AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2203391685
Éditeur : Casterman (21/02/2007)

Note moyenne : 3.93/5 (sur 23 notes)
Résumé :
"L'enterrement de Pierre Giroud m'a énormément déçu, c'était une cérémonie sans réelle émotion. Tout cela manquait de rythme, de conviction. Le père Rouquet lui-même n'était pas dans son meilleur jour. Non, vraiment, cet enterrement ne me marquera pas, on est bien loin d'Antoine Mendez. Ah l'enterrement d'Antoine Mendez ! Sa femme essayant de sauter dans le caveau pour le rejoindre dans l'éternité, ses cris hystériques, ses trois fils la retenant dans des spasmes m... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
marina53
  03 juin 2013
Jeune dramaturge en mal d'inspiration, pas de petite amie depuis des lustres, au grand dam de sa maman, en admiration devant son frère et sa petite amie, notre héros est finalement un peu loser. Pour occuper ses journées, il n'a rien trouvé de plus passionnant que d'assister à des enterrements d'anonymes et d'y aller de son petit commentaire. Il se rend également plusieurs fois par semaine chez un couple d'amis qu'il a rencontré il y a maintenant un an lors d'un vide-grenier, lui étant collectionneur des 45 tours des années 80. Un jour, lors d'un enterrement, il fait la connaissance d'un drôle de personnage un peu bourru. Il lui révèle alors qu'il travaille pour la société Figurec et que son boulot consiste à être figurant dans la vie, pour tout et n'importe quoi. Intrigué, notre héros voudra en savoir un peu plus sur cette société et fera de bien étranges découvertes...
Adaptation du roman éponyme de Fabrice Caro, cet album est à la fois intrigant et passionnant. On y découvre une société qui loue des personnes pour des évènements occasionnels ou des situations quotidiennes telles que faire des courses dans un supermarché. Très bien orchestré de bout en bout, on est nous même plongé dans cette société qui semble vouloir rendre un monde meilleur où les apparences sont bien trompeuses. Jusqu'où est-elle capable d'aller pour mystifier le lecteur?
De Metter a réussi à rendre une atmosphère bien réelle et paranoïaque grâce à un dessin réaliste, saisissant et travaillé.
Figurec... méfiez-vous des apparences...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          330
Presence
  03 mars 2018
Ce tome comprend une histoire complète indépendante de toute autre. Il est initialement paru en 2007. Il s'agit d'une bande dessinée en couleurs, entièrement réalisée par Christian de Metter qui a adapté le roman Figurec (2006) écrit par Fabrice Caro.
Le narrateur (son nom n'est pas indiqué) assiste à un enterrement, celui de Paul Giroud, une personne qu'il ne connaissait pas. Il trouve la cérémonie ratée, sans réelle émotion. Il y avait du monde, mais le curé n'était pas dans son meilleur jour. Il en a déjà assisté à de meilleurs. le soir, il va manger chez un couple d'amis, Claire & Julien, chez qui il dîne 5 jours par semaine. Julien lui montre sa dernière acquisition vinylique : un 45 tours de Jeanne Mas dédicacé. Claire a préparé du lapin à la moutarde. le narrateur avait fait la connaissance de Julien à l'occasion d'une brocante. le lendemain, il va manger chez ses parents. Dans les 2 cas, il indique à ses interlocuteurs qu'il ne souhaite pas parler de sa pièce de théâtre dont l'écriture avance lentement. Comme d'habitude il ressent une pointe d'agacement en se comparant à son frère cadet (marié à Anna) qui a beaucoup mieux réussi dans la vie que lui. Peu de temps après il assiste à une messe d'enterrement et il a la surprise de repérer parmi les présents un individu un peu rondouillard avec une moustache fournie et une calvitie bien avancée, monsieur Bouvier.
À la fin de la cérémonie, Bouvier s'approche du narrateur, lui fait un clin d'oeil et prononce un mot : Figurec. le narrateur évoque le comportement étrange de cet individu avec Julien, en transformant la scène, la plaçant dans une boulangerie. Son ami n'est pas très inquiet. Lors de l'enterrement suivant, cette fois-ci pendant la mise en terre, Bouvier vient à nouveau trouver le narrateur, lui parle de Figurec et se fâche pensant que le narrateur simule l'incompréhension. Il en parle à nouveau à Claire et Julien. Quelques jours plus tard, il rencontre à nouveau Bouvier dans les allées d'un supermarché. Il l'aborde et s'excuse de son comportement. Bouvier comprend qu'il y a méprise, mais donne rendez-vous au narrateur le soir même dans un troquet. Là il évoque sa carrière de 30 ans chez Figurec, ainsi que la fondation de cette entreprise, il y a 200 ans, par Roquebrun, un dissident de la grande loge maçonnique.
A priori, c'est surtout le nom de l'auteur qui attire le lecteur vers cette bande dessinée. Christian de Metter est un bédéaste confirmé, ayant réalisé d'autres adaptations comme Shutter Island (BD) (2009) d'après le roman de Dennis Lehanne, et Piège nuptial (2012) d'après le roman de Douglas Kennedy, et des oeuvres originales comme la série No body - Saison 1, tome 1 : Soldat inconnu (commencée en 2016). Il est vraisemblable que peu de lecteurs du roman de Fab Caro aient la curiosité de voir ce que ça donne sous forme de bande dessinée. De Metter réalise ses planches en conservant de légers crayonnés lui ayant servi à dégrossir le dessin dans la case, à assurer un bon niveau descriptif. Celui lui permet d'établir des contours un peu plus précis qu'à l'aquarelle, sans non plus donner une impression de dessins encrés peints, car la peinture écrase ces quelques traits de crayon. Il combine ainsi une apparence proche de la bande dessinée traditionnelle, avec un ressenti de spontanéité du fait de certaines formes un peu lâches. Il joue avec les possibilités de l'aquarelle en appliquant plusieurs couleurs dans une même surface, ce qui y amène à la fois de la texture et du relief, ainsi qu'un jeu sur la luminosité complexe. Pour une poignée de cases, l'artiste réduit le nombre de formes détourées au crayon pour une peinture plus impressionniste.
Les 2 tiers de la première page sont occupés par une seule case qui montre la partie supérieure des stèles d'un cimetière avec des croix dépassant de 3 tombes. Au fond le lecteur devine les personnes venues assister à la cérémonie. le ciel bleu est à demi masqué par les nuages dont les bords deviennent progressivement gris. 2 pages plus loin, le lecteur découvre les étals d'une brocante sur le trottoir, puis au fil des séquences l'intérieur d'une église, l'appartement du narrateur, l'intérieur d'un café, une rue parisienne, un supermarché, un manège, etc. L'artiste a donc conservé une réelle dimension descriptive à ses dessins, montrant des décors variés et ben campés. S'il le souhaite, le lecteur peut également s'attarder sur quelques effets picturaux, que ce soit les verticales dans l'église qui ressortent à grands coups de pinceaux (page 7), ou la fluctuation des teintes d'un carrelage couleur terre (page 38). Lorsque la scène se passe dans un intérieur ou autour d'une table, De Metter prête la même attention aux accessoires : la présentation du lapin à la moutarde dans l''assiette (page 4), les reliefs du maigre repas du narrateur chez lui avec le pot de yaourt renversé dans son assiette (page 25) ou encore le bazar dans le tiroir de la cuisine de ses parents (page 41).
En faisant la démarche d'adapter un roman, l'adaptateur se heurte à la difficulté de donner une apparence aux personnages et de rendre visuellement intéressants les dialogues souvent statiques. le lecteur apprécie tout de suite la qualité du choix des acteurs, de leur apparence, de leur morphologie. Sous réserve qu'il ne s'en soit pas fait une autre idée à la lecture du roman, il découvre un individu d'une trentaine d'années, avec les cheveux en pétard. De Metter sait montrer les émotions du narrateur de manière naturelle, ainsi que son évolution physique très progressive au fil du récit. le lecteur peut ainsi constater les conséquences psychologiques des épreuves et des révélations sur le narrateur, dans la manière dont il se laisse aller. Il est tout aussi happé par la personnalité graphique très cohérente de Bouvier, ce petit monsieur rondouillard, revêche, avec une touche de familiarité qui donne l'impression d'exister, de s'ouvrir progressivement, sans rien perdre de son côté abrasif, mais en retrouvant une attitude un peu plus constructive. Bien sûr, il tombe aussi sous le charme de Tania, l'employée de Figurec dont le narrateur achète des prestations de figuration participative à ses côtés. Les illustrations montrent une belle jeune femme naturelle, à la franche cordialité, à l'empathie sincère, à la chevelure vaporeuse dans la lumière du soleil, un très bel effet de l'aquarelle. le lecteur se prend à croire à l'existence de ces individus au jeu d'acteur impeccable.
Ce casting intelligent est complété par une direction d'acteur très juste, ce qui fait que les scènes de dialogue s'élèvent au-dessus de l'enfilade de cases avec uniquement des têtes en train de parler. le lecteur se retrouve assis aux côtés des personnages, à les observer en train de parler, comme il ferait avec des proches. Il ne résiste pas à la petite mine que fait Claire quand elle propose son lapin à la moutarde. Il sent toute la hargne de Bouvier quand il s'adresse au narrateur en lui disant de ne pas faire le délateur. Lorsque Bouvier s'installe à la table de café, le lecteur se retrouve à l'examiner comme s'il était le narrateur en prêtant attention à ses mimiques, à ses petits mouvements, en cherchant par là-même à capter des signaux qui permettraient de se faire une certitude sur sa sincérité, sur la confiance à lui accorder, sur la véracité de ce qu'il raconte. Il se retrouve entièrement sous le charme de Tania (Sylvie) quand elle accepte de prendre un verre avec lui (enfin, avec le narrateur) après sa prestation, regardant la douceur de son visage, la manière dont la lumière joue dans ses cheveux. Il est tout aussi attentif aux émotions qui passent sur le visage de Julien au fur et à mesure que sa relation avec Claire évolue et qu'il annonce les événements survenus, au narrateur, pas très attentif ceci dit. En ayant travaillé son casting, l'auteur a su rendre les personnages crédibles et proches du lecteur au point de les faire exister et d'impliquer le lecteur dans les différentes conversations.
Complètement impliqué dans les personnages, le lecteur se laisse emmener par l'intrigue. Il apprécie l'entrée en la matière, avec cet individu qui assiste aux enterrements d'inconnus et qui leur attribue un jugement de qualité. Il découvre la notion d'une société secrète où l'on peut louer des figurants pour enjoliver sa vie ou faire de la publicité subliminale pour un produit en le baladant dans son chariot. Il suit le narrateur utiliser ces services, en devenir dépendant, se prendre les pieds dans le tapis entre la réalité des comportements et la fiction mise en oeuvre par ces figurants. Il est pris au dépourvu par la révélation finale que rien n'annonce. Au premier degré, l'intrigue part d'une idée originale et subversive, mais elle semble s'enfoncer dans un développement nécessitant un surcroît de suspension consentie d'incrédulité pour son dénouement. Dans le même temps, à la lumière de cette révélation, les thèmes développés gagnent en profondeur et en cruauté.
En soi, l'idée de pouvoir enjoliver sa vie avec des figurants est originale et déjà pessimiste. Cela revient à se dire que pour avoir une vie avec plus d'éclat, plus intéressante, il suffit d'une transaction financière, d'acheter des prestations tarifées. Mais le récit gagne encore en cruauté quand le narrateur recourt à cette entreprise, et finit par être contraint de douter de la nature d'autres personnes qu'il croise, avec lesquelles il interagit. Elle gagne encore un degré de cruauté quand le narrateur essaye d'établir un contact réel avec l'un des employés qu'il a engagé. Il apparaît alors que la relation entre le client et le prestataire est faussé à la fois pour le client qui peut en venir à croire aux déclarations du figurant au premier degré parce qu'elles comblent un besoin affectif, à la fois pour le figurant qui joue un rôle qui ne correspond pas à sa personnalité. La cruauté devient totale quand la confusion s'installe chez le narrateur et que les employés de Figurec s'apparentent finalement aux autres personnes de notre vie. Même si nos relations interpersonnelles ne se font pas dans le cadre d'un contrat tarifé, l'auteur les considère sous la forme d'une transaction lors de laquelle chaque individu est contraint de jouer un rôle social, l'obligeant à respecter un certain nombre de règles explicites et implicites, l'empêchant d'exprimer sa personnalité profonde, nécessitant de la filtrer.
À la lecture, la nature d'adaptation de cette bande dessinée ne se ressent pas, ou peu et elle peut s'apprécier pour elle-même. Christian de Metter réalise un travail époustouflant de création de personnages et de direction d'acteurs, les faisant exister avec une conviction épatante. Prise au premier degré l'intrigue bénéficie d'un point de départ original, et d'un déroulé chargé d'émotion, même si la fin semble sortir de (presque) nulle part. Néanmoins cette fin provoque un élargissement de la perspective des thèmes abordés, dressant un tableau très noir de la solitude, et de la nature profonde des relations interpersonnelles.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
krol-franca
  21 janvier 2017
Je crois, encore plus que d'habitude, qu'il ne faut absolument rien connaître de l'histoire pour l'apprécier. Elle est incroyable, originale, parfaitement bien menée. Tous les détails font de cette BD une petite merveille, la façon dont le narrateur raconte, en n'écoutant qu'à moitié ses interlocuteurs, le mystère autour de ce personnage qui a l'air de suivre notre anti-héros (pas d'amis, pas d'amante, pas de boulot), mystère qui s'épaissit au fur et à mesure…
Livre sur le mensonge, les faux-semblants, livre avec des relents kafkaïens… On s'y perd, on regarde tous les personnages avec suspicion. C'est vraiment très bon et en même temps très inquiétant. Une histoire à devenir fou. le monde ne serait-il qu'une vaste imposture ?
Et puis le dessin, que j'ai particulièrement aimé et je ne saurais dire pourquoi. Je n'ai aucune aptitude dans ce domaine ! Un mélange entre un flou artistique et des visages aux belles lignes. Entre réalité et fiction…
Lien : https://krolfranca.wordpress..
Commenter  J’apprécie          90
Tristram
  30 janvier 2010
J'ai vraiment beaucoup aimé ! Ce livre relate un véritable jeu de dupe (imaginez un monde dans lequel tout le monde serait acteur : je n'en dis pas plus) se situant à mi-chemin entre Kafka et "L'adversaire" (roman sur le criminel imposteur, Jean-Claude Roman) d'Emmanuel Carrère. le tout réalisé dans une couleur directe (à l'aquarelle) ne faisant que renforcer le côté posé et factice d'un monde qui est peut-être le nôtre. Un régal !
Commenter  J’apprécie          20
Yuko
  28 février 2014
Figurec est une adaptation originale et décalée du livre homonyme de Fabrice Caro. Une plongée irréelle dans un monde où les personnes qui peuplent nos quotidiens sont en réalité payés pour le faire : un client de bar, un consommateur de supermarché, une petite amie factice.. Autant de ruses exploitées par chacun pour se mettre en valeur et donner de l'éclat à sa vie.
Un univers à la fois riche et décalé qui nous entraine, de pages en pages, vers un dénouement terrible et bien mené. Une belle réflexion sur la place de l'homme dans la société qu'il construit. A découvrir !
Lien : http://art-enciel.over-blog...
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (14) Voir plus Ajouter une citation
marina53marina53   03 juin 2013
On a besoin de sentir la connerie humaine à proximité, c’est une chaleur qui rassure.
Commenter  J’apprécie          400
PresencePresence   03 mars 2018
L'enterrement de Paul Giroud m'a énormément déçu. C'était une cérémonie sans réelle émotion. D'accord, il y avait du monde, bien plus qu'à celui d'Antoine Mendez, mais tout ça manquait de rythme, de conviction. Le père Rouquet lui-même n'était pas dans son meilleur jour. Il a accroché à deux ou trois reprises. On était loin de l'enterrement de Mendez. Sa femme essayant de sauter dans le caveau pour le rejoindre dans l'éternité. Antoine Mendez. Voilà quelqu'un qui a réussi son enterrement. Il y a des gens comme ça qui savent partir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
ZebraZebra   28 juillet 2012
[...] J'ai passé de très bons moments, vraiment. Je serais ravie de retravailler avec vous si vos affaires s'arrangent...
- Travailler ?
- Je comprends ce que vous ressentez, c'est fréquent, c'est le syn...
- Syndrome mon cul ! ! !
- Tania, tu peux pas effacer ce qu'on a vécu !
- Je ne m'appelle pas Tania. [...] - Citation postée par Pénélope
Commenter  J’apprécie          50
SevereUnSevereUn   24 avril 2018
T'as un resto plein à côté d'un resto vide. Les gens se battront pour remplir le premier même s'ils savent qu'ils servent de la merde.
L'être humain a un neurone pour ça. Un neurone qui dit : si tout le monde le fait, c'est que ça doit être bon pour moi.
Commenter  J’apprécie          50
SevereUnSevereUn   24 avril 2018
- ...Et quand je te disais défenestré, c'était pas une image. Un gars qui s'est aplati comme une crêpe cinq étages plus bas.
- Ne vous en faîtes pas. J'ai la tête sur les épaules.
- L'autre aussi. Maintenant, il l'a dans la cage thoracique.
Commenter  J’apprécie          30
Videos de Fabcaro (23) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de  Fabcaro
À l'occasion du festival 2019 "Oh les beaux jours !" de marseille, rencontre avec Fabcaro (Fabrice Caro) autour de son ouvrage "Open Bar : 1ère tournée" aux éditions Delcourt.
Retrouvez le livre : https://www.mollat.com/livres/2330712...
Notes de Musique : Youtube Audio Library.
Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mo... Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Dailymotion : http://www.dailymotion.com/user/Libra... Vimeo : https://vimeo.com/mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemo... Tumblr : http://mollat-bordeaux.tumblr.com/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Blogs : http://blogs.mollat.com/
+ Lire la suite
autres livres classés : enterrementVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
3521 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre