AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2360571842
Éditeur : L'Asiathèque (13/02/2019)

Note moyenne : 3.88/5 (sur 4 notes)
Résumé :


Le roman Funérailles molles aborde le sujet sensible de la réforme agraire en Chine du début des années 1950, un des épisodes les plus meurtriers de l'histoire récente du pays, très peu traité dans la littérature chinoise en raison des tabous qui lui sont attachés et des traumatismes laissés dans la population. Inspiré d'une histoire vraie, le récit part d'allusions voilées aux faits douloureux qu'une vieille femme a choisi d'enterrer dans l'oubli po... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
hcdahlem
  04 mars 2019
Le souffle de l'Histoire souffle sur ce roman chinois au titre énigmatique: «Funérailles molles».
Une femme est retrouvée nue, blessée et traumatisée au bord d'une rivière. Par chance, des militaires peuvent la conduire à l'hôpital où, après avoir été déclarée morte, un médecin finit par la sauver et l'épouser.
Comme elle ne se souvient de rien, on lui trouve aussi un nom: Ding Zitao. Les années passent et au début de ce beau roman, son fils Wu Qinglin peut réaliser l'un de ses rêves, offrir à sa mère une belle maison où elle pourra terminer paisiblement sa vie. C'est là qu'un premier petit miracle va se produire. En voyant un bosquet de bambous, elle déclame deux vers d'un poème: «Devant la fenêtre un bosquet de bambous, étonnant monologue vert émeraude». Après s'être exclamée «c'est de Xie Tiao», elle retombe dans sa léthargie.
Mais pour Qinglin, c'est la révélation que sa mère n'est sans doute pas la fille pauvre qu'il a imaginée. «Tout cela lui donnait le sentiment que sa mère lui était étrangère. La veille, il avait pensé qu'il en savait trop peu sur elle ; mais maintenant, il avait la soudaine intuition qu'il ne savait rien de ce qu'elle avait vécu, ni des circonstances qui avaient provoqué le changement alarmant soudain intervenu. Elle n'était plus la mère dont il gardait l'image en lui; elle était devenue quelqu'un d'autre, une personne secrète, pleine de mystère, un mystère qui en faisait comme un livre épais dont il ne connaissait que la couverture, sans avoir jamais pu en feuilleter les pages.» 
Pour ce fils aimant va alors commencer une quête des origines, une tentative de retrouver à l'aide des bribes de souvenirs de sa mère, quel a bien pu être son destin.
Il y a notamment ces deux villages, Qierenlu et Sanzhitang, dont elle a laissé échapper les noms, mais dont il n'a jamais entendu parler et qui l'incitent à prendre la route.
Avec son ami Zhongyong, architecte, ils partent répertorier les vieilles maisons et propriétés qui présentent un intérêt, à l'image de la Maison du grand puits, au pied de la montagne, gardée par le grand-père Xiang. Si sa mémoire est un peu embrumée, il confirme toutefois l'intuition de Long Zhongyong: «L'architecture, dit-il, n'est pas seulement un art, elle a aussi une utilité pour l'homme. Une vieille demeure est un point de convergence entre une famille et la nature, et en elle se trouvent incorporées toutes sortes de relations sociales. Les raisons de sa construction, son processus d'épanouissement et celui ayant mené à son déclin, et finalement à son abandon, tout cela est en rapport étroit avec les changements de la société. Il nous faut sérieusement analyser la construction de ces maisons si l'on veut vraiment expliquer leur histoire.»
Xiang détient une partie de l'énigme familiale. Il sait qu'un épisode particulièrement dramatique de ce que l'on a appelé la réforme agraire et qui ne fut qu'une campagne de répression contre les propriétaires terriens s'est jouée là, détruisant la famille de celle qui ne s'appelait pas alors Ding Zitao. Qinglin va aussi y découvrir pourquoi sa mère est terrorisée à l'idée de «funérailles molles», c'est-à-dire d'être enterrée sans cercueil, directement en terre. La légende veut en effet que cela empêche la renaissance.
Comme le rappelle son éditeur, cette belle – mais aussi implacable – fresque a été publiée en 2016 aux Editions Littérature du peuple, la plus grande maison d'édition de Chine communiste, avant de subir de «virulentes attaques de la part des néo-maoïstes chinois, l'extrême gauche ultraconservatrice que galvanisent les appels réguliers du président Xi Jinping, le fils d'un grand révolutionnaire, à combattre le nihilisme historique – c'est-à-dire toute remise en question de l'histoire officielle. » Remercions L'Asiathèque et Brigitte Duzan, la traductrice, de pouvoir découvrir nous offrir cette plongée dans cet épisode méconnu de la Chine contemporaine – le roman est basé sur une histoire vraie – mais aussi de nous faire découvrir une raconteuse d'histoires de grand talent.

Lien : https://collectiondelivres.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          270
yv1
  02 mars 2019
Assez gros roman de presque 500 pages qui pourtant se lit vite, tant il est écrit simplement, comme quelqu'un qui nous raconterait une histoire. Si l'on met de côté quelques répétitions superflues, des circonvolutions pour décrire des situations, des faits, qui me gênent moi qui aime bien la ligne directe -mais qui semblent être la marque de la littérature et de la culture chinoises-, de nombreux patronymes qui se ressemblent -qui parfois ne diffèrent que d'une lettre ou d'un signe- et de multiples personnages qui me perturbent m'obligeant à faire de gros efforts pour savoir de qui on parle, eh bien disais-je si l'on met cela de côté, on a en mains un roman particulièrement intéressant et attachant.
Il commence avec la vie de cette femme qui a oublié son enfance et qui, petit à petit renonce à la retrouver : "Oublier n'est pas forcément une trahison, c'est souvent ce qui permet de vivre, lui avait le docteur Wu." (p.12) Quelques phrases font mouche et touchent tels des aphorismes. Puis, l'auteure oublie un peu Ding Zitao pour s'intéresser à son fils et l'on peut imaginer que leurs deux histoires se rejoindront sur les thèmes principaux du livre : l'oubli et le devoir de mémoire.
Le roman aborde aussi la Réforme agraire des années 50 pendant laquelle, les propriétaires terriens furent parfois obligés de se donner la mort pour éviter les séances de luttes autrement dit des séances publiques d'accusation se finissant souvent mal pour eux. Un pan connu mais pas dans les détails de l'histoire de la Chine dont parle Fang Fang, considérée comme l'une des grandes écrivaines de Chine même si ce roman, pourtant primé, a choqué les ultraconservateurs du pays. Il est vrai qu'il montre bien les exactions commises au nom de la doctrine communiste qui n'a pas toujours profité aux plus pauvres.
Exotique, historique, instructif, et en guise de conclusion, le court dialogue extrait du livre et qui, en quatrième de couverture -ne lisez que cela, pas la suite qui divulgue trop de l'intrigue- explique le titre étrange de ce roman :
"Je veux être enterrée dans un cercueil, dit la grand-mère.
- On n'a pas de cercueils prêts, que va-t-on faire ? demanda la troisième tante.
- Des funérailles molles, répliqua tout bas le beau-père de Daiyun, la mine soudain très sombre.
- Je ne veux pas de funérailles molles, s'écria la belle-mère de Daiyun en pleurant encore plus fort, si on est inhumé ainsi, on ne peut pas se réincarner."
Lien : http://www.lyvres.fr/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Fuyating
  18 mars 2019
Très beau roman qui nous permet de découvrir les catastrophes causées par la réforme agraire, (sujet assez peu abordé dans la littérature chinoise), surtout au niveau humain avec la tenue de séances de lutte, les mauvais traitements, mais aussi les dénonciations et les vengeances. le style de l'auteure est agréable et l'histoire est intéressante, les secrets sont dévoilés petit à petit au fil des pages, ce qui nous donne toujours plus envie de continuer. J'ai beaucoup aimé également l'importance accordée aux relations parents/enfants, le désir de ces derniers de prendre soin de leurs aînés qui ont tout fait pour eux. Il est aussi beaucoup question du choix que nous avons : oublier le passé pour vivre plus heureux le présent où connaître la vérité sur des faits antérieurs au risque de souffrir?
Commenter  J’apprécie          70

critiques presse (1)
LeMonde   31 mai 2019
L’écrivaine chinoise signe un roman subjuguant sur les années 1950 et la réforme agraire destructrice qui a suivi l’arrivée de Mao au pouvoir.
Lire la critique sur le site : LeMonde
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
hcdahlemhcdahlem   04 mars 2019
Ce qui t’est arrivé dans le passé, n’y pense plus; tes plus grands ennemis, j’ai bien peur que ce ne soient pas les autres, mais tous ces souvenirs dont tu as perdu la mémoire. Si on te pose des questions, réponds que tu ne sais pas, que tu ne te souviens de rien, c’est le mieux.
Commenter  J’apprécie          130
hcdahlemhcdahlem   04 mars 2019
INCIPIT
1. Conflit intérieur
Cette femme est depuis toujours en lutte contre elle-même. 
Elle est déjà très âgée. Sa peau est tellement relâchée que ses rides mêmes en paraissent affaissées. Son visage et son cou sont couverts de très fines cicatrices et comme elle a la peau très blanche, ces marques ne donnent pas l’impression d’avoir été laissées par le scalpel du temps, mais bien plutôt par un pinceau minutieux qui aurait dessiné son visage, trait à trait. Elle a les yeux chassieux, mais quand elle les garde grands ouverts un long moment, on peut y voir percer une lueur brillante. Elle reste souvent prostrée à regarder dans le vide, comme plongée dans ses pensées, l’image même du plus profond ennui. En la voyant ainsi, les gens qui ne la connaissent pas lui demandent parfois avec curiosité: «Grand-mère, à quoi penses-tu?»
À ce moment-là, tournant son regard vers son interlocuteur, son visage exprimant toujours une parfaite vacuité, elle marmonne quelques phrases inaudibles. Elle-même ne sait pas ce qu’elle a bien pu dire. Elle ne sait pas non plus, en fait, si elle était en train de penser ou non. Elle a seulement le sentiment qu’il y a plein de choses étranges qui lui échappent, la fuient à corps perdu, des choses qui l’interpellent du fond de sa mémoire. Autant de choses qu’elle a soigneusement évitées toute sa vie. Des choses auxquelles elle résiste de toutes ses forces et cette résistance est devenue comme un grand filet aux mailles tellement serrées qu’il ne laisse même plus le vent passer. Ce filet, elle l’a tenu fermement et sans relâche pour mener une lutte constante contre la multitude de démons qu’il semble emprisonner et qui paraissent prêts à s’en échapper à tout moment. 
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
hcdahlemhcdahlem   04 mars 2019
Quand son mari était encore vivant, il lui avait suggéré que ce serait bien qu’elle accepte de revenir sur son passé. Peut-être, lui avait-il dit, serait-ce là un moyen de ramener le calme en elle. Elle avait bien voulu faire sérieusement ce qu’il lui disait, pour apaiser son esprit en invoquant de toutes ses forces ses souvenirs. Mais, l’instant d’après, elle était tombée dans un état d’extrême nervosité, comme torturée par d’innombrables aiguilles d’acier qui lui transperçaient le corps avec une férocité inouïe, lui donnant la sensation d’être déchirée de part en part. À ce moment-là, sa souffrance avait été telle qu’elle en était sortie épuisée au point d’en avoir le souffle coupé. 
Alors, désespérée, elle avait dit à son mari: «Il ne faut pas me forcer, je ne peux pas me laisser aller à penser. Dès que je le fais, j’ai l’impression que je vais mourir.» Son mari en avait été effrayé. Il était resté un instant sans rien dire, puis lui avait répondu: «Alors ne le fais pas, ce n’est pas la peine. Le mieux, c’est que tu cherches quelque chose à faire; quand on est occupé, cela empêche de penser.» 
Suivant ses conseils, elle s’affairait donc, tous les jours, du matin au soir. En fait, elle n’avait pas de métier; son métier, c’était d’accomplir les tâches ménagères. Alors, chaque jour, elle nettoyait, balayait et rangeait si bien que la maison était impeccable, sans même la plus infime trace de poussière. Tous les gens qui passaient la voir s’exclamaient: quelle propreté, vraiment! Et son mari, qui était médecin, en était très fier. 
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
hcdahlemhcdahlem   04 mars 2019
Sa vie s’écoulait ainsi, jour après jour, dans la plus parfaite régularité.
Et il en était ainsi depuis très longtemps. Elle couvrait chaque année comme d’un voile très fin, mais parfaitement étanche, une nouvelle couche de souvenirs. À raison d’une couche par an mise sous voile, d’année en année, ses souvenirs s’étaient ainsi accumulés en strates successives, plutôt minces, comme des démons cachés dans les tréfonds de sa conscience, et enfermés là hermétiquement. 
Quels étaient ces souvenirs? Elle n’en savait plus rien.
Elle avait perdu la mémoire au printemps de l’année 1952.
Un jour, bien plus tard, quand son mari était rentré de l’hôpital, il lui avait annoncé gravement qu’avait été lancée la «Grande Révolution culturelle»; à l’hôpital, lui avait-il dit, il y avait des réunions tous les jours, et on avait placardé des o affiches écrites en gros caractères dénonçant les antécédents problématiques qu’il avait. Ne comprenant pas pourquoi son mari lui racontait tout cela, elle en avait ressenti une grande anxiété.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Video de Fang Fang (1) Voir plusAjouter une vidéo

Fang Fang : Début fatal
Depuis le quartier des 36 corporations, à HANOI, Olivier BARROT présente le livre "Début fatal" de FANG FANG, édité par STOCK (collection Bibliothèque cosmopolite). Images des rues de HANOI.
autres livres classés : exactionsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quiz sur des classiques connus

Victor Hugo:

Atlantide
Notre-Dame de Paris
La mer rouge

20 questions
8754 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur ce livre