AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782749160597
256 pages
Éditeur : Le Cherche midi (07/03/2019)

Note moyenne : 4.27/5 (sur 28 notes)
Résumé :
Merci Maîtresse ! C'est l'histoire de Carla, qui est venue et qui a dû repartir. Trop vite. C'est l'histoire de Martim, qui aurait préféré ne pas être là, avec nous. C'est aussi celle d'Habib, qui espère chaque matin qu'il y aura sport aujourd'hui. C'est l'histoire de Valentine et de son papa. D'Adriano et de la quiche qu'il a vomie sur sa dictée ce matin. De Timéo, qui n'avait pas de chat mais des griffures quand même. De la corde de Laurence, la directrice, sur la... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
prune42
  26 mars 2019
Anouk est institutrice dans une école "de regroupement" de Réseau d'Education Prioritaire (REP), accueillant des enfants allophones. Elle nous parle de ses élèves en chapitres courts, de leur vie, de leurs difficultés mais aussi de leurs progrès en classe, sur un ton toujours plein de tendresse. La narratrice évoque aussi ses collègues, Laurence, la directrice de l'école injustement accusée par un parent d'élève, Charles l'instituteur des CP qui aimerait bien dédoubler sa classe l'an prochain, Déborah, la jeune remplaçante de Laurence… Quant aux élèves, qu'ils s'appellent Kahina, Martim, Erkhan, Antoine, Valentine ou Carla par exemple, leur vie n'est jamais un long fleuve tranquille…
Je remercie tout d'abord Anouk F., l'auteur de ce témoignage original et agréable qui m'a envoyé son livre très gentiment et avec une dédicace fort sympathique et joliment écrite à la plume.
J'ai eu beaucoup de plaisir à lire ce récit qui m'a fait sourire à de très nombreuses reprises et qui change vraiment les idées. Cette lecture est de plus, tombée au bon moment car j'ai dû délaisser la lecture récemment à mon plus grand regret (j'espère la reprendre au plus vite...)
Cette forme de récit composé de chapitres courts, a donc été facile à lire, compte tenu des circonstances. J'ai trouvé ce récit original, je n'ai pas lu beaucoup, voire jamais, de récit concernant des écoles maternelles ou primaires.
Certains passages, comme le départ précipité de Goran qui doit déménager précipitamment à cause de la demande d'asile refusée de ses parents, sont particulièrement émouvants (et pourtant très réalistes).
Ce récit intéressera sans doute enseignants actuels, passés ou futurs de l'Education Nationale, ou parents qui découvriront peut-être une autre facette de l'école, derrière ce qu'ils croient en savoir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
soleil
  21 juin 2019
Une fois n'est pas coutume, j'avais très envie de lire ce témoignage d'une enseignante alors même que sur mon temps libre, je préfère m'éloigner de l'école.
J'ai suivi l'année scolaire de l'auteur avec ce qu'elle comporte de drôle, de triste, d'anecdotique et d'universel concernant les élèves, leurs parents, les collègues...
J'ai passé un très bon moment pour la simple et bonne raison que j'avais l'impression d'être l'auteur ! En effet, tout ce qu'elle exprimait, je l'avais vécu, ressenti, vu, observé : la collègue qui vit dans sa grotte les déboires de la sortie scolaire, les signalements (en pire pour moi), etc. L'impression de faire partie du même bateau et que ce que je vivais était "juste" commun ; ça soulage, un peu
Une lecture agréable, drôle, émouvante parfois et qui soulève des questions/réflexions pour lesquelles nous n'avons pas forcément de moyens, de réponses mais qui prouve l'universalité de notre quotidien.
Commenter  J’apprécie          90
lireetsortir
  12 mars 2019
Anouk F. nous ouvre les portes de sa classe (et de son coeur) avec Merci Maîtresse édité par le cherche midi éditeur
"L'avantage c'est qu'il n'y a pas deux journées pareilles. Être enseignant, c'est être Forrest Gump. Quand tu pousses le portail de l'école le matin, c'est comme quand tu ouvres la boîte de chocolats; tu ne sais jamais sur quoi tu vas tomber."
Dans le coeur de la maîtresse, il y a les enfants, mais aussi des parents, des rencontres, des séparations.
Des journées ordinaires, d'autres qui le sont un peu moins.
Anouk va vivre avec les élèves une année et bien plus, une année entière à s'aimer, se détester parfois, mais toute une année à apprendre et grandir, ensemble.
Ses élèves, elle ne les oubliera jamais. de chacun d'eux elle garde en elle un souvenir intact.
Il y a Mathis qui vient de manquer 10 jours d'école pour aller voir son papa à l'hôpital, avec qui il faut prendre le temps de rattraper les leçons une par une.
Aussi Martim, qui aurait bien aimé être partout, ailleurs, sauf à l'école.
Être maîtresse c'est aussi accepter qu'on ne peut pas sauver tout le monde, aider la classe entière, seule.
Il y a aussi Habib, à qui elle est fière d'avoir appris à poser une addition, et qui d'ici la fin de l'année sera même capable d'effectuer des multiplications.
Il y a ceux qui arrivent en CE2 avec une lecture fragile, une écriture hésitante.
Ceux sur lesquels il faut veiller un peu plus, les « déficients », ce mot qui l'horrifie tant il est « moche ».
Il y a Cecilia qui cafte souvent, mais cette fois ça a l'air sérieux; « Farid et Gladys jouent à la baise »…
C'est quoi « jouer à la baise », pour des enfants de 8 ans à peine?
Il y a aussi ces mots d'enfants, durs, terribles et violents à la fois.
Il y en a des plus faciles que d'autres, mais ce sont des enfants. Avec leur passé, leur histoire, et surtout leur avenir à construire.
Il y a ceux pour qui il faut demander une AVS. Ils ont besoin de soutien, d'attention, souffrent de troubles de concentration.
Demander une AVS = faire venir la psychologue scolaire, faire signer le médecin de famille, les parents, remplir un épais dossier, organiser une réunion, réunir des commissions. Mais ça en vaut la peine.
Et en dépit des difficultés rencontrées : rester debout malgré tout, continuer à sourire, à vivre.
Anouk livre des mots tantôt gais, tendres, durs ou touchants, mais toujours sincères.
Elle organise avec ses élèves un marché des savoirs : « Personne ne sait tout, mais tout le monde sait quelque chose ».
Les enfants sont pour elle une extrême richesse, elle ressent une infinie fierté de les voir évoluer .
On rit, on pleure, avec ce livre on passe un réel moment de bonheur.
Edité par le cherche midi éditeur, 7 mars 2019
17 €
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Sami33
  01 mai 2020
Je vous présente un livre particuliers mais qui est très important à découvrir selon moi. Dans son livre, l'auteur va partager avec nous des moments de vie qui pourraient être ceux de nos enfants ou les nôtres du temps jadis.

Anouk F. a tout plaqué pour devenir enseignante, cela a toujours été son rêve et elle peut enfin s'adonner à fond dans sa passion mais qui va se révéler ne pas être de tout repos ! Dans cet ouvrage que l'auteur tient comme un journal intime, elle va nous raconter son année scolaire avec des petits CE2, dans une école du sud de la France. Son école est un REP qui accueille des enfants allophones.

Dans sa classe, elle va être confrontée à ce petit problème de taille car la barrière de la langue est un handicap. Mais elle va également être confrontée à des enfants turbulents (il y en a toujours un minimum dans chaque classe !), à des enfants maltraités (qu'il faut signaler), la pauvreté, à la violence, à des familles en détresse et désoeuvrée ou encore à des enfants de migrants qui ont fui leur pays pour une terre d'asile... Anouk F. a un quotidien bien rempli où chaque enfant, chaque élève, chaque parent a sa propre histoire, et a besoin d'une aide bien particulière.

A travers son regard de maîtresse, elle voit bien sûres les difficultés des enfants mais elle voit surtout leurs potentiels de réussir, d'avancer et de surmonter leurs difficultés. Elle les aide, elle les encourage, elle leur redonne confiance en eux. Etre maîtresse ne signifie pas que donner des cours, non, c'est aussi prendre la casquette de l'assistance sociale, de la psychologue et parfois de l'amie attentive.

Cette école est une grande famille où entourée d'une équipe d'enseignante humaine, dans un quotidien compliqué, Anouk F. nous aide à comprendre leurs combats de tous les jours. Laurence, la directrice de l'école a des épaules solides et devra faire face à des attaques, une inspection jusqu'au burn out ; c'est terrible ! C'est terrible de se dire que de nos jours, les directeurs d'écoles en sont venus à se donner la mort, je ne sais pas si vous avez eu vent de l'histoire de la directrice d'école de Pantin mais j'avais été choqué et attristé par sa détresse.

C'est un livre choc et nécessaire qui ne m'a pas que attristé, il m'est arrivée de rire aussi. Anouk F. nous montre une réalité qui est la sienne. Elle a voulu être enseignante parce que c'était plus qu'une vocation pour elle, c'était un rêve et malgré toutes les difficultés qu'elle rencontre au jour le jour on se rend compte à la lecture de ce livre qu'elle ne changerait sa place pour rien au monde. Elle fait beaucoup d'efforts pour aider mais parfois cela ne sert à rien mais c'est le geste qui compte n'est-ce pas ?!

Anouk F. fait preuve de beaucoup de bienveillances à l'égard de ces enfants qui sont sous sa responsabilité la journée, elle est plus qu'impliquée professionnellement, elle se donne corps et âme pour ces petits. Elle prend le temps de les observer, de les écouter, d'essayer d'égayer leurs journées pour les rendre plus joyeux.

Tout ça pour vous dire que ce livre a été une très belle découverte livresque pour ma part. S'il pouvait y avoir des Anouk F. un peu partout dans les écoles et au gouvernement, la vie serait bien meilleur pour ces enfants qui ne devraient pas à se soucier d'autres choses que de leur épanouissement et de leur réussite scolaire. Ce livre est fort, ce livre est touchant, ce livre est profondément humain. Je ne peux que vous recommander la lecture de ce livre qui je l'espère vous offrira un nouveau regard sur les enseignants...
Lien : https://leslecturesdeladiabl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Aurelivres57
  01 avril 2019
Qui peut se targuer d'avoir un jour eu le cran de quitter son travail pour exercer sa passion ? Anouk, elle, a sauté le pas en démissionnant de son emploi de journaliste pour devenir enseignante. Une reconversion pas si simple mais un métier humain dans lequel elle s'implique corps et âme.
Dans ce livre, tel un journal de bord, Anouk nous raconte son année avec les CE2 dans cette école du Sud de la France. Un REP qui accueille entre autres des élèves allophones.
Dans sa classe, elle est confrontée à ceux qui ne parlent pas français, aux enfants turbulents, à la pauvreté, la violence. A ces familles en détresse. Des enfants maltraités que l'on doit signaler. Parfois des enfants de migrants qui ont fui l'horreur. Un quotidien où chaque élève, chaque parent a sa propre histoire et nécessite une écoute et une aide particulière.
Derrière chaque enfant en difficulté, elle décèle un potentiel. Elle les encourage, leur redonne confiance en eux. Être maîtresse c'est aussi être psychologue, assistante sociale et « maman ».
Cette école c'est un peu une grande famille avec des hauts et des bas. Entourée d'une équipe de choc, l'amitié et le soutien entre collègues seront essentiels dans ce quotidien compliqué. Aux côtés d'Anouk, il y a Laurence, la directrice, son amie, qui va subir des attaques mensongères et une inspection...jusqu'au burn-out.
Charles, le maître des CP, le bon papa, calme et patient.
Caroline et Nathalie. Sans oublier Jacqueline, la maîtresse fantôme qui se terre dans sa classe, sa caverne.
J'ai ri et j'ai eu les larmes aux yeux, car cette vie de maîtresse est racontée avec beaucoup d'émotion et de tendresse.
Malgré les difficultés, on sent que ce métier est une vraie vocation, une implication à 100% pour cette maîtresse qui ne se contente pas que de suivre le programme scolaire.
Alors oui, elle essaie, parfois sans succès, mais tous ses efforts sont tellement beaux. Elle donne une chance à ces enfants qui n'en ont pas eu. Avec une bienveillance et une attention constante, elle prend le temps d'observer et d'écouter. de tout simplement vouloir leur bonheur pour qu'ils débutent leur vie dans les meilleures conditions. Une aile protectrice, une seconde nature pour cette jeune femme au grand coeur.
Et puis c'est aussi tellement drôle : le vomi sur la dictée, la sortie scolaire avec les mamans un brin exhibitionnistes. Mais ça, je vous laisse le découvrir car les anecdotes ne manquent pas !
Ce livre m'a parlé, et pourtant je ne suis pas institutrice. Ce qui m'a touchée c'est ce côté vrai, humain, fort en émotions. J'ai adoré cette plume pleine d'humour et de tendresse. Un petit bonbon bonheur qui se dévore ! Vous ne verrez plus les maîtresses de la même façon, et vous voudrez très certainement leur dire « merci ! ».
Lien : https://aurelivres57.wordpre..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40

Citations et extraits (5) Ajouter une citation
prune42prune42   26 mars 2019
Je déteste la rentrée des classes. Mais je crois que je déteste encore plus le début des grandes vacances. Ces quelques jours, juste après le départ des enfants, où il n'y a plus de bruit dans les couloirs. Ces matins où je traverse cette cour si vide, si calme, si triste, pour monter dans ma clinique sans patients, sans âme. Ces moments passés à ranger, trier, classer sans avoir à dire à Habib de se rasseoir, ou à Fouad d'attendre un peu, que je vais venir lui donner du travail. Ces copies égarées, retrouvées au hasard d'un tiroir ou d'un placard.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
prune42prune42   22 mars 2019
Le pire, finalement, ce n'est pas l'échec. C'est l'espoir que met l'enfant en vous à ce moment-là. Cet espoir que l'on n'a pas réussi à faire vivre. Cette promesse qu'on lui a faite, et qu'on n'a pas tenue. Ca reste, ça marque, et ça bouffe, à l'intérieur.
Commenter  J’apprécie          80
emiliegentilhommeemiliegentilhomme   02 mai 2020
Les échecs dans ce métier, il faut apprendre à les encaisser et apprendre vite. Parce qu'ils sont quotidiens, hebdomadaires, trimestriels, annuels. Il faut apprendre à les encaisser et aussi parfois, à les relativiser. Apprendre à se dire : "Non, tu n'es pas M. Keating dans Le Cercle des poètes disparus ; tu ne pourras pas tous les sauver, tous les aider là tout de suite, toute seule." Se le dire, et le garder en tête, tout le temps. Accepter que les toutes petites choses que l'on a installées, ajoutées les unes aux autres, donneront quelque chose, un jour.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
prune42prune42   22 mars 2019
Je crois que je suis vraiment devenue enseignante le jour où j'ai accepté de ne pas être capable de tout faire, en tout cas pas tout de suite. Je crois que j'ai failli quitter ce métier à chaque fois que je me suis rendu compte que je ne pourrai pas les aider tous, en tout cas pas comme il faut.
Commenter  J’apprécie          20
FLaureVerneuilFLaureVerneuil   22 mai 2019
Hier déjà, Caroline m'avait demandé de venir voir. - Je pense qu'il y en a un demi-million ... m'avait-elle dit. J'ai regardé la (très) longue chevelure de Maëva. Je n'ai pas eu besoin de trop m'approcher. C'était Ibiza, là-dedans. Le Pacha en plein mois d'août. Ça grouillait, ça sautait ...
Commenter  J’apprécie          10

autres livres classés : education nationaleVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Et s'il faut commencer par les coups de pied au cul

Dans un film de Jim Jarmush, un tout jeune couple d'adolescents se demande : Y a-t-il encore des anarchistes à -------- à part nous ? Peu de chances. Où çà exactement ?

Paterson
Livingston
Harrison
New York

10 questions
17 lecteurs ont répondu
Thèmes : anarchie , éducation , cinéma americain , histoireCréer un quiz sur ce livre

.. ..