AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782070364374
224 pages
Éditeur : Gallimard (06/09/1973)
4.03/5   87 notes
Résumé :
« Blaise Poulossière sortit de sa poche l'immensité d'un mouchoir à carreaux.
- C'est moi qu'à présent je fais cuire la soupe, le lard et le ragoût, confia-t-il à sa femme qui reposait là, devant lui, à l'intérieur du caveau de famille.
- Le monde sont fou, ma pauvre vieille, le monde sont fou...
Il se moucha fortement, ce qui fit s'égailler des mésanges perchées sur une croix. »
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (12) Voir plus Ajouter une critique
4,03

sur 87 notes
5
7 avis
4
2 avis
3
3 avis
2
0 avis
1
0 avis

gill
  11 juin 2021
Pour moi qui ai toujours un train de retard, les vieux fourneaux jusque-là c'était trois vieux de la vieille qui habitaient le même livre de René Fallet.
Jean-Marie Péjay, Blaise Poulossière et Baptiste Talon, à plus de soixante-dix ans, découvrent qu'ils s'ennuient.
Blaise Poulossière, à 72 ans passés, s'ennuie depuis que Jeanne, sa femme, repose au cimetière du village.
Il ne boit plus guère, il le jure sur la tête de la défunte !
Baptiste Talon, lui, vit chez ses enfants depuis que sa femme s'est noyée dans une mare, chez ses enfant qui essaient de le tenir propre, ce qui n'est pas une mince affaire !
Et leur vieux pote, Jean-Marie Péjat racle du sabot et peine à vivre, à traîner son imposante carcasse de 75 ans.
Crachant, chiquant et cahotant, ils se chamaillent et vident ensemble des chopines.
Mais plus rien ne les retient au village, ni affection, ni amitié.
Leurs souvenirs sont trop lointains pour être encore des souvenirs.
Le soir de la fête des escargots, ils s'aperçoivent qu'ils sont vieux, terriblement vieux et que leur place est désormais à l'asile départemental de Gouyette.
Ils partent donc pour Gouyette ...
Il n'est pas si fréquent pour un lecteur de se réjouir avec des personnages qui se drapent autant dans leur vieillesse.
C'est que le sujet est sensible.
Mais René Fallet a écrit un roman irrésistible emporté dans un tourbillon d'humour, de fantaisie et de tendresse par trois vieux paysans, une paysanne aussi vieille qu'eux et un âne cacochyme.
Le récit est est une équipée pédestre, mouvementée et tonitruante, un dernier road-movie avant que les portes de l'asile ne semblent se refermer sur trois vies.
Des adieux tumultueux aux copains du cimetière jusqu'au domaine des Echanguettes où les trois compagnons retrouvent Catherine Cateau qu'ils n'avaient pas revue depuis cinquante ans, d'aventures en aventures, ce voyage est excessif, gaillard et finalement très insolent.
Catherine a eu autrefois des bontés pour les trois, et aucun d'entre eux ne s'en doutait !
C'est la jalousie qui va leur révéler qu'ils ne sont pas vieux, que la vieillesse n'existe pas.
Le roman de René Fallet est étourdissant de tendresse, de fantaisie et d'humour.
En 1960, Gilles Grangier en a réalisé une adaptation pour le grand écran dont les rôles principaux étaient tenus par trois vieux "débutants" : Jean Gabin, Pierre Fresnay et Noël-Noël.
Les dialogues ont été signés par Michel Audiard.
Et ben, mes cadets, c'est vous dire ...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          552
Zazaboum
  30 avril 2020
Trois septuagénaires, trublions assoiffés et alcooliques sèment la pagaille dans un café de leur village. S'estimant très vieux et dédaignés par leurs semblables ils décident d'aller s'installer à l'Hospice. Pour profiter de leur dernier voyage ils partent à pieds avec le vieil âne de l'un deux et des munitions dans leurs gibecières : le picrate !
Entre moqueries, soûleries, vacheries et règlements de compte de leur jeunesse le chemin va se révéler semé d'embûches alcoolisées et de nostalgie en retrouvant l'une de leur conquête de leurs 20 ans !
Dialogues truculents, accents du cru, ils ne sont pas difficiles à imaginer si l'on a déjà passé du temps dans un café de village de la France profonde ou déjà vu le film !
Petit rappel nostalgique des vacances de mon enfance où ces vieux nous faisaient tant rire et nous donnaient l'impression de transgresser les recommandations de notre grand-mère !
CHALLENGE MULTI-DEFIS 2020
Commenter  J’apprécie          383
Renod
  28 mai 2019
La Fête aux Escargots se tient chaque premier dimanche de juin sur la place du bourg. Les flonflons de l'orchestre peinent à couvrir le boucan de trois ancêtres attablés au fond du café. Ca plaisante, ça s'asticote et ça s'engueule. Les voisins couvrent ces énergumènes d'un oeil goguenard. Il faut dire que leurs frasques défraient la chronique locale depuis des décennies. le trio a décidé de quitter le village pour se rendre à l'hospice départemental. Blaise, âgé de soixante-douze ans, est usé par les millions d'hectares de terre labourée. Baptiste, du même âge, un vieux rabougri, plissé et bossu, est régenté par ses brus qui limitent sa consommation de vin. Le dernier, c'est Jean-Marie, son aspect colossal ne trompe plus personne, avec les années, il a perdu de sa superbe. Alors s'ils sont vieux, ils iront chez les vieux. Ils décident de faire le trajet qui les sépare de l'hospice à pied, avec Panpan, l'âne de Blaise, aussi décati que son maître. « Les voyages, y a rien au-dessus pour voir du pays » Surtout pour ces trois boit-sans-soif qui n'ont – à l'exception de leurs obligations militaires – quasiment jamais quitté leur village. Les voilà confrontés à la modernité mais surtout à leur passé. De tendres souvenirs vont remonter dans leurs coeurs usés. Libérés de toute contrainte, ils mangent sur l'herbe, se délassent les arpions dans la rivière, et dorment à la belle étoile. le lecteur se régale des leurs échanges et de leurs chamailleries qui se terminent souvent en empoignade. C'est une farce bien ficelée à la sauce Fallet : des lascars hors du temps qui savourent ces précieux cadeaux de la vie que sont l'amitié, la liberté et le vin rouge. Si ce n'est pas mon Fallet préféré, j'ai hâte d'en découvrir l'adaptation de Gilles Grangier.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          303
lecassin
  31 mars 2013
René Fallet avait coutume de dire que sa prose était irriguée par deux veines : celles du Beaujolais et celle du whisky ; la première produisant des romans "rabelaisiens", la seconde des textes plus mélancoliques...
A n'en pas douter, « Les vieux de la vieille » appartient à cette veine du Beaujolais qui nous a déjà donné l'excellent "La grande ceinture" en 1956.
Jean-Marie Pejat, Blaise Poulossière et Baptiste Talon habitent le même bourg depuis soixante-dix ans. Le trio passe son temps à vider des chopines et un soir de fête, ils s'aperçoivent qu'ils sont vieux... terriblement vieux... et que plus rien ne les retient dans ce village ; leur place est désormais, ils en sont convaincus (ils s'en sont convaincus) avec ceux de l'asile départemental de Gouyette.
Ils partent donc pour Gouyette ; à pied bien sûr ; et sans oublier une petite halte « arrosée » « boulevard des allongés », au cimetière si vous préférez, pour dire adieu aux copains... Vingt dieux d'ours !
Truculent !
Un ouvrage qu'il n'est pas si facile de dénicher en édition de 1958 et que, bibliophile, je suis fier de posséder.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          261
Herve-Lionel
  31 juillet 2014
N°773 – Août 2014.

LES VIEUX DE LA VIEILLERené FALLET – Denoël (1958)
Dans un village du Bourbonnais, deux septuagénaires, Jean-Maris Pejat, ancien réparateur de cycles, et Blaise Poulossière, ancien agriculteur, forts en gueule et amateur de chopines font la loi. Un troisième compère, Baptiste Talon, fraîchement retraité de la SNCF revient au village et apprend à ses amis son intention de se rendre à Gouyette, une maison de retraite dont un collègue lui a dit beaucoup de bien, tenue par les bonnes soeurs à quelques kilomètres de là. Après pas mal d'hésitations, ayant constaté qu'ils ne faisaient plus vraiment partie du village, qu'ils n'étaient finalement plus très jeunes, et qu'ils passaient le plus clair de leur temps au bistrot, les trois compères se décident à partir ensemble, mais à pied et en compagnie d'un âne cacochyme. Ils feront des rencontres non prévues avec leurs souvenirs de jeunesse mais aussi avec la maréchaussée qu'ils ne manqueront pas de ridiculiser. Ils ne partiront cependant du village sans un dernier salut aux copains du cimetière. Ils entament donc une pérégrination laborieuse et surtout arrosée jusqu'à cet hospice où ils se trouvent décidément trop vieux pour y vivre. Ainsi vont-ils refaire le chemin en sens inverse, le plus vite qu'ils pourront !
René Fallet signe là un roman d'humour repris en 1960 par Gilles Grangier. Certes il s'agit-là d'une adaptation, d'une recréation comme on dit. Les lieux sont un peu différents, les aventures aussi mais l'esprit est le même. Nous retrouvons nos trois compères toujours aussi vantards et prompts à la critique mais que rien ne retient plus au village. Leur temps est terminé et ils ne parlent plus que de la guerre de 14 qu'ils firent chacun sur des théâtres d'opérations différents et effectivement le temps a passer sans peut-être qu'ils s'en rendent compte. Grangier brode un peu avec cette histoire de pré appartenant à Talon et loué à Poulossière mais dont Baptiste n'a pas touché les loyers depuis quatre années. C'est que ledit pré a été cédé par le fils de Blaise à la commune pour en faire un terrain de football. Ce geste altruiste lui a permis de devenir conseiller municipal, autant dire notable. le pauvre Poulossière, quoique hâbleur avec ses compères, file doux face à sa famille et n'ose s'opposer aux décisions de son fils. Pourtant, à l'aide de ses deux amis, il va se venger et empêcher autant qu'ils le peuvent les matchs de football.
Las, le temps a passé depuis leurs jeunes années et la fête annuelle des escargots va leur rappeler la triste réalité. Ils sont vieux  ! Puisque Talon a refusé la voiture des bonnes soeurs, ses deux compères décident de l'accompagner à sa nouvelle résidence, mais il préfèrent faire le chemin a pied ce qui n'est pas sans mésaventures, des rencontres de vieilles connaissances, des souvenirs de guerre, de jeunesse et de conquêtes féminines, des disputes, des jurons bien sentis et surtout sans quelques arrêts-boissons.
Arrivés enfin au but, ils ne tardent pas à s'apercevoir que cet établissement austère dont on avait pourtant dit tant de bien à Talon se révèle effectivement être un « bagne pour vieux » dont ils décident de s'échapper non sans semer la panique sur leur passage. le retour n'est pas moins épique que l'aller mais c'est entre deux gendarmes qu'ils reviennent au village. le maire les sermonne comme il l'aurait fait à des garnements. Ils promettent de s'assagir, mais faut-il leur faire confiance ?
Cette adaptation cinématographique rablaisienne s'est faite avec la complicité de Michel Audiard dont les dialogues sont toujours aussi inimitables. le scénario est servi par Noël Noël  Pierre Fresnay et Jean Gabin, des acteurs d'exception capables avec le même talent de camper un aristocrate ou un prolétaire, un flic ou un truand.
Ce n'est pas pour donner l'impression que moi aussi je fais partie des vieux de la vieille, mais je revois toujours ce film avec le même plaisir. Il correspond à une écriture cinématographique particulière désormais révolue qui doit beaucoup aux dialogues à la mise en scène et aux acteurs.
©Hervé GAUTIER – Août 2014 - http://hervegautier.e-monsite.com

Lien : http://hervegautier.e-monsit..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110

Citations et extraits (30) Voir plus Ajouter une citation
lecassinlecassin   26 septembre 2016
Le monde sont fou, répéta Poulossière, pis que fou. Un jour, ce monde qui sont fou nous mettra un pétard de quatorze juillet dans le trou que je pense, et on se retrouvera dans la lune aussi vrai que je m'appelle Poulossière Blaise et que je suis à cette table. Et qui qu'on y fera, dans la lune, je vous demande ? Y'a point de terre à cultiver, dans la lune, puisque a lune, c'est que de la lune partout.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
gillgill   29 mars 2012
Les vapeurs dues au fruit de la vigne se dissipèrent comme fumée de pipe, le grand projet demeura. Bien sûr, le cadre de leur vie, cadre où les trois vieux s'étaient aussi solidement installés qu'un oncle Anselme ou Agénor en tenue de 14-18 dans le sien, ce cadre grinça aux jointures et leur pinça le cœur.
Quitter sa terre, son atelier, sa ferme, c'était malgré tout autre chose que de jeter par-dessus son épaule des coquilles de noix. Mais ce départ les occupa, ce qui leur fit du bien sous la casquette.
Jean-Marie répara d'arrache-pied les vélos en souffrance, informa sa clientèle qu'il bouclait la maison.
Blaise traita âprement de ses récoltes avec un voisin, puis descendit au marché pour y brader ses lapins et ses volailles.
Baptiste déclara en toute simplicité à sa famille qu'il l'avait assez vue...
(extrait du chapitre IV)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
RenodRenod   28 mai 2019
Les tablées d’hommes (...) coiffés de la casquette ou du chapeau des dimanches, respiraient le bonheur, les mères étant au bal pour surveiller les filles, les gars étant au bal pour arracher les filles aux mères. On parlait de voitures ou d’agriculture, de porcs, de sécheresse. Rarement de politique, on se serait battus.
Commenter  J’apprécie          120
Wendat69Wendat69   24 novembre 2020
Une fois l'âne attaché à un tilleul, ils pénétrèrent dans le café, gauches, intimidés. Ils remarquèrent tout de suite cette commode lumineuse dans laquelle un disque se promenait pour l'heure au bout d'un bras d'acier. Et un "rock and roll" exposa qui les fit tressaillir, mal à l'aise et les yeux ronds comme des camemberts.
-Le monde sont fou, le monde sont fou, marmota Poulossière.
Jean-Marie s'assit, accablé:
-Si c'est pour ça qu'on a fait la guerre de 14 c'était pas la peine d'aller jusqu'à 18, cré cent marmelades de Prussiens, voilà ce que j'en dis.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
RenodRenod   26 mai 2019
- Un petit coup de rouge ?
- Merci, jamais le matin.
- Vous avez tort, c’est le matin que c’est bon. Ça décape les amygdales, ça oxygène l’estomac, tous les docteurs vous le diront.
Commenter  J’apprécie          170

Videos de René Fallet (13) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de René Fallet
22 janvier 1977 René Fallet, dans son bureau parle du chat en général et présente son chat Siamois, Bonnot. Pour lui il y a quelque chose de féminin chez le chat. Photographies de Georges Brassens.Photographie de chat.
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

René Fallet

Dans "La Soupe aux choux", qui est la Denrée?

Une jeune femme
Le percepteur
Le Premier Ministre
Un extraterrestre

10 questions
37 lecteurs ont répondu
Thème : René FalletCréer un quiz sur ce livre

.. ..