AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782940334902
48 pages
Éditeur : Paquet (13/05/2005)

Note moyenne : 3.3/5 (sur 5 notes)
Résumé :
Mertownville est un lieu géographiquement difficile à situer.
Peut-être parce qu'il s'y passe des choses étranges. En suivant la jeune universitaire Lydia, vous allez plonger dans les mystères auxquels est confrontée la jeune étudiante.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Sejy
  22 septembre 2012
Mertownville, trois tomes pour une série en trois tons.
Le premier opus a pour lui la nouveauté. Un trait contemporain, frais, qui fait la part belle à des personnages croqués façon « poses de mode ». Des décors délaissés et un découpage en strips plutôt minimaliste facilitent l'affection pour des héros aux personnalités puissantes et plus fouillées qu'il n'y paraît. Une voix off ponctue souvent le graphisme, apportant un décalage assez irrésistible. On est sous le charme de Lydia adolescente en quête d'émancipation, passionnée de dessin qui rêve d'une formation artistique et de son militaire de papa qui ne jure que par l'ordre. Un compromis sera trouvé dans l'université de Mertownville qui propose un cursus « art et justice » plutôt énigmatique.
Une bonne introduction qui met l'eau à la bouche
Dans le second volume, le voile est levé sur cette mystérieuse option justice. La forme, identique, reste agréable, bien que la quasi-absence de décors se fasse cette fois plus pesante. Sûrement le fait d'un fond beaucoup moins accrocheur. La surprise passée ce sont maintenant les tranches de vie universitaire et les états d'âmes d'étudiantes Lolita qui s'exposent. On n'échappe pas à l'inévitable rite d'initiation et on a même droit à une parenthèse défilé fashion. Même si l'humour est toujours là, il pointe, de temps en temps, une certaine sensation de lassitude.
Pas tout à fait concerné, je suis un peu passé à côté.
Le tome qui clôt ce triptyque apporte une petite cassure dans le style. La ligne beaucoup plus nerveuse et incisive, une scénographie dorénavant détaillée et une narration plus formatée bd qui enrichissent indéniablement la partition. le récit ne reste pas en marge. Pour l'héroïne c'est la fin de la formation. En forme de quête, elle remplira les quelques blancs de l'histoire de sa jeune vie, autorisant, au passage, de multiples flashbacks délicieux sur le passé du père. La tonalité est résolument second degré, accentuée de quelques touches dramatiques parfaitement bien senties.
Mon préféré.
Quelquefois un peu inégale à mon goût, cette série, réussie et originale, m'a fait passer de très bons moments. À la fin, cependant, demeurent quelques interrogations en suspens qui me laissent penser que le potentiel n'est pas totalement exploité. Elle s'enorgueillirait certainement d'un second cycle. Et si une suite pointait le bout de son nez ? Monsieur l'auteur ? Monsieur l'éditeur ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Shaynning
  23 juillet 2020
Après avoir lu "French kiss 1986", "Domaine Ghisloire" et "Esprit du camp", j'explore cette fois la série
"Mertownville".
Lydia, 18 ans, rêve d'entrer à l'université en Arts, à contre-sens des désirs de son père monoparental qui a l'armée tatoué sur le coeur et qui a une façon très singulière de voir les choses. Les choses prennent une tournure étrange quand Lydia, qui s'est inscrite à l'université de Mertownville, est acceptée en Art/Justice, un programme que personne ne connait. Pire, lorsqu'elle emménage dans la ville qui a sa propre douane, Lydia connait un paquet de difficultés: elle n'a pas de passe, son courrier a été bouffé par son chat papiervore et elle est dans un cour de "justice" aussi bizarre que possible. Mais sa voisine de palier semble en savoir plus long qu'elle veut bien le laisser croire et ses collègues de cours semblent toutes dotées de...supers-pouvoirs?
La première BD nous introduit donc Lydia, petite artiste en herbe, qui a un papa plutôt "spécial" qui semble faire parti de ses hommes qui ne savent pas exprimer leurs émotions. D,ailleurs, physiquement et psychologiquement, le papa de Lydia ressemble au papa de Flint Lockwood, dans "Il pleut des hamburgers". Enfin bref, notre mignonne petite protagoniste se retrouve donc dans une drôle de ville avec un cours en option dont on ne sait presque rien, sinon que ce ne sont eu des filles et qu'elles ont des aptitudes...particulières.
On reconnaitra les personnages colorés de Falardeau, qui semble vraiment aimer les vieux hommes sympathiques un peu fêlé et les mignonnes jeunes femmes introverties, mais volontaires. On notera aussi un début de fantastique plutôt léger vers la fin, comme dans "L"esprit du camp". On aura attendu longtemps avant d'avoir un début de piste concernant l'école, mais même à la fin , on ignore ce que fait que Lydia s'y trouve.
J'apprécie aussi le fait que notre protagoniste ne fait parti de ses ados qui perdent la tête pour les garçons dès la première journée d'école, comme dans bon nombre d'histoires pour ados. Ici, en fait, Lydia ne rencontre aucun garçons. Ça c'est original!
Niveau dessin, ce n'est vraiment pas aussi abouti que les autres, mais je me demande en même temps si Falardeau a reprit le genre BD Héroique, avec le style de lignes et les couleurs monochromes vives. C'est moins plaisant à l'oeil que ses dessins pour "Esprit du camp" ou "Domaine Ghisloire", selon moi.
Néanmoins, on passera du bon temps dans cet univers un peu déjanté, ses personnages singuliers ( dont le chat de Lydia) et tout le mystère de la ville de Mertowville.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Yoda_Bor
  01 octobre 2014
Encore une bande dessinée achetée complètement par hasard à l'occasion des déstockages des bibliothèques de ma ville. Elle aurait pu rester longtemps dans ma pile à lire si le marathon BD n'était pas passé par là et que Lord Choupinou ne l'avait pas tirée au sort.
Au final, je ne sais pas trop quoi en penser. A l'exception des personnages féminins, je n'aime pas du tout le dessin.

En revanche, le sujet est plutôt sympa et il y a de l'humour ce qui rend le tout agréable à lire. La voix off de Lydia passe très bien. Ayant déjà les deux autres tomes, je continuerai donc ma lecture pour en apprendre plus sur cette mystérieuse ville et ses habitants bien étranges.
Lien : http://yodabor.canalblog.com..
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (1) Ajouter une citation
Yoda_BorYoda_Bor   05 septembre 2014
Finalement, tout se passa bien !
Mon père accepta sur le champ, après 3 heures de négociations intenses.
Commenter  J’apprécie          00

Video de Michel Falardeau (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Michel Falardeau
Critique de L'esprit du camp
autres livres classés : bande dessinéeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
3792 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre