AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres

Brice Matthieussent (Traducteur)
EAN : 9782264013545
248 pages
Christian Bourgois Editeur (27/08/2005)
4.11/5   294 notes
Résumé :
"À l'image de Fante, Bandini et Molise, ses héros de papier, débordent de rancoeur, de tendresse, de générosité ou d'une méchanceté noire inouïe. Ils sont infects, drôles, adorables, émouvants.
Des passionnés et des exaltés, obsédés par leurs désirs féroces de ne plus être, dans l'Amérique fière et conquérante, le sale petit Rital catholique immigré, mais un Amerloque, admis et enfin respecté par ces sang-bleu protestants et anglosaxons." - La Vie
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (15) Voir plus Ajouter une critique
4,11

sur 294 notes
5
9 avis
4
5 avis
3
1 avis
2
0 avis
1
0 avis

Jeanfrancoislemoine
  03 août 2018
Je poursuis toujours ma découverte de l'oeuvre de John Fante et il y a fort à parier que j'aurai lu l'ensemble au cours de cet été. Encore une fois,je me suis trouvé au milieu de cette famille,j'ai partagé son quotidien et surtout,il faut bien le dire,ses problèmes Et ça commence fort,pensez donc,au début du roman, Nick et Maria,septuagénaires bon teint,cinquante et un ans de mariage,divorcent:le motif?Adultère !!!De quoi faire sourire les enfants,Stella,Mario et Virgil mais pas Henry,l'écrivain,qui saute dans le premier avion pour venir à la rescousse.
A partir de là, on va surtout insister sur ce lien fort qui unit Henry et son père et on va en découvrir des choses, en partager des moments.Le personnage de Nick,on le connait:travailleur comme pas deux,joueur invétéré ,alcoolique au dernier degré, obsédé sexuel.....Pourtant,on va s'attacher à lui,vivre avec lui,rire avec lui et de lui.Parler de Nick,c'est se laisser gagner par des émotions diverses et trés fortes.A travers ces lignes ,l'amour,la haine,le désespoir ,les promesses,les trahisons,l'amitié ...Quelle richesse,un feu d'artifice de sentiments,de situations dont on a hâte de connaître le dénouement .Tous les personnages ont leur côté obscur ou lumineux,aucun,qu'on l'aime ou pas ne nous laissera indifférent.Quelle famille et quel personnage haut en couleurs que ce Nicky,qui rendra sa femme heureuse le jour où il mourra.
Je ne suis plus objectif car je redoute le jour où j'aurai "tout"lu.Ce roman,comme les autres est un petit bijou et je suis heureux que les éditions 10 18 aient remis cet auteur en lumière.
JE SUIS FAN.....TE.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          468
JIEMDE
  23 août 2018
Relisant périodiquement l'immense John Fante qui fut ma porte d'entrée vers la littérature américaine et figure depuis au top de mon Panthéon personnel, j'accorde à ce livre une place particulière.
Les compagnons de la grappe - et le cycle Molise en général - n'est en effet pas mon préféré (car moins fougueux et brut que les livres du cycle Bandini), mais j'ai toujours apprécié la façon dont Molise/Fante y abordait sa relation avec son père. De la rage et de la rancune des débuts, Molise finit par se dévoiler et afficher les vrais sentiments qui débordent de son coeur de rital lorsque son père voit sa vie décliner. Des coups de gueule qui évoluent en cris d'amour !
On retrouve ici les thèmes chers à Fante : la famille, la religion, les difficultés d'intégration et le déclassement des immigrés, la débrouille, l'alcool, les femmes et la sexualité... et la littérature, même si ici, contrairement aux autres livres où Fante cite abondamment ses maîtres, seul Dostoïevsky est mis en avant.
Un roman enlevé, aux dialogues ciselés, drôle et empli d'humanité, à lire un cruchon de vin d'Angelo Musso à vos côtés sans omettre la passionnante postface de Brice Matthieussent, traducteur émérite de Fante.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          445
HORUSFONCK
  03 octobre 2022
Dans cette veine de mine d'or des écrivains américains, John Fante est une sacrée pépite!.. Un de ces lingots, même, moulé et formé à l'école de l'existence qui offre au lecteur un suc particulier à l'écriture.
Et de sauce pimentée, ce bouquin n'en manque pas!
C'est les Ritals en Amérique, ce livre!.. Avec cet esprit particulier à l'Amérique des ponniers.
Ces Compagnons de la grappe regorgent de vie, de drôlerie et de rosserie familiale... Ses différences et dissensions entre les membres d'une famille haute en couleurs. Mais on s'aime quand-même chez les molise!
Ne voilà-t-il pas que Nick , le patriarche-maçon embarque son écrivain de fils dans la construction d'un fumoir en pierre dans la montagne!... Comme une sorte de baroud d'honneur avant la révérence finale... Hum!... Avec une surprise de taille, le chantier achevé.
Un bon Fante éloigne le médecin et la dépression, ce livre en est la preuve.
Commenter  J’apprécie          321
celestineh
  05 août 2019
Je présente définitivement une addiction aux livres de John Fante !
Découverte tardive et heureuse de cet auteur dont je ne me lasse pas de lire la prose. Son style fantasque et son humour me ravissent presque à chaque fois.
De plus, Les compagnons de la grappe est très bon opus :
Le héros est cette fois Henry Molise déjà aperçu dans d'autres romans notamment Mon chien stupide. Henry est appelé à l'aide par son frère : les parents veulent divorcer suite à un adultère du père et ce, après plus de cinquante ans de mariage !!! Ni une, ni deux, Henry saute dans un avion et s'envole pour le Colorado. Arrivé sur place, il n'est plus question de divorce mais Nick le père maçon veut l'embarquer de force pour faire une dernière construction. Ce sera l'occasion pour Henry de mieux connaître son terrible père, italien, alcoolique, menteur, coureur qui a régné en despote sur le foyer pendant de longues années.
Comme à l'accoutumée, ce sont des personnages hauts en couleurs qui nous sont présentés. L'humour est omniprésent et le style bondissant. J'éclate de rire régulièrement lorsque je lis les aventures de Molise ou Bandini, autre héros récurrent de l'auteur et je ne me lasse pas de suivre la vie rocambolesque de cette famille italienne où tout est excès.
Vivement le prochain !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          314
petch
  09 février 2013
De nombreux thèmes chers à John Fante sont présents dans ce roman : le père italien, en quête de reconnaissance, le fils qui s'éloigne de l'avenir tracé par le travail familial, et bien sur l'alcool, présent à chaque page, dont le père en est imbibé comme de nombreux autres personnages du roman. L'histoire, toujours en grande partie autobiographique chez John Fante, relate la vie d'une famille d'immigrés italiens aux Etats-Unis. Henry Molise, écrivain qui a réussi à s'extirper du carcan familial, doit rejoindre la ville de son enfance pour aider son père, maçon, à achever sa dernière construction. Ils vont devoir se côtoyer malgré leurs différences.
Comme toujours on rit beaucoup à la lecture de John Fante, tout en traînant au fil des pages un sentiment partagé entre tendresse et mélancolie. « Les Compagnons de la grappe » ravira les amateurs de l'auteur qui prendront plaisir à côtoyer les personnages à la dérive typiques de son univers, quelque part entre celui de Tom Waits (pour la bande son) et de Charles Bukowski (pour le décor et les dialogues).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190

Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
withclosedeyeswithclosedeyes   07 octobre 2015
Mon père n'avait jamais désiré d'enfants. Il avait désiré des poseurs de briques et des tailleurs de pierre. Il a eu un écrivain, un comptable dans une banque, une fille mariée, et un serre-freins. Et en ce sens il a essayé de faire de ses fils des maçons comme on façonne la pierre - en cognant dessus. Il a échoué, bien sûr, car plus il nous frappait, plus il nous éloignait de l'amour du métier. Quand nous étions gosses, un grand rêve habitait Nick Molise, le pressentiment d'un avenir glorieux comblait son esprit : MOLISE ET FILS, MAÇONS.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
SylvipilitSylvipilit   02 décembre 2019
Une ville solitaire. Toutes les villes de la vallée lui ressemblaient, désolées, mystérieusement éphémères, enclaves précaires d'existence humaine, tous ces gens réunis derrière de modestes clôtures et figés dans l'attente. Me balançant d'avant en arrière, je sentais la souffrance imprégner mes os, souffrance pour l'homme, souffrance de la solitude dans la maison de ma mère et de mon père qui vieillissaient, qui attendaient, qui marquaient le pas.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
SylvipilitSylvipilit   02 décembre 2019
La cuisine. La cucina, notre vraie mère patrie, la grotte chaude de la bonne sorcière au fin fond du pays désolé de la solitude, ses chaudrons pleins de délicieuses potions qui mijotent sur le feu, une caverne d'herbes magiques, le thym et le romarin, la sauge et l'origan, le baume du lotus qui rend la raison aux aliénés, la paix aux angoissés, la joue aux affligés, cet univers exigu et clos, les fourneaux en guise d'autel, le cercle magique de la nappe à carreaux où les enfants se nourrissaient, ces vieux enfants ramenés à leurs débuts, car le goût du lait maternel hantait toujours leur mémoire, son parfum s'attardait dans leurs narines leurs yeux se mettaient à briller, et la méchanceté du monde s'évanouissait quand la vieille sorcière maternelle protégeait sa progéniture contre les loups qui rôdaient au-dehors.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
withclosedeyeswithclosedeyes   07 octobre 2015
"C'est qui à l'appareil ?"
- Henry Molise. Ton beau-frère.
- Tiens, ça alors ! Henry Molise ! Quel bon vent t'amène, Henry ? Tu ponds toujours tes romans de merde ? Le dernier était vraiment à chier. Je l'ai brûlé pour que les enfants soient pas contaminés ! Bon Dieu, y'a d' ces façons de gagner sa vie !
Commenter  J’apprécie          110
oliviersavignatoliviersavignat   07 juin 2020
Alors c'est arrivé. Une nuit que la pluie tambourinait sur le toit incliné de la cuisine, un grand esprit s'est glissé à jamais dans ma vie. Je tenais son livre entre mes mains tremblantes tandis qu'il me parlait de l'homme et du monde, d'amour et de sagesse, de souffrance et de culpabilité, et j'ai compris que je ne serai plus jamais le même. Il s'appelait Fiodor Mikhaïlovitch Dostoïevski. Personne n'en savait autant que lui sur les pères et les fils, les frères et les soeurs, les prêtres et les fripons, la culpabilité et l'innocence. Dostoïevski m' a changé. L'Idiot, Les Frères Karamazov, Le Joueur. Il m'a bouleversé de fond en comble. J'ai découvert que je pouvais respirer, voir des horizons invisibles. La haine que j'éprouvais pour mon père a fondu. Je me suis mis à l'aimer, cette pauvre épave livrée à ses obsessions et à la souffrance. J'ai aussi découvert mon amour pour ma mère, et pour toute la famille. L'heure était venue de devenir un homme, de quitter San Elmo pour m'ouvrir au monde. Je voulais penser et sentir comme Dostoïevski. Je voulais écrire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Videos de John Fante (9) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de John Fante
MON CHIEN STUPIDE – Bande-annonce officielle – Yvan Attal / Charlotte Gainsbourg (2019)
autres livres classés : amériqueVoir plus
Notre sélection Littérature étrangère Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

"Demande à la poussière" de John Fante

En quelle année a été publié le livre de John Fante aux USA ?

1935
1939
1945
1951

15 questions
133 lecteurs ont répondu
Thème : Demande à la poussière de John FanteCréer un quiz sur ce livre