AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782845633445
432 pages
Éditeur : Xo Editions (12/03/2009)
3.13/5   108 notes
Résumé :
En ce soir de printemps, dans la célèbre ménagerie du Jardin des Plantes, les animaux sont nerveux. Ils crient, heurtent les barreaux de leur cage. Ils pressentent quelque chose.
A deux heures du matin, la police reçoit un appel affolé. Un bébé vient d'être enlevé. Puis le téléphone sonne encore, et encore.
Cette nuit-là, à Paris, ce sont 5 bébés qui disparaissent.
Au lever du jour, la ville est en état d'alerte. Tandis que les forces de l'ordre... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (40) Voir plus Ajouter une critique
3,13

sur 108 notes

zabeth55
  13 février 2020
J'avais lu « La dévoration », un livre qui m'avait interpelée, d'où ce nouvel achat.
Celui-ci est plus ancien, il date de 2009
Ah, il a une patte cet auteur !
J'ai beaucoup aimé suivre Sylvain Masson dans les dédales de Paris.
Le voir se perdre dans ses relations avec sa mère, si possessive, si inquiétante parfois.
Sentir qu'il perd pied dans des situations surréalistes, dans un monde qui devient de pure science fiction.
Quelquefois, ça peut paraître un peu excessif, mais c'est un roman, alors tout est permis.
Et un roman d'une grande imagination servi par une écriture sensible et intelligente.
Commenter  J’apprécie          270
Masa
  14 mai 2017
Nicolas D'Estienne D'orves se distingue par un roman pré-apocalyptique. « Les derniers jours de Paris » sont donc un prélude avant la catastrophe qui fera couler la capitale.
Le récit se découpe en trois parties inégales. Durant la première phase nous suivons deux personnages. Il est intéressant de constater que chaque protagoniste dispose de son mode de narration. Les événements liés à Sylvain sont écrit à la troisième personne, tandis que ceux de Trinité sont narrés à la première personne.
Durant la deuxième trame, nos deux héros vont se rejoindre pour ne former qu'un récit unique à la troisième personne. Quant au dernier épisode, c'est un fouillis monumental alternant première et troisième personne.
Voilà ce que je peux dire sur le style d'écriture.
Le casting est intéressant. Gervaise – véritable matrone – est la directrice d'un zoo et mère de Sylvain. Ce dernier est un professeur à l'université. Un gardien bourru nommé Lubin apporte une touche humoristique. Puis, vînt Trinité la surdouée, une jeune adolescente dont les parents sont toujours absents. Vous noterez au passage que ce sont tous des prénoms anciens puisqu'on peut rajouter Gabrielle (l'amie d'enfance de Sylvain – très peu présente dans le livre) et Muguette une amie de Trinité.
J'ai beaucoup aimé ce jeu entre la conservatrice, son fils et le gardien où Gervaise règne en matrone.
Une chose qui m'a dérangé, c'est cette jeune fille de treize ans laissé seule par ses parents. Complètement autonome, elle vit dans un luxueux appartement où elle aime jouer au voyeurisme avec les locataires.
J'ai apprécié cette première partie où il se passe pas mal de chose, parmi lesquels on peut signaler la disparition des singes blancs. C'était au tout début du roman et je pensais alors que le récit prendrait de mystère. Et puis, j'ai énormément adoré les quelques anecdotes sur la ville de Paris, tout comme le voyage dans les sous-sols de la capitale. On sent que l'auteur aime cette cité. Cette trame se lit très facilement et les 300 pages sont vite lus.
Malheureusement, la seconde partie devient n'importe quoi. le récit se transforme en un roman catastrophe, mais l'auteur gâche l'ensemble. le tout est risible sur la litanie et les réponses aux mille questions que l'on aurait pu se poser. L'histoire se mélange en une trame fantastique et Science-Fiction.
Quant au troisième, je ne développerais pas. C'est pour moi une fin bâclée.
Dommage est le mot qui me vient à l'esprit. le récit était pourtant prometteur. Je ressors quelque peu frustré même si j'ai bien aimé les trois quarts avec cette chouette balade dans Paris – ville que je ne connais pas.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          162
Epictete
  27 mars 2014
Quand on aborde ce roman, on ne sait pas bien, malgré la quatrième de couverture quel style de littérature nous attend : Thriller, policier ?
Au fur et à mesure de la lecture, on évolue vers la science-fiction, On passe un bon moment, mais on se pose beaucoup de questions.
L'écriture est agréable, fluide et la lecture facile.
L'idée de départ est pour le moins originale : Des bébés qui disparaissent, des attentats terroristes, des animaux qui disparaissent aussi de façon très mystérieuse, des prophéties inquiétantes et une ambiance de fin du monde...
Il y a bien sûr un personnage central enquêteur, et une jeune adolescente un peu "déjantée" qui surveille ses voisins à travers un réseau peu probable de caméras,
La fin du roman est un peu plus critiquable, et on ferme ce livre avec un petit sentiment de frustration. On sent qu'on aurait pu faire quelque chose de mieux,
On ne sait pas forcément quoi...
Je reste hésitant: Ce n'est pas un mauvais bouquin, j'ai aimé le lire, mais
je n'y ai pas vraiment cru....
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          218
blandine5674
  16 mai 2015
Quelle belle balade dans Paris et ses souterrains ! C'est peut-être de la fantasy, mais l'histoire est tellement bien menée que l'on ne peut la lâcher. le roman se situe principalement au Jardin des plantes où Sylvain, professeur à la Sorbonne, rend visite à sa mère qui en est la conservatrice, et où ses débuts ont été couronnés de succès pour avoir découvert des singes blancs. L'heure est à la crue de la Seine, où dans le même temps 5 bébés disparaissent comme l'a prévu un écrivain dans son livre à gros succès. Les chapitres sont alternés par la vie de Sylvain et celle de Trinité une surdouée de 14 ans qui a pour passion d'épier ses voisins. Ils vont tomber nez à nez dans une galerie souterraine et là la vraie aventure commence pour tenter de sauver Paris. La lecture est facile avec de courts chapitres. Pour moi, l'héroïne principale est Paris. L'auteur aime cette ville et nous la décrit de façon documentée. Il fait ressortir la Biévre, fleuve enfoui, qui traversait la capitale. Pour s'évader et découvrir Paris d'une autre façon. Je dirai qu'il est dans la même lignée que la balade de Lila K.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          134
Seraphita
  28 février 2010
Paris est en émoi : cinq bébés ont été kidnappés dans un laps de temps très court, alors que les attentats terroristes se sont multipliés ces dernières années. Dans le même temps, des pêcheurs sont atrocement mutilés par ce qui ressemble à des animaux sauvages. Dans le grand zoo du Jardin des Plantes, des singes blancs disparaissent mystérieusement. Tous ces événements se produisent sur fond de prophéties apocalyptiques, orchestrées par un gourou, Protais Marcomir, qui vient de sortir un best-seller décrivant l'agonie de Paris : SOS Paris. S'agit-il là des premiers signes d'une fin annoncée ?
L'auteur a signé là un très long roman (plus de 500 pages pour l'édition France Loisirs), à la fois thriller et roman fantastique. le début, qui est en fait un extrait du roman catastrophiste de Marcomir, nous place dans une ambiance de fin du monde, les parisiens se réfugiant, sous l'effet d'une crue dramatique, en haut de la tour Eiffel. L'auteur nous présente une galerie de personnages que j'ai trouvés assez caricaturaux : apparaît ainsi Sylvain Masson, professeur d'histoire à la Sorbonne, englué dans son passé, notamment son enfance, et dans une relation fusionnelle à sa mère, Gervaise Masson, conservatrice du Muséum d'histoire naturelle de Paris. Est campé le personnage de Lubin, gardien du zoo, énigmatique vieillard féru de légendes sur la capitale. Il a une petite-fille qu'il ne voit plus depuis une douzaine d'années, Gabrielle, dont Sylvain est toujours secrètement amoureux : les deux jeunes gens ont vécu toute leur enfance ensemble au zoo. Les divers personnages, peut-être moins celui de Sylvain, m'ont semblé assez caricaturaux, un seul trait de caractère ressortant pour chacun. Un lourd secret pèse tout au long de l'ouvrage, l'auteur délivrant, çà et là, quelques indices, sous forme de bribes de phrases que les narrateurs n'auraient pas dû entendre. J'ai trouvé le procédé quelque peu hésitant. le premier narrateur est Sylvain. Très vite, vient se mêler une seconde voix au récit, celle de Trinité, jeune adolescente surdouée, qui passe sa vie à espionner, via des caméras, la vie de ses voisins. Elle prend peu à peu de l'épaisseur, dirigeant bien vite, aux côtés de Sylvain l'enquête sur cette fin d'un monde. Mais son personnage m'a semblé au final peu crédible. Sans pressentir la fin, ni le fin mot sur le secret, j'ai tout de même pu subodorer certaines chutes. La fin du roman prend le parti du fantastique, ce qui en soi ne me semble pas gênant, mais l'imaginaire qu'a développé l'auteur ne m'a pas captivée, comme pourraient me captiver par exemple les mondes créés par Pierre Bordage. le tout me semble ne pas trop tenir. En bref un roman qui présente de bons ingrédients : mystère, suspens, action, fantastique, mais pour lesquels je n'ai guère été attirée ni convaincue. Un point positif néanmoins à souligner : l'ouvrage est extrêmement bien documenté sur Paris, sa géographie, son histoire : l'auteur nous emmène vraiment à la découverte d'aspects insoupçonnés d'une cité de renom.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40


critiques presse (1)
LePoint   20 janvier 2017
Récit captivant de la chute de la France en 1940, le témoignage du journaliste Alexander Werth, correspondant du "Guardian" à Paris, est enfin publié.
Lire la critique sur le site : LePoint
Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
cvd64cvd64   24 septembre 2018
Vint le tour des animaux. Le Jardin des Plantes offrait un spectacle d’apocalypse. Si les bêtes de la ménagerie avaient toutes péri, victimes des gardiens qui avaient fui sans les libérer de leurs cages, on assista à d’étranges résurrections.
Trois semaines après le début de la crue, un commando de gendarmes plongeurs passa en Zodiac rue Buffon. Ils y virent le plus effrayant des spectacles : posés sur leurs socles de bois, les animaux empaillés de la grande galerie de l’Évolution flottaient dans le Jardin des Plantes, comme s’ils marchaient sur l’eau. L’enceinte ayant été submergée, certaines bêtes allaient désormais au hasard des rues, tels les rescapés d’un naufrage.
Les gendarmes comprirent alors avec horreur que tous ces fauves avaient les yeux tournés vers eux…
N’étaient leurs pattes clouées sur les planches vernies, ils étaient vivants ! À l’angle de la rue Geoffroy-Saint-Hilaire, un lynx gronda en voyant s’avancer le bateau. Plus loin, sur le toit d’un immeuble de la rue Poliveau, deux tigres prenaient le soleil, se frottant le dos à une cheminée.
— Regardez, frémit alors un des gendarmes en pointant les félins. Ils se sont détachés de leur socle…
— Et ils n’ont pas peur de l’eau ! ajouta-t-il, en voyant les tigres plonger.
Lorsque les dents des tigres percèrent le caoutchouc du Zodiac, le bateau vacilla. Avant de mourir, tous eurent une dernière vision : sous l’eau, boulevard Saint-Marcel, une carcasse de baleine nageait placidement, escortée par le squelette d’un tyrannosaure… »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
LydiaBLydiaB   04 juillet 2010
Qui aurait cru que cette masure en torchis se trouvait en plein Paris, dans l'annexe du Jardin des Plantes, de l'autre côté de la rue Buffon ? Quatre murs branlants, un toit de zinc, une cheminée partiellement éboulée, le tout au fond d'une cuvette, au pied d'un immeuble en brique de style industriel, qui abritait les labos d'ornithologie. Et puis cette forêt d'orties, enrobant la cabane pour la protéger des regards indiscrets.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
MasaMasa   15 mai 2017
Entrevoir l’Éden vous change à jamais, car on pénètre le monde de la nostalgie : ce qu’on appelle l’âge adulte.
Commenter  J’apprécie          110
CormorobinCormorobin   09 juin 2018
Pas facile de mener mon enquête. Je ne suis ni flic ni détective. Il me faut donc trouver des moyens détournés pour aborder les parents des enfants kidnappés.
Commenter  J’apprécie          60
SpilettSpilett   27 mai 2010
Les animaux ont cela de supérieur qu'ils fonctionnent en clan, quand la famille est une perversion spécifiquement humaine.
Commenter  J’apprécie          70

Videos de Nicolas d' Estienne d'Orves (22) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Nicolas d' Estienne d'Orves
Les 15 et 16 juin 2019 auront lieu la 11ème édition du salon international du livre de poche Place des Marronniers à Saint-Maur-des-Fossés organisée par la librairie La Griffe Noire et la ville. Le libraire Jean-Edgar Casel vous présente quelques informations de l'édition 2019...
Les crayons de couleur de Jean-Gabriel Causse aux éditions Flammarion https://www.lagriffenoire.com/91582-d...
La fabrique des coïncidences de Yoav Blum aux éditions J'ai Lu https://www.lagriffenoire.com/1003278...
Ma reine de Jean-Baptiste Andrea aux éditions Folio https://www.lagriffenoire.com/140755-...
L'albatros de Nicolas Houguet aux éditions Stock https://www.lagriffenoire.com/144686-...
Marthe ou les beaux mensonges de Nicolas d'Estienne d'Orves aux éditions Calmann-Lévy
Les Fidélités successives de Nicolas d'Estienne d'Orves aux éditions Livre de Poche https://www.lagriffenoire.com/?fond=p...
L'enfant-mouche de Philippe Pollet-Villard aux éditions J'ai Lu https://www.lagriffenoire.com/108659-...
Manderley for ever de Tatiana de Rosnay aux éditions Livre de Poche https://www.lagriffenoire.com/39185-d...
Trois baisers de Katherine Pancol aux éditions Livre de Poche https://www.lagriffenoire.com/146114-...
Vends maison de famille de Francois-Guil Lorrain aux éditions J'ai Lu https://www.lagriffenoire.com/143081-...
L'année des volcans de Francois-Guil Lorrain aux éditions J'ai Lu https://www.lagriffenoire.com/24311-d...
ABONNEZ-VOUS A NOTRE CHAINE YOUTUBE ! http://www.youtube.com/user/griffenoi... (merci) La boutique officielle : http://www.lagriffenoire.com
+ Lire la suite
autres livres classés : Paris (France)Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2214 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre

.. ..