AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782081291218
239 pages
Flammarion (02/01/2013)
3.47/5   18 notes
Résumé :
Amour, sexe et jalousie. Un homme contre tous ceux qui convoitent la femme qu'il aime, contre cette bourgeoisie provinciale étouffante, contre une femme qui le conduira à sa perte.
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
SandrineDP
  03 mars 2013
Un écrivain remarquable, tout en émotions, en nuances. Une fois le livre refermé, on ne peut s'empêcher de penser que, forcément, un homme d'une telle sensibilité ne pouvait que se faire prendre aux filets de cette sublime bipolaire. Dés les premières lignes on pressent le danger, le risque lié à cette folie latente. Et on tremble par avance même si on attend, on espère cette histoire, cette passion ravageuse qui va se vivre là.
On a peur mais on en redemande ... forcément, une écriture pareille ... fuselée comme les jambes de la belle nîmoise.
Cette fille, Camille, va tenter de fuir une mère castratrice, fuir une famille qui l'enferme, la paralyse aux anxiolytiques et autres psychotropes en tous genres.
Et lui, en héros, éros, essaiera de la sauver, des autres, d'elle-même, rejetant parfois l'idée de la folie d'un revers de manche "dandysmatique". Elle l'attirera telles les sirènes qui, en chantant, rendaient fous les marins d'Ulysse.
Elle l'entraînera vers le fond comme souvent les bipolaires, tellement vivants, charismatiques en diable.
Il va donc être irrémédiablement attiré par sa beauté autant que par cette folie qui fait d'elle une personne irrésistible... au point de se perdre lui même en elle.
Des scènes parfois d'une grande violence que l'on prend de plein fouet même si l'on pouvait anticiper, même si l'on savait par avance que le désastre était imminent, que la souffrance monterait crescendo.
Un roman qui m'a bouleversé,
qui restera gravé, tatoué dans ma mémoire
comme ces cadenas en forme de coeur
qu'ils portent maintenant
sur leurs deux poignets.
"Un tatouage brut, presque carcéral.
Comme un sceau.
Nous nous appartenions désormais.
C'était gravé dans notre chair
et c'est Camille qui en avait décidé ainsi."
Camille, sa Vénus, sa bardot ...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
francoisvaray
  24 mars 2013
Patrick Eudeline s'y connaît en addictions. Cette fois, en plus de toucher aux produits consommés, c'est une fille qui va devenir son état de manque quotidien dès qu'elle s'absente. Une fille pas comme les autres, ou plutôt si... jolie, dépensière, pas encore sortie du cocon familial où l'enferment ses provinciaux de parents. L'auteur va en souffrir, et son porte-monnaie -qu'est-ce qu'il peut insister là-dessus, c'est à la limite de l'indécence- terriblement. Histoire assez banale, dont il faut reconnaître qu'elle dégége un certain émoi chez le lecteur. Ce serait donc un assez joli roman d'amour s'il n'avait le tort d'être mal écrit. On dirait du langage parlé: phrases courtes, exclamations, absence de verbe, le style devrait être l'appui du drame, il en devient son fossoyeur.
Commenter  J’apprécie          10
Rafael1
  25 janvier 2022
Eudeline apporte un mouvement underground frais. Une relation, une différence d'âge certaine, de l'amour, de la haine. Un poison qui s'extrait des mailles du filet pour recouvrir les murs de son empreinte. Camille c'est l'amour fou, j'en suis tombé amoureux. Ses yeux, sa détresse, ses façons comme ses raisons... d'évoquer ce que l'autre doit endurer, de le laisser croire en ses souffrances et son bonheur futile. Ses cheveux, son empressement, son silence, sa folie, sa jeunesse, mon attirance, ses supercheries, mon spleen. Tout en nuance...Je t'aime, moi non plus.
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
Mimosa022Mimosa022   21 juin 2014
Qu'est-ce que c'est long et vain, comme jour sans fin,
de toujours et encore penser à toi,
plein de cette absence qui est la pire des présences.
Commenter  J’apprécie          80
Mimosa022Mimosa022   12 juin 2014
Les femmes sont faites pour être aimées, pas pour être comprises.
Commenter  J’apprécie          152
SandrineDPSandrineDP   03 mars 2013

"J'ai loué la chambre
d'Oscar Wilde, à l'Hotel,
rue des beaux-Arts.
Tu ne vas pas m'y laisser dormir seule ?"
Commenter  J’apprécie          70
Mimosa022Mimosa022   12 juin 2014
Comme un Balzac sous amphétamines, j'écris à en perdre souffle et je croule - comme tu n'en doutes pas - sous les commandes.
Commenter  J’apprécie          50
Mimosa022Mimosa022   12 juin 2014
On ne se souvient que des rêves qui vous réveillent.
Commenter  J’apprécie          100

Videos de Patrick Eudeline (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Patrick Eudeline
Isabelle Duquesnoy, "L'Embaumeur". Patrick Eudeline, "Les panthères grises". Pascale Lécosse, "Mademoiselle, à la folie !".
Une rentrée littéraire sous habits rouges...
Retrouvez-nous sur www.editionsdelamartiniere.fr
autres livres classés : rock and rollVoir plus





Quiz Voir plus

Trouvez les incipits !

Je forme une entreprise qui n'eut jamais d'exemple et dont l'exécution n'aura point d'imitateur.

Voltaire, Candide
Karl Marx, Le Capital
Jean Jacques Rousseau, Les confessions
François Michelin, Ma vie

20 questions
171 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur ce livre