AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2264055510
Éditeur : 10-18 (06/12/2012)

Note moyenne : 3.58/5 (sur 6 notes)
Résumé :
Dans cette anthologie littéraire, les deux cuisines (l’écriture et la gastronomie) se mélangent sans retenue, et des écrivains nous livrent le contenu de leur estomac. On y trouve, pêle-mêle, des essayistes, des romanciers, des poètes, des anciens, des modernes, des romantiques, des contemporains, des gourmands, des frugaux, des riches, des fauchés, des inventifs, des soiffards ou des sages. Les recettes ou conseils y sont aussi divers que leurs auteurs et on pourra... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Piatka
  04 juin 2013
Littérature et cuisine ont de nombreuses similitudes. Les mots sont tour à tour savoureux, salés, sucrés, amers, épicés, tout comme les plats. Il en est de la gastronomie comme de la littérature : " Sans lard, point de cuisine "comme l'affirmait Alexandre Dumas : il faut du goût !
Cette anthologie gastronomico-littéraire est un petit bijou de fantaisie qui, des mises en bouche à l'art de conclure un repas, nous dévoile les recettes de grands écrivains, des extraits d'oeuvres où l'art culinaire est dignement célébré.
La cuisine, aux possibilités quasi-infinies, devient révélatrice des auteurs, de leur style.
Les huîtres d'Ostende de Gérard de Nerval côtoient le poisson au coup de pied de Colette, le lapin-furet d'Alexandre Dumas, puis le trou normand de Guy de Maupassant permet d'accéder aux desserts, comme la mousseline aux fraises de Georges Perec, le plum-pudding d'Achille Ozanne ou la confiture de haschisch de Charles Baudelaire...Leonard de Vinci a même prévu comment " se débarrasser de ses invités " importuns avec deux recettes de poison ! Pour conclure, les conseils de Freud pour la nuit qui suit le repas et des recettes d'aphrodisiaques ou " l'art de pimenter ses nuits " : tout un programme ! le sommaire, pardon le menu est copieux, varié, il y en a pour tous les goûts littéraires et gastronomiques. À déguster cependant avec modération comme toute anthologie, si on veut éviter l'indigestion !
Édité en 10-18, ce petit bouquin, trouvé par hasard, vaut surtout à mon humble avis pour le choix astucieux des textes, pépites culinaires inattendues de certains écrivains. Ce n'est pas à proprement parlé un livre de cuisine, vous l'aurez compris. Il détaille néanmoins une bonne trentaine de recettes ; une idée originale et bon marché de cadeau pour les amis gourmands-gourmets-amateurs de belles lettres.
Et je me surprends à rêver à la littérature des cuisiniers. Mais c'est une autre histoire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250
Bazart
  31 août 2013
Dans cette anthologie littéraire, les deux cuisines (l'écriture et la gastronomie) se mélangent sans retenue, et des écrivains nous livrent le contenu de leur estomac.
À la fois anthologie de textes sur la cuisine signée par de grands auteurs français et véritable livre de cuisine rapide et efficace, cet ouvrage précédée d'une préface bien savoureuse de Mathias Enard, l'auteur de Zone, permet de créer des repas « littéraires » à vos convives : steak de Duras, madeleine de Proust, cocktail De Beauvoir.
On y trouve, pêle-mêle, des essayistes, des romanciers, des poètes, des anciens, des modernes, des romantiques, des contemporains, des gourmands, des frugaux, des riches, des fauchés, des inventifs, des soiffards ou des sages. Les recettes ou conseils y sont aussi divers que leurs auteurs et on pourrait se prendre à rêver d'un immense banquet qui les rassemblerait tous.
Bref, un recueil bien interessant pour qui se passionnent pour les grandsécrivain, de Perec à Duras, et surtout pour ce qui se passe dans leurs assiettes...certaines de leurs recettes dévoilent pas mal de leurs personnalités et du contenu de leurs oeuvres... cela dit, le procédé est vite lassant et ne va forcément bien loin et les plats un peu trop roboratifs pour mon fin palais ...une lecture gouteuse mais sans plus!!
Lien : http://www.baz-art.org/archi..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
PiatkaPiatka   04 juin 2013
L'état où vous met le café pris à jeun dans les conditions magistrales, produit une sorte de vivacité nerveuse qui ressemble à celle de la colère : le verbe s'élève, les gestes expriment une impatience maladive ; on veut que tout aille comme trottent les idées ; on est braque, rageur pour des riens ; on arrive à ce variable caractère du poète tant accusé par les épiciers ; on prête à autrui la lucidité dont on jouit. Un homme d'esprit doit alors se bien garder de se montrer ou de se laisser approcher...
Des amis, chez qui je me trouvais à la campagne, me voyaient hargneux et disputailleur, de mauvaise foi dans la discussion. Le lendemain, je reconnaissais mes torts, et nous en cherchions la cause. Mes amis étaient des savants du premier ordre, nous l'eûmes bientôt trouvée : le café voulait une proie.

BALZAC Traité des excitants modernes
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
BazartBazart   16 août 2013
On s’enivre avec Baudelaire ; on compte les arêtes de poisson avec Perec ; George Sand fait du pied à Boris Vian un peu gris, puis on portera un toast à Rabelais, un très long toast, et on rotera de plaisir avant de rouler sous la table, d’un seul homme. Ah, ce sera bon.
Commenter  J’apprécie          100
PiatkaPiatka   04 juin 2013
Extrait du Dictionnaire du diable d'Ambrose Bierce

COMESTIBLE, adj.
Susceptible d'être mangé et digéré comme un ver pour un crapaud, un crapaud pour un serpent, un serpent pour un cochon, un cochon pour l'homme et l'homme pour un ver.
Commenter  J’apprécie          101
BazartBazart   11 août 2013
De même, si un homme même du riz avec des œufs de moineau, puis, après avoir fait bouillir dans du lait, y ajoute du ghee et en boit autant qu'il est nécessaire, il obtiendra le même résultat.
Commenter  J’apprécie          40
ClioInoClioIno   12 août 2017
Mais en attendant, et puisque nos moyens et notre panse sont limités, contentons-nous de lire, d'imaginer et peut-être, pour les plus poètes d'entre nous, ces pages nous donneront-elles une subite envie d'entrer à la cuisine, de mettre un tablier, de prendre un couteau, de découper quelques bonnes bardes de lard, de foncer une cocotte et de commencer un roman.
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Johan Faerber (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Johan Faerber
Colloque autour de l??uvre de Jean-Philippe TOUSSAINT. L?ensemble des travaux sera modéré par Benoît PEETERS (Écrivain, essayiste, biographe).
? MERCREDI 19 JUIN - 09h40 à 10h00 : Frédérique TOUDOIRE-SURLAPIERRE (Université de Haute-Alsace, France), « L?échappée belle ou l?accélération comme processus d?écriture chez Jean-Philippe Toussaint » - 10h05 à 10h25 : Johan FAERBER (Diacritik et Université Paris 3 ? Sorbonne Nouvelle, France), « Sans mot dire ou l?écriture du sensible et de l?atome chez Jean-Philippe Toussaint » - 11h05 à 11h25 : Timea GYIMESI (Université de Szeged, Hongrie), « Inventions de la/ à « conscience infuse ». Faire du lisse à la Toussaint » - 11h30 à 11h50 : Daniel LAFOREST (University of Alberta, Canada), « Jean-Philippe Toussaint et les glissements infimes qui changent tout » - 14h30 à 14h50 : F. MOTTE (University of Colorado, États-Unis), « Au loin » - 14h55 à 15h15 : Claire OLIVIER (Université de Limoges, France), « ?BP-OF-25? ou la nouvelle rêverie du promeneur/Cap Corse » - 15h20 à 15h40 : Lidwine PORTES (Université Bordeaux Montaigne, France), « Voir à distance ou regarder la ville les yeux fermés. Expériences de Berlin et création littéraire dans La Télévision de Jean-Philippe Toussaint » - 16h10 à 16h30 : Christian VON TSCHILCHKE (Université de Siegen, Allemagne), « Il était une fois la télévision : La Télévision (1997) de Jean-Philippe Toussaint au miroir de la Lenteur de Milan Kundera (1995) » - 16h35 à 16h55 : Brigitte FERRATO-COMBE (Université Grenoble Alpes, France), « le Projet Réticence : faire vivre les archives de la création » - 17h00 à 17h20 : Arnaud LAIMÉ (Paris VIII, France), « Membra disjecta ou le corps du texte »
Le Musée des Arts décoratifs et du Design organise une séance de dédicaces le soir du vernissage le 19 juin à 20h pour la sortie de la Chaise, texte inédit écrit par Jean-Philippe Toussaint pour l?exposition.
Chaque session du colloque sera diffusée en temps réel sur les sites de l?écrivain (http://www.jptoussaint.com), de la Librairie Mollat (https://www.mollat.com) et de la revue Diacritik (https://diacritik.com).
Organisé par : Université de Limoges, Université de Limoges, Faculté de Droit et des Sciences Économiques, Freie Universität Berlin, Frankreich-Zentrum, Université Bordeaux Montaigne, Université de Liège, Université de Lille, Université Grenoble-Alpes, Université de Haute-Alsace UHA, Université Paris VIII Vincennes - Saint-Denis, Institut de recherche en langues & littératures européennes, Institut des textes et manuscrits modernes
En partenariat avec : Diacritik, Les Éditions de Minuit, Archives & Musée de la Littérature, Centre Wallonie-Bruxelles, Rocher de Palmer, Cinéma UTOPIA Bordeaux, SudOuest.fr, Région Nouvelle-Aquitaine, Lettres du Monde, Les Impressions Nouvelles, Wallonie-Bruxelles International et Quinzaines lettres, arts et idées.
+ Lire la suite
autres livres classés : cuisineVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les nourritures livresques : la cuisine dans la littérature

Qui est l'auteur de la célèbre scène où le personnage principal est assailli de souvenirs après avoir mangé une madeleine ?

Emile Zola
Marcel Proust
Gustave Flaubert
Balzac

10 questions
301 lecteurs ont répondu
Thèmes : gastronomie , littérature , cuisineCréer un quiz sur ce livre