AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : SIE67569_7670
Marabout (30/11/-1)
3.97/5   16 notes
Résumé :
Erotique, macabre, mystique...
Un précurseur de la psychanalyse.
Acheter ce livre sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten
Que lire après L'araignée et autres contes fantastiquesVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Un jeune étudiant en médecine, Richard Bracquemont, a établi ses quartiers au n° 7 de l'hôtel "A. Stevens" au n° 6 de la rue du même nom.
Auparavant trois personnes se sont pendues, trois vendredis consécutifs à la croisée de sa fenêtre.
Le premier, un voyageur de commerce suisse a été retrouvé se balançant au bout d'un solide crampon qui servait manifestement à suspendre les vêtements ; c'est l'absence au cirque Médrano de de Karl Krause à la représentation du vendredi qui alerta les amis de ce transformiste à bicyclette ; un agent de police, intrigué par ces deux suicides étranges, s'installa un jeudi soir dans la pièce mystérieuse...au matin du samedi, on le retrouva pendu au crampon de la croisée....
Cette nouvelle, "l'araignée", qui a donné son nom au recueil, est un texte sombre, mystérieux et macabre.
Hanns Heinz Ewers est un auteur allemand. Il est né à Düsseldorf en 1871.
Son oeuvre, très inspirée par le souffle d' Edgar Allan Poe, est empreinte du style surréaliste, très sombre, érotique et parfois grotesque de la fin du 19° siècle.
Les textes contenus dans ce recueil ont été écrits entre 1907 et 1943. Hanns Heinz Ewers est aussi l'auteur du formidable et baroque recueil de nouvelles intitulé "Dans l'épouvante".
Très contesté, Il est, malheureusement, un auteur qui a été très peu traduit.
Commenter  J’apprécie          330
Ce recueil de Hanns Ewers commence par la plus célèbre de ses nouvelles, l'Araignée. Quand je dis célèbre, c'est très relatif, Ewers étant un des auteurs de littérature fantastique le plus méconnu. Côté érudition fantastique, il est blindé. Il traduit les oeuvre d'Auguste de Villiers de l'Isle Adam. Il écrit un court ouvrage sur E.A. Poe. Je gage qu'il connaît Maupassant et la plupart de ses contemporains. Il admire Oscar Wilde sur qui il écrit une nouvelle assez originale. D'ailleurs, il est apprécié d'Huysmans, entre autres. C'est dire l'aura, à l'époque, d'Ewers. Côté érudition "ethnique", il parcourt le monde en tous sens. L'Amérique du Sud, du Nord, les Antilles, etc. Il se sert de ses connaissances pour étoffer ses nouvelles. On pourrait, par analogie à notre époque, parler d'un baroudeur... très dandy quand même, mais il roule sa bosse. D'ailleurs, ses nouvelles sont très souvent écrites à la première personne, comme s'il nous racontait un souvenir de voyage. C'est très fort.

Dans les biographies qui sont consacrées sur le Net à Hanns Ewers, on met le manque de notoriété d'Ewers sur un passage "à vide" de l'auteur. Quand il se laisse attirer par les sirènes du nazisme. Clairement, l'âme romantique d'Ewers va être attirée par l'impérialisme nazi. Il est à New York en 1914 et il est courtisé par l'Ambassade allemande. Il va s'ensuivre une période où il se rapproche du pouvoir, pour finir par tomber en disgrâce. Ses oeuvres seront interdites, même. Il aidera des amis juifs à échapper au régime. Dans ses nouvelles, pas d'antisémitisme, mais fort souvent des critiques à l'encontre des Allemands et une piètre opinion de ses concitoyens.

Revenons à l'Araignée... une nouvelle assez claire sur des suicides étranges qui ont lieu dans une chambre d'hôtel. On va suivre un jeune homme chargé d'écrire un journal, de manière à trouver l'origine des suicides. Par la fenêtre, il voit une jeune femme dans la maison d'en face et il est séduit. Il va tomber sous l'emprise de cette beauté, comme une mouche dans une toile d'araignée. On est dans du Sheridan le Fanu, à mon avis, ou dans le Repaire du Ver Blanc de Bram Stoker. C'est bien écrit, mais cela m'a fait l'effet de déjà-vu. Il y a bien mieux dans le recueil.

L'intérêt des nouvelles d'Ewers réside dans l'observation de l'âme humaine, des ressorts comportementaux, des relations entre les personnes, de la vie en société. C'est en ce sens qu'on dit de lui qu'il préfigure la psychanalyse. Il y a un côté romantique, "fin-de-siècle", chez Ewers. Et de l'expressionnisme. Il était très attiré par le cinéma. Mais il se base sur de la science aussi, fort souvent. Et il le fait pour mieux amener l'explication fantastique, comme dans les nouvelles gothiques. Comme chez Poe, qui est clairement un modèle.

La qualité des nouvelles doit surtout au climat malsain, occulte et souvent teinté d'érotisme latent. Beaucoup de non-dits. Une recherche esthétique, ce qui l'a sans doute projeté dans le nazisme aussi. Il aime raconter l'épouvante au quotidien. Il distille les éléments pour arriver à un climax, à une chute, souvent bien pensée.

Les nouvelles qui se détachent distillent une horreur qui préfigure Lovecraft et les Grands Anciens. Une sur le vaudou, pleine de sexe brut, de stupre et de sacrifices. Une sur des corps momifiés. Une où le personnage principal déterre le cadavre d'un suicidé pour gagner les faveurs de la fille du décédé. Et une sur un peintre tombé amoureux d'une jeune femme morte des milliers d'années auparavant et prisonnière d'un bloc de glace. Ce sont des nouvelles d'une modernité de ton, pleines d'imagination et de punch. Au-delà de cela, il va traiter l'homosexualité et l'intolérance dans la nouvelle où Oscar Wildelui parle. Il aborde aussi la schizophrénie (avec la transsexualité également) de manière fort scientifique avec une chute pleine d'humour. Il n'y a pas suicide, vu qu'une personnalité à voulu tuer l'autre...

Le hic vient surtout du recueil lui-même. Pas de préface, à peine une postface. Pas de titres originaux des nouvelles. Pas de dates où elles ont été écrites. C'est très chiche pour une anthologie d'un auteur injustement méconnu.
Commenter  J’apprécie          130

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
Chercher un appartement, voilà bien une des occupations les plus fastidieuses. On monte un escalier, on en descend un autre, on passe d'une rue à l'autre, et toujours les mêmes questions et les mêmes réponses.
Ô mon pauvre cœur !
J'étais en route depuis dix heures et entre-temps 3 heures venaient de sonner. Je me sentais fatigué comme un cheval de cirque.
Bon, montons une fois encore, trois étages.
- Je voudrais voir l'appartement.
- Je vous en prie.
La femme me conduisit à travers le corridor sombre, puis elle ouvrit une porte.
- C'est ici....
(extrait de "la fiancée momifiée", nouvelle du volume paru aux éditions "Marabout" en 1964)
Commenter  J’apprécie          30
Les années passèrent sans apporter de changement. Une fois, puis une autre, il pensa qu'une femme pourrait l'aider. Mais le "grand amour" se révéla aussi secourable qu'un clou rouillé ou qu'un moustique serti dans l'ambre.


Un amour extrême
Commenter  J’apprécie          20

autres livres classés : littérature allemandeVoir plus
Les plus populaires : Polar et thriller Voir plus
Acheter ce livre sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten


Lecteurs (46) Voir plus



Quiz Voir plus

Quiz: l'Allemagne et la Littérature

Les deux frères Jacob et Whilhelm sont les auteurs de contes célèbres, quel est leur nom ?

Hoffmann
Gordon
Grimm
Marx

10 questions
405 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature allemande , guerre mondiale , allemagneCréer un quiz sur ce livre

{* *}