AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2070363813
Éditeur : Gallimard (17/05/1973)

Note moyenne : 3.87/5 (sur 66 notes)
Résumé :
Londres. Une certaine jeunesse y dialogue avec Dieu par le truchement du LSD, se saoule de bruit dans des boites, sous les portraits de Lénine et de Mao.

Au milieu de ces jeunes contestataires, un « attardé » de quarante ans, Michael Huggins, agent immobilier et célibataire désinvolte, qui n’attend plus rien de la vie, ni des femmes, sinon ceci : des femmes, beaucoup de femmes.

C’est une petite française de vingt-quatre ans, mariée et m... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
lecassin
  25 mars 2013
« Comment fais-tu l'amour Cerise ? », c'est l'histoire de Michael, la quarantaine, très british et coureur de jupons invétéré ; et qui refuse de vieillir : la dernière chose qu'il attende de la vie c'est : des femmes, des femmes et encore des femmes…et se défoncer en boite, la nuit avec Junkie, son pote. Jusqu'au jour où il croise Cerise, petite française installée depuis peu à Londres avec sa famille et qui a l'audace de repousser ses avances.
Nous n'avons pas là le meilleur de René Fallet : l'intrigue en vaut bien d'autres. Celle de Casanova, par exemple, qui découvre le sens véritable de l'Amour et qui apprend à distinguer les appels du cul de ceux du coeur…
Un héros qui irrite le lecteur… Une fin abrupte et dramatique…
« Comment fais-tu l'amour Cerise ? » se situe dans la veine de l'auteur, dite du whisky, qui produit, parfois ce genre de texte de moindre intérêt. Dommage... Et c'est un grand amateur de l'auteur qui le dit.
Commenter  J’apprécie          270
Caro29
  29 juin 2019
J'ai tellement aimé Paris au mois d'août que je voulais absolument lire d'autres livres de son auteur René Fallet. Mais je ne pensais pas en trouver de sitôt. Pourtant, en fouillant dans les livres d'occasion de ma librairie, j'ai trouvé celui-ci, à peine une semaine après avoir terminé le premier. Je l'ai donc immédiatement commencé.
Comment fais-tu l'amour, Cerise ? n'a pas la légèreté de Paris au mois d'août. Il est beaucoup plus sombre. L'ambiance est celle du « Swinging London » des années 1960, de ses bars plus bruyants les uns que les autres, de ses concerts et soirées folles où de nombreux habitués s'adonnaient à des trips psychédéliques en prenant du LSD ou, comme les Beatles l'auraient surnommé, « Lucy in the Sky with Diamonds ». Sur ce décor de fond se détachent Michael Huggins, agent immobilier, gentleman et dom juan de 40 ans, et Cerise, une jeune Française de 24 ans qui ne comprend rien aux « Engliches » chez qui elle vit parce que son ennuyeux mari est en stage à Londres chez IBM. Mike est amoureux de Cerise, qui passe beaucoup de temps à se balader avec son « shopping basket » dans les rues de la capitale britannique. Mike est aussi ami avec Junkie le bien-nommé. Et il apprécie tellement ce junkie qu'il lui « refourgue » ses conquêtes dès qu'il s'en est lassé. le personnage le plus complexe est, selon moi, celui de Marjorie, la jolie brune qui noie dans son whisky le comportement odieux de Mike à son égard. C'est autour de ce quatuor que se tisse ce drame, dense, sublime et, parfois, psychédélique.
J'ai lu, dans les différentes critiques des romans de René Fallet, notamment dans les billets de Lecassin, que les romans de cet auteur appartiennent, pour la plupart, à deux veines différentes : celle du beaujolais et celle du whisky. Comment fais-tu l'amour, Cerise ? fait donc incontestablement partie de la deuxième. du whisky, il y en a partout dans ce roman, il coule à flots et certains en avalent jusqu'à la nausée, jusqu'à la gueule de bois, jusqu'au non-retour.
Enfin, beaujolais ou whisky, je vais citer Musset : « Qu'importe le flacon, pourvu qu'on ait l'ivresse ». Pour moi, elle était au rendez-vous : encore un roman de René Fallet qui m'a fait tourner la tête. Sans nausée, ni gueule de bois. J'en reprendrai encore.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          105
DUPREY
  15 avril 2017
Cherry se balade avec son shopping basket dans les rues de Londres en mangeant des cerises lorsqu'un anglais very English est intrigué par cette créature, nature qui revient de courses. En ces années soixante, c'est ... fort inhabituel. René Fallet nous transporte dans une histoire d'amour exceptionnelle, oui mais décrite de façon extraordinaire...
Commenter  J’apprécie          00
Yves09
  26 janvier 2019
Bon livre que je desire
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (33) Voir plus Ajouter une citation
Caro29Caro29   28 juin 2019
Il était parti. Elle écouta longuement le bourdonnement de l’appareil, ce coquillage qui lui parlait de la mer, puis raccrocha comme on se perce le sein d’un couteau.
Les yeux fixes, elle apprécia en connaisseuse les raffinements et les préciosités de cette cruauté. Son amour, à lui, devait connaître les splendeurs et les chatoiements d’une plage d’été, pour transparaître de la sorte dans sa voix. De cette plage où jamais elle ne s’étendrait auprès de lui, Marjorie n’avait qu’une poignée de sable enfoncée dans la bouche. Elle étendit la main vers la bouteille. Cette malheureuse orchidée buvait autant qu’un terrassier français.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Caro29Caro29   27 juin 2019
Il savait, tout au fond de lui, qu’il était stupide d’ainsi courir aux trousses des filles comme à seize ans, mais, appartenant à cette race de voyageurs immobiles, il vivait d’espoir avec eux. Peut-être mettrait-il la main, un jour, sur celle qui l’arrêterait six mois, qui tiendrait son bras toute une année, qui lui offrirait deux ans de repos.
Commenter  J’apprécie          60
Caro29Caro29   26 juin 2019
Junkie s’enfonça lentement dans les sables mouvants d’une vieille tristesse. Pourquoi le croisaient-elles sans le voir, lui, sur cette rive solitaire où pourtant il allumait de grands feux, agitait son mouchoir ? Pourquoi l’avoir réduit à une goutte de folie sur un sucre pour que s’élèvent au ciel de couleur, au ciel des galaxies, Lucy et ses diamants ?
Commenter  J’apprécie          50
Caro29Caro29   25 juin 2019
Junkie Sherwood se leva, accablé, épuisé. Il murmura :
- J’ai trop rêvé cette nuit, Mike.
Huggins se fit sévère :
- Sérieusement, Junkie, vous ne devriez pas. L’alcool est bien suffisant.
- Pas pour moi. Ce n’est pas dans le whisky que je trouverai Lucy in the sky with diamonds. Je suis très amoureux de Lucy. Elle fait merveilleusement l’amour.
Commenter  J’apprécie          30
rkhettaouirkhettaoui   16 janvier 2013
 Quand on n’aime rien, dans la vie, on est une petite conne, une pauvre petite conne. Je l’ai été, je peux en parler savamment. Elle n’aime rien. Tenez, ce n’est même pas une égoïste. C’est un sentiment, 1’égoïsme, et elle n’en éprouve aucun. Ce qui bat dans sa poitrine, ce n’est pas un cœur. C’est un aspirateur.
Commenter  J’apprécie          30
Videos de René Fallet (12) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de René Fallet
Petite promenade avec René Fallet à Jaligny - - réal. Patrick clémence (4.47)
autres livres classés : amourVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

René Fallet

Dans "La Soupe aux choux", qui est la Denrée?

Une jeune femme
Le percepteur
Le Premier Ministre
Un extraterrestre

10 questions
29 lecteurs ont répondu
Thème : René FalletCréer un quiz sur ce livre