AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782709627771
450 pages
Éditeur : J.-C. Lattès (05/04/2006)
3.93/5   7 notes
Résumé :
Rome, 1924. Dans une Italie mise au pas par Mussolini. Giulia, treize ans, se heurte à une adolescence fasciste, 'pli' qu'elle refuse de prendre. Sensible à la peinture, à la littérature, rebelle à toute autorité, elle se met dans des situations impossibles que goûte peu son entourage. Quelques années plus tard, évoluant dans le milieu de l'art dominé par la singulière Margherita Sarfatti, maîtresse du Duce, son impulsivité et son irrespect de la hiérarchie lui joue... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Sourisetdeslivres
  08 mai 2021
1924
On rencontre Giulia l'héroïne.
Une toute jeune fille qui vit dans un monde dans lequel elle ne trouve pas sa place, qu'elle ne comprend pas.
Depuis l'assassinat du député socialiste Giacomo Matteoti qu'elle a vu enlever devant ses yeux elle refuse de se soumettre au fascisme, elle exècre les doctrines du Duce, les jeunesses fascistes.
Tout ce que ses parents mettent en avant sauf son grand-père.
Son père suit scrupuleusement les directives de Mussolini.
Ce que veut Giulia, ce n'est pas intégrer une école de droit comme son père le voudrait, mais une école d'art.
Elle y arrive et se retrouve dans la classe de celui qu'elle adule : le professeur Manelli.
La terreur qu'imposent les chemises noires tu vas le sentir très fort.
Nicole Fabre va te parler de tout ce qui était mis en place par le régime, de l'ONB, l'office national des ballillà qui « occupait » les enfants dès l'âge de 4 ans jusqu'a ce qu'ils intègrent les jeunesses fascistes
Mais aussi de l'OVRA, l'organisation de vigilance et de répression de l'antifascisme.
Un pays qui sort d'une période noire à qui Mussolini promet un avenir meilleur, le peuple a envie d'y croire.
J'ai appris quantité de choses comme la période où Mussolini met Rome en pièce pour retrouver la gloire de l'empire de Cesar.
Une idéologie fasciste qui est partout, même et surtout dans l'enseignement
La propagande est partout. La presse est sous contrôle. La désinformation totale.
Giuilia en acceptant de travailler à Gerarchia, un journal fasciste dirigé par Margherita Sarfatti, va se mettre quelqu'un d'important pour elle à dos. Il ne comprend pas qu'elle a besoin de travailler et qu'elle ne cautionne absolument pas les articles. Elle est en charge de la partie culturelle où elle n'est pas bridée. Sa patronne aimant d'ailleurs sa franchise à contre-courant
Margherita Sarfatti est une femme passionnante, féministe engagée, elle ne s'interdit aucune fréquentation même celles réprouvées par son amant Mussolini.
Je ne cautionne pas tous ses agissements ni les yeux qu'elle a fermés, mais Nicole Fabre te dresse un portrait tout en nuance qui te permet si ce n'est d'accepter d'au moins comprendre cette femme si dévouée non pas au Duce, mais à l'Italie et l'Italie c'est le Duce à cette époque.
Dans tout jugement la nuance s'impose.
Ceux qui luttent contre le régime comme Les six de Turin, le Giustizia e liberta
Giulia libre, indépendante et maladroite. Sa maladresse rend certaines situations cocasses et comiques donnant une certaine légèreté au récit quand il en a besoin.
Giulia c'est un cocktail de rage et de révolte. Son impuissance devant certains faits la met tellement en colère.
Balbo, le héros du squadrisme et bras droit de Mussolini va très vite la remarquer.
Si tu aimes l'art et l'histoire, ce livre est fait pour toi.
Nicole Fabre parle de tous les arts. Des écrivains, des peintres, des sculpteurs et architectes, des noms connus, d'autres que j'ai découverts.
Elle te parle du fascisme, cette bête à la fois invisible et palpable qu'il faut combattre dans l'obscurité.
Rome pue la peur et la délation. Même au sein des proches de Mussolini qui se méfie de tous,
De l'Éthiopie, seul pays libre d'Afrique, Mussolini le veut plus que tout quitte à entrer en guerre.
De Venise à Tripoli, Nicole Fabre couvre 10 années de ce régime.
Je n'ai qu'une hâte : lire la suite
Il s'agit d'une réédition en poche.
Le roman était sorti à l'origine chez JC Lattès en 2006.
Je suis bien heureuse de cette sortie, car je n'avais jamais entendu parler de ce roman fascinant. C'est une trilogie à la base.
Lien : https://unesourisetdeslivres..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
leBoudoirdulivre
  29 mars 2021
Ce roman a une saveur particulière, celle de mes racines italiennes. En France, on sait peu de chose sur l'Italie sous Mussolini en-dehors des grandes lignes. Ce premier tome est riche d'informations et nous montre le fascisme dans une famille et comment Giulia va s'y rebeller envers et contre tous. La manière de nous informer sur cette période si sombre et particulière, comment les Italiens ont été littéralement fasciné par ce dictateur, comment ils ont cautionné le déferlement de violences des Chemises Noires, les viols… sont difficilement compréhensibles.
De même qu'en Allemagne, le Duce a promis une Italie nouvelle, une vie meilleure… En utilisant les sujets importants à l'époque comme la dureté de la vie pour se nourrir, la misère… Il a su convaincre par de belles promesses et paroles les Italiens avides de renouveau pour les générations à venir…
Une fois commencé, je n'ai pas pu m'arrêter et j'ai dévoré ce premier tome, je suis impatiente de découvrir la suite et j'espère que vous apprécierez mon coup de coeur. Best-seller, j'espère que sa venue dans les Editions Charleston contribuera à une visibilité à sa juste valeur.
1924, Rome.
A 13 ans, Giulia Diacalone refuse de se soumettre à ce que l'on attend d'elle. Eprise de liberté, le mouton noir refuse d'entrer dans les jeunesses fascistes, s'attirant les foudres de sa famille qui ne jure que par le Duce.
Sa passion pour l'art va la conduire sur les traces de l'Université de Rome pour suivre les cours du professeur Vittorio Manelli… Mais le fascisme est partout même dans les cours d'art.
Celui-ci lui ouvre les portes de l'ateliers de la via Cavour et de l'art interdit par le Duce. Dans cet atelier, elle retrouve Silvio, un peintre antifasciste dont elle tombe amoureuse.
Sa haine du fascisme ne lui permet pas de refuser l'offre de travailler pour la maîtresse du Duce, Margherita Sarfatti.
L'occasion pour Giulia de jouer de sa plume acérée et d'être elle-même même si elle devient journaliste pour la revue Gerarchia.
Au cours d'un dîner avec Silvio, sa maladresse légendaire va attirer le regard d'Italo Balbo, un ministre proche et redouté de Mussolini.
Troublée, la jeune femme s'enfuit tandis que celui-ci, admiratif par l'audace de Giulia n'aura de cesse de la convoiter.
Tandis que l'Italie sombre dans le fascisme et que les atrocités des chemises Noires se multiplient, Giulia devra choisir entre ses idéaux et ses amours contradictoires.
Quand l'amour et le sens du devoir se mélangent à l'histoire de l'Italie fasciste où la cruauté n'a plus de limite jusqu'à sa chute !
A l'image de l'Allemagne nazie, l'adulation d'un peuple ébloui par la promesse d'une Italie nouvelle et d'un dictateur prêt à tout pour arriver au sommet.
Giulia va se retrouver mêlée aux secrets d'Etat la mettant au centre d'une machination qui la dépasse et où le sort de l'Italie en est l'enjeu.
Quand son pays, son amour et sa famille sont sur le point de s'effondrer, l'espoir va renaître dans une Italie à feu et à sang !
Aux premières loges de l'histoire en marche, Giulia va devoir se battre pour ses convictions et ceux qu'elle aime !
Suspense haletant dans une Italie en pleine tourmente !
Au plus près des manigances politiques, Giulia va être la convoitise des hommes et l'instrument de sa propre vengeance !
De Rome à l'Ethiopie, partez sur les traces d'une jeune femme en quête de justice entre amours et trahisons dans l'Italie de Mussolini !
Dans une Italie qui va droit vers sa chute, découvrez les amours de Giulia en proie à sa conscience dans le chaos du fascisme !
Nicole Fabre dépeint les heures les plus sombres de l'Italie avec une rare précision. La beauté de ce roman n'a d'égale que la cruauté de l'âme humaine et de leurs belles paroles.
La vie d'une jeune femme échappant à l'emprise familiale plongeant dans les méandres du fascisme.
Les sujets sont nombreux : les viols, la soumission des femmes, les unions arrangées, l'OVRA, les GUF, la milice, les chemises Noires, les trafics d'art…
Beaucoup d'informations et une richesse du contexte historique qui plonge le lecteur dans les périodes les plus sombres de l'Italie.
Quand l'art se mélange aux heures les plus sombres d'une Italie sur le déclin !
Lien : https://leboudoirdulivre.wor..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
nathys
  01 septembre 2021
La nuit italienne est un roman qui m'a beaucoup intéressée par son contexte historique. On lit rarement des romans abordant le fascisme italien et ici c'est très fouillé. On est vraiment au plus près du pouvoir, côtoyant son dirigeant Mussolini tous comme ses sbires plus ou moins importants. Les intrigues politiques sont fascinantes à suivre, j'ai appris beaucoup avec ce roman.
Du côté de la fiction si elle m'a moins passionnée j'ai passé un bon moment avec Giulia cette héroïne rebelle en marge de sa famille, qui lutte pour ses valeurs tout en devant admettre les paradoxes qui la tourmentent.
J'ai juste été un peu déçue par le rebondissement final
Commenter  J’apprécie          10


autres livres classés : fascismeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox