AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782732483580
Editions de la Martinière (17/08/2017)
3.64/5   22 notes
Résumé :
Plusieurs personnes âgées, surnommées les vieux, décident de reformer leur ancien groupe de rock, les Panthères. Pour l'occasion, Papy se rachète une guitare électrique Gibson et un perfecto.
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
3,64

sur 22 notes
5
4 avis
4
4 avis
3
2 avis
2
1 avis
1
0 avis

tiptop92
  09 juillet 2019
Patrick Eudeline - Les Panthères grises - 2017 : Il y a quelques années alors que je voulais me débarrasser de ma collection de rock'n'folk devenue encombrante, un type insista pour m'acheter tous les numéros édités depuis 1992 afin de découper les articles de son journaliste préféré à qui il vouait une véritable dévotion. Ce complétiste reparti de chez moi avec deux valises pleines de magazines et l'air de Bourvil dans « La traversée de Paris ». L'objet de son admiration était vous l'aurez deviné Patrick Eudeline et les 300 euros que me rapporta la transaction firent pour la première fois monter dans mon estime ce critique dont j'avais jusqu'à présent presque toujours ignoré les articles.
La deuxième fois ou le personnage se manifesta à moi se fut sur les réseaux sociaux où loin de l'image bobo-isante et parisianiste que j'avais de lui, je découvris un homme simple capable d'intervenir sur le profil d'illustres inconnus (le miens en l'occurrence) pour éclairer de ses connaissances des débats acharnés sur le rock et ses dommages collatéraux.
« Les panthères grises » sera ma troisième raison d'estimer cet homme et même de devenir sur le tard un de ses fans tant ce livre mérite d'être loué comme il l'est à juste raison par l'intelligentsia underground. Méfiant pourtant devant cette avalanche de critiques dithyrambiques car l'homme trimbale un aréopage de fans hardcores prêt à l'encenser même s'il se contentait d'écrire la composition des gâteaux sur un paquet de Pépito, je décidais quand même d'acheter son ouvrage (au moins vingt ans que je n'avais pas acquis un livre neuf) alléché par le sujet et la hype qui l'accompagnait. Bien m'en a pris, j'ai lu les 170 pages en trois heures avec le même plaisir que lorsque adolescent je dévorais les «Lucien» de Franck Margerin. Ce monde est le miens et même si je ne partage pas leurs constats sur la société actuelle (du moins pas avec la même virulence), j'ai été touché par Guy et Didier qui comme des chevaliers de la table ronde déchus continuent de chercher à travers le rock le Graal de l'éternel jeunesse.
Ce livre qui se veut être celui des illusions perdues est avant tout une formidable galerie de portraits décrivant avec une justesse jubilatoire des gens ordinaires mais au combien attachants. Les musiciens bien sûr mais aussi Mado la tenancière de bouge, Nadire l'ancienne petite frappe du milieu ou Patrick l'insoumis désemparé par la société du ni/ni en construction et qui au comble de l'amertume balancera son prochain comme aux plus belles heures vichyssoises. Tous ces personnages prennent vie sous la plume acérée d'un écrivain qui visiblement les aime comme des parcelles de sa propre vie. Sans spoiler (comme le dirait cette jeunesse tant décriée) l'histoire mine de rien règle un des faits divers les plus pathétique de ces dernières années mettant en scène une icône du vide hollywoodien et sa breloquerie prétentieuse.
Il parait qu'il est difficile de vieillir pour un rocker, Patrick Eudeline prouve que non seulement c'est possible mais qu'en plus on peut le faire avec un panache et une verve magnifiques.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          482
koalas
  02 octobre 2017
A plus de 60 piges, Guy le gratteux, Bebel le batteur et Didier le bassiste
ont un peu changé de look et d'allure...
Quelques soucis matériels et sentimentaux en sus, mais encore la pêche,
ils veulent ressusciter leur ancien groupe de rock à l'occasion du mariage du petit fils de Guy, Enzo,
un jeune qui aime plutôt la soupe robomix qu'on lui sert sur le web...
Au détour d'un rade coté Pigalle, ils vont rencontrer Nadir, leur nouvel impresario...
Patrick Eudeline et Virginie Despentes ont un univers en commun,
le rock, le véritable et le sens du rythme  balancés de quelques bons riffs rock'n'roll...
En moins de 200 pages mais à  moins de 200 à l'heure,
sans langue de bois Eudeline trouve les mots pour parler du monde qui part qui en sucette
des conflits des anciens et des modernes,
des rêves des hippies et des geeks,
de politique et de galère,
des quartiers parigots et de ses anciens bistrots, bars en formica disparus du paysage...
et des  nouveaux héros d'aujourd'hui, cuistots sortis tout droit  de la télé réalité ..
Tout est bien balancé à la régie, mon seul bémol si c'en est un
est que je reste un peu sur ma faim.  Comme sur un bon vieux 45tour,
j'aurais aimé une suite en plusieurs volumes dans la vieille veine des vieux fourneaux de Lupano.
Alors siouplait Patrick Eudeline, un autre épisode avec encore plus de bruits !
Les panthères grises...des bêtes sauvages qui ont encore de très beaux restes !
Je remercie Babélio, Masse critique et Les Editions de la Martinière pour cette rentrée littéraire sous le signe du bon vieux rock'n'roll.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          442
AudreyT
  09 septembre 2017
****
Guy, Didier, Bébel, Patrick, Nadire... le temps est passé et ces hommes ont vieilli... de notre monde moderne, ils ne comprennent rien, n'acceptent rien et n'en démordent pas : tout part en cacahuète !!! Pourtant, il faut bien vivre ailleurs que dans le passé. Alors quand une petite étincelle jaillit, même dangereuse, même farfelue, ils la saisissent tous...
Un roman court, drôle, tendre et bien écrit... Que demander de plus en cette rentrée littéraire !! Patrick Eudeline nous offre des personnages attachants, des grands pères comme on en connaît tous, qui nous parlent du temps d'avant, qui nous soutiennent que c'était mieux à leur époque, qui nous jurent qu'on ne sait plus vivre et s'amuser. Des hommes pour qui vieillir est parfois synonime de solitude et d'ennui et qui portent sur notre monde un regard triste. Mais qui croient encore en la puissance des rêves...
Commenter  J’apprécie          260
Marti94
  13 octobre 2017
Un livre qui commence par "Didier pour la centième fois de l'après-midi reprenait la même ligne de basse." ne peut être qu'excellent. Et effectivement, j'ai adoré le nouveau roman de Patrick Eudeline "Les Panthères grises".
Déjà, Eudeline, avec sa tête de junkie dandy, a une distinction à la Iggy Pop. D'autant plus qu'il est rocker et guitariste et qu'il a écrit sur le rock dans Best puis dans Rock'n Folk. Alors côté musique c'est que du plaisir. En plus il est copain avec Virginie Despentes qui l'a poussé à écrire son premier roman "Ce siècle aura ta peau". Elle a bien fait car il est assez doué.
Dans "Les Panthères grises" (couleur des cheveux obligent) le personnage principal s'appelle Guy et lui ressemble un peu. Il est à la retraite et a du temps. Vieillissant, il a envie de réformer son groupe de rock de jeunesse, les Moonshiners.
Il reprend sa guitare et s'achète du matos pour jouer au mariage de son petit-fils Enzo, avec ses potes Bebel et Didier. Guy regarde le monde d'aujourd'hui avec une nostalgie heureuse ; cette époque où les artistes ne sont ni écrivains ni musiciens mais des stars fabriqués pour le business comme les chefs étoilés des émissions de télé.
Enzo le petit-fils va avoir comme seul objectif d'acheter une maison et un barbecue Weber. Alors quand il pousse son grand-père à lui donner de l'argent trouvant scandaleux qu'à son âge avancé il le dépense dans une guitare, ça pourrait être triste. Mais ça ne l'est pas. C'est même très drôle par moments d'autant plus que l'ancien va dire merde à la jeunesse.
Et quand les vieux rockers ont décidé de ne pas se laisser faire ça donne un livre drôle et émouvant.
Les vétérans lillois, Guy et son copain Didier, le bassiste en déprime, vont fuguer à Paris et participer par hasard à un vol de bijoux. Ils se prennent au jeu immoral et en sont très contents car c'est tout bénef. Eudeline aurait été inspiré par le vol récent de Kim Kardashian. Et c'est vrai que l'actualité est présente dans ce roman réaliste qui a l'avantage de dresser un portrait sociologique des générations Macron avec un regard acerbe et tendre.
Ce livre m'a été offert par les éditions De La Martinière dans le cadre d'une opération masse critique et je les remercie de tout coeur.
Lu en octobre 2017
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Fanvin54
  06 octobre 2017
Quelques papys reforment leur groupe, à l'occasion du mariage du petit-fils de Guy, le guitariste. S'oriente-t-on vers une histoire imbibée de rock'n roll ? Que nenni, baby ! le « gang » qu'ils vont finir par rejoindre ne ressemble en rien à une formation guitares / batterie / basse…
Patrick Eudeline (un nom qui me parle en tant qu'ancien lecteur de Rock & Folk) nous offre une sympathique histoire, inspirée par l'actualité récente (et notamment sa rubrique faits divers), bien (trop ?) ancrée dans la France « macronienne ». Celle-ci est truffée de bonnes réflexions sur la société française actuelle, sur le fossé qui sépare les générations, sur l'évolution de Paris et de ses quartiers. Mais aussi sur le temps qui passe, et l'envie d'en profiter encore un peu malgré tout. Et le rock dans tout ça ? Il est évoqué de temps à autre, mais ne constitue pas un thème fort du bouquin.
Je remercie Babelio et les éditions De La Martinière pour l'envoi de ce roman dans le cadre de la récente opération masse critique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (16) Voir plus Ajouter une citation
yannickrenardyannickrenard   23 septembre 2022
La cuisine était une passion qui dévorait leur génération et ils n’y avaient pas échappé. Tout se passait comme si l’establishment encourageait cette mode. Les nouveaux héros étaient des cuisiniers plutôt que des artistes. Il n’y avait plus de nouveaux écrivains dont les gens puissent retenir le nom, peu de cinéastes ou de musiciens, sans parler des peintres ou des plasticiens. Mais des chefs étoilés, ça, oui ! Et des blogs à longueur de Web. Des émissions à longueur de programme. Quand on pense à son prochain repas, on ne risque certes pas de faire la révolution, ou de jouer à l’insoumis. C’était là un autre théorème quelque peu désespérant de cette frileuse époque.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
koalaskoalas   30 septembre 2017
Rien n'avait changé finalement. Il devait rendre des comptes et se justifier de tout. Il ne serait donc jamais libre ? Liberté, liberté chérie...Sa génération de Beatniks n'avait eu que ce mot à la bouche. Des mots vains, alors ? Des refrains de chansons, rien d'autres ?
Commenter  J’apprécie          210
PsychikFabPsychikFab   03 septembre 2017
Alors gardez-les, votre Macron, sa Brigitte et la start-up qu'il va monter pour diriger ce pays. De toute façon, un mec qui programme Magic System et deux DJ à la con le jour de son triomphe, pour moi, il a tout dit. Je préférais Giscard et son accordéon. Et pourtant j'aime pas l'accordéon. Mais c'était plus honnête.
Commenter  J’apprécie          90
koalaskoalas   29 septembre 2017
Un homme qui écoute les classiques de Muddy Waters ne peut pas être complétement mauvais, c'est aussi simple et sans réplique que cela.
Commenter  J’apprécie          155
BibaliceBibalice   25 août 2017
Le rock and roll vous apprend beaucoup de choses. Sauf à vieillir.
Commenter  J’apprécie          290

Videos de Patrick Eudeline (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Patrick Eudeline
Isabelle Duquesnoy, "L'Embaumeur". Patrick Eudeline, "Les panthères grises". Pascale Lécosse, "Mademoiselle, à la folie !".
Une rentrée littéraire sous habits rouges...
Retrouvez-nous sur www.editionsdelamartiniere.fr
autres livres classés : generationsVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Arts et littérature ...

Quelle romancière publie "Les Hauts de Hurle-vent" en 1847 ?

Charlotte Brontë
Anne Brontë
Emily Brontë

16 questions
908 lecteurs ont répondu
Thèmes : culture générale , littérature , art , musique , peinture , cinemaCréer un quiz sur ce livre