AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Roger Blachon (Illustrateur)
EAN : 9782207237069
112 pages
Éditeur : Denoël (30/11/-1)

Note moyenne : 4.5/5 (sur 19 notes)
Résumé :

Vous n'avez jamais vu l'aube. La vraie. Pas celle du premier train de banlieue. Seul le pêcheur sait le goût exact du matin, le goût du pain et celui du café de l'aurore. Il a, seul, ces privilèges exorbitants. Né subtil, il n'en parle pas. Il garde tout cela pour lui. C'est un secret entre le poisson et lui, l'herbe et lui, l'eau et lui. Poisson, roseau pensant dans les roseaux, je te salue ! Tu mérites, plus que la gu&... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Renod
  22 mars 2019
Le dimanche, mon pépé se levait aux aurores, éclusait sa chicorée, grignotait un morceau de charcuterie et, toujours à moitié endormi, pédalait comme un dératé pour démarrer son vélomoteur. Il pouvait pleuvoir ou geler à pierre fendre, il sautait sur son deux-roues, quittait son HLM de Créteil pour gagner son coin de pêche du côté de Montereau. A l'arrière, sur le porte-bagages, il réussissait à faire tenir ses cannes, son matériel et son fils de guingois. La matinée de pêche se terminait invariablement par un passage au bistrot histoire de raconter ses exploits aux copains. Au retour, il n'y a pas que la bourriche qui était chargée...
René Fallet a partagé la même passion et parvient à en rendre compte dans ce texte. Il exprime l'amour du petit matin (« c'est à peine l'aurore et je tombe du plume »), les coins de pêche à ne surtout pas éventer, l'intérêt pour le matériel et les techniques de pêche, le coeur qui s'emballe quand on sent une prise se débattre au bout de la ligne et les virées entre potes.
René Fallet fait part de son amour de la nature et condamne une époque où l'on bétonne et pollue au nom du sacro-saint progrès. Pour reprendre ses mots, l'homme est un con pour l'homme qui tue le temps en tuant l'air du temps. En 1973, déjà, face au spectacle de fleuves charriant des gardons crevés, on éprouvait une nostalgie d'une nature préservée et généreuse. Avant, on pensait déjà que c'était mieux avant (ah, les bords de Seine du temps de Maupassant...).
Dans ce récit, on se gausse des m'as-tu vu et on se réchauffe le coeur en partageant une soupe au chou avec les patrons d'un bistrot ou une goutte de prune avec le paysan du coin. La nature, l'humanité, le bonheur...
« Les pieds dans l'eau » est un plaisir de lecture qui a éveillé en moi de jolis souvenirs et une douce nostalgie. Merci M. Fallet.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          396
Myriam3
  01 décembre 2019
René Fallet, scénariste de beaucoup de films des années 60-70 et notamment de la Soupe aux Choux nous fait ici le récit d'épisodes de pêche avec une verve linguistique contagieuse!
Je ne suis pas passionnée par la pêche mais mon conjoint oui, d'où ce livre dans ma bibliothèque, qu'il me conseillait de lire depuis des années. Je ne serai pas aussi enthousiaste que lui, les techniques de pêche qui jalonnent les récits m'intéressant peu mais j'ai pris plaisir à lire ses exploits et défaites exagérément décrits. Surtout, j'ai aimé son rapport à la nature en tant que pêcheur, le regard qu'il porte sur l'eau, les rivières, les poissons, l'aube, les paysages qu'ils voient s'abîmer sous la main de l'homme, quel qu'il soit. Les dernières pages, plus mélancoliques, sont très belles, où la nature et les vicissitudes de la vie se mêlent. retracer ces journées de pêche et les transformations des paysages est aussi une manière pour l'auteur de parler du temps qui passe et qui ne reviendra plus.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
lecassin
  18 novembre 2011
Superbe récit sur la pêche qui plaira aux initiés comme aux non-initiés. Avec ce côté poétique propre à l'auteur pas toujours apprécié à sa juste valeur...
Commenter  J’apprécie          40
MargotR
  31 mars 2010
Un livre à se mettre à la pêche dans la minute où la dernière page est lue. Un hymne à l'amitié et à la nature.
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (17) Voir plus Ajouter une citation
moraviamoravia   29 mai 2016
Je pose ma canne, décroche le poisson.
Parfois, l'hameçon est fiché si profondément dans la gueule qu'il faut user d'un autre instrument barbare appelé, tenez bon la rampe, âmes sensibles, "dégorgeoir". Cette opération chirurgicale n'a rien d'agréable, à moins d'avoir servi jadis dans les rangs des SS. J'ai toujours prétendu que si les poissons hurlaient de peur, puis de douleur, il y aurait moins de pêcheurs au bord de l'eau.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          290
RenodRenod   21 mars 2019
S’il ne s’agit que de réagir contre le poulpe de la connerie aux mille ventouses, que de douter (...) de la France future des promoteurs et des ordinateurs, de la France de Créteil et de La Défense, de la France des Tours Montparnasse et des tours de cochons, alors c’est vrai, j’avoue, je suis réactionnaire. Qu’en tant que tel on me pende par les noix, qu’on me les couse dans la bouche pour m’empêcher de gueuler. Quoique réactionnaire, avec le droit de grève je revendique celui, pour le moins démocratique, de gueuler à tue-tête. C’est français, n’est-ce pas ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
RenodRenod   20 mars 2019
Ces propos (...) sont interrompus par l’arrivée de Tartarin. Un personnage de cinquante ans aux traits amollis par les gifles, au maintien flasque d’auteur de lettres anonymes, au menton fuyant pour mieux se cacher sous les replis du cou, bardé de cannes à pêche et de musettes, vient d’entrer dans le café. Solennel, maître de lui comme de l’univers, c’est ce monsieur important que nous avons tous, hélas, approché, qui conduit mieux que quiconque, qui ne se laisse pas marcher sur les pieds par le patron, qui commande à la maison, qui France aux Français, qui n’est pas tombé de la dernière averse, qui a sa conscience pour lui, qui a été jeune lui aussi, qui ne sait pas qu’il est cocu par son voisin ni que ses enfants, entre eux, ne l’appellent que « le vieux con ».
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
RenodRenod   15 mars 2019
L’homme n’est pas un loup pour l’homme, ainsi qu’on l’affirme. Il est pis que cela. En vérité, l’homme est un con pour l’homme. Incapable de vivre, inapte, inepte au plaisir, il lui gâche la vie, lui souille le plaisir, lui chausse de force l’amour de gros sabots, cet amour né pour voler en pantoufles de vair. Entre deux guerres, il tue le temps en tuant l’air du temps.
Commenter  J’apprécie          110
RenodRenod   20 mars 2019
En avons-nous vu, de ces « 75 » (...) entassés sur des terrains de football transformés en aires de camping et exposés en plein soleil ! Parqués sans même un berger pour les retenir là, nostalgiques d’Orléans-Clignancourt et de Vincennes-Neuilly, ils pèlent en écoutant Europe et Luxembourg, le caniche tondu et la belle-mère poilue à portée de la main, hument entre deux jeux radiophoniques la bonne air des campagnes lointaines et des chiottes plus proches.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70

Videos de René Fallet (13) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de René Fallet
22 janvier 1977 René Fallet, dans son bureau parle du chat en général et présente son chat Siamois, Bonnot. Pour lui il y a quelque chose de féminin chez le chat. Photographies de Georges Brassens.Photographie de chat.
Dans la catégorie : Satire, humourVoir plus
>Littérature (Belles-lettres)>Littérature des langues romanes. Littéraure française>Satire, humour (171)
autres livres classés : riviereVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

René Fallet

Dans "La Soupe aux choux", qui est la Denrée?

Une jeune femme
Le percepteur
Le Premier Ministre
Un extraterrestre

10 questions
32 lecteurs ont répondu
Thème : René FalletCréer un quiz sur ce livre