AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782352121510
64 pages
6 Pieds sous Terre Editions (19/09/2019)
3.76/5   518 notes
Résumé :
Formica, une tragédie en trois actes, le nouveau livre de Fabcaro est construit comme une pièce de théâtre, avec une unité de lieu et de temps, et découpé en trois actes. Formica rassemble, au delà de la famille protagoniste du récit, tout ce qu'on a jamais osé faire et dire lors de nos repas de famille.
Que lire après Formica : Une tragédie en trois actesVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (61) Voir plus Ajouter une critique
3,76

sur 518 notes
5
22 avis
4
23 avis
3
7 avis
2
7 avis
1
0 avis
Quoi de plus convivial qu'un petit repas familial dominical pour discuter ensemble de sujets aussi divers que variés ? Tout le monde est, évidemment, content de se retrouver. L'on s'embrasse sur le pas de la porte, l'on ouvre grands les bras et hop, au salon pour trinquer ensemble à ce déjeuner de retrouvailles, de partage et d'amour... le souci, c'est qu'après avoir tchin-tchiner à tout va, l'on se retrouve au milieu d'un grand blanc gênant où ni parents, soeurettes et beaux-frères ne trouvent un quelconque sujet de conversation... Mamie se propose d'appeler les voisins pour avoir une idée de sujet sauf que ces derniers ne sont visiblement pas prêteurs... Pas de panique, en réfléchissant ensemble, ils vont bien finir par trouver de quoi causer...

Fabcaro fait de nouveau dans l'absurde, le décalé, le foutraque. Outre ces sujets de conversation qui peinent à alimenter ce repas dominical, l'on assiste à des scènes improbables telles que le jeu des 7 familles dysfonctionnelles des enfants, des pétages de plomb, des meurtres (oui, des meurtres !), des cascades, des prises de kung-fu, des entrées en scène d'inconnus ou encore, telle une pièce de théâtre antique, un entracte. Truffée de dialogues absurdes et jouissifs, en parfaite harmonie avec ce décor minimaliste, cette tragédie en trois actes, interprété par des personnages grinçants et servie par un trait et des couleurs délicates, mérite nos applaudissements !
Commenter  J’apprécie          676
Fabcaro, il est rigolo.

Un fallacieux prétexte de repas dominical et familial, il n'en faudra pas plus à l'auteur pour développer un magistral récit sur fond de crise des subprimes.

Nan, j'déconne.
Fabcaro chasse ici le grand blanc.
Celui qui gêne, qui trouble, qui paralyse.
En effet, quoi de plus déstabilisant que de se regarder dans le blanc des yeux sans avoir le moindre sujet de conversation dans sa besace ?

Et Fab' de délirer, de se mouvoir dans un absurde qu'il maîtrise à la perfection, occasionnant moult gloussements et autres LOL PTDR de force 10 sur l'échelle de Patrick Patoche, peintre comique troupier injustement méconnu de son état, à ses heures éperdues.

C'est barré, follement décalé, monstrueusement nonsensique.
L'énorme plus, une plume en kouasi symbiose avec le propos, ce qui n'est pas pour me déplaire.

Énorme, comme d'hab', comme Fab' !
Commenter  J’apprécie          472
Un repas de famille, les parents, leurs enfants et leurs conjoints et les petits enfants, un garçon et une fille.
Mais qu'est-ce qu'on se raconte lors d'un repas de famille? Pas grand chose, alors on essaie de trouver une conversation de qualité ou toute simple. Les enfants vont jouer aux sept familles.
Je n'ai pas aimé, c'est mon droit.
C'est un cadeau de Noël. J'avais dit, un jour, que j'aimais bien Fabcaro. C'est vrai pour Zaï, zaï, zaï, zaï et Open bar. C'est décalé et hilarant. Non, ici, non. Pour être décalé ça l'est mais hilarant, je n'ai pas trouvé. Bon, j'ai tourné les pages et lu mais sans grande attention car l'attirance n'a pas fonctionné.
C'est certes très possible ce genre de situation mais le rendu n'y est pas, le gamin, la gamine tués par leurs parents, le grand-père qui meurt de vieillesse, bref, non, pas cette fois. Même en y mettant du mien pour l'humour décalé...Non.
Je m'étais dit : waouh, l'album est épais il doit y avoir beaucoup de pages. Même pas, le papier est épais et Fabcaro l'a bien compris en ne numérotant pas ses pages...
Sinon les dessins et les postures sont comme à l'habitude, réussis.
Lien : https://www.babelio.com/livr..
Commenter  J’apprécie          445
Comme toujours avec Fabcaro, unique dans l'humour noir, pousse l'absurde à l'extrême. Repas de famille. Mais que se raconter ? Et les voisins quels sont leurs sujets de conversations, juste pour avoir des idées ? On les appelle ? Ils nous menacent de harcèlement. Quoi se dire ? C'est drôle et provocateur, surtout quand l'auteur interpelle le lecteur. Pour finir, faites gaffe lorsque vous allez fumer dehors.
Commenter  J’apprécie          420
C'est ma première lecture de Fabcaro. Je ne savais pas du tout à quoi m'attendre. Alors forcément, j'ai été surprise. Et même déstabilisée, au début.

Les premières cases m'ont laissée dubitatives. Un type déguisé en kebab, un choeur antique, un dessin assez impersonnel… Dans quoi m'étais-je embarquée ? Et puis, j'ai commencé à sourire, d'abord timidement. Puis les sourires se sont fait plus francs. Petit à petit, j'ai été embarquée dans l'univers absurde et acide de Fabcaro, jusqu'à rire franchement.
Le ton est parfois assez féroce tout en ne perdant jamais cet aspect nonsensique très drôle. Ce dessin que je trouvais froid au départ m'est finalement apparu comme étant en adéquation totale avec le propos et le ton du récit. Ce trait impersonnel participe pleinement au côté absurde de la B.D.

Bref, passé ce moment où je me suis demandée où j'avais mis les pieds, je l'ai pris mon pied justement. « Formica » est très drôle tout en ayant un regard assez féroce sur la société. Cette première rencontre avec Fabcaro est une réussite, je compte bien lire d'autres B.D de cet auteur.

Commenter  J’apprécie          300


critiques presse (2)
BDGest
05 novembre 2019
Le petit jeu des références mis en place par le scénariste génère un véritable sentiment de complicité avec le lecteur. L’effet de miroir s’avère total. Résultat, après quelques pages, il est quasiment impossible de savoir qui observe qui. [...] Fabcaro a encore du jus dans la plume et il vous attend de pied ferme !
Lire la critique sur le site : BDGest
ActuaBD
19 septembre 2019
Ce n’est pas si fréquent en bande dessinée. À la lecture d’un ouvrage, nous pouvons nous distraire, réfléchir, sourire, admirer un trait, goûter l’ironie. Mais pour faire rire aux éclats, il y a peu de candidats réellement valables. Fabcaro en fait partie. Difficile d’expliquer précisément comment il s’y prend sans révéler quelques-uns de ses tours. Il a le génie du comique.
Lire la critique sur le site : ActuaBD
Citations et extraits (27) Voir plus Ajouter une citation
Rien n'est encore perdu, nous devons nous battre ! Car aujourd'hui c'est une discussion que nous n'arrivons pas à trouver, mais demain ? D'autres jours se lèveront, et d'autres nuits, et d'autres chemins encore ! Et chaque fois nous tomberons, et chaque fois nous nous relèverons, car peu importe ce que tu es, tu seras toujours celui que tu veux être et non pas celui que tu crois que tu pourrais être si tu l'étais... Car, si tu crois en toi, alors tu verras dans le regard de l'autre qui te voit à travers tes yeux, et tu découvriras que c'est ce que tu vois qui compte dans les yeux du regard qu'ils se portent à travers toi...
Commenter  J’apprécie          241
- Je reviens, je vais faire pipi...
- Félicitations, Hervé...
- Parlez entre vous, sinon ça me bloque... J'aime pas qu'on entende mon pipi...
- Bah oui mais on sait pas te quoi parler je te rappelle...
- Mais c'est horrible... Comment je fais pipi moi du coup ?
- Le sort s'acharne sur nous...
- Tiens bon mon amour...
- Hervé, calme-toi, surtout ne panique pas... Voilà ce que tu vas faire, écoute-moi bien... Tu vas imaginer une cascade qui se jette dans un lagon, tu vas imaginer le bruit de l'eau, ok ?
- Ok... Rhaa, y a un touriste allemand au bord du lagon avec des tongs en chaussettes...
- Merde, on le perd...
- C'est horrible...
Commenter  J’apprécie          173
- C'est le Iphone combien ?
- Le 7...
- Ah... moi, j'ai le 8...
- Julien ! Qu'est-ce qui te prend d'insulter ce pauvre Hervé qui ne t'a rien fait ? Où tu as vu qu'on traitait ainsi les gens de gros ratés sans charisme ni pouvoir et qu'on les mettait face à l'incommensurable fiasco qu'est leur vie ?! Tu as perdu la tête !
Commenter  J’apprécie          254
- Alors, qui veut du poulet élevé en batterie dans d'atroces souffrances, n'ayant jamais vu la lumière du jour et à qui on a cassé violemment les pattes pour qu'il ne puisse pas courir vers ses poussins broyés dans un pressoir dans un piaillement déchirant ?
- Moi !
- Miam...
- Mmhh...
Commenter  J’apprécie          220
Drrr ♪ ♫

- Tiens, qui peut sonner un dimanche à cette heure-ci ?
- Je vais voir... (… ) C'étaient des témoins de François Bayou...
- Classique, tous les dimanches, c'est pareil... Entre ça et les calendriers de La Poste momentanément fermée...
Commenter  J’apprécie          141

Videos de Fabcaro (65) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de  Fabcaro
T'inquiète
autres livres classés : bande dessinéeVoir plus
Les plus populaires : Bande dessinée Voir plus



Lecteurs (838) Voir plus



Quiz Voir plus

Zaï Zaï Zaï Zaï, la BD, le Film, La Chanson...

Pour quelle raison Fabrice s'est il mis au ban de la société ?

Il a grillé un feu rouge
Il conduisait avec plus de 0,50 g
Il a oublié sa carte de fidélité
Il a volé des fraises Tagada au LIDL
Il a voulu payer ses courses en liquide

10 questions
34 lecteurs ont répondu
Thème : Zaï zaï zaï zaï de FabcaroCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..