublime écrit.
Une lecture captivante.

Lien : https://aufildeslivresbloget..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          384
Bazart
  22 juin 2022
On aurait aimé adorer ce livre précédé d'une rumeur flatteuse, mais ce roman est assez franco français dans sa démarche et son écriture et nous aura laissé sur le carreau
La plume est pas mal mais le récit manque de réalisme on est dans une dimension très minimaliste et nombriliste et quand on a lu des romans étrangers juste avant la comparaison n'est guère flatteuse, hélas..
Commenter  J’apprécie          100
JaneetWallace
  12 janvier 2022
Attention, grand livre !
Déjà il y a le titre, et quel titre …
Presque le silence… C'est une histoire d'effondrements. Effondrement intime, quasi inéluctable de chaque être humain et celui plus universel de notre civilisation. C'est l'histoire de grandes pertes, c'est une histoire de transmission et d'héritage.
Cassandre a 11 ans, elle passe ses vacances chez Pépé Jean dans le sud de la France. Cassandre est souvent en colère, en colère « à cause du monde et des questions qui écrasent ». Auprès de son pépé, elle revit, entourée de nature, d'affection et d'attention. Pourtant, cet été, Cassandre va perdre son enfance. Première perte.
Cassandre a un problème, une douleur qui lui bousille la vie : elle est rousse. La cible idéale des railleries, des insultes. Au collège, toute la violence du monde s'abat sur ses 13 ans. Cassandre perd son innocence.
Cassandre est amoureuse de Camille, un beau blond, qui préfère les chevaux aux filles. Méchant comme les autres, il suit la meute ; Mais c'est lui qu'elle veut, elle n'en démord pas. Alors Cassandre a une idée : consulter un voyant pour savoir si un jour, elle sera aimée en retour.
Oui, Camille va l'aimer, les augures sont formels mais cette délicieuse promesse est assortie de 5 terribles prophéties sur son avenir et celui du monde.
Presque le silence est l‘histoire d'un long délabrement sous la violence du monde, une violence sauvage, quotidienne, sans aucun sens. Comment un être sensible peut-il y survivre ? Cette violence qui écrase et qui stupéfie, on la prend dans la tête, à grands coups de mots !
Après l'inoubliable Antoine, Julie Estève nous offre Cassandre, son âme-soeur. Et les mots tapent très fort. L'auteure met ses tripes sur la table avec ce texte à vif, truffé de phrases définitives qui cognent. C'est un texte explosif et sensoriel au rythme syncopé, l'impression d'un stroboscope, ça claque, ça flashe, ça martèle. C'est aussi un cri poussé sur des pages blanches, un cri qui nous jette à la figure : « mais que faisons-nous de notre humanité » ? Un véritable appel à l'amour !
J'ai lu ce texte en apnée, foudroyée par cette écriture à l'os, comme ce tableau de Dürer en couverture, cette aile comme tranchée net. Chaque mot est à sa juste place. C'est un roman profondément humain, un énorme coup de coeur !
C'est pour des textes comme celui-ci que j'aime si passionnément la littérature.
« Je ne suis pas loin de penser que le bonheur est une fausse bonne idée. J'ai peur de tout perdre »
« Ne retiens de la vie que l'amour, il n'y a que l'amour ».
« le soleil m'enveloppe. Une joie simple occupe mes heures. J'ai remisé l'angoisse au fond de ma tête. Je ne lis pas les journaux. Il n'y a pas de télévision. J'observe le ciel, les arbres, l'eau. Leurs couleurs mouvantes. Je ne sais rien du monde. Des déceptions du monde. Je suis en dehors. A côté de la plaque. Déconnectée des gens, des liens funestes qui les abiment et les broient. Je veille à ce que la violence ne me pénètre pas. Je me tiens loin des tragédies courantes, et le réel s'évanouit… Ici rien ne peut m'arriver… »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
jg69
  05 mars 2022
Cassandre, onze ans, est rousse, frisée et solitaire, haïe des autres enfants qui la surnomment le Caniche. Elle aime Camille, un garçon très beau, passionné par les chevaux qui le calment de la colère qu'il porte en lui. Cassandre ne s'aime pas, "je ne ressemble à rien sinon à une laideur bizarre", et n'est pas heureuse, elle a grandi "dans une maison triste parce que ses parents l'étaient.", seul son grand-père la regardait.
Un jour, elle se rend chez un voyant pour savoir si Camille va un jour l'aimer. le voyant lui confirme que Camille L aimera mais lui annonce cinq prophéties terrifiantes pour elle et pour le monde, dès lors Cassandre va tout interpréter en fonction de ces prédictions alarmantes qui ne cesseront de la hanter tout au long de sa vie. " Je suis toujours à côté, au seuil d'une inquiétude violente."
" le monde s'effondrera en 2023, l'été de tes quarante-deux ans.
Tu auras un fils un jour, et tu le perdras."
En dix chapitres, le roman couvre la vie de Cassandre, de son enfance à sa mort. Une femme hantée par la terreur de la perte. Elle vivra plusieurs deuils alors que les animaux, les arbres et les humains subiront les pires tourments. Comme toujours avec Julie Estève, l'histoire est forte et portée par son écriture percutante, sèche et saccadée. Elle met en parallèle l'effondrement de Cassandre et celui de notre monde et nous fait craindre l'inéluctable tout au long du texte avec une belle montée en puissance dans les derniers chapitres.
Un roman sombre et tragique qui parle d'amour, de perte, d'écologie et de l'avenir de notre monde en ne laissant entrevoir que très peu de lumière.
Contrairement aux précédents romans de Julie Estève, je n'ai pas réussi à être touchée par son personnage principal. Je suis restée à distance de Cassandre sans empathie pour elle, absorbée par la prouesse littéraire de l'auteure.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60

Citations et extraits (16) Voir plus Ajouter une citation
KittiwakeKittiwake   16 mai 2022
Quand les gens s'arrangent avec un mort et qu'ils improvisent une fin pourrie, c'est que le mort s'est pendu ou balancé dans le vide. Les suicides se rangent dans les placards de famille.
Commenter  J’apprécie          190
lecoindesmotslecoindesmots   23 janvier 2022
Ma mère ne danse pas comme une mère. Elle danse et elle est un paysage. Elle danse et plus rien n’existe, les meubles moches, le carrelage pratique, ce putain de chat. Tout son corps fabrique l’évasion.
Commenter  J’apprécie          80
Jardins_SecretsJardins_Secrets   10 février 2022
J’ai 35 ans, je suis enceinte. Je l’annonce à Camille un matin sans soleil. Un sourire dérègle son visage. Je ne reconnais pas ses traits. L’ensemble est dévoré par une joie qui a l’air de la peur. Il m’entoure de ses bras. Pose son front contre le mien. Quitte le lit et s’en va sur le dos de Zambia. Il revient cinq heures après, épuisé, la tête remplie de deuils et d’avenir.
De mon côté, je pleure avec un fœtus dans le ventre. Je déverse sur les draps des larmes inquiètes. Je suis à la fois un horizon et un clapier. Quelque chose meurt en moi pendant qu’un être devient. Je ne serai plus jamais une enfant, la vie qui loge en bas me retire ma couronne. Je laisse à ce fœtus toute la place. J’ai tant besoin de ma mère. Des mots, des mains de ma mère.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
ClemChochoClemChocho   06 mars 2022
La vie est une suite inexorable de pertes. Les hasards malheureux n'ont pas de calendrier ni d'intention. Ils viennent, un jour ou l'autre, fracasser l'existence.

Pris au jeu, on se met à lister tout ce que l'on perd, sa virginité, les eaux, ses dents, son temps, ses cheveux, la raison, la face, la mémoire, du poids, son chemin, sa confiance, ses clés, connaissance, courage, l'argent, patience, l'espoir, et c'est sans fin.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
joellebooksjoellebooks   22 avril 2022
Quand les gens s’arrangent avec un mort et qu’ils s’improvisent une fin pourrie, c’est que le mort s’est pendu ou balancé dans le vide. Les suicides se rangent dans les placards de famille.
Le père de Camille Leygues par exemple : tombé d’une échelle un 14 juillet ! Camille a gobé le bobard ; les enfants n’ont aucun esprit critique. Je n’ai pas insisté auprès de lui par ce que je voudrais qu’il m’embrasse avec la langue, et personne n’a envie de rouler une pelle à la vérité.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Julie Estève (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Julie Estève
Rentrée littéraire 2018. Son premier roman "Moro-sphynx" avait été très remarqué par la presse en 2016. Julie Estève nous présente aujourd'hui son deuxième livre aux éditions Stock. "Simple" raconte l'histoire d'Antoine Orsini ou, comme on l'appelle dans son village corse, le baoul. Il est marginal et rejeté de tous, un peu sorcier il communique avec la nature et surtout avec une chaise, à qui il raconte son histoire et celle de la jeune Florence Biancarelli. La jeune fille de 16 ans sera retrouvée morte au milieu des pins. Mais qui peut bien être le coupable ?
En savoir plus sur "Simple" : https://www.hachette.fr/livre/simple-9782234083240
Vidéo réalisée : Noémie Sudre ; Cadrage : Laurie Fusi ; montage : Justine Philippon
+ Lire la suite
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura




Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
2901 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre