AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2070369390
Éditeur : Gallimard (05/01/1973)

Note moyenne : 3.71/5 (sur 280 notes)
Résumé :
Un concert fracassant envahit la rue. \" Les pompiers \", pensai-je. Arezki n'avait pas bougé. Les voitures devaient se suivre, le hurlement s'amplifia, se prolongea sinistrement et s'arrêta sous la fenêtre. Arezki me lâcha. Je venais de comprendre. La police. Je commençai à trembler. Je n'avais pas peur mais je tremblais tout de même. Je n'arrêtais plus de trembler : ; les sirènes, les freins, le bruit sec des portières et le froid, - je le sentais maintenant - le ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (22) Voir plus Ajouter une critique
Krout
18 août 2016
J'ai raté l'entrée dans ce livre comme l'on peut manquer d'un rien d'attraper l'autobus, paradoxalement pour cause de précipitation. Du coup pendant une cinquantaine de pages, cette désagréable impression de courir derrière avec l'espoir ténu d'enfin agripper le marche-pied. Et toujours cette phrase qui trotte lancinante dans ma tête : "Ne pas penser. Ne pas reprendre les dernières phrases de la dernière conversation, les mots que la séparation ..." p.8 Ô phrase si souvent ressassée, hélas, qu'elle n'a pu m'alerter ; tout le récit est un énorme flashback : Elise remâche sa vie .
J'ai pris conscience de toute l'importance d'une telle construction dans le Chardonneret de Donna Tartt, car tout prend alors une autre dimension.
Ici, j'ai eu sur le début l'impression que le livre me rejetait, que je n'avais pas ma place dans ce monde âpre de douleur et pauvreté, c'est écrit petit, le texte me paraît dense, tout est gris. Il m'a fallu lutter et lutter encore : "Rien jamais ne nous était donné. Il fallait tout arracher." p.208 Où me raccrocher dans ce Paris, à l'opposé du strass, des paillettes et du rêve ? Paris que je ne connais pas. Et comment rentrer dans ce monde ouvrier si fermé, si peu côtoyé ? Sentiment total d'exclusion, alors faute d'être dans la tête d'Elise, si fraternelle, je me rapproche de Lucien. Pourtant c'est un salaud, il fuit ; pire, il se fuit. Même lui, avec ses élans enflammés et soudains, sa démangeaison de convaincre sur le terrain, me semble lointain. Ma lucidité me force à admettre que je suis rejeté en périphérie tel ce sociologue bourgeois révolutionnaire en chambre dont je préfère oublier jusqu'au prénom.
Mais revenons à Lucien. Qui pense aujourd'hui en regardant les jeux olympiques à tous ces enfants laissés sur le banc ?
- Tu comprends, mon ami - mon Ami !?- tu n'es pas sélectionné, aujourd'hui.
- Et demain ?
- Mais on - On !? - a besoin de toi, pour ... porter les bouteilles d'eau, encourager et aider celui qui est sur le terrain.
Comble de l'ignominie ! Qui dira les affres d'une amitié bafouée ? Exclusion qui vous trace un destin : la révolte. Permanente, viscérale, le rejet d'être rejeté ! Cantonné, ne ris pas, dans le rôle du perdant, à vie. N'empêche je continue à penser que c'est quand même un salaud. De belles phrases, de beaux slogans, de grandes idées dans l'absolu mais dans tout cela que deviennent Marie-Louise, sa femme et la petite Marie, sa fille, délaissées, spoliées au profit d'Anna rencontrée au Parti qu'il accepte comme maîtresse. Et sa grand-mère qu'il laisse tomber comme une vieille chaussette et Elise vite remisée au Foyer ? Oui mais Elise, en tant que soeur, est prête à tout lui pardonner. Des petits mots, des petits gestes, les lectures du soir, l'attention inquiète, l'admiration aveugle, par petites touches successives Claire Etcherelli fait apparaître ce lien fusionnel, fort, inconditionnel.
Ah, que je les envie toutes ces âmes généreuses et spontanées qui elles peuvent s'illusionner le temps de leur lecture devenir Elise. Car au-delà de la misère, au-delà de l'épuisement physique de l'abrutissant travail à la chaîne, au-delà des races, des regards désapprobateurs, des on-dit, des persifflages, au-delà des conflits, de la guerre même, Elise découvre au quotidien ce qu'il y a de beau à l'usine dans Arezki, cet étranger, cet Algérien pourchassé. Elise c'est une présence active : c'est celle qui a le geste qu'il faut au moment où il faut, la parole qui touche, le sourire qui réchauffe, l'aide secrète, simplement Elise écoute son coeur.
Elise vit et revit la rencontre de l'amour de sa vie. Elle repense à tous ces petits gestes, tous les émois de deux coeurs qui se cherchent, s'éloignent, se rapprochent et s'apprivoisent. Il en faut du courage à Elise, à Arezki, que leurs cultures et leurs nations en guerre séparent. Après bien des conversations et des déambulations dans ce Paris inquiet, peu à peu ils se trouvent... jusqu'à finalement fusionner dans cet éclair qui vient illuminer leur nuit noire et chargée de si lourds nuages. "Je connus le plaisir de donner du plaisir" p.247. Douce fois perdre pied en un élan rythmé.^^ Ca doit être cela la vraie vie. Exclusion, Inclusion, battements du coeur... la vie.
Amour cruel qui fait les amours éternels : Elise et Arezki c'est Juliette et Roméo sans chanson ni mandoline ! Le livre se termine sur le glas d'un autre Alexandrin qui sonne comme une incantation "Je me retire en moi mais je n'y mourrai pas." La même ultime déchirure scelle la pureté de cet amour longtemps façonné comme un diamant qui brillera dans la nuit des temps.
Des phrases simples font rejaillir le réel, des dialogues rythmés par la cadence de la chaîne ou qui prennent vie en dehors de l'usine. Belle écriture que celle de Claire Echerelli, forte, engagée ou aussi sensible, fine, à l'écoute et qui fait si bien émerger tout ce qui est tu. Toute la puissance du non-dit m'a heurtée de plein fouet pour me retrouver brutalement embarqué... dans cet autobus vers un univers que je ne connais pas. La vie qu'est-ce que c'est ? Alors la vraie vie, que pourrais-je vous en dire ? Je peux par contre vous dire que dans le titre le ou est inclusif, comme Elise ou encore la vraie vie. Et comme elle se raconte si bien ...
PS. Un petit cadeau sur le sujet par la voix d'une autre grande dame ... pour garder un lien
https://www.youtube.com/watch?v=GM1u72MNLuI
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          412
Ambages
25 juillet 2016
« Vie manquée. Mort dérisoire. »
Elise attend la « vraie vie », loin de son petit monde étriqué. « Comme elle était douce, celle d'avant, la vie un peu floue, loin de la vérité sordide. Elle était simple, animale, riche en imaginations. Je disais ''un jour...'' et cela me suffisait. »
Elise raconte.
Elle quitte sa province et se retrouve à Paris avec son frère qu'elle aurait suivi au bout du monde, quoi qu'il fasse. Elle travaille à la chaine pour contrôler l'assemblage de voitures. « Mortel réveil, porte De Choisy. Une odeur d'usine avant même d'y pénétrer. Trois minutes de vestiaire et des heures de chaîne. »
Dans cette usine où son frère l'a fait embaucher comme lui, elle découvre le monde ouvrier, les contremaîtres qui surveillent les cadences, le bruit et la puanteur de l'essence et des peintures de carrosseries, les pieds meurtris et la fatigue du soir qui vous plombe, une fois rentrer dans ce foyer où il n'est même plus possible de trouver la force pour se laver.
C'est aussi le lieu où des ouvriers ne croient plus vraiment à la révolte et où le règne du chacun pour soi grandit à mesure que la chaîne avance un cran plus vite, malgré les manifestations. L'usine des grandes villes, le lieu où les ''arabes'' sont utilisés comme une main d'oeuvre peu onéreuse et peu rebelle car sans fiche de paye, la rafle de 22H dans les rues de Paris, se paye chère pour les « crouillats ».
Elise rencontre.
Arezki travaille dans cette usine et tout va changer dans la vie d'Elise. « Mutilée par ma vie rabougrie, par ma passion fraternelle et les horizons bornés, ma sensualité bien vivante, et qui n'avait trouvé pour s'exprimer que ces contemplations nocturnes et les joies mystiques du renoncement, éclata à la chaleur de cette amitié secrète. »
« La paix, c'était avant. Maintenant, l'orage tant désiré descendait en moi. »
Elise respire.
Des thés chauds partagés dans des bistrots parisiens aux promenades dans tous les quartiers de Paris, Elise et Arezki se touchent, se frôlent, s'apprivoisent. Reste l'embarras si bien décrit par Elise, la gêne qu'elle ressent : être avec un homme, algérien. Et l'incompréhension face à la prudence de cet homme qui sait le prix d'être né ''étranger'' et qu'elle découvrira avec lui, quand des policiers viennent fouiller l'immeuble, la chambre où ils s'étaient retrouvés, seuls au moins une fois.
Elise reste ?
La vraie vie est parfois plus difficile qu'on ne le pense...
« Et moi, ce soir, je me sens et je sens l'existence de cette ville, au-delà d'Arezki mais à travers lui, polie par l'ombre qui s'ouvre devant nous. »
Elise ou la vraie vie, un roman inoubliable. Une écriture magnifique. Claire Etcherelli a une sensibilité qui me touche infiniment et une acuité dans ses propos très fine. Une vision du monde que je trouve très juste et fidèle, où personne n'est blanc ou noir. L'auteur possède une compréhension aigüe des relations interpersonnelles et des relations au sein de la société de cette époque. Elle donne la parole à une Elise très honnête, y compris envers elle-même. Il y a tant de thèmes intéressants dans ce roman. C'est un instantané de la société française pendant la guerre d'Algérie doublé d'un magnifique roman d'amour.
Oui les paroles d'Elise sont profession de foi. Il n'y a pas un mot, pas une ligne, pas une pensée qui ne me fasse pas réfléchir. Et la dernière phrase que je trouve si belle : « Je me retire en moi mais je n'y mourrai pas. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          3010
araucaria
25 novembre 2016
Un livre qui décrit très bien la vie en usine sur une chaîne, le milieu ouvrier donc, et un climat particulier le Paris à l'époque de la guerre d'Algérie. le ton n'est pas joyeux du tout. En lisant ce roman j'ai retrouvé les banlieues sordides et grises de l'après-guerre... Ces villes de ceinture autour de Paris ont mis beaucoup de temps avant de d'approprier des couleurs, des immeubles vétustes, délabrés, des murs noirs, perdus souvent au milieu des usines... J'ai aimé ce livre même s'il est assez déprimant et si l'auteur tente de "réhabiliter" en quelque sorte "Lucien", jeune homme, ayant fait quelques études, qui se conduit le plus souvent comme un mufle et un parasite.
Commenter  J’apprécie          392
sabine59
29 janvier 2016
Ce livre provoque toujours en moi une tristesse indicible, une sourde douleur, un chagrin sans nom....
Elise et Arezki, ce couple magnifiquement tragique, hante mes pensées.Vivre un amour pur, entier, au moment de la guerre d'Algérie, pour une française et un algérien,c' est une épreuve de chaque jour, un courage terrible.Un acte rebelle.
Elise, venue rejoindre son frère Lucien, qu'elle couve malgré elle comme une mère, travaille durement à la chaîne en usine et découvre un monde du travail injuste et violent.C'est là qu'elle rencontre Arezki.
Les étrangers sont mal vus, méprisés.Le racisme banal, brutal, est attisé par le début de la guerre en Algérie.Les haines primitives s'exacerbent.Les deux amants sont obligés de se voir en cachette, à la dérobée, alors que leurs sentiments lumineux ne demandent qu'à voir le grand jour.On devine que des drames se profilent.Trop d'angoisse, trop de rejets.
le roman s'achève dans la désillusion et la souffrance.Un amour brisé, une vraie vie enfuie.
le style est admirable, mêlant poésie et grisaille du quotidien, passion et amertume,blessures et espoir, nostalgie poignante et éclats de lumière du souvenir.
Un livre bouleversant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          283
thedoc
23 mai 2017
Fin des années 1950. Elise mène une vie monotone à Bordeaux. Elle s'ennuie entre sa grand-mère qui l'a élevée et son frère Lucien qu'elle admire par-dessus tout. Alors, lorsque ce dernier décide de tout quitter pour gagner Paris, Elise le suit. Dans la capitale, une nouvelle vie démarre pour la jeune femme. Travail à l'usine, nouvelles rencontres. Elise découvre peu à peu les conditions de travail misérables et les habitats insalubres où vivent les ouvriers. Elle découvre aussi l'amour en la personne d'Arezki, un ouvrier algérien. Mais nous sommes en 1957, en pleine guerre d'Algérie, et rien n'est simple pour un couple mixte. Racisme, insultes, rafles, violence... Les deux amants entament une relation que tout le monde réprouve.
Claire Etcherelli s'est apparemment inspirée de sa propre vie pour écrire "Elise ou La vraie vie" . Il en ressort un roman où les descriptions revêtent beaucoup de réalisme tout en nous plongeant dans un univers particulier, sombre et parfois pesant. L'époque décrite est bien sûr celle des rafles et d'un racisme qui s'exprime ouvertement et violemment. La "chasse aux ratons" était alors chose commune après le couvre-feu imposé aux Arabes. Elise et Arezki sont donc obligés de cacher leur liaison, l'un et l'autre étant rejetés par leur communauté respective, et ils doivent se rencontrer dans des chambres d'hôtel anonymes.
Le roman de Claire Etcherelli décrit bien plus qu'une histoire d'amour. Si Elise fait l'apprentissage de la vie auprès d'Arezki, c'est aussi toute une peinture de la réalité sociale, ouvrière et politique de l'époque qui nous est décrite. le tout dans une écriture sensible, intimiste et poétique, mais aussi terriblement réaliste.
Un roman qui laisse une impression particulière. Un roman qui m'a marquée et m'a plongée dans une certaine tristesse.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          114
Citations & extraits (21) Voir plus Ajouter une citation
KroutKrout16 août 2016
... par les vitres de l'autobus, suivre la descente du brouillard. [...] J'avais cinquante minutes d'irréalité. Je m'enfermais pour cinquante minutes avec des phrases, des mots, des images. Un lambeau de brume, une déchirure du ciel les exhumaient de ma mémoire. Pendant cinquante minutes je me dérobais. La vraie vie, mon frère, je te retiens ! Cinquante minutes de bonheur qui n'est que rêve. Mortel réveil, porte de Choisy. Une odeur d'usine avant même d'y pénétrer. Trois minutes de vestiaires et des heures de chaîne. La chaîne, ô le mot juste...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          240
araucariaaraucaria05 novembre 2016
Surtout ne pas penser. Comme on dit "Surtout ne pas bouger" à un blessé aux jambes brisés. Ne pas penser. Repousser les images, toujours les mêmes, celles d'hier, du temps qui ne reviendra plus. Ne pas penser. Ne pas reprendre les dernières phrases de la dernière conversation, les mots que la séparation a rendus définitifs, se dire qu'il fait doux pour la saison, que les gens d'en face rentrent bien tard; s'éparpiller dans les détails, se pencher, s'intéresser au spectacle de la rue.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
KroutKrout17 août 2016
Je gardai encore l'espoir de le trouver dans l'escalier, puis à la sortie et enfin à l'autobus. Mais je rentrai sans l'avoir vu, seule et malheureuse.
J'appris ce que signifiait toutes ces expressions : défaillir, avaler sa salive, avoir le cœur serré, dont j'avais ri jadis. Chaque fois qu'Arezki passait devant moi chuchotant tout juste "pardon", chaque fois qu'il laissait passer une occasion d'être seul avec moi, c'était tout mon corps qui avait mal.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          194
araucariaaraucaria22 novembre 2016
Les machines, les marteaux, les outils, les moteurs de la chaîne, les scies mêlaient leurs bruits infernaux et ce vacarme insupportable, fait de grondements, de sifflements, de sons aigus, déchirants pour l'oreille, me sembla tellement inhumain que je crus qu'il s'agissait d'un accident, que, ces bruits ne s'accordant pas ensemble, certains allaient cesser. Gilles vit mon étonnement.
- C'est le bruit! cria-t-il dans mon oreille.
Il n'en paraissait pas gêné. L'atelier 76 était immense.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
araucariaaraucaria21 novembre 2016
Lucien lisait de nombreux journaux. Je ramassais ceux qu'il laissait traîner, quelquefois aussi des livres qu'il oubliait dans la cuisine.
Je lisais et se levaient les voiles épais. C'était une impression pareille à la musique. Me délier, comprendre, pénétrer au milieu des mots, suivre la phrase et sa logique, savoir. Je ressentais une satisfaction physique, je fermais les yeux de plaisir. S'élever, j'en comprenais le sens. J'enviais Lucien de courir les bibliothèques.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
autres livres classés : guerre d'algérieVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
1404 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre
. .