AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
>

Critique de anouvel


FRANCHISSEMENTS / Varcare i confini
De Elisabeth Fabre Groelly
Chez Nombre 7 éditions
Pas-sages !
Mario Rigoni Stern, ce grand romancier italien, est au début et à la fin de cet ouvrage, comme l'Alpha et l'Oméga, le symbole de ce qui continue tout de même d'exister. Ce qui persiste, perdure, se maintient après avoir disparu. Avec ce guide, cet initiateur, s'apprennent le temps, la vie, l'art, la littérature. Et l'un des charmes de cet ouvrage, c'est la naïveté savante de sa narratrice, en même temps petite-fille, grand-mère, jeune femme, femme mûre. Elle a connu Mario, lequel était d'un autre âge, elle l'a aimé, elle a aimé ses ans, cette présence-absence, elle a aimé ses livres et ces jeux de présents-passés font l'un des charmes du recueil. Surgissements soudain à la présence d'un passé, jeux avec les limites, transgressions tendres. Tous les âges de la vie, d'ailleurs, nous apprennent le passage, le pas-sage du temps ainsi que sa rémanence.
Aussi L'Autre Langue n'est-elle pas de trop pour nous enseigner que parler ne sert à rien mais ouvre à tout. Nous passons, nos pas nous trahissent et nos voix nous enchantent. Nous trébuchons, nous vacillons, reste l'amour de ce qui est, de ce qui fut, ne sera plus que cette poussière chantante de mots. Poussière ? Que nenni, ces mots sont vivants, combles de cette vie qui va, ne peut rester, qui va de vivre et qui s'en va. Il s'agit d'aller au-delà, en-deçà et pourtant au plus proche d'un « ici et main-tenant ». L'art seul, la littérature peuvent garder intacte la fraîcheur de cet être-ici.
Le recueil de nouvelles d'Elisabeth Fabre Groelly se présente comme un calendrier, de janvier à décembre, et chaque page tournée, chaque nouvelle lue est comme un peu de temps coché. Un temps qui ne reviendra pas, sauf si on le relit, à la fois neuf et familier, dans l'Autre Langue. Celle qui console sans qu'on sache toujours très bien ce qu'elle dit, celle qui est portée par le Grand Autre et sa gravité d'autre. L'étrange familier.
Je suis très ému de cette lecture et voudrais qu'elle soit infinie, avoir à relire sans fin ce pas-sage, afin qu'il n'ait plus à passer.

Alain Nouvel

Lien : https://www.facebook.com/ala..
Commenter  J’apprécie          00







{* *}