AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782072841538
112 pages
Gallimard (23/05/2019)
3.25/5   10 notes
Résumé :
《 Dans la rue il y a de la poulaille. "Dégagez bande de salopards!" Je hurle et je tire .Ils se mettent à courir,et moi aussi je cours,je remonte la rue et je tourne au coin ,je longe l'autre rue.Je me dis je peux me cacher parmi les gens;mais ils courent devant moi,ils se jettent sur les côtés pour s'écarter, les rues se vident devant moi.Et quand je me retourne, ils sont derrière moi,une classe noire et compacte avec mille visages blancs,ils se mettent a... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique

Connaissez-vous le shipspotting ? C'est le loisir qui consiste à repérer et photographier des bateaux (généralement plutôt de commerce : pétroliers, porte-containers, etc, mais les gros bateaux de croisière ou bâtiments militaires ça marche aussi, sans parler des voiliers/répliques célèbres comme le Belem). Et même avec toutes les informations nécessaires (heures d'arrivée et de sortie, possibilité de suivre les navires en direct sur une carte...), il reste une forte part d'aléatoire. L'heure d'arrivée ? Jamais fiable, quand le truc ne reste pas stationné trois jours dans la rade au large. L'heure de sortie ? Elle est régulièrement mise à jour... Bilan, quand tu ne vis pas sur la côte mais à 50km de là et qu'un truc intéressant au point de justifier de prendre le train *exprès pour* se pointe, mieux vaut passer la journée sur place pour avoir la certitude de ne pas se planter.

Vous voyez où je veux en venir, n'est-ce pas ? « Voyous, truands et autres voleurs » a été acheté sur place pour patienter, en attendant que le bateau visé se mette à bouger. Un petit truc court, qui ne bousculerait pas mon planning de lecture, entre services presse attendus et nouveautés.

Et une fois de plus, je me suis retrouvé à lire en pleine chaleur un bouquin plutôt taillé pour la période hivernale, les deux plus longues histoires prenant place dans le froid et la neige.

« Bon ben alors, au lieu de nous causer de ta vie, si tu nous parlais du bouquin ? »

Ok, ok, ça arrive.

Une chose qu'il faut bien avoir en tête, et que son titre peut très facilement faire oublier, c'est que les textes de « Voyous, truands et autres voleurs » ne sont pas des polars ou des thrillers, mais bien de la pure littérature blanche. Et surtout, les voyous en question ne sont vraiment rien d'autre de plus. Un menteur, deux cambrioleurs, un arnaqueur, un « petit » voleur en cavale, on n'est clairement pas dans le grand banditisme.

Le premier texte, narré de point de vue de l'ingénue qui s'éprend d'un malhonnête, est d'ailleurs exclusivement centré sur cet amour sans cesse déçu, et auquel l'on a du mal à croire, la faute au fameux « non voulant dire oui » qui n'existe pas dans la vraie vie. M'enfin, ça a été écrit par un homme dans la première moitié du vingtième siècle, et pour le reste, on a tout de même une héroïne à moitié lucide (à moitié seulement). Pas ouf, mais pas si mal.

La seconde « nouvelle » contient en réalité trois chapitres indépendants, dont deux autour du même personnage. C'est extrêmement court, pas forcément intéressant, mais la gouaille des crapules rattrape un peu.

C'est avec « Schuller a de la chance » que l'on commence à se régaler, avec cet arnaqueur en vadrouille sachant saisir avec brio une opportunité inattendue. Ça se lit presque comme un conte, c'est bien mené, bref, rien à redire.

Mais la vraie perle du recueil est bien « Un homme en fuite », avec de l'action, du suspense, de la neige, de la douleur, des mauvais coups, de la chance et de la malchance... bref, ce que l'on vient chercher lorsque l'on achète un ouvrage nommé « Voyous, truands et autres voleurs », finalement !

« le cambrioleur qui rêvait de sa prison », qui s'étale sur à peine quatre pages, fait retomber l'intérêt aussi sec ; il ne s'agit que d'un vague portrait décrit, sans histoire et sans but.

Le premier mot qui me vient à l'esprit pour décrire ce livre, c'est « gentillet ». La plume est parfois jolie, mais tout ça manque cruellement de dynamisme et surtout d'audace. Peut-être qu'à l'époque, le genre de malfrats qui peuplent ce recueil faisait peur, mais aujourd'hui, avec pire au pied de ton immeuble, ils paraissent vraiment très très fades.

Point bonus accordé à cause de « Schuller a de la chance » et « Un homme en fuite ». Pour 2€, et rien que pour découvrir ces deux-là, le livre vaut tout de même le coup, mais le reste est malheureusement plus anecdotique...

Commenter  J’apprécie          10

Cinq nouvelles regroupées ici dans un petit opuscule d'une centaine de pages.

Ces textes sont extraits du recueil : " du bonheur d'être morphinomane.

Autre temps, autre pays et autres vies, mais toutes ces histoires ont un point commun, la vie miséreuse et misérable de quelques truands pour qui l'adage : le crimes ne paye pas est tout à fait adapté.

Une chronique de moeurs qui parfois peut prêter à rire tant certains de ces voyous n'ont pas la fibre malhonnête ou tout le moins les aptitudes requises.

Commenter  J’apprécie          140

Critique à chaud sous mon parasol,avec le sifflement des oiseaux en fond sonore, très appréciable.

Petit roman de Fallada:103 pages très vite lu: cinq petits textes analysant les errances des voyous,truands et autres voleurs lecture détente mais j'espère que j'aurai autre chose à me " mettre sous la dent " si je lis " seul dans Berlin"

Car là c'est un peu léger ! Bof bof, bof! ⭐⭐

Commenter  J’apprécie          112

J'ai beaucoup aimé ce petit extrait tiré “du bonheur d'être morphinomane”, il était agréable à lire. Un drôle d'escroc à l'amour, un truand chanceux, des repris de justices, quelques considérations concernant les prisons, les prisonniers, la fausse fraîche, le recel. Hans Fallada nous parle des voyous avec beaucoup de respect, et c'est très plaisant.

Commenter  J’apprécie          40

DES TRUANDS DE L'ANCIEN MONDE

Hans Fallada (1893-1947) nom de plume de l'écrivain allemand Rudolf Wilhelm. Un passé de toxicomane et d'alcoolique qui lui vaudra des incarcérations durant les années 20. En prison, il fait connaissance avec la pègre. Il décrit dans ce petit recueil de nouvelles les moeurs, habitudes, et modes de vie d'un monde parallèle. Son style rappelle fortement celui de Joseph Kessel qui lui-même connaissait ce milieu et entre celui de Berlin ("Nuits de Montmartre. (suivi de) Bas-fonds de Berlin"). Une découverte intéressante incitant à approfondir la lecture de l'oeuvre de Fallada.

Commenter  J’apprécie          11

Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation

Il entra,et Rita comprit aussitôt qu'elle s'était complètement trompée ,que son père avait eu raison d'inviter ce gratte-papier subalterne,comme elle l'avait appelé avec mépris, à venir bavarder chez eux lors de ses soirées solitaires .

Commenter  J’apprécie          50

Finalement il retourne chez lui,dans la grande ville ,où il n'est pourtant nulle part chez lui.L'ennemi de tous ,son ennemi à lui,avec dans le coeur le rêve d'une cellule austère. ( le cambrioleur qui rêvait de sa prison).

Commenter  J’apprécie          40

Elle avait vécu un rêve comme peu en rêvent. Elle avait eu un amant irréprochable qui avait été là pour elle seule, qui ne lui avait jamais dit un mot de travers, ne lui avait jamais fait de blague douteuse. Il l'avait aimée d'un amour si neuf et si jeune, il était parti avant que cet amour ne vieillisse.

Commenter  J’apprécie          10

les gens d'aujourd'hui n'ont pas d'argent, voilà tout.

Alors évidemment ça va pas fort pour nous non plus les truands.

Commenter  J’apprécie          40

J'ai cru entendre quelqu'un traverser la cour de la ferme, j'étais beaucoup plus nerveux que si j'avais été sur le plus gros des casses.

Commenter  J’apprécie          20

Videos de Hans Fallada (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Hans Fallada
L'émission “Une vie, une oeuvre”, produite par Matthieu Garrigou-Lagrange et diffusée sur France Culture, était consacrée le 26 janvier 2013 à la figure de l'écrivain allemand, Rudolf Ditzen (ou Hans Fallada de son nom de plume). Par Laurence Courtois. Réalisation : Charlotte Roux. Avec Hans Fallada il s’agit d’une vie intimement mêlée à l'histoire de l'Allemagne du début du 20e siècle, vue de l’intérieur puisque Fallada décida de rester en Allemagne sous le IIIe Reich et pendant la guerre. Hans Fallada est un auteur allemand né en 1893 dans le Nord de l’Allemagne. Il est de la même génération que Johannes R. Becher, Bertolt Brecht, Kurt Tucholsky ou Walter Benjamin, ces auteurs qui sont nés dans l'empire allemand sur son déclin, qui ont connu, au début de leur âge adulte, la chute de l'empire avec la première guerre mondiale, et qui vivront seulement 14 années de démocratie parlementaire avant que le nazisme ne prenne le pouvoir et que n’éclate la seconde guerre mondiale. Il meurt en 1947 à Berlin, laissant une vingtaine de romans devenus pour certains des classiques lus à l’école. Hans Fallada est un personnage qui connut plusieurs vies, de l’adolescent dépressif à l’administrateur de domaines agricoles, du morphinomane au mari infidèle, du père attendrissant au conteur extraordinaire. Il sut transposer ses aspirations contradictoires, ses expériences riches et traumatisantes dans des romans qui dressent un portrait tendre et féroce d’une société. L’armée des petites gens de Fallada – car ses personnages sont les gens de tous les jours – se débat avec le quotidien de ces années-là, reflet lointain de notre monde contemporain, sous la menace de la crise, de l’inflation, du chômage, alternant toujours entre lâcheté et pureté. On le redécouvre aujourd’hui en France avec “Seul dans Berlin”, “Quoi de neuf petit homme ?”, et “Le Buveur”, tous publiés par les éditions Denoël et en format de poche chez Folio.
Un second documentaire consacré à Hans Fallada et au destin si particulier de son oeuvre et de son roman “Seul dans Berlin” après sa mort sera diffusé le 29 janvier 2013 à 9h dans la Fabrique de l’Histoire. http://www.franceculture.fr/emission-... Avec les voix de : Clément Bondu, Aurélia Petit, Franck Lilin, Antoine Lachand. Interprète sur place : Andrea Weber Merci à Patrick Charbonneau et Marc Cluet.
Invités : Georges-Arthur Goldschmidt, professeur d'allemand, écrivain, essayiste et traducteur. Stefan Knüppel, directeur du musée Hans Fallada à Carwitz Manfred Kuhnke, ancien directeur du musée Hans Fallada Anne Lagny, professeur des universités à l'ENS Lyon et historienne des idées Michelle Le Bars, maître de conférence à l'université de Rennes 2 Werner Liersch, biographe de Hans Fallada Alain Muzelle, professeur des universités à Nancy René Strien, directeur éditorial des éditions Aufbau
Thèmes : Arts & Spectacles| 20e siècle| Europe| Grands Classiques| Littérature Etrangère| Allemagne| Nazisme| Hans Fallada
Source : France Culture
+ Lire la suite
autres livres classés : arnaqueVoir plus






Quiz Voir plus

La Dame de Reykjavik

Tome 1 : quelle voiture Hulda conduit-elle ?

Une Fiat rouge
Une Skoda verte
Une Renault blanche
Une Citroën noire

12 questions
12 lecteurs ont répondu
Thème : La dame de Reykjavik de Ragnar JónassonCréer un quiz sur ce livre