AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2847740244
Éditeur : La Cafetière (13/10/2016)

Note moyenne : 3.84/5 (sur 34 notes)
Résumé :
À travers des récits d'inspiration autobiographique, retrouvez ce qui fait la force de cet auteur incontournable : savoir nous faire rire de nous-mêmes, avec toujours une grande humanité derrière l'ironie. La Cafetière a, depuis 1996, à coeur de faire découvrir des univers d'auteurs à travers des publications de création. En juin 2005, elle publie Le Steak haché de Damoclès, premier album de Fabcaro chez un éditeur alternatif, qui sera suivi régulièrement d'autres o... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
marina53
  26 janvier 2018
Ses problèmes de communication, de timidité et de manque de confiance en lui, depuis qu'il est tout gosse, le mettent dans des situations invraisemblables, drôles ou gênantes. Par exemple, le steak haché rapporté de la boulangerie au lieu de la baguette, les sempiternels mêmes cadeaux à Noël parce qu'il n'ose pas dire que cela ne lui plait plus ou encore son métier de dessinateur qu'il n'ose avouer à ses beaux-parents...
Des années plus tard, Fabcaro, après une première biographie, remet ça et se rend compte que ce n'est pas évident de publier son autobiographie. Il doit faire face aux remarques et reproches de ses proches... Devenu père, il essaie de devenir adulte comme on l'attend de lui...
Dans la dernière partie de cet album, l'auteur raconte des anecdotes à travers des titres de chansons emblématiques tels que "Il est libre Max" ou "Still loving you".
Fabcaro se met en scène dans cet album qui rassemble "Le steak haché de Damoclès", "Droit dans le mur" et "Like a steak machine", des albums parus entre 2005 et 2009 et évidemment largement autobiographiques. Il raconte des anecdotes sur son enfance croquées avec simplicité et beaucoup d'auto-dérision. Composé de strips de une à trois pages, cet album se lit avec grand plaisir. L'on découvre ainsi un auteur timide, mal à l'aise en société, un brin décalé, hypocondriaque, rêveur et pas toujours tendre avec lui-même ! Les deux premiers albums se ressemblent dans le sens où Fabcaro se raconte. le troisième, dont chaque strip est le titre d'une chanson, relate des souvenirs accompagnés d'un morceau de musique.
Distrayant, drôle, frais et pétillant...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          580
jamiK
  28 août 2017
C'est une biographie humoristique sous forme de saynètes de 1 à 3 pages en noir et blanc. Fabcaro nous raconte tous ses malaises, ses hésitations, toutes les situations où il a été ridicule, puéril, lâche... Il y a un petit côté Dingodossiers modernisé qui n'est pas pour me déplaire.
Les trois parties correspondent à 3 albums précédemment édités. La troisième est plus axée sur la musique. Ce qui donne un côté nostalgique, je pense que tous ceux qui on été jeune dans les années 80 s'y retrouveront à un moment ou à un autre.
Et c'est totalement hilarant !
Commenter  J’apprécie          140
Franz
  12 octobre 2018
Une bonne tranche de poilade.
Fort du succès mérité de Fabcaro, l'éditeur associatif La Cafetière réunit en un seul volume trois albums autobiographiques jusque-là assez confidentiels de l'auteur. Malgré la bonne dizaine d'années séparant le premier récit (2005) du dernier (2016), le ton et le graphisme se tiennent de bout en bout. L'autodérision de Fabcaro démine ses propres névroses, ses maladresses, ses peurs et les rend digestes au lecteur quand elles ne deviennent pas goûteuses voire succulentes. On peut les faire siennes, la timidité congénitale étant universelle. Quand l'auteur s'enferre dans une bévue au point de lui donner corps sur le long terme, la fraternité est établie avec les sans-grades et les sans-voix. Les gags s'enchaînent toutes les deux ou trois pages et bien que l'auteur ait eu probablement à souffrir des situations exposées, le lecteur s'amuse beaucoup sans que ce soit pour autant aux dépens de Fabcaro, l'histoire personnelle s'immisçant dans celle racontée. Aucun ennui à savourer ces tranches de vie poêlées, au fumet nostalgique qui n'est pas étranger à l'esprit des Dingodossiers de Goscinny et Gotlib. D'ailleurs, le créateur de la Rubrique-à-brac aura pu adouber la reprise de son Gai-Luron par Fabcaro au scénario et Pixel Vengeur au dessin, une filiation évidente et enthousiasmante. Take it easy, reste cool et garde le steak aminci en auréole telle une émanation bien plus spirituelle que la robe en viande d'une Lady Gaga !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
alouett
  01 février 2017
« Une BD sur mes problèmes de communication ? »
En 2004, Fabcaro prend contact avec les éditions La Cafetière lors du festival d'Angoulême. Il lui remet un projet, l'éditeur accroche avec son style et ce contact marque un réel tournant dans sa vie. le premier album, « le Steak haché de Damoclès » est publié un an plus tard. Sa timidité et son manque de confiance le mettent à mal dans son quotidien. Les rapports qu'il a avec son entourage sont compliqués, il ressent de la gêne, il n'ose pas dire les choses et en tentant de dépasser ses angoisses, il s'enlise dans les maladresses et les malentendus. Avec les années, la gêne qu'il ressent est de plus en plus forte. Sa compagne lui suggère d'écrire un album pour parler de ses névroses ; dubitatif, il se plie tout de même à l'exercice. En acceptant de regarder dans le rétro, Fabcaro remonte à la source de « ses problèmes ». Quel a été l'événement déclencheur qui l'a conduit à mettre le doigt dans un engrenage désagréable, se sentant toujours un peu décalé dans les échanges avec son entourage… pourquoi se voit-il comme un OVNI et comment dépasser cette fichue difficulté à assumer ses opinions, à s'assumer.
Une catharsis en quelque sorte. Adieu la timidité, la gêne et l'hésitation ??
Le premier album édité, il poursuit dans le genre en réalisant « Droit dans le mûr » que La Cafetière publiera en 2007. On pouvait espérer que le premier album lui aurait permis de dépasser certains blocages… mais ce n'est pas tout à fait le cas. Les tics de langage qu'il avait pour habitude d'utiliser sont maintenant connus de son entourage et ça le confronte à d'autres problèmes. Son entourage l'interpelle joyeusement et ouvertement sur les anecdotes qu'il a racontées et ça n'est pas pour arranger les choses.
« Alors comme ça tu t'es emmerdé à mon mariage ?! Sympa… »
Ce qui le conduit à se poser de nouvelles questions…
"Finalement, je me demande si l'autobio pour soigner les problèmes relationnels n'est pas la pire des solutions."
Les complexes restent et l'amènent souvent à s'exprimer de manière inappropriée, à préférer le mutisme plutôt que d'oser participer à une conversation, à bafouiller, à cafouiller, à prononcer des phrases absurdes genre « je suis plumé comme une enclume » et on pourrait facilement l'imaginer en train de mélanger les mots quitte à en prononcer de nouveaux, saugrenus et irréels…
(...)
Lire la chronique dans son intégralité sur le site : https://chezmo.wordpress.com/2017/02/01/steak-it-easy-fabcaro/
Lien : https://chezmo.wordpress.com..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
LisLou
  13 janvier 2018
Je l'ai acheté en riant encore de " zaï zaï zaï"
Mais je suis déçue.
Même si je me reconnais beaucoup dans ce bouquin ( en tout cas avant mes 20 ans)
ça ne m'a pas fait autant délirer que le premier.
Mais ça sent le vécu, la difficile réalité des gens effacés qui ne veulent pas faire de vague.
Oui, je suis repartie un nombre incalculable de fois avec autre chose que ce que j'avais demandé au bar, à la boulangerie, au kiosque à journaux, voire même chez le vendeur de glace.
je me suis même laissé coiffer par une amie pour ma première sortie en boîte. Sans rien oser dire, mais je me trouvais affreuse et je suis restée dans un coin toute la soirée pour qu'on ne me voie pas, en défaisant discrètement ma moche demi-queue de cheval.
Donc voilà, roman graphique exutoire pour moi, mais pas ce que j'attendais.
Commenter  J’apprécie          52
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
jamiKjamiK   27 août 2017
Quoi ?! De la bouffe bio ?! Je vais devenir un bobo ?!! Un bobo ? Mais non, rassure-toi, j'ai pas assez d'argent pour être un bobo... Ah ben super... Je suis vachement rassuré...
Commenter  J’apprécie          120
alouettalouett   01 février 2017
Finalement, je me demande si l’autobio pour soigner les problèmes relationnels n’est pas la pire des solutions.
Commenter  J’apprécie          50
Videos de Fabcaro (18) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de  Fabcaro
Fred Sandon - chronique BD - prix Hors les murs - Zai zai zai zai ©LaChaineNormande
autres livres classés : autodérisionVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
14369 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre