AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782707169709
800 pages
La Découverte (20/10/2011)
4.44/5   9 notes
Résumé :
Frantz Fanon, né à la Martinique en 1925, mort à Washington en 1961, psychiatre et militant anticolonialiste, a laissé une œuvre qui, un demi-siècle plus tard, conserve une étonnante actualité et connaît un rayonnement croissant dans le monde entier. Médecin-chef à l'hôpital psychiatrique de Blida (Algérie) à partir de 1953, il est confronté aux effets de la situation de " déshumanisation systématisée " dont sont victimes les " indigènes ". Cela le conduit très vite... >Voir plus
Que lire après OeuvresVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Un livre passionnant lu l'année dernière :

« Oeuvres » du célèbre psychiatre et penseur anticolonialiste Frantz Fanon aux Éditions La Découverte.

Ce livre est une pépite et fait partie des grandes publications de ces dernières années.

L'ouvrage réuni en un seul volume les 4 livres écrit par Frantz Fanon, des classiques de la littérature politique et postcoloniale.

Nous avons déjà la célèbre thèse sur le racisme avec « Peau Noir, Masques Blanc » traitant de colonialisme et d'aliénation, thèmes chers à l'auteur, mais aussi des Antilles, terre de Frantz Fanon.

Nous avons ensuite la célèbre sociologie de la révolution algérienne : « L'an V de la révolution algérienne ». Ce livre est une analyse des débuts de la guerre d'Algérie (après cinq ans de guerre donc), du système colonial et de l'aliénation des autochtones. Un livre particulièrement intéressant, rempli d'informations.

Puis, nous avons l'immense classique « Les Damnés de la Terre ». La plus grande oeuvre du tiers-mondisme et de la lutte anticoloniale. Un condensé de pensée, d'explications et de réflexions d'une immense valeur, et qui a influencé des centaines de personnes à travers le monde. le livre a gardé la préface du célèbre intellectuel Jean-Paul Sartre.

Le dernier livre est un recueil de petit texte et de discours fait par l'auteur et réuni par la maison d'édition sous le nom de « Pour la révolution africaine » tout aussi intéressant.

Le livre est introduit par le célèbre historien Achille Mbembe.

Merci aux Editions La Découverte pour cette magnifique publication 😊.
Commenter  J’apprécie          00
L'intégrale des oeuvres politiques de Frantz Fanon en un seul volume, que demander de plus ?
Inclus les mythiques "Peaux noirs, masques blancs" et "Les damnés de la terre" .
"Sur la révolution africaine" est une collection de textes, notamment issus du journal du FLN, dans lesquels Fanon témoigne particulièrement de son rôle d'émissaire auprès de l'Afrique noire.
L'occasion de se replonger dans l'oeuvre majeure et magistrale d'un penseur anticolonial de premier plan.
Commenter  J’apprécie          20
Ce volume réunis les textes qui abordent la question coloniale. La radicalité du point de vue de Fanon, bien moins caricaturale que le laisse penser une des préfaces de Sartre, est nécessaire dans la mesure où elle installe la réflexion dans une vision qui ne se laisse aucunement piéger par tout ce qu'elle rejette. Fanon cherche avant tout l'homme et la réalité qu'il est capable de produire, la réalité qu'il est capable part ailleurs d'annihiler aussi.
Commenter  J’apprécie          20


critiques presse (1)
Bibliobs
07 décembre 2011
«Peau noire, masques blancs», est une stupéfiante étude sur l’effet des discours raciaux sur les psychismes, qui frappe par les thèmes qu’il aborde – «la femme de couleur et le Blanc», «l’homme de couleur et la Blanche» - autant que par sa liberté de forme
Lire la critique sur le site : Bibliobs
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
Le colonialisme et l'impérialisme ne sont pas quittes avec nous quand ils ont retiré de nos territoires leurs drapeaux et leurs forces de police. Pendant des siècles les capitalistes se sont comportés dans le monde sous-développé comme de véritables criminels de guerre. Les déportations, les massacres, le travail forcé, l'esclavagisme ont été les principaux moyens utilisés par le capitalisme pour augmenter ses réserves d'or et de diamants, ses richesses et pour établir sa puissance.
Il y peu de temps, le nazisme a transformé la totalité de l'Europe en véritable colonie. Les gouvernements des différentes nations européennes ont exigé des réparations et demandé la restitution en argent et en nature des richesses qui leur avaient été volées : oeuvres culturelles, tableaux, sculptures, vitraux ont été rendus à leurs propriétaires. Dans la bouche des Européens au lendemain de 1945 une seule phrase : L'Allemagne paiera. De son côté M. Adenauer, au moment où s'ouvrait le procès Eichamnn, à, au nom du peuple allemand, encore une fois demandé pardon au peuple juif. M. Adenauer a renouvelé l'engagement de son pays à continuer de payer l'État d'Israël les sommes énormes qui doivent servir de compensation aux crimes nazis (1Note en commentaire).
Pareillement nous disons que les États impérialistes commettraient une grave erreur et une injustice inqualifiable s'ils se contentaient de retirer de notre sol les cohortes militaires, les services administratifs et d'intendance dont c'était la fonction de découvrir la richesse des richesses, de les extraire et de les expédier vers les métropoles. La réparation morale de l'indépendance nationale ne nous aveugle pas, ne nous nourrit pas. La richesse des pays impérialistes est aussi notre richesse. Sur le plan de l'universel, cette affirmation, on s'en doute, ne veut absolument pas signifier que nous nous sentons concernés par les créations de la technique ou des arts occidentaux.
Très concrètement l'Europe s'est enflée de façon démesurée de l'or et des matières premières des pays coloniaux : Amérique latine, Chine, Afrique. De tous ces continents, en face desquels l'Europe aujourd'hui dresse sa tour opulente, partent depuis des siècles en direction de cette même Europe les diamants et le pétrole, la soie et le coton, les bois et les produits exotiques. L'Europe est littéralement la création du tiers monde. Les richesses qui l'étouffent sont celles qui ont été volées aux peuples sous-développés.
Commenter  J’apprécie          30
Les nations européennes se vautrent dans l’opulence la plus ostentatoire. cette opulence européenne est littéralement scandaleuse car elle a été bâtie sur le dos des esclaves, elle s’est nourrie du sang des esclaves, elle vient en droite ligne du sol et du sous-sol de ce monde sous-développé. le bien être et le progrès de l’europe ont été bâtis avec la sueur et les cadavres des nègres, des arabes, des indiens et des jaunes.
Commenter  J’apprécie          10
Le régime colonial est un régime instauré par la violence. c’est toujours par la force que le régime colonial s’est implanté. c’est contre la volonté des peuples que d’autres peuples plus avancés dans les techniques de destruction ou numériquement plus puissants se sont imposés. violence dans le comportement quotidien, violence à l’égard du passé qui est vidé de toute substance, violence vis-vis de l’avenir.
Commenter  J’apprécie          10
« Mon ultime prière :
Ô mon corps, fais de moi toujours un homme qui interroge! »
Commenter  J’apprécie          40

Videos de Frantz Fanon (17) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Frantz Fanon
Présentation des livres de Frantz Fanon par Thomas Sibille de la Librairie al-aux Editions La Découverte.
autres livres classés : colonialismeVoir plus
Les plus populaires : Non-fiction Voir plus


Lecteurs (60) Voir plus




{* *}