AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782702432808
251 pages
Éditeur : Le Masque (07/06/2006)

Note moyenne : 3.74/5 (sur 81 notes)
Résumé :
Tarchinini est rond, gourmand, volubile et un rien frimeur ; il est marié à Giulietta, ancienne reine de beauté devenue la mamma par excellence, irrésistible et soupe-au-lait.
Chez eux la vie n'est pas de tout repos, mais un mot règne en maître, l'amour... Ah, l'amour... Pour le commissaire Tarchinini, il est même l'unique et formidable ressort de tous les crimes.
Et les crimes ne manquent pas dans l'Italie d'Exbrayat. On y poignarde, on y, étrangle, o... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (19) Voir plus Ajouter une critique
iris29
  11 août 2019
Cyrus A. William Leacok a trente ans , il vient d'une des plus anciennes familles de Boston. Juriste de formation , il fait le tour des villes européennes pour comparer les différentes méthodes policières. Il est sérieux ( trop) , et s'apprête à se marier avec une femme pour asseoir sa position sociale . Grâce à l'argent du père de sa fiancée , il pourrait devenir sénateur du Massachusets .
Et il mâche des chewing-gums ...
Le commissaire Tarchinini , vit à Vérone, la plus belle ville du monde, ou plus assurément : La ville de l'amour... Il s'appelle Roméo, et sa femme Giulietta, laquelle lui fait souvent des spaghettis...
"Chewing-gum et spaghetti:" difficile de faire plus opposé que ces deux personnages, qui vont devoir travailler ensemble , ( l'un devant observer l'autre...), se tolérer, à défaut de s'apprivoiser...
Et ce n'est pas évident au début parce que Leacok est campé sur ses positions, à savoir : la supériorité de l'Amérique, sa splendeur, son efficacité . Et il a bien du mal avec les méthodes "foutraques" de son collègue qui parle à l'oreille des cadavres et qui pense que l'amour ( on est à Vérone), explique tout, même les meurtres.
Mais le charme italien opérera et l'Américain, sera conquis, tout comme visiblement l 'a été l'auteur ! Nourriture, générosité, bella ragazza, alcool, folie douce, opposés à la froideur, la rigueur, l'ambition, le manque d'ouverture, de curiosité de l'américain...
Exbrayat forçant un peu le trait, caricaturant les deux pays, j'ai failli abandonner ma lecture au tout début, mais la plume , l'humour, le côté farfelu m' ont alpaguée.
Il est des romans policiers qui privilégient le fond, l'enquête, et d'autres la forme, ici, on est clairement dans la deuxième catégorie. On sent tout le plaisir qu'a eu l'auteur à faire des bons mots. Il est son premier spectateur. Il s'amuse et nous entraîne généreusement avec lui, loin d'ici , à Vérone, la ville de Roméo et Giulietta...
Challenge Mauvais genres.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          485
GeorgesSmiley
  16 juillet 2018
E un Americano ! En 1959, année de parution du premier volet des aventures de Roméo Tarchinini, cette circonstance atténuante signifiait, grossièrement, que la personne désignée possédait beaucoup plus de dollars que d'humanités. le pauvre Cyrus A. William Leacok se voit, tout au long de son séjour à Vérone, affublé par moult Véronais et Véronaises de ce qualificatif où la commisération le dispute à un très net sentiment de supériorité. Choc des cultures entre le diplômé en droit de Boston, descendant en ligne directe des pionniers du Mayflower, rigide comme l'Inquisition, coincé comme un ballon dans une mêlée de rugby et face à lui, ou à ses côtés, car il est venu pour coopérer, Roméo Tarchinini, rond comme une boule de glace et souple comme une portion de tiramisu. On le sait bien, les contrastes font les bons films (La Chèvre), les bonnes séries (Amicalement Vôtre) ou les bons romans, comme celui-ci.
L'enquête, on l'aura déjà compris, n'est pas le plus grand intérêt du roman même si le coupable nous échappe jusqu'à la toute fin de l'histoire. Tout le sel se trouve dans les aventures de notre juriste bostonien mâchonnant son chewing-gum avec la même assurance qui lui permet de vanter les mérites de la police scientifique à l'américaine tout en vilipendant les méthodes du commissaire italien qui ne débute son enquête qu'après avoir terminé son assiette de spaghetti et prétendu que « les crimes ont presque toujours l'amour pour mobile…Pourquoi ? Mais parce que nous sommes à Vérone. » de scampis en torta di mandole, de quelques verres d'Acqua di Firenze à beaucoup d'autres de Maraschino ; de Guiletta à Lydia sans oublier une Mica très en forme, le puritanisme bostonien de notre Ulysse aux petits pieds, saura-t-il traverser les tempêtes sans souffrir la moindre corrosion ni succomber aux charmes de la Vénétie ? Accablé, à longueur d'incompréhensions, du sempiternel et irritant : « E un Americano », soumis à de nombreuses tentations, le risque semble grand de le voir jeter dans l'Adige, non pas les caisses de thé de ses ancêtres, mais plutôt sa gourme.
L'inquiétude gagne les bords de la Charles River et le futur beau-père s'en mêle :
«_ Qu'avez-vous fait à Valérie ?
_ Moi, rien.
_ Elle est chez moi en train de sangloter et ne s'interrompt que pour vous injurier et me maudire. C'est beaucoup pour un homme qui souhaitait se reposer. Elle vous a rendu votre parole ?
_ Pas que je sache !
_ Tant mieux ! Je craignais le pire…Comprenez-moi Cyrus, il y a vingt-cinq ans que je supporte Valérie. Je crois avoir fait ma part, à un autre maintenant !
_ Vous avez une manière bien à vous de m'encourager ».
Tout est joyeux, cocasse, drôle et souvent hilarant. Si vous souhaitez sourire et passer un excellent moment, Charles Exbrayat est à redécouvrir. L'humour et la bonne humeur imprègne son oeuvre, ce qui n'a rien d'étonnant lorsqu'on sait qu'il fut, quelques mois durant, étudiant en médecine avant de se faire exclure de la faculté de Marseille pour « chahut notoire ».
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          122
LAULAULA
  20 avril 2014
Je découvre Exbrayat. Un style très pimenté, qui nous procure de bons éclats de rire, ce qui est assez rare pour être souligné. Toutefois, prédomine l'analyse d'un choc des cultures entre celle de l'Italie de Verone, dans laquelle l'amour est omniprésente et celle de l'Amérique, dictée par la raison et la pudeur. le tout mené par des dialogues très épicés. J'avoue que l'intrigue policière passe au second plan. Un très bon moment.
Commenter  J’apprécie          180
JML38
  25 avril 2019
Cyrus A. William Leacok, originaire de Boston, spécialiste en droit criminel, effectue une étude comparée des méthodes policières européennes.
Après quelques expériences plus ou moins satisfaisantes, il boucle son périple à Vérone auprès de la police italienne.
Les responsables de la police de la ville, ne voyant pas d'un bon œil cette intrusion, décident – l'idée les faisant bien rire - de le confier au commissaire Tarchinini.
Après la découverte du corps d'un représentant de commerce, le séjour s'annonce plus long que prévu, Tarchinini ne partageant pas l'avis de Leacock qui voit l'affaire se conclure rapidement par un suicide.
L'Américain assiste alors à une enquête qu'il juge plus que farfelue, sans recherches d'indices par l'identité judiciaire – on ne dérange pas ces messieurs comme ça –, des interrogatoires de témoins féminins à la limite du marivaudage, des interruptions pour respecter scrupuleusement les heures de repas. Les méthodes du commissaire italien l'interpellent au plus haut point, basées sur beaucoup d'intuition et un principe fondamental : à Vérone, depuis un couple célèbre, tout est passionnel.
D'ailleurs Tarchinini se prénomme Roméo et sa femme Giulietta, comme bon nombre d'habitants de la ville.
L'intrigue, bien qu'assez complexe, n'est pas l'intérêt principal de l'histoire, passant au second plan pour laisser la place à l'évolution de la relation entre les deux policiers que tout oppose profondément au départ.
Persuadé de sa supériorité et de celle de son pays, Cyrus va peu à peu perdre de sa superbe, sa carapace s'effritant doucement sous les assauts répétés de bonhomie et de gentillesse de son homologue italien, bien aidé par les bons produits italiens – dont certains fortement alcoolisés –, les belles Véronaises et l'ambiance résolument tournée vers l'amour de la ville.
De nombreuse scènes cocasses égayent le récit, le point d'orgue étant atteint lorsque Cyrus, sa fiancée américaine et son futur beau-papa fraîchement débarqués, sont invités chez Roméo et Giulietta pour un repas qui tourne rapidement à un moment de pure jubilation.
Ce roman ne brille pas par sa subtilité, l'auteur n'hésitant pas à forcer le trait pour jouer sur la veine comique, mais reste fortement recommandable pour qui ne craint pas qu'un gros grain de folie se glisse dans une intrigue policière.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          13
Chocolatiine
  03 août 2013
Si vous aimez les romans policiers et si vous aimez rire, ce livre est fait pour vous plaire ! Je l'ai lu il y a plusieurs années et avais adoré ! Le commissaire Tarchinini est attachant et drôle, et l'intrigue bien construite.
N'hésitez pas à lire la suite: Le plus beau des bersagliers, et Chianti et coca-cola.
Commenter  J’apprécie          110
Citations et extraits (21) Voir plus Ajouter une citation
iris29iris29   12 août 2019
- Et sa réputation, vous y songez ?
- Entre nous, elle n' a pas l'air de tellement s'en soucier ?
- Parce qu'elle a découché ? Oh ! vous savez, à Vérone, nous sommes moins sévères qu'à Boston sur ce chapitre.
- Permettez- moi de le regretter !
-- Je vous le permets bien volontiers, signore, d'autant plus que cela ne démontre pas qu'il y ait plus de maris trompés chez nous que chez vous.
Commenter  J’apprécie          191
GeorgesSmileyGeorgesSmiley   17 juillet 2018
_ N'est-ce pas ici que s'aimèrent Roméo et Juliette ?
Valérie pinça les lèvres en signe de désapprobation avant de répondre :
_ Je m'étonne, daddy, qu'au lieu de vous occuper de votre santé, vous pensiez aux débordements immoraux de...
Son père l'interrompit avec un grognement de mauvaise augure :
_ Ce n'est pas moi, Valérie, mais le dénommé Shakespeare !
_ Cela importe peu si vous semblez l'approuver, daddy, mais ce boy qui grimpe chez sa sweetheart par une échelle de corde alors que ses parents donnent une party avec toute la gentry de Vérone, c'est proprement scandaleux ! Pourquoi n'empruntait-il pas l'escalier comme tout le monde , si ses intentions étaient honnêtes ?
Ce fut à cette minute précise que Cyrus A. William Leacock se mit à détester Valérie Pearson.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
voiliervoilier   02 octobre 2013
- Pourquoi ?
- Comment pourquoi ? Mais parce que nous sommes à Vérone !
- Et alors ?
Pour la première fois depuis le début de leur entretien le commissaire laissa voir un net désarroi :
- Mais enfin, Vérone…!
L'air incompréhensif de l'Américain troubla profondément Tachinini et ce fut presque à voix basse qu'il dit :
- Voyons, monsieur Leacok…Roméo ? Giulietta ?
- Roméo ? Ah ! oui ! Shakespeare, n'est-ce pas ?
L'italien parut délivré. On devinait qu'il avait craint que ce personnage d'outre-Atlantique n'eût jamais entendu parler des deux célèbres amoureux.
- Shakespeare et Vérone.
A son tour, Cyrius A. William sourit.
- Mais commissaire, ce sont des personnages de théâtre ?
- Erreur ! Ils sont vivants, éternellement vivants et si, ce soir, à la tombée du jour, vous vous promenez dans n'importe quel quartier de notre ville, vous verrez d'innombrables Giulietta se hâtant aux rendez-vous où les attendent d'innombrables Roméo. Chez nous, l'amour sourd de partout et pour peu que vous ayez le sang chaud, le cœur tendre et un brin d'imagination, passez dans la plus l'étroite, la plus sombre des venelles et je vous gage que vous y rencontrerez les deux charmants fantômes qui hantent Vérone depuis des siècles : Roméo et Giulietta !

Alors que Tarchinini reprenait haleine, Cyrius A. Williams haussa pesamment ses larges épaules :
- Ridiculous !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          21
iris29iris29   12 août 2019
- En somme, mon cher Roméo, nous avons perdu notre journée...
- Le métier de policier est fait de centaines de journées perdues. Mais éliminer un suspect est aussi important que la découverte d'un nouvel indice.
Commenter  J’apprécie          180
iris29iris29   11 août 2019
Et ils partirent tous deux d'un formidable éclat de rire qui, parce qu'on se trouvait en Italie, parcourut toute la gamme ascendante et descendante sans une fausse note.
Commenter  J’apprécie          192
Videos de Charles Exbrayat (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Charles Exbrayat
En quête de bons livres à lire ? Découvrez l?actualité de Babelio et les livres du moment en vidéo.
Mars, c'est le Mois du polar sur Babelio. Au programme de cette vidéo : une rencontre avec Polars_urbains, un Babelionaute passionné de polars urbains et africains, le programme de Quais du polar (du 29 au 31 mars 2019 à Lyon), avec des rencontres Babelio, des quiz, et de nombreux auteurs présents, et retrouvez tous nos contenus éditoriaux sur le genre, dont un Top 10 vidéo des polars nordiques, des interviews d'auteurs et éditeurs, un article sur 5 livres qui ressuscitent le mythique Sherlock Holmes, etc.
0:23 Reportage : rencontre avec le Babelionaute Polars_urbains chez lui
Son compte Babelio : https://www.babelio.com/monprofil.php?id_user=482604 Son site sur le polar urbain : http://www.polarsurbains.com/ Son site sur le polar africain : http://www.polars-africains.com/
Auteurs et livres cités : Pierre Rival, 'Ezra Pound en enfer' : https://www.babelio.com/livres/Rival-Ezra-Pound-en-enfer/1108671 Charles Exbrayat : https://www.babelio.com/auteur/Charles-Exbrayat/12086 San Antonio : https://www.babelio.com/auteur/Frederic-Dard/7187 Agatha Christie : https://www.babelio.com/auteur/Agatha-Christie/3638 Jean-Patrick Manchette : https://www.babelio.com/auteur/Jean-Patrick-Manchette/7455 ADG : https://www.babelio.com/auteur/-A-D-G/65945 Thierry Jonquet : https://www.babelio.com/auteur/Thierry-Jonquet/6526 Georges Simenon : https://www.babelio.com/auteur/Georges-Simenon/6804 Léo Malet : https://www.babelio.com/auteur/Leo-Malet/7089 Henning Mankell : https://www.babelio.com/auteur/Henning-Mankell/2995 Ian Rankin : https://www.babelio.com/auteur/Ian-Rankin/4776 Fred Vargas : https://www.babelio.com/auteur/Fred-Vargas/3212 Léo Malet, 'Brouillard au pont de Tolbiac', roman : https://www.babelio.com/livres/Malet-Brouillard-au-pont-de-Tolbiac/158854 et la BD avec Tardi : https://www.babelio.com/livres/Tardi-Nestor-Burma-BDtome-1--Brouillard-au-pont-de-T/662328 Michel Carly, 'Maigret : traversées de Paris' : https://www.babelio.com/livres/Carly-Maigret--Traversee-de-Paris/108638 Nii Ayikwei Parkes, 'Notre quelque part' : https://www.babelio.com/livres/Parkes-Notre-quelque-part/565660 Zep et Bertail, 'Paris 2119' : https://www.babelio.com/livres/Zep-Paris-2119-Version-Luxe/1113986
7:13 Festival Quais du polar 2019 Le programme de Babelio : https://babelio.wordpress.com/2019/03/19/quais-du-polar-2019-un-vent-nordique-souffle-sur-lyon/ Tout le programme : https://www.quaisdupolar.com/ Notre vidéo sur Quais du Polar 2018 : https://www.youtube.com/watch?v=G_dbQ2uSf8Q Le Top 10 Babelio des polars nordiques : https://www.youtube.com/watch?v=UW8yb_kYh-g
Les livres : Kristina Ohlsson, 'Les Otages du Paradis' : https://www.babelio.com/livres/Ohlsson-Les-otages-du-Paradis/1050832 Hjorth et Rosenfeldt, 'La Fille muette' : https://www.babelio.com/livres/Hjorth-Dark-secrets-tome-4--La-fille-muette/1073457 Joseph Knox, 'Sirènes' : https://www.babelio.com/livres/Knox-Sirenes/1078904 Roslund et Hellström, '3 secondes' : https://www.babelio.com/livres/Ro
+ Lire la suite
autres livres classés : véroneVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
15956 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre