AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de collectifpolar


collectifpolar
  21 juillet 2019
En 2011, Jana Marton revient dans la baie de Flatnas sur l'invitation de Minnie Backlund, une vieille connaissance. Depuis 1994, suite à l'assassinat mystérieux de Flemming Petterson, don Juan aux occupations louches, elle avait quitté la petite ville portuaire. Ses retrouvailles avec les jeunes femmes de la bourgeoisie locale sont l'occasion de faire éclore la vérité.
Monika Fagerholm, auteur notamment de Femmes merveilleuses au bord de l'eau et de la fille américaine, est une figure majeure du paysage littéraire nordique. Son oeuvre est traversée par différents thèmes obsédants : l'adolescence et ses tourments, la folie qui rôde, les personnages enchaînés les uns aux autres par des liens complexes. Lola à l'envers est son premier polar. On y retrouve la musique singulière de l'auteur.
Et pour sa première incursion dans l'univers du polar, elle aborde aussi ses thèmes de prédilection. Pas de roman de Monika Fagerholm sans adolescents. L'adolescence décortiquée,  avec ses alliances et ses pactes reniés. Chacun des personnages apporte sa touche singulière à l'histoire . Ils ont tous des secrets.
L'écriture de Monika Fagerholm est onirique parfois sensuelle. Elle nous plonge dans une espèce de méditation sur le sens de la jeunesse, sur ses extravagances, ses contradictions.
Mais Lolas à L'envers n'est pas juste un regard sur la jeunesse car à travers le portrait insolite de cette dizaine d'adolescents, l'auteur dresse un portrait sans complaisance sur la société inégalitaire finlandaise. Et elle glisse peu à peu ces protagonistes dans un univers fantasmagorique très sombre. Peu à peu le noir prend le pas sur l'intrigue torturée et si bien maîtisée. C'est remarquable.
Lien : https://collectifpolar.com/
Commenter  J’apprécie          60



Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Ont apprécié cette critique (6)voir plus