AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2234083249
Éditeur : Stock (22/08/2018)

Note moyenne : 3.86/5 (sur 107 notes)
Résumé :
On ne l’appelle jamais Antoine Orsini dans ce village perché au coeur des montagnes corses mais le baoul, l’idiot du coin. À la marge, bizarre, farceur, sorcier, bouc émissaire, Antoine parle à sa chaise, lui raconte son histoire, celles des autres, et son lien ambigu avec Florence Biancarelli, une gamine de seize ans retrouvée morte au milieu des pins et des années 80.
Qui est coupable ?
On plonge à pic dans la poésie, le monde et la langue singulière... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (74) Voir plus Ajouter une critique
La_Bibliotheque_de_Juju
  04 décembre 2018
Simple, simplet, mongol.
Autant de qualificatifs pour Antoine Orsini, l'anti-héros de ce roman.
C'est l'histoire d'un homme. Différent. Qui nous livre un récit décousu mais magnifique. Par bribes. Par morceaux.
Il vadrouille. Avec une chaise. A qui il se raconte. A qui il fait visiter les endroits de son existence. A qui il raconte un fait divers. Qui va tenir le lecteur en haleine tout au long de ce roman atypique et terrible.
Je l'ai débuté hier. Terminé aujourd'hui.
C'est tellement fort, c'est tellement bon que je n'ai pu m'arrêter de lire. C'est un récit plein de poésie, où chaque mot est pesé. Difficile exercice que de raconter une histoire du point de vue d'un « simple d'esprit ». le résultat est juste brillant. Juste terrible. Juste captivant de bout en bout.
La force du roman vient du fait que l'auteure invente un langage. Crée un monde intérieur. Tout en livrant un récit serré et trépidant impossible à lâcher !
C'est un livre marquant.
Par ses mots. Car il s'agit là d'une très belle littérature aux formules émouvantes. Fortes.
Par sa poésie. Cette façon de voir le monde à travers les yeux d'un simple d'esprit.
Un livre angoissant. L'envie de savoir ce qu'il s'est réellement passé.
Et cette fin. Tu refermes le livre. Et tu cries au génie ! Ce livre est extraordinaire. Et je pèse mes mots.
Je découvre Julie Estève.
Je suis sous le charme de Julie Estève.
Et j'ajoute son SIMPLE à mes coups de coeur 2018.
Foncez ! Vite ! Vite !!!!!

Lien : https://labibliothequedejuju..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          704
AudreyT
  13 septembre 2018
****
Antoine Orsini est ce qu'on appelle dans les villages, un simplet, un idiot, un mongol. C'est le baoul en corse. Il traine toute la journée dans les rues, entend et voit tout. Il n'a d'autres amis que l'Extraterrestre, un petit doué des PTT, Magic le dictaphone et Florence, la plus jolie fille du village. Mais l'innocence de Tonio ne suffit pas toujours et on lui prête souvent des intentions qu'il n'a pas... Comme celle d'avoir assassiné Florence...
Il était une fois Antoine... Parce qu'il s'agit bien de cela dans le deuxième roman de Julie Estève, un conte poétique sur la différence et les difficultés de vivre avec.
Dotée d'une très belle écriture, l'auteur nous emmène dans le maquis corse, au sein d'un petit village avec ses habitants faussement aimables. Troisième enfant d'une famille endeuillée par la mort de la mère en couches, Antoine est un homme simple qui nous raconte son histoire.
Mais être innocent ne veut pas dire que tout est toujours facile, pour lui comme pour les autres. Il faut apprendre à composer, accepter la différence et comprendre les réactions des uns et des autres. Pour Antoine, chaque mot a sa place, chaque image a son sens, et ils ne sont pas toujours les mêmes pour ceux qui lui font face.
Simple est une histoire à la fois triste et belle, douce et brutale, d'un homme qui vit dans un autre monde que le notre...
Un grand merci aux 68 premières fois pour cette belle découverte de la rentrée littéraire !
Lien : https://lire-et-vous.fr/2018..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          440
llamy89
  23 janvier 2019
Roman à suspense, cruel récit de la vie d'Antoine Orsini. Personne ne l'appelait ainsi. Vous l'aurez compris, il est mort.
Antoine a perdu son prénom à la naissance. Il a tué sa mère. Enfin, c'est ce que le père répète à l'envi. C'est le cadet d'une fraterie de trois enfants. Il est différent, complexe.
Tout le monde l'appelle le "Baoul" dans son beau village de Corse. Son refuge c'est l'arbre au pied de la maison de Florence. Un soleil, Florence. Jolie comme un coeur, ses seize printemps attisent bien des convoitises chez les garçons comme chez les hommes du village. Elle est différente aussi, Florence. Bien trop jolie...
Ce "Simplet" là, a vécu une vie de solitude à tenter de préserver Florence de ses prédateurs. Accusé à tort de la mort de la jeune fille, il va jeter son dévolu sur une chaise abîmée, comme lui. Tout lui raconter de façon décousue, sans omettre de détails sur la vie des villageois, leur travers. Personne ne veut voir son innocence enfantine, absolue. Comprendre sa capacité à être le témoin crédule des vilénies des autres sans rien révéler.
Vous entendrez sa voix de candide dire avec des mots simples, crus sa réalité, le machiavélisme de ceux qui le montrent du doigt, le condamnent, le rejettent, crachent sur sa tombe. le village lui fera expier ses propres fautes.
Antoine est attachant, touchant. L'histoire est cruelle. On sourit avec tendresse à ses facéties téléphoniques. Antoine est un brave garçon, comme on dit au village. L'auteure nous offre une histoire souvent brutale de cabossés avec poésie, tendresse, humour.
Un récit juste qui touche au coeur, émerveille, désarçonne par sa violence. Comme moi, vous aurez envie de rendre son prénom à Antoine, de croire qu'il a vraiment trouvé un ami, même si c'est en prison. Un peu de bonheur simple, lumineux comme le sourire de Florence.
Julie Estève nous offre un roman audacieux, généreux, plein d'humanité, pour raconter comment toute l'incompréhension de l'autre, lorsqu'il ne rentre pas dans la norme, peut mettre un voile sur les mauvaises actions des plus "normaux", la cruauté sociale. Un bouc-émissaire bien pratique l'Antoine Orsini !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          320
tynn
  03 septembre 2018
Si je vous dis que c'est l'histoire d'un homme qui parle à sa chaise, vous allez trouver cela bizarre, incongru, et les lecteurs les plus pragmatiques vont passer leur chemin.
Et ils auraient bien tort car ce *simple*, ce « ravi de la crèche » comme on dit en Provence est un personnage profondément attachant, qui parle aux arbres et pressent l'avenir.
Antoine est marginalisé dans son village de Corse. L'idiot qui vit comme un gueux, un peu voleur, un peu collant, un peu voyeur, aimant trop fort, trop mal. C'est lui qui nous raconte son histoire, par petites touches , un drame annoncé dont il sera le coupable idéal. Peu à peu la narration dévoile un village aux querelles de voisinage, aux rancoeurs nées de l'enfance, aux secrets honteux, aux soubresauts amoureux mal gérés, malintentionnés.
Avec son langage d'idiot pas si idiot que cela, Antoine exprime ses émotions, sa lucidité, son ressenti décomplexé des hommes, de la nature et des choses. Son histoire nous balade de raisons possibles en coupables potentiels. La structure du récit est maîtrisé du début à la fin, j'ai même recommencé le premier chapitre pour refermer l'histoire sur elle-même.
Un très beau et troublant roman, capable de projeter le lecteur dans la tête d'un marginal maladroit et bouleversant.
Conquise!

Remerciements à #Netgalley et #Stock
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          270
hcdahlem
  18 septembre 2018
L'idiot du village
Julie Estève est de retour avec un roman formidablement cruel et un suspense admirablement construit, le tout servi par une langue d'une inventivité rare, celle du baoul, le narrateur considéré par tous comme l'idiot du village.
À propos de Moro-Sphinx, son premier roman, je disais que Julie Estève « fait montre d'un beau savoir-écrire et parvient à ménager le suspense, à nous livrer chapitre après chapitre les bribes d'une vie qui se dissout dans une sorte d'ordinaire peu ordinaire. » Un jugement que je peux réitérer avec ce second roman, même s'il est situé à mille lieues du premier.
La jeune femme à la sexualité débridée a laissé la place à un homme qui vit dans un petit village en Corse sur les hauteurs d'Ajaccio. Nous allons le suivre à plusieurs époques de son existence, chroniqueur des faits divers – et des bribes de sa vie – qui vont secouer cette communauté.
Disons d'emblée combien ce personnage est bien campé et combien Julie Estève a réussi le pari de créer une langue propre au baoul qui donne à ce second roman un parfum très original. le baoul, c'est le nom que l'on donne en Corse au simplet, à l'idiot du village. Antoine est donc un être à part, mais contrairement à ceux que croit la majorité des habitants, son dérangement n'affecte nullement sa mémoire.
Quand l'histoire commence, il vient de dénicher une chaise en plastique qui va devenir sa confidente. Tout au long du roman, il va s'adresser à elle pour lui raconter ses souvenirs ou pour préciser un point.
Il se souvient de sa scolarité, de la cruauté dont il a été victime, mais aussi de la gentillesse de sa maîtresse, Madame Madeleine, qui repose aujourd'hui au cimetière et à laquelle il rend régulièrement visite: «Je la couvre d'immortelles parce qu'elle mérite un champ de fleurs au-dessus d'elle. Même si ça sert à rien vu qu'elle est morte, c'est bien mieux avec, que rien.»
Mais un autre corps en décomposition va faire grimper l'intensité dramatique et le suspense, celui de Florence Biancarelli, retrouvée morte à seize ans en 1987. «Florence, elle ressemblait au soleil au zénith. La regarder, ça faisait suinter les yeux. Quand je l'ai trouvée dans la forêt de pins, elle était plus une star pour un sou! Magic, il était planté par terre à côté, on sait pas ce qu'elle a pu lui raconter, il a pas dit un mot ! En tout cas, la petite, moi j'ai failli pas la reconnaître, comme de la cire elle était sa peau. Avec les globes enfoncés! j'dis à ma chaise. C'est en 1987 que j'l'ai découverte! Un jeudi. Ça fait vingt-neuf ans, ça fait du chemin. Florence, c'est la pire chose qui me soit arrivée dans la vie. Les autres y disent que c'est ma faute si elle est morte, y disent que j'suis une saloperie et qu'y faudrait m'arracher les couilles! » Avec la chaise en plastique du bar, le lecteur va petit à petit découvrir la vérité, entendre parler d'autres morts et découvrir les secrets que le village préfèrerait voir rester enfouis. Après tout, c'est si facile de condamner le baoul. Si même si la police le voit comme un coupable idéal, il n'a pourtant pas tué Florence. Bien au contraire, il était chargé de la surveiller pour le compte de son ami Yvan, l'employé de la poste, qui rêvait de l'épouser et pouvait disposait en échange de la cabine téléphonique à partir de laquelle il pouvait appeler le monde entier.
Aujourd'hui, après avoir purgé une longue peine de prison, il est de retour mais il est seul. Il n'y a guère que son ami Magic pour l'accompagner.
Julie Estève réussit tout à la fois une chronique sociale, une ode à la différence et un manuel sur la cruauté. Et nous voilà à nouveau du côté de Moro-Sphinx !

Lien : https://collectiondelivres.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
Citations et extraits (36) Voir plus Ajouter une citation
hcdahlemhcdahlem   18 septembre 2018
Et papa est mort un dimanche y a dix ans. Son foie il était imbibé de vin pareil que l’eau dans l‘éponge. C’était la cirrhose! II avait plus besoin de manger et il dormait souvent. Sur son corps, partout y avait des bleus alors que personne le tabassait, lui. Il dégueulait dans les toilettes, puis après il faisait ça dans le seau près du lit. Il avait plus sa force à Ia fin, même pour les insultes. Et une nuit, voilà, il a crevé, c’est grâce à la fièvre. Il est mort au même endroit que maman dans les draps, une place qui est confortable. Maintenant. ils sont réunis au cimetière debout dans un trou. 
La mort c’est un trou! On tombe dedans mais ça dure combien de temps la chute, et au bout du trou y a quoi…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
hcdahlemhcdahlem   18 septembre 2018
Les autres, ils verraient rien qu’un déchet! Ils ont pas l’imagination nécessaire mais moi, la chaise en plastique du bar, fêlée au milieu, paumée dehors à côté des poubelles, si je regarde bien la fissure au centre, c’est la faille de San Andreas que je vois ! Je trouve qu’elle ressemble à l’idée que je m’en fais. Les autres, ça leur viendrait pas à l’esprit que la faille peut s’ouvrir et le monde s’écrouler comme un château de cartes, pulvérisés les immeubles, engloutis les routes, les ponts, les gens, dans un trou géant, et ça tremblerait de partout, et c’en serait fini de la Californie et de Google, peut-être aussi de l’humanité va savoir, tous crevés, tous brûlés, aspirés, broyés, et la mer, la mer se déchaînerait et fabriquerait une vague plus grande que les gratte-ciel, et toutes les vitres des gratte-ciel exploseraient dans une pluie de verre : y aurait un boucan ! alors un type costaud, avec des biceps comme des cuisses, voudrait sauver sa femme et puis sa gosse grâce à son courage et à ses muscles, ce type, c’est Dwayne Johnson, il a pas l’air subtil, il a une tête carrée on dirait un cube et son corps un mur en briques, ce type, Dwayne Johnson, il pilote des hélicoptères, des avions, des bateaux, des poids lourds, il sait tout faire comme qui rigole et moi j’l’ai vu la semaine dernière à Ajaccio, sur l’écran large de l’Ellipse, j’avais pas l’argent pour le cinéma mais j’ai fait mon numéro à la guichetière et elle m’a laissé entrer ! faudrait que je lui offre un p’tit quelque chose pour remercier, des fleurs qui poussent dans le maquis, y a qu’à se baisser, un gros bouquet, à coup sûr ça lui ferait plaisir, les filles ça aime les fleurs et je serais gentleman ! en plus, elle est jolie avec ses yeux noirs et ses grands seins. Quand j’y repense, c’était du beau spectacle le film San Andreas, le tremblement de terre, les seins de la guichetière, y a pas à dire, les Américains ils savent inventer les catastrophes naturelles avec les effets spéciaux. 
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
AdalarasiAdalarasi   15 juin 2018
je pensais pas que Jésus existait pour de vrai et qu'il était daté. Le curé, il bouffe du saucisson, et il boit du rosé. il paye jamais rien parce qu'il est curé. il a un accès direct à Dieu et il parle en prières à heure fixe. Moi j'ai pas la preuve de sa fiabilité à Dieu, je sais pas s'il est crédible, tandis que le curé, lui, il s'en fout d'avoir la réponse, il a une confiance qui est aveugle. Les autres, ils ont peur de lui comme si c'était le seigneur en personne. Faut savoir, c'est un type chauve qu'est habillé en soutane et qui a des lunettes ovales. il lit toujours le même livre, la Bible.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
cecillececille   10 octobre 2018
Me suis foutu sur la chaise et j’ai le cul coincé dans le trou comme un con, y a mon short qui dépasse, ça me pince la peau des fesses, j’arrive pas à m’en sortir et à m’arrêter de rire, ça me fait des hoquets et des larmes au bout des yeux, chut, chut, je mets le doigt sur ma bouche pour contrôler mais ça marche pas c’est pire, chut, je dois pas foutre le bordel avec ma rigolade, ça va les réveiller les autres, et alors ils vont gueuler ferme-la le mongol ! voilà ce qu’ils vont dire à coup sûr, oh ! je sais bien comment ils m’appellent, y a tellement de mots sales dans la langue en français pour causer de moi ! Un jour, j’ai dressé une liste dans mon cahier et j’en suis pas revenu de tous les mots possibles, je les ai criés comme un taré, les uns après les autres, et les mots y z’étaient devenus les balles d’un fusil, ça m’a brûlé la peau, j’ai gardé ma liste !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
ValerieLacailleValerieLacaille   31 octobre 2018
Moi aussi j'ai voulu devenir un alcoolique mais j'ai pas réussi! Au début, on doit se forcer à boire tous les jours, même quand on n'a pas soif! C'est vachement dur, et puis ça coûte. Les alcooliques, ils se saoulent pour que la vie soit plus rapide que l'ennui.
Commenter  J’apprécie          90
Videos de Julie Estève (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Julie Estève
Rentrée littéraire 2018. Son premier roman "Moro-sphynx" avait été très remarqué par la presse en 2016. Julie Estève nous présente aujourd'hui son deuxième livre aux éditions Stock. "Simple" raconte l'histoire d'Antoine Orsini ou, comme on l'appelle dans son village corse, le baoul. Il est marginal et rejeté de tous, un peu sorcier il communique avec la nature et surtout avec une chaise, à qui il raconte son histoire et celle de la jeune Florence Biancarelli. La jeune fille de 16 ans sera retrouvée morte au milieu des pins. Mais qui peut bien être le coupable ?
En savoir plus sur "Simple" : https://www.hachette.fr/livre/simple-9782234083240
Vidéo réalisée : Noémie Sudre ; Cadrage : Laurie Fusi ; montage : Justine Philippon
+ Lire la suite
autres livres classés : simple d'espritVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Autres livres de Julie Estève (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1732 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre
.. ..