AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2355846065
Éditeur : Sonatine (14/06/2018)

Note moyenne : 3.91/5 (sur 11 notes)
Résumé :
Nicolas Thomas vient de fêter son cinquante-deuxième anniversaire lorsqu’il passe les portes de la centrale de Clairvaux. Après trente ans d’incarcération, il est enfin libre. Personne ne l’attend. Tous ceux qu’il connaissait l’ont abandonné depuis longtemps, depuis le jour où il a été reconnu coupable d’avoir sauvagement assassiné quatre jeunes femmes dans des conditions terribles.
Sophie Ponchartrain est commissaire divisionnaire à Paris. Lorsqu’elle appren... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
jujuramp
  29 mai 2018
J'ai eu la chance de pouvoir lire le dernier Jacques Expert quelques jours avant sa sortie en librairie.
De lui, je connaissais HORTENSE que j'avais beaucoup apprécié.
Dans son nouvel opus, Monsieur Expert m'a encore une fois poussé à bout !
L'intrigue se déroule dans les années 60, les années 90 et de nos jours.
On suit la sortie de prison d'un type qui se clame innocent depuis 30 ans et celle qui l'a fait mettre en prison reste convaincue de sa culpabilité.
La connaissance du milieu judiciaire de l'auteur rend cet ouvrage très précis, très réel. On dévore ce livre pour comprendre le pourquoi du comment. L'auteur sème le doute dés le début et on ne sait que croire. On sent bien que quelque chose cloche et au fil des pages, on ne croit plus personne !
Les personnages sont troublants et semblent tous cacher quelque chose.
J'aime cette façon qu'a Jacques Expert de nous livres des êtres troubles.
Et avec lui, rien n'est jamais tout blanc. Ni tout noir.
J'ai particulièrement apprécié de me faire manipuler durant ma lecture, l'auteur instillant le doute de manière fort judicieuse !
J'aurai peut être aimé me faire cueillir encore plus à la fin mais je ne boude pas mon plaisir, j'ai dévoré ce livre.
Il sort le 07 juin et si vous aimez Expert, je n'ai qu'un mot à dire : Sauvez- moi !
Heu, non en, fait … Foncez !!!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          794
Antyryia
  21 juin 2018

"Appelle la police je suis sequestree"
Ceci n'est pas un extrait du nouveau Jacques Expert.
C'est un sms que j'ai reçu au bureau il y a quelques années.
Ce message émanait d'une voisine et ancienne collègue qui avait pour particularité d'être bipolaire et d'avoir des épisodes de crises très violentes où, entre larmes et euphorie, elle perdait totalement pied avec la réalité.
Moi qui m'apprêtais à rentrer chez moi pour ma pause méridienne, autant vous dire que j'ai été totalement pris au dépourvu.
J'ignorais si c'était du lard ou du cochon, mais j'avais beau pencher pour un accès paranoïaque, je ne pouvais pas non plus rester les bras croisés.
J'ai donc composée son numéro, et elle m'a répondu en chuchotant que oui, son appel au secours était tout à fait sérieux. Elle était chez elle avec son ex-compagnon, je n'en n'ai jamais su davantage.
Je me suis donc rendu au commissariat le plus proche, j'ai montré au policier à l'accueil le mystérieux mot sur mon téléphone.
- Et votre copine, elle est du genre à faire des blagues ?
J'ai réfuté, expliquant qu'en revanche elle n'était pas toujours stable psychologiquement. Et une patrouille a donc été envoyée à son domicile.
Pendant tout ce temps j'ai patienté. Une demi-heure plus tard, j'ai été informé que "les deux tourtereaux allaient bien", et je suis reparti au bureau sans avoir davantage d'explication.
J'ai juste reçu un nouveau sms le lendemain qui me disait : "Merci de m avoir sauve la vie".
Et des messages comme celui-ci, on n'en reçoit pas tous les jours non plus.
Sauvez-moi est un leitmotiv récurrent dans les nombreux courriers que Nicolas Thomas enverra à la commissaire divisionnaire Sophie Ponchartrain.
Condamné à mort suite à son arrestation et à son jugement pour le viol et le meurtre de quatre femmes au début des années 60 , c'est finalement le général De Gaulle qui lui a accordé la grâce présidentielle.
La commissaire avait cependant encore la possibilité de le sauver de l'enfermement à perpétuité.
Il lui suffisait pour cela d'avouer qu'elle avait triché pour obtenir ses aveux.
"Il était catégorique : ces aveux avaient été extorqués."
Mais sa culpabilité ne laissait de toute façon aucune part au doute, et c'est en réussissant à manipuler cet homme qui proclamait pourtant son innocence que la carrière de Sophie Ponchartrain a décollé.
Elle s'est imposée grâce à ce coup d'éclat dans la police machiste de l'époque et sa carrière n'a eu de cesse d'évoluer.
Trente ans plus tard, Nicolas Thomas est libéré pour bonne conduite.
Il a été un détenu exemplaire, discret, solitaire, qui après de premières années difficiles a su s'adapter et ne jamais faire de vagues. Il était naïf et simplet, il ressort éduqué et prêt à démarrer une nouvelle vie.
Mais pourquoi, dans ce contexte où, à cinquante ans, il retrouve enfin l'extérieur, appelle-t-il encore au secours son ennemie jurée, celle qui l'a fait tomber et a toujours refusé de lui tendre le moindre petit doigt ?
"S'il savait comme je n'en n'ai rien à faire, de lui et de ses lettres, songe Sophie Ponchartrain."
Pourquoi écrire encore "Sauvez-moi" à la divisionnaire ? le sauver de quoi cette fois ? de ses pulsions ? D'un piège qu'on lui a tendu ?
Ou le message n'est-il qu'ironique, tel un bras d'honneur ?
En 1990, Sophie mène désormais d'une main de fer une équipe uniquement composée d'hommes au 36 quai des orfèvres et enquête actuellement sur une affaire de violeur en série qui sévit dans les parkings.
Elle a déjà un suspect bien en ligne de mire. Toute son équipe lui fait aveuglément confiance et lui obéit au doigt et à l'oeil.
"Au 36, il n'y a pas de commissaire aussi respecté que Ponchartrain."
Parallèlement, une nouvelle vague de meurtres a lieu.
Des femmes sont éviscérées, suivant un modus operandi tout à fait similaire à celui des meurtres effectués trente ans plus tôt par Nicolas Thomas, qui dès sa sortie de prison a d'ailleurs disparu dans la nature au lieu de se rendre chez son employeur.
De plus, il semble également mener une vendetta personnelle.
Sophie est-elle en danger ?
"Nicolas Thomas règle ses comptes. Et elle a été l'acteur principal de sa condamnation."
Ces deux vagues de crimes sont-elles liées ? Nicolas, qui n'a eu de cesse de clamer son innocence, a-t-il réellement été incarcéré à tort ? Et est-il également étranger à cette nouvelle vague de crimes ?
L'instinct de Ponchartrain qui pourchasse les criminels sans relâche avec une hargne démesurée est-il si infaillible ?
"Mon intuition ne m'a jamais trompé en plus de trente ans de police criminelle."
Des questions, vous allez beaucoup vous en poser tout au long de cette enquête qui ne manque pas de rythme le long de ses quatre-vingt quatre courts chapitres.
Les doutes vont vous assaillir. Vous remettrez en question l'efficacité policière sans pour autant toujours trouver d'alternative à proposer.
Après une incursion l'an passé dans un récit autobiographique, Ne nous quittons pas, Jacques Expert revient de nouveau chez Sonatine pour nous proposer un roman policier, davantage dans la lignée d'Adieu que d'Hortense.
Avec toujours cette écriture reconnaissable en quelques lignes seulement.
S'il s'agit cette fois d'un véritable polar et non d'un thriller psychologique, ça ne signifie pas pour autant que les personnages ne sont pas extrêmement fouillés.
Une fois n'est pas coutume, vous allez mépriser cette commissaire opportuniste et vous attacher à Nicolas Thomas, ce criminel apparemment injustement condamné.
Le roman touche à l'éthique policière, et de l'éthique Sophie n'en n'a pas beaucoup.
Rongée par l'ambition, imbue d'elle-même, exigeante, manipulatrice, sévère, impatiente, ironique, égocentrique, arrogante ... Autant de qualificatifs qui peuvent s'appliquer à la détestable Ponchartrain. Et pourtant, paradoxalement, elle inspire la confiance et de respect de son équipe et obtient des résultats.
Quant à son intuition, qui vire le plus souvent à l'acharnement, à vous de voir si vous le considérez comme une qualité ou un défaut.
C'est un personnage mystérieux dont les étranges sorties nocturnes parisiennes ne peuvent qu'intriguer.
"Qu'est-ce qui peut bien la pousser à sortir en cachette, loin de chez elle, en pleine nuit ?"
Si quelqu'un a la réponse d'ailleurs, je suis preneur...
A l'inverse, son assistante Rachel est particulièrement attachante. Cette jolie rousse qui fait tourner bien des têtes à la brigade est à la fois naïve, en admiration devant une patronne auprès de laquelle son rôle se limite presque à celui de larbin.
"Elle n'est rien dans ce service, une assistante, juste bonne à préparer des cafés."
Pour elle pas question de devenir flic, elle a besoin en outre d'équilibre pour pouvoir élever son petit Victor.
Et pourtant, s'il y a bien une personne dotée d'idées et de logique dans cette équipe, c'est bien elle.
Ses suggestions sont d'ailleurs toujours reprises par Pouchartrain pour son propre compte, ce qui amuse les premières fois ... mais provoque un comique de répétition assez lassant à force d'user cette ficelle jusqu'à la corde.
Le portrait de chaque homme de la brigade est également brièvement esquissé : ceux de Deltil, De Lassus, de Kassovic ... Des individus toujours loyaux, exécutant les ordres de leur tyrannique et vénérée chef, même si pour la première fois certains se posent des question sur son objectivité.
Quant à Nicolas Thomas, si on a envie de le prendre sous notre aile parce qu'il s'agit apparemment d'un innocent qui a injustement été enfermé trente années durant, il demeure un personnage ambiguë.
On a envie d'admirer cet homme qui a su s'adapter à la détention et la mettre à profit pour en ressortir plus instruit, mais il est finalement très peu présent dans le roman d'Expert après sa sortie de prison.
On sait simplement que l'image du vieillard inoffensif qu'il laissait aux gardiens était inexacte, et qu'il a disparu des écrans radars à peine dehors.
Alors coupable depuis toujours malgré les apparences ou simple victime du système judiciaire ? A moins que la prison ne l'ait transformé et en ai fait un monstre avide de revanche ?
"Bref, Nicolas Thomas a recommencé à tuer dès sa sortie, et il ne s'arrêtera pas là."
Malgré tout le travail psychologique effectué, j'ai eu à contrario l'impression que les protagonistes, et plus particulièrement Sophie Ponchartrain et son assistante Rachel, étaient stéréotypés à l'extrême, pas suffisamment nuancées pour leur apporter un quelconque crédit. Autrement dit, quelque chose sonne faux dans ces deux importants personnages, on a du mal à croire à leurs interactions, ils deviennent des caricatures aux traits exagérément grossis. Même si leur présence est importante dans le roman pour le message qu'il transmet au lecteur, ils empêchent de croire tout à fait à cette brigade criminelle. Les dysfonctionnements et l'hypocrisie y règnent bien entendu, mais à ce point sans que quiconque ne s'en rende compte ? Je suis sceptique.
En même temps, c'est un livre qui prend complètement à contrepied les romans policiers habituels dans le sens où nous n'avons pas affaire à une super équipe d'enquêteurs aux impressionnantes déductions, Jacques Expert s'attardant ici davantage sur les failles humaines et procédurières et présentant une dynamique d'équipe qui, à contrario, est peut-être plus proche de la réalité quotidienne vécue par les policiers que dans des polars plus classiques.
Je reprocherais quand même à ce roman un manque de rebondissements. Il n'en n'avait pas forcément besoin pour maintenir le lecteur en haleine, et j'ai quand même été surpris à plus d'une reprise par la tournure que prenaient les évènements, mais je n'ai pas eu de claque comme avec Hortense ou Adieu.
Malgré de petites maladresses, et quelques interrogations restées sans réponse, Sauvez-moi parvient tout de même à remplir son objectif.
Des questions, on s'en pose beaucoup durant la lecture, mais on s'en pause également après.
Loin de redorer l'image de la police et du système judiciaire, dont les rouages laissent eux même à désirer, Jacques Expert s'attarde donc sur des méthodes d'interrogatoire plus que discutables, sur l'acharnement que peut avoir la police sur un homme en fonction de simples présomptions.
Comme il l'avait déjà démontré dans La théorie des six, des liens entre les individus peuvent toujours être trouvés, mais ce faisceau d'indices est-il suffisant pour constituer une certitude, à défaut d'une preuve ?
Sauvez-moi évoque également la présence des innocents condamnés à tort et qui croupissent dans une prison qui finit par les transformer.
Ainsi que la réinsertion de tous ceux qui sont passé par la case incarcération / ne passez pas par la case départ / ne touchez pas 20.000 francs.
J'ose espérer que dans ce schéma à faire frémir, la divisionnaire Ponchartrain n'est qu'une exception et que les victimes collatérales d'un système faillible sont de plus en plus rares grâce aux avancées de la police scientifique.
A noter également que les deux maisons centrales ( sur les six que comptent la France ) dont il sera ici principalement question existent encore aujourd'hui.
La prison d'Ensisheim, dans le Haut-Rhin, compte 205 places.
Celle de Clairvaux, dans l'Aube, en compte 240 mais fermera ses portes en 2022.
Combien d'innocents peuvent encore y être enfermés aujourd'hui ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
Stelphique
  08 juin 2018
Ce que j'ai ressenti:
Si vous vous lancez dans ce nouveau thriller trouble et efficace,
Attention, l'addiction et le malaise vous guette…
Un petit tour au coeur de la Justice et ses institutions:
Vous êtes tentés?
Expert Jacques vous a concocté un courrier piégé…
Zut… Vous croyiez détenir la clé? Vous vous croyiez plus malin?

Mais c'est sans compter sur le talent de cet auteur!
Oubliez vos certitudes et vos suppositions
Innocent ou Coupable : A vous de trancher…
Sauvez-Moi…Ou pas…Mais, lisez-moi.

Captivée, mais aussi dérangée par cette ambiance tendue, je n'ai pu lâcher ce roman.
Il est captivant, parce que j'ai senti qu'il y a plus profond derrière les évidences, et dérangeant parce que j'ai ressenti qu'il y a plus trouble devant les coïncidences.
« Ici ne peuvent survivre que des gens à la peine. » p125.
Jacques Expert sème le doute dès la première page, et tient son intrigue jusqu'à la fin, pour mieux nous surprendre mais surtout pour nous faire réfléchir plus intensément sur les failles d'un système, sans arrêt, tenu à des résultats…Et, à vouloir tout, trop vite, des grains de sables enrayent la machine judiciaire…
« On avançait, à pas de fourmis géantes. » p301
Nous voulons tous savoir ce qui se cache derrière les portes des salles d'interrogatoires, connaître les petits secrets des modes opératoires des tueurs en série, déblayer un peu les dessous de ces métiers de la Justice, une curiosité, que Jacques étant un Expert dans ce domaine, assouvit avec une réalité effarante. Il nous glisse des appels et des cris de détresse venus du fin fond des cellules, et fait naître le doute sur ces prétendus innocents et ces reconnus coupables. A tort ou à raison, en présomption ou en conviction, à corps défendant ou à hurlements déchirants, avec ruse ou avec application, l'auteur nous fait explorer des chemins plus sombres, que ce qu'on veut bien nous faire croire, où l'Injustice se tapit dans les recoins.
Pendant toute cette lecture, l'auteur se joue de nous, et maîtrise son engrenage, pour nous faire douter sur les vérités et les coupables:
Qui est coupable de quoi? Qui dit la vérité?
Et toi, lecteur, tu n'as qu'une enveloppe froissée et un message : Sauvez-moi. Il est donc grand temps de te faire tes impressions sur cette lecture…
Ma note Plaisir de Lecture 8/10
Lien : https://fairystelphique.word..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          385
Amnezik666
  13 juin 2018
Je remercie les éditions Sonatine et la plateforme NetGalley pour l'envoi de ce SP, votre confiance m'honore et me va droit au coeur.
Un adage populaire prétend que « la justice est aveugle« , personnellement je serai tenté de tempérer en ajoutant « il n'est de pire aveugle que celui qui ne veut pas voir » et c'est justement la toile de fond du dernier roman de Jacques Expert. Si comme moi vous n'avez qu'une foi modérée en la justice des hommes, ce n'est pas ce roman qui vous amènera à réviser votre jugement.
Fort de son expérience de grand reporter, notamment en matière d'affaires criminelles, Jacques Expert décortique les rouages de la machine (qui a dit machination ?) judiciaire au travers d'une intrigue qui vous happera dès les premières pages pour ne plus vous lâcher avant le clap de fin.
Il est malheureusement vrai que quand une « grande » affaire criminelle vient défrayer la chronique, les enquêteurs subissent de multiples pressions exigeant des résultats rapides. Que ce soient les médias, la population ou le parquet, ça fuse de toute part : trouvez-nous un coupable pour apaiser la vindicte populaire ! Vous aurez sans doute relevé la subtile nuance entre UN coupable et LE coupable…
Comme à l'accoutumée la plume, le style et l'expertise de Jacques Expert font mouche. L'auteur nous plonge en totale immersion au coeur de l'enquête de police, c'est criant de réalisme à en devenir glaçant par moment. Mais c'est justement ce que l'on aime chez cet auteur, il met ses connaissances du milieu au service de ses intrigues ; et avec lui rien n'est jamais tout blanc ou tout noir, on joue plutôt sur les nuances de gris.
Pour ma part j'ai tout de suite pris en grippe le personnage de Sophie Ponchartrain, je n'ai rien contre les gens ambitieux, mais je veux croire que l'on peut gravir les marches en conservant un minimum de sens éthique et moral. Des valeurs complètement absentes chez Ponchartrain, les « aveux » soutirés à Nicolas Thomas en sont la preuve formelle.
Et 30 ans plus tard, rien n'a changé, sa conviction fait foi, quitte à en devenir obsessionnelle. Si elle pense que untel est coupable alors untel doit payer, quels que soient les moyens mis en oeuvre pour parvenir à ses fins. Il faut dire que son équipe n'est pas vraiment contrariante, tous déifient leur patronne et sont prêts à la suivre aveuglément.
Alors coupable ou innocent ? Concernant Nicolas Thomas je n'ai jamais eu le moindre doute. Pour Guillaume Chambaraud je reconnais m'être plus d'une fois posé la question, même si mes soupçons s'orientaient plutôt vers une troisième piste, écartée par les enquêteurs. Ai-je eu tort ou raison ? À vous de le découvrir en lisant Sauvez-Moi !.
Jacques Expert ne se contente pas de soigner son intrigue, il prend aussi le temps de façonner ses personnages. À ce titre j'ai particulièrement apprécié Rachel Bachelard, l'assistante de Ponchartrain, prête à tout pour que sa patronne la remarque enfin. À tout ? Même à vendre son âme au diable ? Ça reste à voir…
Bien que posant clairement la question de l'erreur judiciaire, le roman de Jacques Expert ne se revendique pas comme un livre à charge contre le système judiciaire, on peut heureusement supposer que de telles situations restent exceptionnelles. Mais elles existent, pratiquer l'omerta autour du sujet n'est en rien constructif, en parler, même autour d'une fiction, peut au contraire nous amener à réfléchir à la question.
Un roman lu quasiment d'une traite, impossible de s'en séparer avant de connaître le fin mot de l'histoire. Mais bon, il faut bien composer avec les obligations du quotidien et se faire une raison, mais à chaque fois que je le refermais je n'avais qu'une hâte : y revenir au plus vite !
Lien : https://amnezik666.wordpress..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Sourisetdeslivres
  15 juin 2018
Après Hortense publié il y a 2 ans aussi chez Sonatine, Jacques Expert revient cette année avec un nouveau thriller psychologique.
En mai 2017, j'avais lu un roman hommage à son père : « Ne nous quittons pas », tu peux lire mon avis ici.
Dans ce roman, tu vas devoir démêler le vrai du faux ; Jacques Expert à travers 3 époques, de nos jours, en 1960 et en 1990 t'expose les faits comme si tu étais en train de lire une déposition ou assister à un procès.
Chaque personnage-clé ou accusé passe à la barre, 6 partie pour 6 intervenants.
Un homme accusé de meurtres en série libéré 30 ans après, une divisionnaire, son assistante, un jeune homme en 1990, présumé coupable d'une série de meurtres de jeunes femmes ressemblant étrangement aux assassinats commis 30 ans plus tôt ; un pépiniériste qui accueille les libérés sur parole, et une seconde fois, un des deux personnages principaux.
Tout se joue entre la divisionnaire Sophie Pontchartrain et Nicolas Thomas, celui par qui sa grande carrière dans la police a débuté grâce aux aveux qu'elle avait réussi à lui arracher.
Le principal atout de ce roman c'est le doute qui s'immisce en toi, j'étais certaine d'une chose depuis le début du roman sur ce point Jacques Expert n'a pas réussi à faire vaciller mes certitudes, mais pour les autres protagonistes mon cerveau a été chercher beaucoup trop loin.
(...)L'enjeu de ce titre de l'auteur : t'apprendre la différence entre les gentils et les méchants, les bons ne sont pas ceux auxquels tu penses.
Tu auras envie de crier à la justice/l'injustice.
Tu auras un des personnages en horreur, son narcissisme est ahurissant, écoeurant.
Tel un bulldozer il rase tout sur son passage tant pis si tu es dans le chemin de son ascension, il n'est pas né celui qui le fera flancher.
(...)
Chronique complète sur le site
Lien : http://unesourisetdeslivres...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   18 juin 2018
Elle impressionnait par ses performances au stand de tir. Elle qui avait toujours détesté boire, elle s’imposait sans en avoir l’air aux pots qui rythmaient la vie de la brigade. Elle se mit à parler leur langue, à rire à leurs blagues égrillardes. Son physique sans grâce et assez masculin la protégeait : grande, tout en muscles, les cheveux noirs coupés au carré qui lui donnaient un air sévère. Ils ne la voyaient ni comme une proie ni comme une rivale, et prirent l’habitude de lui faire leurs confidences, comme à une frangine, une bonne copine toujours disponible…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   18 juin 2018
Finalement, il échappa à la peine capitale.
In extremis. « Par miracle, dirent les journaux, le monstre au visage d’ange a obtenu la grâce présidentielle. »
Le général de Gaulle, connu pourtant pour son intransigeance en la matière, avait cédé aux suppliques de son avocat de l’époque. L’âge de Thomas au moment des faits, presque vingt et un ans, pas encore majeur à l’époque, avait fait fléchir le chef de l’État. « Laissons-lui une chance de se repentir », avait-il tranché. Sans doute aussi avait-il d’autres priorités avec la guerre qui faisait rage de l’autre côté de la Méditerranée, et ces enfoirés de l’OAS qui méritaient, eux, de crever.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   18 juin 2018
Comme toujours avec les nouveaux, on les laisse d’abord à l’écart. Pas par cruauté gratuite, ni pour leur faire payer quoi que ce soit – c’est en maison d’arrêt qu’on trinque, pas en centrale. La longueur de la peine à subir désormais est une punition suffisante en soi. Seulement, les nouveaux, on les jauge, on les étudie, on attend qu’ils se dévoilent. En centrale, on ne se livre jamais au premier venu… On prend le temps, on observe. La confiance se gagne peu à peu, même si nous sommes tous dans la même galère.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   18 juin 2018
C’est ce que j’ai appris à l’école de police : quand ils sont en confiance, les tueurs de femmes ne peuvent pas s’empêcher de jouer les dominateurs, ils se croient invincibles. Je suis entrée dans son jeu, la faible femme, un peu crédule, je l’ai laissé parler, je hochais la tête, comme s’il m’impressionnait. Plus ça allait, plus il prenait confiance, il bombait le torse, il s’excitait tout seul, il perdait le contrôle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   18 juin 2018
« Elle est coriace, elle ne va pas crever de sitôt, la vieille ! » se dit-elle souvent, comme un encouragement à s’obstiner à paraître dix ans de moins que son âge.
À force de journées inutiles, réglées comme du papier à musique, beaucoup se diraient : À quoi bon, pourtant, prolonger cette routine monotone, après une existence si accomplie ? Elle, jamais.
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Jacques Expert (16) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jacques Expert
Rencontre avec Jacques Expert pour la parution de "Hortense" (Livre de Poche)
autres livres classés : prisonsVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox