AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2070408868
Éditeur : Gallimard (24/06/1999)

Note moyenne : 3.23/5 (sur 13 notes)
Résumé :
Jeté la nuit du 4 novembre 1911 dans les eaux tumultueuses de la Tamise par trois mystérieux individus, le héros de ce roman se réveille amnésique et va devoir affronter une société secrète pour survivre. Une intrigue pleine de rebondissements qui se déroule dans le Londres du début du XXè siècle écrite dans un style simple mais efficace.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
Corboland78
  29 mars 2012
Londres, début du XX siècle, un homme est jeté dans la Tamise. Il est sauvé par un immigré italien et recueilli par un Irlandais tenancier d'un pub, mais s'il est sauf il s'avère qu'il est devenu amnésique. Avec l'aide de ses nouveaux amis du quartier des docks il va tenter de retrouver ses agresseurs et son identité perdue. Son enquête nous permet de visiter la capitale anglaise, des quartiers les plus défavorisés aux rues les plus huppées, de croiser la misère des uns et la haute société des autres. Chasseur il sera chassé devant combattre l'adversité et les trous de sa mémoire. Quand il s'infiltrera dans une société secrète adepte de l'ouvrage de Thomas de Quincey de l'assassinat considéré comme un des beaux-arts, l'issue sera proche. Un polar bien gentil qui ne fait de tort à personne, rien de très palpitant dans cette histoire simplette qui offrait pourtant un terreau favorable avec un décor (le Londres de 1911), des personnages (un amnésique, des anarchistes Italiens, des indépendantistes Irlandais), une société secrète, bref de quoi faire la base d'un scénario à rebondissements. Comme le style d'écriture est en plus assez naïf, les amateurs de sensations fortes peuvent passer leur chemin. Dommage, mais pour être honnête il faut signaler qu'il s'agissait du premier roman de Jean-Baptiste Evette et que je nai rien lu d'autre de cet auteur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
TristanPichard
  05 janvier 2014
Bon, autant être honnête, je n'ai pas poursuivi ma lecture au-delà de la page 48. Sans doute que ça décolle dès la page 49, que le style devient limpide, que les scènes d'action ne nécessitent plus deux lectures pour comprendre qui fait quoi, que les personnages et les situations se vautrent délibérément et avec humour dans le cliché plutôt que de succomber au vu et revu du genre de façon très premier degré (fog, docks interlopes, belle anarchiste italienne qui met la fièvre au héros d'un écarquillement de son sourcil charbonneux et aristocrates désabusés qui trompent leur ennui dans des sectes sanguinaires). Bon, j'aurais sans doute dû tourner cette quarante-huitième page pour découvrir tous les trésors insoupçonnés que recelaient la suite. Je n'ai pas pu.
Pourquoi ?...
...
...
... parce que la page 48 d'un livre est nécessairement à gauche et ne peut donc être tournée pour découvrir la 49 ! Élémentaire mon cher Watson !
Lien : https://www.tristan-pichard...
Commenter  J’apprécie          20
ElianeCleer
  03 juillet 2018
Un livre drôle et bien écrit, une aventure palpitante, une plongée dans Londres d'il y a un siècle, dépeint comme une Babylone dépravée... J'ai eu du mal à poser le livre avant d'avoir lu la fin.
Vraiment, je ne comprends pas certaines des autres critiques, tant la qualité littéraire de cette oeuvre me paraît incontestable.
Commenter  J’apprécie          10
ertiammot
  27 août 2016
Premier roman de cet auteur, ce livre n'en est pas moins un très bon roman !
On y suit les aventures de Jordan Fantosme, complètement amnésique, qui va tenter de retrouver dans le labyrinthe d'un Londres début de siècle son passé...
Mais ce qu'il découvrira va t-il lui plaire ?
Un chouette roman mi-aventure mi-policier qui tient en haleine de la première à la dernière page !
Commenter  J’apprécie          00
aureliestrega
  26 décembre 2014
Une enquête passionnante sur un meurtre raté dans le Beau monde, lié semble t-il à une série de meurtres macabres, conduite par un amnésique qui va faire des découvertes plutôt sombres sur son passé!
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
ElianeCleerElianeCleer   03 juillet 2018
Ils mirent au point leur plan de campagne : Timothy devait déposer Eugène et Lazarus devant la demeure à visiter, 30 Queen Ann's Gate, puis faire le tour du pâté de maisons et attendre le moment où ils ressortiraient, et ensuite, fouette cocher... filer vers les docks des Indes orientales.
Tandis qu'Eugène acquiesçait à tout en se versant à nouveau à boire, Matt passa derrière le bar et en rapporta un objet enveloppé dans du tissu. Il le jeta sur la table et un choc métallique la fit trembler et fit déborder le verre d'Eugène, qui grimaça. Le silence se fit. Lazarus, du bout des doigts, déballa le paquet. Un énorme revolver luisant, quelque chose qui semblait à la fois préhistorique et mortel. "C'est un Webley réglementaire d'officier de Sa Majesté, modèle 1887. Ça peut toujours servir..." Un brin de naïve fierté transparaissait dans son regard. Lazarus le dévisagea, consterné ; Eugène regardait le bout de ses chaussures en sifflotant d'un air gêné. Ce fut Tim qui éclata : "Vieux brigand ! Veux-tu cacher ton artillerie tout de suite ! Tu es père de famille et tu ne rêves toujours que de plaies et de bosses. Nom de Dieu, tu n'es plus à Enniscorthy ! Nous n'allons pas risquer de tuer quelqu'un pour un chapeau." Matt consulta du regard un à un les conspirateurs. Devant leurs airs réprobateurs, il remit l'arme dans le tiroir en grognant. Ils s'entassèrent ensuite dans le cab, Tim enfonça son haut-de-forme défoncé sur son crâne, grimpa sur son siège et donna un coup de fouet en l'air. Le vieux cheval enleva le tout d'un coup d'encolure. Eugène, qui ne laissait pas passer une bonne occasion, avait embarqué une passagère clandestine, la fameuse bouteille, mais on réussit à le convaincre de la conserver pour fêter leur retour. Tout était calme le long de la rivière et les sabots qui résonnaient sur le pavé, renvoyés par les façades noircies, étaient les seuls signes de vie de par la ville. Comme prévu, Tim laissa Eugène et Lazarus à Queen Ann's Gate ; tout était éteint chez Sir Edwin Montaigu. La calèche repartie, ils descendirent l'escalier vers les cuisines, là où ils seraient moins visibles pour travailler, sous le niveau de la rue. A la lueur du réverbère à gaz qui les surplombait, Eugène, équipé d'un petit couteau et d'une des épingles à chapeau de Maeve, traficotait la serrure... Lazarus était tendu, il doutait tout à coup des capacités de son complice et le temps que ça mettait lui paraissait incroyablement long. Il surveillait la rue. Sur les escaliers, ils avaient laissé des traces qui avaient une allure bizarre : elles semblaient dessiner des signes cabalistiques sur les marches. Il s'accroupit pour les examiner, stupéfait. "Eugène Delair, Artiste funambule", réussit-il à déchiffrer. Horreur ! Eugène avait des semelles publicitaires qui signaient son nom à chaque pas... Il l'agrippa par le bras : "Eugène ! Tes chaussures !
- C'était une brillante idée, pas vrai ? Je l'ai gravé moi-même, pour essayer de trouver du travail mais ça n'a rien donné."
A ce moment, la serrure céda avec un petit bruit grinçant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Corboland78Corboland78   29 mars 2012
Ce qu’avait raconté le docteur n’en faisait pas un membre de cette société sanglante. Il avait simplement dû être imprudent. Mais seule une partie des ténèbres était dissipée. Aussi il ralluma la lampe et alla chercher les pages arrachées au registre de la Société. La réponse précise s’y trouvait peut-être, cependant il les avait déchirées avec une telle hâte qu’il était possible également qu’elles ne contiennent rien à son sujet. De toute manière il fallait qu’il ait le courage de les examiner.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
brigetounbrigetoun   08 mai 2010
Il franchit les quelques mètres qui le séparaient de la porte sur une étroite allée dallée, irrégulière. Il actionna le heurtoir de cuivre en forme de dauphin héraldique. Tout était silencieux et le bruit métallique sec que fit le heurtoir sur la butée n'éveilla aucun écho à l'intérieur de la demeure.... Tourner autour de cette maison l'émouvait. Qu'allait-il y trouver ?
Commenter  J’apprécie          40
Video de Jean-Baptiste Evette (3) Voir plusAjouter une vidéo
autres livres classés : londresVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1798 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre