AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Charlotte Wagner (Traducteur)
ISBN : 2080608576
Éditeur : Flammarion (30/06/2004)

Note moyenne : 4.07/5 (sur 30 notes)
Résumé :
Cette fiction vous met dans la peau d'une femme qui découvre qu'elle est enceinte. Réactions, monologue avec l'enfant, crises de pessimisme ou d'optimisme, réactions des proches...L'occasion de traiter de l'amour, du sens de la vie, de Dieu, de l'avortement, etc.

Présente un ensemble assez complet (mais caricaturé) des arguments habituellement entendus en faveur ou en opposition à l'avortement, sans prendre explicitement parti. Implicitement, la concl... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
docare
  03 juin 2016
Un livre indispensable à l'heure où l'obscurantisme est, de nouveau, en marche, porté par les églises quelles qu'elles soient, considérant que la femme est, définitivement, mineure, et que la société, celle des hommes, bien sûr, doit décider pour elle ce qu'elle doit faire de son corps et de son ventre.
Des nouvelles lois en "gestation" en Pologne à l'interdiction, ou presque de l'éducation sexuelle au Brésil (viols impunis à la clé) en passant par les mariages forcés qui font de la femme-enfant l'esclave des beaux-parents en Inde et, bien sûr le "statut" (sans rire) de la femme dans les pays musulmans et sans oublier la vague de fond "pro-vie" des fondamentalistes aux states que ne gênent en rien les carnages à l'arme d'assaut, elle en vente libre. Les inquisitions sont de retour, la "bête immonde" avec elles.
Qu'Oriana Fallaci se soit rapproché de l'église à la fin de sa vie (sénilité ou amalgame mal venu entre religion et culture) n'enlève rien à la force de cette réflexion. Femmes de tous les pays, unissez vous!!!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          102
mireille.lefustec
  03 février 2018
C'est le long monologue d'une femme à l'enfant qu'elle porte.
la lettre affronte sans retenue le thème cuisant de l'avortement en se penchant sur la recherche du sens de la vie et en posant l'amère interrogation : est-il juste d'imposer la vie, même si exister implique souffrir ?
Et s'il était mieux de ne pas naître?
Cette femme ne sait rien, excepté que le minuscule germe est le sang de son sang et qu'il dépend entièrement de ses choix.
Et ce n'est pas rien : le sens des responsabilités se fait tout de suite énorme, devient un fardeau trop pesant et entraîne une cascade de réflexions qui, partant de l'origine de l'existence,prennent des trajectoires impensables et peuvent vraiment pousser à avoir honte de son propre égoïsme.
Si le bébé pouvait choisir entre naître, grandir, souffrir, mourir, ou rester d'où il vient, que déciderait-il?
Naître est-il mieux que ne pas naître?
Tout au long de cette lettre, la jeune mère en puissance s'interroge, se tourmente, passe par des phases d'attendrissement ou de rejet.
Un livre que j'ai lu avec beaucoup d'émotion il y a de nombreuses années et qui laisse une trace indélébile.
Je l'ai d'abord lu en italien, puis dans sa traduction.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          42
BibliothequeMobile
  17 mai 2014
«Être une maman n'est pas un travail. Il n'est même pas un devoir. C'est seulement un droit parmi tant d'autres».
L'auteur repropose une fois de plus la vexata quaestio: être ou ne pas être, de vivre ou de mourir, l'affirmation de soi comme une identité ou l'ouverture à la vie comme une vocation?
Dans ce livre, il n'y a pas de réponses, mais des questions. La grossesse non désirée et pas terminé est plein de colère et de regrets pour ce qui aurait pu mais n'a pas été, pour l'occasion manquée de connaître l'amour, le mystère dont la vie est nourrie. La dernière pensée de la protagoniste, qui développe une nouvelle conscience de soi dans une relation symbiotique avec le foetus, c'est pour la vie, «parce que la vie ne meurt pas». le livre est une célébration de la vie, même dans sa forme la plus douloureuse et m'a donné l'espoir de croire que tout n'est pas encore perdu, il est possible d'établir des liens réels; en particulier m'a donné la force de croire que nous devons trouver en nous-mêmes les certitudes, parce que l'extérieur sera toujours en évolution, les relations sociales et le travail seront toujours précaires, les différences entre les hommes et les femmes continueront d'exister et les enfants continueront de naître.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
gaelbourgeois
  12 janvier 2015
Un livre prenant, expliquant pas à pas la complexité d'une décision souvent dépeinte comme légère... La réalité est bien différente...
Une torture, les doutes, les regrets... Aussi dur que réaliste...
Commenter  J’apprécie          80
Ma_vie_en_livres
  10 mai 2018
Je précise que j'ai lu ce livre en italien, mais je pense que mon ressenti aurait été le même avec la version française.
Cette "lettre", comme la nomme l'auteur, est un cri du la première à la dernière ligne : parfois cri d'espoir, parfois de désespoir, cri de révolte, cri de colère... des sentiments mêlés qui m'ont fait penser à ce petit être qu'elle nomme "enfant" (donc qu'elle ne nomme pas, en fait). Qu'on pense comme elle ou pas, on est saisi par cette prise de position, ce tourbillon de la vie future (ou de la non vie...), et ce n'est pas parce que ce livre est écrit par une femme et qu'il parle de maternité qu'il est réservé aux femmes. A ne pas ouvrir en revanche si le sujet peut toucher de trop près un épisode personnel.
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
BadeveBadeve   23 novembre 2013
J'espère que tu seras un homme tel que je l'ai toujours rêvé; doux avec les faibles, féroce avec les puissants, généreux avec ceux qui t'aiment, sans pitié avec ceux qui commandent
Commenter  J’apprécie          110
mireille.lefustecmireille.lefustec   03 février 2018
Cette nuit, j'ai su que tu étais là : une goutte de vie échappée du néant.J'en restais dans le noir avec les yeux écarquillés et ,tout d'un coup, dans le noir a jailli un éclair de certitude : oui, tu y étais. Tu existais. Ce fut comme se sentir blessé par un coup de fusil. Mon cœur s'en est arrêté.
Commenter  J’apprécie          60
GODINHOGODINHO   02 février 2015
" J'espère que tu seras un homme tel que je l'ai toujours rêvé; doux avec les faibles, féroce avec les puissants, généreux avec ceux qui t'aiment, sans pitié avec ceux qui commandes "
Commenter  J’apprécie          40
BibliothequeMobileBibliothequeMobile   17 mai 2014
«Être une maman n'est pas un travail. Il n'est même pas un devoir. C'est seulement un droit parmi tant d’autres».
Commenter  J’apprécie          40
Ma_vie_en_livresMa_vie_en_livres   10 mai 2018
Être une maman n'est pas un travail. Il n'est même pas un devoir. C'est seulement un droit parmi tant d’autres.
Commenter  J’apprécie          10
Video de Oriana Fallaci (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Oriana Fallaci
Bande annonce du film Oriana Fallaci (2015), Biopic sur la célèbre reporter de guerre et essayiste italienne
>Sciences sociales : généralités>Influence des facteurs naturels sur les processus sociaux>Population (Démographie) (17)
autres livres classés : avortementVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Grandes oeuvres littéraires italiennes

Ce roman de Dino Buzzati traite de façon suggestive et poignante de la fuite vaine du temps, de l'attente et de l'échec, sur fond d'un vieux fort militaire isolé à la frontière du « Royaume » et de « l'État du Nord ».

Si c'est un homme
Le mépris
Le désert des Tartares
Six personnages en quête d'auteur
La peau
Le prince
Gomorra
La divine comédie
Décaméron
Le Nom de la rose

10 questions
564 lecteurs ont répondu
Thèmes : italie , littérature italienneCréer un quiz sur ce livre