AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 1033902217
Éditeur : Harper Collins (06/06/2018)

Note moyenne : 2.85/5 (sur 10 notes)
Résumé :
Vous allez adorer faire leur connaissance…
Sara, mère de famille s’ennuie dans sa vie bourgeoise et monotone. Aussi l’emménagement, dans son petit quartier londonien, d’un nouveau couple bobo à souhait, est accueilli chaleureusement. Invitée à la crémaillère de leurs nouveaux voisins, Sara et son mari sont fascinés. Tant de charisme, de spontanéité et de talent chez ces artistes tout juste revenu d’Espagne. Lou et Gavin sont simplement… irrésistibles. Au con... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
Aela
  09 novembre 2018
Un thriller psychologique qui ne vous laissera pas indifférent. Felicity Everett nous emmène dans la banlieue londonienne a priori sans histoires. Sara, qui travaille dans le marketing, mène une vie très (trop?) tranquille auprès de Neil son mari et de leurs enfants.
Tout ce ronron va s'écrouler le jour où Lou et son mari Gavin viennent s'installer près de chez eux, tout juste revenus d'un long séjour en Espagne.
Sara et Neil sont invités à la pendaison de crémaillère de leurs voisins et tombent sous le charme. Sara est fascinée par leur côté artiste: Lou est scénariste et sur le point de terminer un film plutôt trash et Gavin est sculpteur.
Sara va devenir la meilleure amie de Lou et entre elles se noue une relation très ambigüe, amitié teintée de jalousie, d'envie et de fascination.
Sara va vite adopter les points de vue anticonformistes de sa nouvelle amie et l'équilibre familial va en faire les frais. Ainsi après une mauvaise inspection de l'école, Lou va entraîner son amie à enlever leurs enfants de l'école pour leur assurer une éducation à la maison, ce en quoi la mère sensée de Sara marque sa vive désapprobation..
Les relations entre les dfférents protagonistes vont devenir de plus en plus complexes et difficiles à gérer...
Je n'en dis pas plus. le livre se lit très bien et nous montre les différents petits snobismes d'une certaine classe sociale anglaise. On a l'impression d'y être.
Sous le vernis des relations sociales, on perçoit beaucoup de violence et de frustrations..
C'est glaçant à souhait..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          181
coquinnette1974
  01 juillet 2018
Les voisins du 9 de Felicity Everett m'a été envoyé par HarperCollins France et net galley, que je remercie.
Sara, mère de famille s'ennuie dans sa vie bourgeoise et monotone. Aussi l'emménagement, dans son petit quartier londonien, d'un nouveau couple bobo à souhait, est accueilli chaleureusement.
Invitée à la crémaillère de leurs nouveaux voisins, Sara et son mari Neil sont fascinés. Tant de charisme, de spontanéité et de talent chez ces artistes tout juste revenu d'Espagne.
Lou et Gavin sont simplement… irrésistibles. Au contact de Lou, Sara commence progressivement à changer...
Bienveillance ou jalousie, amitié ou obsession, confiance ou trahison. La frontière est mince et la rue facile à traverser.
J'aime les romans mettant en scène des histoires de voisins comme Les nouveaux voisins ou le couple d'à coté. Pas toujours des coups de coeur mais des lectures que j'ai apprécié. D'où ma joie quand on m'a envoyé Les voisins du 9.
Malheureusement, j'ai trouvé ce roman sympathique, très sympathique même mais.. c'est tout !
Il se lit rapidement, avec plaisir, toutefois il est évident que je n'en garderais pas un grand souvenir.
Les personnages sont intéressants, avec une préférence pour Sara, le personnage le plus fouillé. Elle est heureuse de l'arrivée de ce nouveau couple et de ses enfants. Ils vont la faire changer.. en bien évidemment.. quoi que !
Elle va commencer à voir les défauts des autres, ressentir de la jalousie... La frontière est mince entre amour et haine...
J'ai aimé ce roman, bien qu'il ne soit pas très abouti. C'est assez classique, on suit avec plaisir les aventures de ses quatre personnages. Rien d'exceptionnel quand même dans ce roman, sympathique certes mais c'est tout.
On ne peut pas dire qu'il soit rempli de surprises. L'histoire se tient, c'est bien écrit, mais en le terminant je me suis dit Ah oui, c'est tout, ça fini comme ça !
Je mets trois étoiles, j'ai aimé ma lecture, mais est ce que je me souviendrais de ce roman dans six mois ??? J'en doute !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
celinedr
  31 juillet 2018
Les relations de voisinage. Il y aurait tant à en dire…Elles font parties de notre quotidien. Quand elles virent au rouge, notre vie peut se transformer en véritable cauchemar. Préserver son intimité tout en affichant un sourire courtois et un bonjour poli, n'est -ce pas un bon compromis ?
Lorsque Gavin et Lou s'installent dans le quartier, Sara (plus que son mari Neil dans un premier temps) est flattée d'attirer l'attention de ce couple en tout point différent du sien. Gavin est sculpteur ; son épouse scénariste. Ce sont des artistes. Des marginaux. Lou est belle et sûre d'elle, Gavin est charismatique et très bel homme. Sara est fascinée par leur mode de vie. Neil ne tarde pas à partager son avis. Les deux couples deviennent très vite inséparables. de voisins, ils sont désormais amis. Une amitié salutaire ? Pour qui ?
L'art de la manipulation. Certaines personnes affichent un véritable talent en la matière. le calcul. L'intérêt. L'égoïsme. le tout sous des apparences bien trompeuses dissimulées derrière des invitations, des propositions de sorties accompagnées d'un sourire angélique, d'un air rieur et d'une attitude nonchalante et décontractée. Ces professionnels en la matière ont la fâcheuse tendance de vous faire douter de vous. La protagoniste n'échappera pas aux griffes de sa soi-disant amie. Jusqu'au jour où, elle se rendra compte de ce qui se trame juste sous son nez. J'ai bouilli d'impatience jusqu'à ce que celle-ci ouvre enfin les yeux !
Le thème abordé est très attrayant en littérature, à mes yeux du moins, si celui-ci est bien traité. Dans Les voisins du 9, une atmosphère lourde, pesante, très pesante, plane tout au long de l'oeuvre. Un côté malsain également. Ces « artistes » et leurs soirées à la limite de la décence. Surtout lorsque les enfants ne sont pas très loin… La lectrice que je suis n'est pas dupe. Il y a anguille sous roche. Oui mais…Je ne saurais dire ce qui me gêne. L'attitude de certains personnages, leurs répliques donnent à penser que quelque chose se prépare. Quelles sont les intentions de l'auteure ? J'aurais tellement souhaité que Felicity Everett aille plus loin. J'ai trouvé le dénouement bien trop timide, pas assez osé. La tension du début laissait présager une tournure des événements plus agressive. Tout est suggéré, ce qui n'est pas pour me déplaire. Néanmoins, je déplore que le côté psychologique ne soit pas davantage exploité, fouillé. C'est fort dommage car, il y avait de bons ingrédients. de quoi faire un roman bien plus abouti.
Une lecture sympathique qui aurait pu virer au bon thriller psychologique si…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Sharon
  06 octobre 2018
En refermant ce livre, on peut se demander comment on en est arrivé là. Influençable, notre personnage principale, Sara ? Oui, mais pas seulement, sinon, cela n'expliquerait pas « tout ce qui est survenu ». Je voudrai vous dire que ce n'a pas été si grave, chacun jugera à l'aune de ses exigences de vie, de son désir de construire ou pas quelque chose avec quelqu'un sur la durée.
Bien sûr, le lecteur a une certaine distance, et comprend le caractère toxique de cette relation entre Sara et ses nouveaux voisins. Bobo ? Non, pas vraiment, parce que le premier « bo » est pour bourgeois, et ceux-ci ne sont pas nécessairement des artistes. Même, ils sont des exigences au niveau de leur qualité de vie, pour eux, pour leurs enfants, pour l'avenir, ce qui, à mon avis, n'est pas le cas de Gavin et Lou. Certes, ils permettent d'introduire des notions intéressantes, comme la place de l'artiste et de sa créativité dans la société, comment être artistes et parents. Il est aussi question, très légèrement, en filigrane, de la théorie du genre, puisque Sara prend Dash, le fils de son adorable voisine, pour une fille – mais Lou, au prénom tout aussi ambiguë, détrompe très vite la jeune femme.
Je crois que j'attendais bien plus de ce roman. Il est rangé dans la catégorie des thrillers psychologiques, mais je n'ai pas vraiment ressenti de frissons, d'angoisse, non qu'il ne puisse rien se passer dans les banlieues anglaises, ce n'est pas cela. Disons que je n'ai pas été suffisamment sensible aux charismes de nos deux artistes pour les sentir comme des menaces. Ce sont des personnes insouciantes, au mode de vie différent, qui s'imposent aux autres sans tenir compte des autres, justement, emportant un temps tout sur leur passage. Pour utiliser un autre mot, ce sont des profiteurs qui ont la gentillesse de laisser les autres les décharger le plus possible de tout ce qui les ennuie. Si encore ils avaient servi de révélateur pour dénoncer quelque chose, j'ai presque envie de dire n'importe quoi si ce n'est l'ennui qui ronge Sara et le conformisme de Neil. Néanmoins, les personnages « comme il faut » – Simon et Carol – ne sont pas si désagréables que cela puisqu'ils mènent la vie qu'ils ont choisi, jusqu'au bout – et tant pis si, parfois, elle est un peu ennuyeuse.
Je terminerai en parlant des maisons. Pourquoi avoir une maison ? Pour soi, pour les autres ? Que signifie prendre soin de sa maison, la garder solide ? Métaphore du foyer, ou du fait que l'on n'en a rien à faire de celui-ci ? A méditer.
Lien : https://deslivresetsharon.wo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
paraty62
  04 novembre 2018
Vase clos
C'est la première chose qui me vient à l'esprit après la lecture de ce roman. Sara, mère au foyer pas vraiment désespérée, aime son mari, ses enfants , ses voisins et amis mais trouve tout cela monotone en comparaison de la vie bohème de ses nouveaux voisins.
Lorsque Lou et Gavin une réalisatrice et un sculpteur reconnus emménagent près de chez elle Sara compare sa vie à la leur et trouve qu'elle a moins de saveur. Ses voisins ne s'encombre pas de contraintes domestiques et vivent leurs arts à fond. Sara qui a toujours voulu écrire un livre les envient et en même temps elle se rend compte de leur aspect négligé et égoïste.
Une relation d'attraction répulsion se met en route et les deux couples deviennent inséparables. Sara remet son mode de vie en question et joue avec le feu . Au point de se brûler ?
Au sortir de ce livre on est comme elle. Il est facile de se laisser happer par des personnalités fortes et qu'on admire mais est-ce réciproque ? Et l'herbe est-elle plus verte chez le voisin. Les deux couple s'observent , se jugent, s'admirent ... Comme dans un miroir déformant.
En bref, un roman qui se base surtout sur la psychologie des personnages ,et l'impact de l'artiste sur ses proches, que j'ai trouvé un peu long.
Lien : http://lemondedeparaty62.ekl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
AelaAela   09 novembre 2018
Quelqu'un s'était glissé dans la peau de son mari et avait remplacé l'homme plein de bon sens et sans grandes prétentions intellectuelles par un cinéphile éclairé et intello.
Commenter  J’apprécie          110
AelaAela   09 novembre 2018
- Je ne vais pas être mère au foyer maman. Je vais combiner l'instruction de mes enfants à la maison, en espérant que ce sera une expérience gratifiante et créative, et la publication de mon roman dont mon amie Lou pense qu'il a toutes les chances de trouver un éditeur, figure-toi.
Le visage de sa mère prit alors cette expression qu'en grandissant elle en était venue à redouter. Cette expression signifiait: "Tu es ridicule, irresponsable et immature, mais je me garderai bien de commenter parce que je n'ai pas mon mot à dire en tant que ta mère."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   13 juin 2018
Elle apprit qu’il comprenait, maintenant mieux que jamais, que son ambition de réussir une carrière conventionnelle émanait d’un désir de satisfaire sa mère. Elle apprit qu’il regrettait d’avoir étudié la politique plutôt que la musique et que deux ans plus tôt il s’était créé un compte Facebook dans le but de retrouver les membres de Busted Flush, le groupe dans lequel il était bassiste à la fin des années 1980. Autant de choses qu’il avait, par inadvertance, négligé de lui raconter. Mais c’était l’effet que Lou et Gavin produisaient sur les gens : ils leur faisaient avouer leurs désirs secrets, ceux qu’ils avaient oubliés ou n’avaient même jamais formulés. Cela s’était passé avec elle. Elle savait désormais que sa créativité ne devait pas être bridée, qu’elle avait le don de nouer des relations d’amitié avec les femmes, qu’elle était très sensible aux plaisirs sensuels : elle n’avait jamais autant aimé manger, écouter de la musique, quant à faire l’amour, eh bien, au moins, c’était de nouveau d’actualité.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   13 juin 2018
Le morceau n’était pas bon : pas assez rapide pour danser tout seul, mais pas assez lent non plus pour un slow à deux. Ils se mirent donc à tourner maladroitement, ses mains à lui posées sur ses hanches, et les siennes d’abord sur ses épaules puis sur ses coudes pour tenter de donner un peu de rythme. Heureusement, la plupart des gens étaient partis se resservir à boire, ce qui fait qu’il n’y avait avec eux sur la pelouse qu’une femme toute fluette qui dansait bizarrement en remuant les poignets à toute vitesse, et une fillette en pyjama affublée d’une paire d’ailes de fée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   13 juin 2018
Une partie d’elle-même savait depuis longtemps que sa relation avec lui n’était pas saine. Ils dépendaient trop l’un de l’autre, et chacun encourageait l’inertie de son voisin à grand renfort d’humour corrosif. Tant qu’ils continueraient à mettre toute leur énergie créatrice à ironiser sur la nature futile de leur activité, l’ambition servile de leurs collègues moins doués et l’agressivité inutile de leur bourreau de travail de patron, Frank Ryan, ils pouvaient continuer aussi de prendre pour cibles leurs carrières respectives de journaliste et de romancière manqués.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
autres livres classés : thrillerVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox

Autres livres de Felicity Everett (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Les Voisins du 9 de Felicity Everett

Comment s'appelle la nounou de Zuley ?

Mandy
Sonia
Ezra
Claudia

10 questions
0 lecteurs ont répondu
Thème : Les voisins du 9 de Felicity EverettCréer un quiz sur ce livre