AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2820528708
Éditeur : Milady (17/02/2017)

Note moyenne : 3.8/5 (sur 5 notes)
Résumé :
Un récit poignant au c?ur du Pigalle de légende ! Nous sommes dans un Pigalle de légende, le Pigalle que nous avons tous à l'esprit, aujourd'hui disparu, sous l'effet de la gentrification qui a recouvert Paris. Mais, dans ce petit Paris vit encore une foule bigarrée : toutes les catégories sociales se croisent, dans l'immeuble où va bientôt être accueillie Cerise, une petite fille de quelques mois que le locataire du rez-de-chaussée, un travesti qui sort tous les ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
ludi33
  02 novembre 2017
Je viens de finir Les encombrants. On se retrouve devant une histoire assez atypique, où la dimension policière laisse souvent la place à la vie quotidienne des habitants du quartier.
Le livre se lit comme la chronique d'un petit coin de rue de Pigalle, où se croisent les paumés du coin, les marginaux, les prostituées et les artistes. C'est là qu'échoue Cerise, nourrisson abandonné dans le tiroir d'une commode promise à la déchetterie. Recueilli par Antoine et adopté par tout le quartier, la petite va faire l'objet d'un jeu de chat et de la souris avec la police.
Un livre très sympathique dans lequel on ne devra pas s'attendre à un suspense haletant, mais qui fera le portrait haut en couleur de personnages que l'invasion des bobos tend à faire disparaitre.
Commenter  J’apprécie          150
fuji
  10 juillet 2018
Si vous vous attendez à un thriller classique, vous serez déçu mais restez l'esprit ouvert, vous allez aimer ce roman social où le décor est plus important que l'intrigue.
Pigalle, mythique quartier de Paris, avec son lot d'artistes, sa faune cosmopolite n'est-il pas le meilleur endroit pour se perdre tout en existant.
Philippe s'y est installé pour panser ses blessures et ses états d'âme. Ses voisins lui conviennent, il ne fait pas comme tous ceux venus s'installer en quête d'exotisme, mais qui voudraient que ce quartier s'embourgeoise, un peu comme ces citadins qui s'installent à la campagne mais qui ne veulent ni le chant du coq ni l'odeur des vaches.
« Les deux mijaurées se consultent du coin de l'oeil et se retirent avec des airs outragés, sous les rires narquois de l'assistance.
- D'ici un an, elles auront transféré leurs cliques et leurs claques aux Abbesses, c'est le repaire des faux artistes et des intellectuels de pacotille depuis le succès d'Amélie Poulain, se moque Philippe. »
Dans ce petit monde où tous se connaissent et s'entraident, il se passe toujours quelque chose.
Oui mais là c'est un peu fort comme surprise, après une rixe qui laisse un Antillais entre la vie et la mort, Antoine trouve dans un meuble laissé sur le trottoir (un encombrant) une nouveau-née, dont il devient gaga et qu'il baptise Cerise. Les mauvaises langues se délient et le brigadier Muriel Hardy va être chargée par le commandant Golzan d'enquêter sur cette fantaisie. Cette dernière qui a de nombreux problèmes, n'est pas des plus diplomates et enquête crocs en avant.
« le bébé change de mains, Blandine tourne les talons et remonte vers l'arrêt du 67 au lieu de descendre à pied la rue Frochot, où patrouille l'ennemi.
- Ouf, sauvés ! se réjouit Antoine.
- Je ne crois pas que vous pourrez éternellement jouer à cache-cache avec la maréchaussée, lui prédit Pocahontas, pessimiste. »
Ces parties de cache-cache sont savoureuses par leur esprit burlesque et haut en couleurs.
Pourtant il ne faut pas croire que c'est la fête tous les jours chez les habitants du quartier chacun a changé de vie en adoptant un surnom, beaucoup n'ont pas envie de se souvenir du passé. En revanche, en cas de coup dur ils savent se solidariser et la petite Cerise va en bénéficier.
Crimes il y aura et le brigadier Hardy devra s'échigner à démêler cet imbroglio.
Jeanne Faivre d'Arcier nous régale de dialogues savoureux qui résonnent à vos oreilles avec toute la gouaille de l'endroit.
Son regard est généreux et rempli d'humanité pour « ces encombrants » ceux qui sont en lisière et c'est avec ce regard que vous lecteur vous lirez cette histoire originale.
Des personnages croqués sur le vif qui montrent combien l'être humain est fait de complexités et que les apparences sont trompeuses.
©Chantal Lafon-Litteratum Amor 10 juillet 2018.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
BobPolar
  28 novembre 2017
Un meuble sur le trottoir, un homme plutôt mal fagoté qui approche discrètement, il ouvre le tiroir et s'enfuit. Cet homme c'est Antoine, un travesti qui vit chez Cathy dans ce quartier de Pigalle où les artistes en détresse, les paumés, les prostitués mais aussi Monsieur et Madame Tout-le-Monde composent cette communauté hétéroclite qui s'abrite dans ce îlot où la solidarité n'est pas un vain mot. de cette cohabitation est née une entraide quasi vitale autant sur le plan matériel qu'affectif. Ainsi quand Antoine présente Cerise à ses voisins d'immeuble une opération spéciale est mise en branle pour cacher ce bébé trouvé dans cette commode destinée à la décharge. Car des bruits ont couru qu'une mère aurait abandonné son enfant, qu'une policière la recherche. de plus la patronne du bar voisin regarde d'un mauvais oeil cette enquête qui pourrait desservir ses activités plutôt prohibées.

Si la couverture nous présente un thriller, si l'intrigue est plus tendue que nerveuse c'est surtout l'aspect humain et social qui occupe le premier plan de ce récit. Cette triste affaire permet à l'auteure de croquer des personnages authentiques dans un cadre qui ne l'est pas moins - c'est un lieu qu'elle connaît bien pour y avoir vécu. Celle-ci ne dresse pas des portraits comme on décrit des personnes disparues. le coeur dans la main elle dépeint ces âmes en peine qui trompent le destin en activant des ressorts déjà en voie de disparition, tout comme l'est l'âme de ce quartier populaire - on pense au terme « culture populaire » qui a une connotation trop souvent péjorative - qui va voir s'éteindre certaines devantures aux néons clignotants comme celle de la chatte blonde car « Violette n'est plus en âge de travailler la nuit », tandis que « les transsexuels défoncés à l'ecstasy (qui) fréquentent le Folie's Pigalle ». Elle installe un bon suspense dès le début du roman, ne s'encombre pas de raccords thrillesques et l'on assiste à une agitation dans le quartier qui va aller crescendo. Ca complote, devise, ça parlemente, ça court car l'enquête de police avance à grand pas. Antoine a enlevé un enfant. Mais il a tant souffert (et souffre toujours) - il a connu l'orphelinat - que l'empathie gagne son entourage - et le lecteur. Son geste s'explique par son parcours chaotique, et il s'est promis que la petite Cerise ne suivrait pas le même chemin.

En creusant les personnalités, en façonnant un style à la fois alerte, soigné et fertile Jeanne Faivre d'Arcier - qui a une vingtaine de romans à son actif (fantastique, aventures, jeunesse) - parvient à harmoniser la remarquable humanité qui traverse ce récit. Cette « musique des mots », qu'elle affectionne, donne le la dans Les Encombrants où la générosité se répartit en tranches de vie pittoresques d'un microcosme ignoré de l'autre monde - ce sont des encombrants. Un roman noir empreint de tendresse, d'altruisme et de fraternité - vertus anémiées, valeurs épuisées - ne se refuse pas.
Lien : http://bobpolarexpress.over-..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
chevalierortega33
  16 juillet 2018
Des personnages cocasses, une intrigue originale mais au-delà de tout, une chronique sur Pigalle qui nous fait découvrir la faune implacable et équivoque qui peuple cette eau trouble et une approche très sociale de la prostitution et aussi une ode à la solidarité …. C'est ainsi que se mêlent un faux médecin, un travesti, une ivrogne patente, un couple de danseurs, une apprentie peintre, des prostituées « Poulpe » ou « Rascasse », un couple de charognards, quelques flics et fliquettes qui cherchent leurs orientations sexuelles, quelques serveurs de bars louches et une flopée de chiens tous aussi barrés … Oui, une galerie de personnages tous plus barrés les uns que les autres, que ne renierait pas Nick Gardel … Un bébé abandonné dans une armoire destinée aux encombrants, puis une rixe, qui tourne mal et en fait un enjeu meurtrier ! Une jubilation à l'état pur, une découverte due au hasard d'une rencontre programmée dans un salon à venir …
Cette auteure, cataloguée souvent dans la catégorie jeunesse (5 romans), fantastique ou épouvante a commis à ce jour 15 romans dont certains inspirés par son goût de l'orientalisme. Avec « les encombrants » elle signe son premier polar pour adultes.
Lien : https://collectifpolar.wordp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
cat58
  08 juillet 2017
Il y a dans ce roman policier, une ambiance toute particulière. Ca sent le vieux Paris, on est à Pigalle qui s'embourgeoise petit à petit. L'histoire se déroule du côté du carrefour Frochot/Victor-Massé et le boulevard de Clichy, à quelque pas du bistrot du Neuvième, du Folie's Pigalle, de la Chatte Blonde, du café la Bohème. Dans un immeuble du coin vivent des danseurs qui ne dansent plus, une institutrice, un employé de banque, une caissière du théâtre Saint-Georges, un couple de bourgeois pas sympathiques, des bobos fraîchement débarqués, un gardien de musée désabusé Philippe qu'on surnomme à Pigalle « l'étrange docteur Philippe » car il semble en connaître un rayon sur les médicaments. Il est le confident des âmes en peine, c'est sa façon d'expier ses fautes. Et puis, il y a Antoine Almeida le portugais travesti et sa colocataire la vieille alcoolique Cathy. C'est Antoine qui trouve un nourrisson dans le buffet destiné aux encombrants et il la garde, car il s'agit d'une fille qu'il baptise Cerise. Il est hors de question qu'elle aille à la DASS. Tout l'immeuble est impliqué et s'occupe à tour de rôle de Cerise.
Le lieutenant Hardy est chargée de retrouver le bébé, elle est féministe et solitaire et traverse une période particulière puisqu'elle semble animée par le désir irréprochable d'explorer le versant obscur de sa sexualité… Et puis il y a une femme adolescente en mauvaise posture, la mère de Cerise.
Les Encombrants, c'est excellent, il y a de l'humour, de la gouaille, des portraits atypiques et hauts en couleurs, des parcours de vie difficiles et puis la solidarité de quartier. Un régal, je conseille.
Lien : https://chroniquesaigues.com..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   25 mars 2017
Enfant, il était fier de ces diminutifs affectueux qu’il associait à Lili Boniche, un chanteur juif algérien qui fut l’un des grands maîtres de la musique arabo-andalouse ; ses oncles écoutaient religieusement ses concerts diffusés sur Radio Alger. Un jour où il avait emporté l’un de ses disques à l’école, de petits malins s’étaient fait une joie de lui révéler le sens de ce mot en français lorsqu’il était orthographié avec deux n. Dès lors, les sobriquets malveillants avaient plu sur lui tels des orages de grêle : la bonniche, le gros bonniche, le bonichon, la souillon, le malpropre… Après les quolibets, il y avait eu les coups. Il les avait rendus, mais il était seul face à des gamins qui se connaissaient depuis la crèche et le traitaient en pestiféré parce qu’il avait eu la malchance de naître sur l’autre rive de la Méditerranée − « Sfax ? C’est où, ce bled de bougnoules ? »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
ludi33ludi33   02 novembre 2017
A l'instar des feux d'artifices du 14 juillet, les bouquets de grossièretés fusent sous les étoiles et les projectiles volent.
Commenter  J’apprécie          50
rkhettaouirkhettaoui   25 mars 2017
Il avait refusé de reconnaître le fruit de leur « liaison clandestine ». Encore une formule qui amusait beaucoup la fillette ; elle lui rappelait les titres des romans d’espionnage sur la Seconde Guerre mondiale que Gentil-papa rangeait dans le placard des WC, du temps où il se montrait affectueux envers elle.
Elle avait mis longtemps à comprendre que le « fruit » de la liaison clandestine, c’était elle. Et que Dark Vador ne serait jamais venu la tourmenter dans sa chambre si Mamie, obsédée par les révélations du détective, n’avait poussé son fils à prélever quelques cheveux blonds sur sa blouse d’écolière et à effectuer un test ADN aux résultats dévastateurs.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   25 mars 2017
Heureusement que le racolage est interdit, sinon les pauvres bougres dans mon genre se feraient harponner par la flicaille chaque fois qu’ils s’aventurent sur le trottoir.
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   25 mars 2017
Un môme de quelques semaines, ce n’est jamais qu’un tube qu’on remplit par un bout et qui se vide par l’autre.
Commenter  J’apprécie          10
Video de Jeanne Faivre d'Arcier (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jeanne Faivre d'Arcier
Jeanne Faivre d'Arcier - Chroniques du Cap Ferret .A l'occasion du "Festival Polar en cabanes" qui s'est déroulé du 26 au 27 septembre 2015, rencontre avec Jeanne Faivre d'Arcier autour de son ouvrage "Chroniques du Cap Ferret et de l'autre côté de l'eau" aux éditions Vents salés. Retrouvez le livre : http://www.mollat.com/livres/faivre-arcier-jeanne-chroniques-cap-ferret-autre-cote-eau-9782354521219.html Notes de Musique : © Mollat www.mollat.com Retrouvez la librairie Mollat sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat You Tube : https://www.youtube.com/user/LibrairieMollat Dailymotion : http://www.dailymotion.com/user/Librairie_Mollat/1 Vimeo : https://vimeo.com/mollat Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Tumblr : http://mollat-bordeaux.tumblr.com/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Blogs : http://blogs.mollat.com/
+ Lire la suite
autres livres classés : pigalleVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1562 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre