AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782738211187
Éditeur : Editions de la Seine (02/04/1998)
4.33/5   3 notes
Résumé :
Dans la Provence du IXe et Xe siècle, une poignée de Sarrasins razzient le haut pays, rançonnent les caravanes et défient les plus grands rois d'Occident. Ces guerriers créent pourtant une oasis de culture et de tolérance sur le piton rocheux du Fraxinet où ils sont retranchés, dans le Massif des Maures. Là, va jaillir un amour fulgurant entre Tyra, la rebelle, et Hugues, le cousin du roi Louis. Un amour irrésistible autant qu'impossible, d'où naîtra pourtant un fil... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
bleuettediot
  26 octobre 2010
Quelle merveilleuse surprise que ce roman médiéval !
Les Jardins du Fraxinet devraient séduire aussi bien les lecteurs férus d'histoire que les âmes romanesques.
J'ai vraiment adoré cette puissante et tragique histoire d'amour à l'époque où les Sarrazins régnaient sur la Provence.
A découvrir absolument !
Lien : http://bleuette-diot.over-bl..
Commenter  J’apprécie          60

Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
FrancoiseTrubertFrancoiseTrubert   20 mai 2018
Sur le devant de la petite maison, là où le soleil s’attardait, Tyra avait planté une vigne grimpante. La nostalgie des heures douces passées sous la treille ombrageant la cour du défunt Sédéchias lui en avait donné l’inspiration.
Les pommes de pin éclatèrent avec un bruit sec. Un feu vif et clair s’éleva dans l’âtre. La salle reprit vie. Très vite une douce chaleur se répandit, exaltant les parfums des collines que dégageaient des sachets de jute rangés sur des étagères. Rien n’y manquait : sarriette, serpolet, origan, fenouil et autres herbes se trouvaient là séchées, répertoriés, prêtes à servir.
L’officine occupait ainsi tout un pan de mur. Sous forme de fleurs, de graines, de feuilles, de racines, elle comptait une diversité de plantes que n’eût point reniées Tamman.
Les pots et flacons de toutes tailles renfermaient des pâtes, poudres et élixirs, extraits, onguents, mellites, sirops, huiles et alcoolats. Il y avait là des heures et des heures passées à filtrer, malaxer, piler, broyer, extraire la quintessence du plus commun au plus rare des simples. Un labeur qui occupait toutes les veillées de la jeune femme et pour lequel Marie montrait un vif intérêt. Celle-ci admira une fois de plus la façon dont Tyra avait su transfrmer la sinistre masure en un logis avenant. P 221
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
FrancoiseTrubertFrancoiseTrubert   20 mai 2018
L’homme, auquel il donnait entre trente-cinq et quarante ans, était grand et bien découplé. Son corselet de cuir rouge de Cordoue épousait son torse et ses braies soulignaient le délié de sa jambe. Le front noble sous les boucles noires, le regard bleu sans arrogance ni humilité, le menton volontaire, le col puissant et long trahissaient un mélange de force et de tempérance propre aux hommes de raison p 124
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
FrancoiseTrubertFrancoiseTrubert   20 mai 2018
Sous la lumière blanche, avec ses murs de pissé dressés comme un défi, la forteresse vue sous cet angle donnait le vertige. Un véritable nid d’aigle seulement accessible par un tortueux escalier taillé dans la roche entre des buissons d’épineux. De cette arête déchirée, défendue par un profond fossé, les occupants dominaient l’ensemble du massif et de la mer. P 88
Commenter  J’apprécie          00
FrancoiseTrubertFrancoiseTrubert   20 mai 2018
Le couchant étirait sur l’allée l’ombre des tilleuls ? Des parfums d’herbes sèches montaient de la terre encre chaude. La nuit s’annonçait.
Perdus dans leurs pensées, Tamman et Tyra marchaient en silence ? Ce lieu où ils aimaient se promener au crépuscule ne leur apportait point ce soir-là la paix souhaitée. P 55
Commenter  J’apprécie          00
FrancoiseTrubertFrancoiseTrubert   20 mai 2018
Sous le ciel bas, les vignes et les amandiers nus, les oliviers, les cyprès bordant les terres au repos, la nature entière semblait figée, arrêtée comme dans l’attente de quelque chose. Cela devait tenir à l’absence de vent et d’homme. P 403
Commenter  J’apprécie          00

autres livres classés : historiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2401 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre