AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Euripide (Éditeur scientifique)
EAN : 9782869593671
121 pages
Éditeur : Arléa (08/04/2005)
3.68/5   72 notes
Résumé :
Aucun dramaturge n’a abordé le matricide avec la fascination qui anime Euripide. Même prescrit par les dieux, le crime qu’inspire Électre à son frère Oreste reste impardonnable.
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
3,68

sur 72 notes
5
3 avis
4
3 avis
3
2 avis
2
0 avis
1
0 avis

Nastasia-B
  23 juin 2014
L'Électre d'Euripide est très différente de ses consoeurs d'Eschyle ou de Sophocle. C'est à se demander si ces trois-là nous content la même histoire tellement la personnalité de l'héroïne semble différente.
Elle est plaignante et procédurière chez Eschyle, rebelle et guerrière chez Sophocle et... simplement humaine et désireuse du respect du droit chez Euripide.
D'ailleurs, dans toute la pièce d'Euripide, on ressent un soucis d'authenticité, de crédibilité, d'identification maximale du spectateur de l'époque avec cette héroïne. Oui, c'est une fille de roi, oui, elle était belle et désirable, promise à un somptueux avenir, et oui elle a chuté, oui, il lui arrive des misères, oui elle se retrouve tondue et à partager le quotidien d'un laboureur. Cela pourrait vous arriver à vous aussi.
C'est de cette manière-là qu'Euripide interpelle son public. Et son message pourrait être : savoir rester humble dans l'opulence et digne dans le dénuement. Électre ne réclame rien de plus que ce qui est juste. Bien évidemment elle espère le retour de son frère Oreste, l'ultime espoir de sa lignée, mais elle se résigne, elle essaie d'être une épouse correcte et une bonne maîtresse de maison car elle a de la reconnaissance pour ce mari paysan qui la respecte et qui est un homme droit.
On comprend bien que pour Euripide, la grandeur d'âme n'a rien à voir avec le montant des richesses ou la noblesse de l'ascendance. C'est quelque chose de plus intime, de plus équitablement réparti dans la population, comme semé à tous vents par les mains des dieux et nul ne sait jamais sur qui la magnanimité tombera.
Il en va évidemment de même pour Clytemesnestre, l'épouse maricide, et Égisthe, son nouveau mari, auteur de l'homicide contre Agamemnon, le père d'Électre et d'Oreste, qui l'un et l'autre, ne savent ni rester humbles ni appliquer la justice. Certes, vous profitez, l'un et l'autre de votre crime, mais rira bien qui rira le dernier. Ne vous êtes-vous pas mis sur le dos une grave faute qui vous a fait dévier du droit ? Alors qu'espérer de bon hors des rails de la Justice...
Signalons au passage qu'Euripide chahute gentiment mais surement son devancier Eschyle en ridiculisant le procédé d'identification d'Oreste par sa soeur. Chez Eschyle, Électre avait reconnu son frère grâce à une mèche de cheveux et une trace de pas. Euripide démontre que la couleur des cheveux n'est en rien un argument convainquant pour associer un frère et une soeur et de même que l'empreinte d'une semelle, déjà sur un sol pierreux, c'est moyen comme preuve, mais en plus, relier infailliblement la taille du pied d'une demoiselle à celui de son frère a quelque chose d'assez saugrenu. Bam ! Prend-ça dans les dents papa Eschyle ! Bon c'est vrai que le coup de la semelle, c'est le talon d'Eschyle...
Bien évidemment, pour le lecteur d'aujourd'hui, il est difficile de se représenter tout ce que le théâtre d'Euripide a de novateur, mais c'est justement en le comparant à ce qui se faisait à la génération d'avant (Eschyle puis Sophocle) qu'on constate toute l'étendue des bouleversements apportés.
Euripide modernise considérablement tant le propos que la forme. Il a quasiment créé les actes au théâtre. Il y a beaucoup plus de dialogues que de longues répliques chantées. À beaucoup d'égards, je considère qu'Euripide fait du théâtre là où Eschyle faisait de l'opéra. le propos est également plus dense et plus philosophique.
Pourtant, ce n'est pas ma pièce favorite d'Euripide, mais il demeure une pièce très correcte de théâtre antique qui satisfera tous ceux qui ne sont pas rebutés par les choses un peu anciennes. (En effet, Euripide, certains l'auront remarqué, c'est un peu ancien, ça frise les 2500 ans d'âge.)
Un grand classique de la tragédie grecque, très intéressante pour les comparaisons qu'elle permet avec les autres avatars d'Électre rescapés chez les autres tragédiens contemporains. Mais ce n'est bien évidemment qu'un avis, c'est-à-dire, bien peu de chose face aux vingt-quatre et quelque siècles du haut desquels cette pièce nous contemple...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          673
BazaR
  22 juillet 2015
Bienvenue à VengeanceLand !
Votre mère et son amant ont assassiné votre père ? Vous et votre frère voulez le venger en assassinant les deux mécréants ? Ne vous gênez pas ! Voici ici révélé le mode d'emploi. Attention, une fois l'objectif atteint il vous sera réclamé un paiement… pas forcément à votre goût.
Alors la mère c'est Clytemnestre, l'amant Égisthe, le père Agamemnon, le frère Oreste et bien sûr, « vous » est Électre. Ah, le joli monde des Atrides ! On a parfois l'impression qu'ils ont pour devoir divin de s'entretuer et qu'il ne doit qu'en rester qu'un à la fin. Et je ne suis pas si loin de la vérité en parlant de devoir divin : la moitié des effusions de sang des Atrides est ordonnée par les Dieux.
Si Clytemnestre veut éliminer son mari, c'est qu'Agamemnon a fait tuer leur autre fille Iphigénie pour que les Dieux accordent le droit de passage aux Grecs afin d'aller bouffer du Troyen. Une raison aussi valable que celle de sa fille de la tuer elle. Euripide n'hésite pas à confronter les deux femmes dans une scène qui ressemble à un procès officieux où Électre ferait office de procureur et Clytemnestre d'avocat/accusée. Clytemnestre est-elle coupable ou bénéficie-t-elle de circonstances atténuantes ? le but du jeu est de permettre au jury de spectateurs de peser les actes et de se construire une conviction en son for intérieur. Moi j'aurais tendance à être de son côté.
Le même questionnement peut se faire sur le cas Électre - spontanément son comportement jusqu'au-boutiste me fait diriger le pouce vers le bas ; en revanche il n'y a pas photo pour Oreste : Apollon lui a ordonné d'assassiner sa mère et son amant, donc acte.
Euripide emballe cette belle petite tragédie avec des rubans de différentes couleurs. Il profite du choeur pour raconter des mythes assez éloignés de l'action présente comme la description des armes d'Achille ou l'histoire d'Atrée et Thyeste ; cela change des pleurnichailles habituelles. Il s'adresse directement à ses spectateurs en leur assénant des vers moralisateurs (à deux balles souvent, mais bien écrits) et il n'hésite pas à glisser son opinion sur des sujets d'actualité (l'expédition de Sicile, on est en pleine guerre du Péloponnèse) ou à casser son prédécesseur Eschyle en ridiculisant les arguments que ce dernier employait dans sa propre version d'Électre (les Choéphores).
Seule ombre au tableau, l'insistance constante du traducteur (dans ma version, Victor Henri Debidour) à relever les incohérences dans les arguments prêtés aux acteurs. Cela casse un peu la magie.
Je ne peux pas encore comparer cette Électre à ses copines d'Eschyle ou Sophocle, voire de Giraudoux. Cela viendra… un jour.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          270
5Arabella
  04 juillet 2019
L'histoire d'Électre et d'Oreste, le meurtre de leur mère Clytemnestre, est le seul récit traité par les trois grands tragiques grecs dont nous avons gardé le texte. Celui d'Euripide date probablement de -413, l'époque où Athènes est déjà entrée dans les guerres pour l'hégémonie dans le monde grec qui vont causer sa perte. Euripide se démarque nettement des Choéphores d'Eschyle, en introduisant des éléments nouveaux, et en évoquent de manière ironique certains des épisodes de la pièce de son illustre devancier.
Dans le prologue, le laboureur, mari d'Électre, donne les éléments indispensables à la compréhension du récit : le meurtre d'Agamemnon par sa femme Clytemnestre et son amant Égisthe (cousin d'Agamemnon), le sauvetage d'Oreste, et son mariage avec Électre, ou plutôt simulacre de mariage. Électre apparaît et pousse ses plaintes, soutenue par le choeur. Elle est rancoeur et amertume, et espère le retour d'Oreste, synonyme de vengeance sur les meurtriers de son père. Mais Oreste est déjà là avec son ami Pylade : il ne révèle pas son identité à Électre, prétendant être juste l'envoyé de son frère venu s'enquérir d'elle. le laboureur les invite dans sa maison. Suit un chant du choeur qui chante les bateaux grecs partis conquérir Troie, décrivant en détail le bouclier d'Achille, le plus grand des héros. Un vieillard reconnaît Oreste, la joie des retrouvailles se transforme rapidement en un plan pour tuer Clytemnestre et Égisthe. Ce dernier, venu sacrifier aux Nymphes à proximité de la demeure du laboureur, sera la première victime. Clytemnestre sera attirée par l'annonce de la naissance du premier fils d' Électre et périra à son tour, malgré les doutes de plus en plus forts d'Oreste. Mais le double meurtre lui a été ordonné par l'oracle d'Apollon, et Électre le pousse à l'accomplir. Une fois le matricide consommé, Oreste est dévoré de remords, le Choeur pleure les malheurs de la lignée maudite. La conclusion arrive avec les Dioscures, frères de Clytemnestre et Hélène et devenus des divinités. Castor annonce ce qui va arriver, les Furies qui vont poursuivre Oreste, le procès à Athènes, et l'acquittement final d'Oreste grâce à Apollon ; le mariage d' Électre avec Pylade.
La pièce est relativement sobre pour Euripide, l'action est simple, sans épisodes secondaires. Les personnages sont fortement dessinés et caractérisés : Électre, dans le ressentiment et la détestation, ne survivant que par l'idée de la vengeance, et qui pousse son frère, même si une fois l'acte accompli, elle connaît le doute et la culpabilité. Clytemnestre est enfermée dans ses raisons (le sacrifice d'Iphigénie) et dans une forme d'égoïsme, l'échange entre elle et Électre est un dialogue de sourds, où chacune énonce son point de vue, sans tenir compte de l'autre. Mais elle ne déteste ni ne méprise Électre, elle la plaint, sans être prête à sacrifier son confort pour elle. Oreste agit pour obéir à l'oracle, mais il est de plus en plus en proie aux doutes, et au sentiment d'horreur devant ce qu'il doit accomplir.
La pièce est au final très complexe, et rien ne semble y être le fruit du hasard. Ainsi, la description à priori glorieuses des conquérants grecs partant pour Troie, et l'évocation du bouclier d'Achille, ont un lien très directe avec l'action : Persée avec la tête de la Gorgone, la lance ensanglantée, évoquent les meurtres à venir. La guerre n'engendre en fin de compte que l'horreur, et même les vainqueurs sont entraînés dans une spirale de la violence, et ils deviennent à leur tour victimes. le final est particulièrement amer, bien que Castor semble annoncer une issue heureuse au frère et à la soeur. L'oracle d'Apollon y est qualifié « d'imprudent », ce qui frise l'impiété : l'erreur du dieu, ou sa légèreté provoque le malheur des hommes. Ce final, qui d'une certaine façon reprend la trame d'Eschyle, en devient presque ironique : il n'y a pas de purification, d'annulation rituelle possible, le meurtre de la mère restera inexpiable dans l'esprit des coupables, d'ailleurs les Furies n'apparaissent pas, elles n'existeront qu'à l'intérieur du crâne d'Oreste. Et la guerre de Troie, à l'origine de tant de malheurs, n'a eu lieu que pour un simulacre d'Hélène, qui aura passé le temps du conflit en Égypte.
Immense pièce.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          194
cicou45
  20 juillet 2012
Je connaissais bien évidemment le mythe d'Electre mais je n'avais jamais réellement pris le temps de lire les pièces de théâtre qui se réfèrent à elle, pour mon plus grand tord, ce à quoi j'entends remédier rapidement. C'est par la pièce d'Euripide que j'ai choisi de commencer et que je vais m'efforcer de critiquer ici.
Agamemnon, roi d'Argos, de retour de Troie, guerre dans laquelle il s'était engagé, a été trahi par son épouse et assassiné par l'amant de cette dernière, Egisthe qui prend sa place sur le trône. Il a bien évidemment pris toutes les précautions nécessaires, à savoir celle d'exiler le fils d'Agamemnon, Oreste (afin que celui-ci ne réclame pas la place qui lui revient de droit) et de marier sa fille Electre à un homme de basse condition afin que cette-dernière ne puisse pas enfanter un garçon de sang noble qui aurait également droit à ce pour lequel il a tué sans scrupules l'époux de sa maîtresse et dorénavant épouse légitime.
Bien que séparés par la distance, Oreste et Electre restent cependant plus près du coeur l'un de l'autre que ce qu'ils ne s'imaginaient, végétant tous deux sur un moyen de venger leur père.
Pièce qui est également d'origine historique et légendaire puisque Clytemnestre, la femme adultère et épouse d'Agamemnon, n'est autre que la soeur d'Hélène, qui fut, selon la légende, à l'origine de la guerre de Troie et qu'Agamemnon fut réellement roi d'Argos, tout comme ileut bien trois fille et un fils dont Oreste et Electre dont nous entendons parler ici. Quant à son meurtre, plusieurs versions nous ont été rapportées.
Mais ici, où s'arrête L Histoire et où commence le mythe ?
Un incontournable de la tragédie grecque que j'ai beaucoup apprécié pour toutes les raisons que je viens d'évoquer ci-dessus, à savoir son côté historique et légendaire notamment. A découvrir !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
Bernacho
  12 juillet 2016
Mais enfin, Henri, est-ce que tu n'aimerais pas un peu trop... raconter des histoires ?
Je sais bien qu'on t'avait demandé d'essayer de renouveler l'intérêt pour ce mythe éculé. Mais qu'est-ce que c'est que ce laboureur vertueux qui épouse Electre, cette fausse naissance ? On attendait une tragédie. Tu nous inventes un roman. Tu nous avais fait le coup avec Hélène !
Tu réduis le choeur à presque rien, tu mets en scène n'importe qui. Tu n'oserais quand même pas prétendre avoir sorti la tragédie de son berceau et préfiguré le théâtre moderne ?
Je comprends qu'après Sophocle, le gant était lourd à relever, mais tout de même, avais-tu vraiment besoin de te moquer du mythe, et du vieil Eschyle ? Bien sûr qu'elle était stupide cette histoire d'empreintes de pieds, mais et la licence poétique alors ?
Et puis ce Deus Ex Machina à deux drachmes à la fin… Henri, ne refais plus jamais ça, c'est tout simplement mauvais.
Et puis laisse moi te dire que tu mélanges un peu tout : le tragique, toutes les réflexions sur la vertu et la naissance, etc., les scènes gore, le trivial paysan, la plaidoirie de Clytemnestre, la pub pour tes autres pièces. Patchwork d'impressions : ça manque un peu d'unité de ton, je trouve.
Bref, je suis désolé, mais je retourne chez Sophocle.
(voir Electre de Sophocle et les choéphores d'Eschyle pour les épisodes précédents. J'espère qu'on me pardonnera cette familiarité avec Euripide)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          125

Citations et extraits (27) Voir plus Ajouter une citation
Nastasia-BNastasia-B   16 juin 2014
LE VIEILLARD : Nul, mon enfant, n'est plus l'ami de ta disgrâce.
C'est une chance rare que de trouver quelqu'un
qui veuille avec nous partager heur et malheur.
Tes amis t'ont connu ruiné de fond en comble,
à ne plus garder même espoir en ton retour.
Crois-moi : compte tout juste sur tes bras, sur la fortune,
pour recouvrer ta maison paternelle et ta patrie.

Second épisode.
Commenter  J’apprécie          210
Nastasia-BNastasia-B   24 juin 2014
CLYTEMNESTRE : Lorsque la malveillance prend pour cible une femme, chaque mot d'elle est mal reçu. À tort, je pense. Car il faut connaître les faits, et rejeter, comme il est juste, ce qui est condamnable. Sinon, de quel droit haïr ?

Quatrième épisode.
Commenter  J’apprécie          280
BazaRBazaR   19 juillet 2015
LE LABOUREUR: Dès lors, voici le plan qu'Égisthe élabora : le banni, l'exilé, le fils d'Agamemnon [Oreste], il mit sa tête à prix ; et c'est moi qu'il choisit pour épouser Électre... Mycènes est le berceau de ma race : en cela, je suis inattaquable ; oui, mon lignage est pur - mais quant à la richesse, je suis un besogneux, et dans un cas pareil, la noblesse s'effondre : Égisthe l'a livrée à un homme de peu, pour avoir peu à craindre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
Nastasia-BNastasia-B   13 mars 2016
ÉLECTRE : Celui qui corrompt la femme d'un autre en fait une adultère et puis est bien forcé de l'épouser, qu'il le sache : il s'imagine à tort qu'elle lui gardera la chasteté qu'elle a trahie ailleurs. Tu vivais misérable en croyant vivre heureux.

Quatrième épisode, (v. 921-925).
Commenter  J’apprécie          230
Nastasia-BNastasia-B   02 juillet 2014
ORESTE : La pitié ne naît pas dans un esprit obtus, mais dans un esprit pénétrant. Affiner à l'excès sa propre intelligence est chose dont on paie la rançon.

Premier épisode.
Commenter  J’apprécie          300

Videos de Euripide (21) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de  Euripide
Pendant toute la durée du Festival d'Avignon, la comédienne Isabelle Huppert se remémore un moment marquant de son histoire avec le plus grand rassemblement de théâtre au monde. On se souvient, en 2000, de son apparition magique dans la Médée d'Euripide. Dans l'obscurité grandiose de la Cour d'honneur du palais des Papes, Isabelle Huppert, dirigée par Jacques Lassalle, offrait à la matricide son calme souverain. Elle nous la rendait proche, presque familière, en faisait une femme déses-pérée comme une autre… À Avignon toujours, elle est même parvenue à nous faire sourire des terribles mésaventures de Justine, à travers ses lectures de Sade. L'égérie de Chabrol et de Haneke au cinéma sait au théâtre merveilleusement libérer les monstres et apprivoiser les détresses. Ses compagnonnages scéniques avec Peter Zadek, Claude Régy, Bob Wilson, Krzysztof Warlikowski et Luc Bondy l'ont forgée à la magie du plateau. Isabelle Huppert y rayonne comme personne, y attire la lumière. Dirigée par le Portugais Tiago Rodrigues, elle sera cette fois Lioubov Andréievna dans La Cerisaie, de Tchekhov…

ENTRETIEN FABIENNE PASCAUD
RÉALISATion PIERRICK ALLAIN BASILE LEMAIRE
Vous avez aimé cette vidéo ? Abonnez-vous à notre chaîne YouTube : https://www.youtube.com/channel/¤££¤40PIERRICK ALLAIN30¤££¤4fHZHvJdM38HA?sub_confirmation=1
Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux ! Facebook : https://www.facebook.com/Telerama Instagram : https://www.instagram.com/telerama Twitter : https://twitter.com/Telerama
+ Lire la suite
autres livres classés : théâtreVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura

Vous aimez ce livre ? Babelio vous suggère




Quiz Voir plus

Titres d'oeuvres célèbres à compléter

Ce conte philosophique de Voltaire, paru à Genève en 1759, s'intitule : "Candide ou --------"

L'Ardeur
L'Optimisme

10 questions
811 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature française , roman , culture générale , théâtre , littérature , livresCréer un quiz sur ce livre