AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2847740252
Éditeur : La Cafetière (28/04/2017)

Note moyenne : 3.67/5 (sur 45 notes)
Résumé :
Comment un auteur vit son succès, non sans subir les affres de la création et la peur de voir fuir les muses. Le tout avec une sacrée tendance à la somatisation et l'hypocondrie...
De cette période "un peu flottante", Fabcaro réalise un album dans la logique de continuité de thèmes qui lui sont chers. On retrouve ainsi son talent à dépeindre avec humour ses travers et défauts, à traiter de sujets profonds sans lourdeur, à en donner une perspective qui nous t... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
marina53
  23 juillet 2017
Et si l'inspiration ne revenait pas... Après le succès de son album "Zaï Zaï Zaï", Fabcaro manque d'inspiration. Autour de lui, l'on s'empresse de savoir où il en est de ses projets, quel sera le sujet de son prochain album. Mais, rien ne vient. Même si les éditeurs ont pleine confiance en lui et ce, quelque soit la teneur de son album, il bute, il sèche, il plonge dans une période d'angoisse, ne voulant pas non plus faire n'importe quoi. En ce moment, il planche sur des saynètes qui relatent son quotidien de quadra hypocondriaque et de dessinateur et auteur face à la page blanche qui court les salons. Son inspiration s'étant cassée la jambe au ski, Fabcaro doute un peu en voyant l'inspiration intérimaire qui ne semble pas avoir de très bonnes idées...
Fabcaro se met en scène dans cet album et relate son quotidien un peu morne d'auteur visiblement fâché avec son inspiration. Que faire après l'immense succès de "Zaï Zaï Zaï", multi-récompensé ? Que faire pour plaire de nouveau à son lectorat qui n'en attend pas moins de lui ? de courtes saynètes, relatant tantôt son travail, tantôt son quotidien, ponctuées de quelques anecdotes composent cet album, tout simplement appelé "Pause". ici, l'inspiration est personnifiée en ce petit homme rondouillard et chauve qui n'a visiblement pas que de bonnes idées. Un travail d'introspection et d'analyse plutôt bien vu et traité non sans humour et ironie.
Merci pour le prêt, Cécile...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          553
Ziliz
  10 juin 2017
Après le formidable succès de son album 'Zaï Zaï Zaï', Fabcaro a la pression.
C'est super intimidant de se lancer dans un autre projet. On attend de lui qu'il nous amuse au moins autant, qu'il garde sa patte, mais se renouvelle quand même.
Oui mais là, pas de bol, l'idée ne vient pas. Vraiment pas.
Que faire ? Reprendre une bonne vieille recette utilisée par moult auteurs et réalisateurs. Raconter le quotidien d'un créateur angoissé par la page blanche. Tourner ce malaise en dérision, dire et répéter qu'on a la lose, qu'en plus on est hypocondriaque.
Voilà donc soixante pages de 'saynètes autobiographiques' qui racontent l'histoire d'un quadra père de famille, époux, et accessoirement auteur de BD, gentil, gaffeur, loser, sympa mais un brin tête à claques dans son inertie - même s'il semble s'excuser presque à chaque page de n'être pas vraiment à plaindre ( y a pire comme difficultés professionnelles)...
Le ton rappelle ceux des albums d'inspiration autobiographique de Delisle et de Larcenet (Retour à la terre, et Le Combat ordinaire).
J'a​i un peu souri parce que je trouve l'auteur sympa, il m'avait vraiment emballée avec 'Zaï, zaï, zaï'. Sinon, je pense que j'aurais assez vite zappé ces lamentations nombrilistes où l'humour, même quand il devient déjanté, tombe à plat ou s'avère lourdaud, loin des subtilités et de la loufoquerie du précédent album...
Intro de l'auteur : « En fait tu tournes en rond et tu fais des bouquins pour dire que tu tournes en rond... C'est pratique, tu peux tenir encore vingt ans comme ça... »
-> oui et non ! faut pas prendre le lecteur pour un pigeon non plus, il se lasse vite...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          401
Myriam3
  09 septembre 2018
Un simple symbole sur une couverture épurée, pas de titre, ce roman graphique comme les autres de Fabcaro donne envie de le manipuler avec précaution, trop de blanc, trop neuf.
Dans celui-ci, pas de fiction mais la vie de Fabcaro lui-même en panne d'inspiration, en plein doute, hypocondriaque à ses heures perdues. le problème, c'est que j'ai déjà lu tout ça ailleurs, chez Larcenet par exemple, mis en scène par Ferri (que Fabcaro cite d'ailleurs ici). Petite déception donc dans les premières pages, mais heureusement encore de franches rigolades quand Fabcaro redevient lui-même: le bandeau "Par l'auteur de Zaï Zaï Zaï" qui apparaît partout, sa mère qui s'inquiète au téléphone...
Bref, pas beaucoup d'originalité dans cette Pause entre deux créations, mais comme l'inspiration est la pièce centrale de cette BD, on peut lui pardonner, en espérant quand même que ce n'est que temporaire.
Commenter  J’apprécie          220
blandine5674
  17 mars 2018
Quelle étrange bd ! On reconnaît bien la ‘patte' de Fabcaro. Au début, sensation de rendre un devoir obligatoire avec ce scénariste en manque d'inspiration, puis le lecteur se prend au jeu. Des choses intéressantes sur un créateur d'autodérision et ce qu'en pense son entourage. Et toujours les anecdotes sur certaines absurdités de la vie. Je m'arrête là : pause !
Commenter  J’apprécie          150
MonsieurHyacinthe
  17 mai 2018
Attention, chien marrant. Une planche peut en cacher une autre. Les histoires se suivent, mais ne se ressemblent pas. C'est pêle-mêle que Fabcaro nous livre ses tranches de vie, sans lien parfois d'une page à l'autre, comme il le faisait jadis dans "L'infiniment moyen", "Like a steak machine", "Droit dans le Mûr", "On n'est pas là pour réussir".
Cependant, un fil est tenu tout au long du récit, pour nous en décrire les affres d'un auteur en perte d'inspiration après un grand succès éditorial. Si le ton est principalement burlesque, certains passages sont criants de sincérité, d'introspection et de désespoir. C'est touchant. D'autres se font l'écho de son style d'antan, une pirouette finale venant régulièrement offrir une chute comique à la saynète.
Rien n'est forcé, Fabcaro ne cherche pas le rire à tout prix, il prend davantage le temps de poser son personnage, ses doutes et ses vacuités, ce qui offre une réelle impression de sincérité. La lecture est vive, intéressante et ne ronronne pas. J'ai vraiment apprécié propos et mise en abîme. L'autodérision guette une page sur deux, Fabcaro aime à se tourner en ridicule, et nous avec. Il fait part de ses troubles existentiels, et s'offre à nous plus qu'à l'accoutumée. Dans cette veine autobiographique, c'est pour moi son meilleur essai !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60

critiques presse (3)
BDGest   22 août 2017
En attendant une prochaine grande œuvre, la lecture des tranches de vie de Fabrice Caro permet de patienter d'agréable façon.
Lire la critique sur le site : BDGest
Bibliobs   05 juillet 2017
Tendrement adulescent, profondément hypocondriaque et faussement anxieux de rester coincé par un succès qui s’affiche en bandeau de tout ce qu’il touche, Fabcaro est un prodige du ridicule. Et la preuve vivante qu’il ne tue pas.
Lire la critique sur le site : Bibliobs
BoDoi   09 juin 2017
Plutôt qu’un exercice nombriliste, Fabcaro livre des running-gags simples et efficaces, toujours justes et teintés d’une tendre autodérision. On sourit de son désarroi, on s’amuse de ses jeux de mots, de ses anecdotes bancales ou de ses excès, on se délecte de sa maîtrise narrative et de son sens de l’humour intact.
Lire la critique sur le site : BoDoi
Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
ZilizZiliz   12 juin 2017
- Allo, Fabrice ?... Oui, c'est maman... Dis, on s'inquiète beaucoup, il paraît que ta prochaine BD n'a pas vraiment de thème ?...
- Ben non... Enfin si, c'est sur le vide, la fatigue, le manque d'inspiration, c'est une sorte de journal de bord... C'est une pause dans mon travail... D'ailleurs ça va s'appeler 'Pause'...
- Non mais il faut un thème, pourquoi tu veux pas la faire sur un thème ? On t'a pas élevé comme ça nous, à la maison, on a toujours tout fait pour que tu réussisses... C'est d'avoir sauté le CP qui te perturbe ?... Qu'est-ce qu'ils vont dire les gens ? Et les cousins, qu'est-ce qu'ils vont penser de toi ?... Quand même... Non parce que bon, on s'en fiche hein, mais tu sais après ça jase... Allez, mets un thème va, d'accord ? Tu mettras un thème ?
- D'accord...
- Oui, oui, je te connais, tu dis oui pour me faire plaisir mais après tu vas pas mettre de thème... Ha là là Fabrice, tu nous fais faire du souci, tu sais...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          297
marina53marina53   23 juillet 2017
- Ah tiens, on vous a vu hier dans le journal ! Ça marche bien pour vous...
- Ouais... Mais à quoi ça sert tout ça au final ? Pourquoi on continue à faire des livres ? On le fait pour qui au final ? J'ai fait 25 bouquins en 10 ans, sans compter les commandes sous pseudo, c'est complètement irrationnel... Je suis tellement fatigué... J'ai même plus la force de prendre des risques, je tourne en rond... Même ce monologue, j'ai l'impression que j'ai écrit exactement le même dans "Carnet du Pérou"... Il faudrait que je fasse une longue pause mais dès que j'arrête, je développe des maladies... Je suis condamné à faire des bouquins à la chaîne, de moins en moins inspirés, de plus en plus prévisibles... Je vais crever en ayant fait 280 bouquins là où 10 auraient suffi et j'aurai pas vu grandir mes filles...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
marina53marina53   23 juillet 2017
Aujourd'hui, les éditeurs ont mille fois plus confiance en moi que je n'en ai moi-même... Ce qui ne m'aide pas plus... Un peu comme un sale gosse qui cherche des limites mais n'en rencontre aucune... Rien n'est pire que la liberté quand on est perdu...
Commenter  J’apprécie          271
ZilizZiliz   09 juin 2017
En fait tu tournes en rond et tu fais des bouquins pour dire que tu tournes en rond... C'est pratique, tu peux tenir encore vingt ans comme ça...
Commenter  J’apprécie          241
Le_Comptoir_de_l_EcureuilLe_Comptoir_de_l_Ecureuil   12 mai 2017
... Oui donc l'idée c'est de revenir à quelque chose de plus foutraque, limite fanzineux, un truc un peu punk...
S'affranchir et se désaliéner des gens qui ont aimé le dernier bouquin et qui s'attendent à ce qu'on refasse le même...Godard a dit un jour : "il faut décevoir pour être libre"... Voilà, c'est tout à fait ça...
Il faut constamment casser la dynamique pour éviter qu'elle nous entraîne, vous saisissez le principe ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Videos de Fabcaro (18) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de  Fabcaro
Fred Sandon - chronique BD - prix Hors les murs - Zai zai zai zai ©LaChaineNormande
autres livres classés : humourVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
14368 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre
.. ..