AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Léon Mercadet (Traducteur)
EAN : 9788493664718
141 pages
Éditeur : 13e Note Editions (17/03/2009)

Note moyenne : 3.62/5 (sur 91 notes)
Résumé :
Il n’est jamais facile d’être un fils. A fortiori celui d’un écrivain célèbre. D’aucuns compliquent encore en embrassant la carrière paternelle. Ainsi Dan Fante, 64 ans au jus, rejeton errant, longtemps alcoolisé, de feu John Fante. Clochard maudit, poète céleste et suicidaire, romancier tardif. Un homme traqué qui réapparaît sous nos latitudes, avec son premier recueil de textes courts, pour une rédemption littéraire et déglinguée. L’objet du délire ? Régime sec (S... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (13) Voir plus Ajouter une critique
koalas
  16 mars 2014
Régime sec, ce sont huit saynètes de l'écrivain Dan Fante, du temps où il faisait le Taxi driver à Los Angeles.
De Bob le portier macho tétanisé par Patsy la rousse (là mon avis, la meilleure histoire), en passant par le minuscule chien de Kerri affublé du nom ridicule de Banana que l'auteur s'amuse à titiller (histoire tordante) à LIbby le dingue, charmeur d'une drôle de princesse (glauque à souhait), il nous peint toute une galerie de personnages plus ou moins recommandables qu'il a croisé ou trimbalé dans son tacot.
On reconnait la patte de son père John et la descente à flot de Bukowski
Ces courtes histoires se lisent et se relisent d'un doigt ou d'un trait. A vous de voir.
Commenter  J’apprécie          260
zabeth55
  30 août 2016
Huit nouvelles dans la pure veine de John Fante
Tous ses thèmes y sont : les petits boulots, dont surtout le taxi, pour vivre en attendant d'être publié, l'alcool, les tentatives de sevrage, la drogue, des personnages borderlines, le sexe……..
Inspirés de sa propre vie, ils nous plongent dans Los Angeles et ses dérives.
Moi qui n'aime pas trop les nouvelles, heureusement que c'est le cas ici, sinon, risque de sombrer dans le noir de la vie malgré l'humour certain de l'auteur.
Commenter  J’apprécie          160
Noctenbule
  07 juillet 2014
Vous reprendrez bien un petit verre? Voilà ce que pourrait nous proposer Dan Fante. Alcoolique notoire tout comme son père, il nous propose à travers huit nouvelles de nous raconter des moments de sa vie comme taxi. Dans un profond désespoir et désarroi, on suit les mésaventures d'un raté et fier de l'être.
Dan Fante pendant une période est devenu chauffeur de taxi dans Los Angeles pour survivre. Il va nous raconter ces déboires pour nous faire partager un moment de sa vie. Imbibé d'alcool et de noirceur, il parle d'amour , surtout d'une panne de coeur qu'il va noyer dans l'alcool. Puis il va parler de l'amitié, de rencontres impromptues, d'agressivité, de prostitution, de sexualité le tout arroser d'alcool. D'ailleurs, tout tourne autour de l'alcool sans cela, il n'aurait pas de raison de vivre ou de survivre.
Toutefois, malgré l'absence de bien-être ou de bonheur, tout n'est pas empli d'une totale noirceur qui donne envie de mettre fin à ces jours. La lecture reste dynamique et très agréable. Les nouvelles très courtes se succèdent rapidement faisant que les pages se tournent sans que l'on se rend compte que l'on est déjà arrivé à la fin. le problème est peut-être l'envie de boire un bon verre pour mieux apprécier les mésaventures de cet homme pour partager l'échéance dans le trou des paumés.
Dans une ville sans pitié et très dur, il évolue dans la souffrance d'exister au quotidien. Un roman qui se lit vite tout comme un verre qui se boit d'une traite. Certes il n'a pas le talent de son paternel ni d'un Bukowski, mais le voyage entre clair/obscur est au rendez-vous.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
blandine5674
  10 mai 2017
Le fils de John Fanté, chauffeur de taxi à L.A., raconte, sous forme de nouvelles, ses aventures. Déboires avec l'amour et le sexe, l'alcool, le fric, les rencontres de paumés et déjantés. Je me suis amusée à le lire en alterné avec deux histoires du père. de nombreux points communs alors qu'ils ne s'entendaient pas, comme par exemple les chiens. D'ailleurs, ma nouvelle préférée est Mae West.
Commenter  J’apprécie          130
loudarsan
  26 janvier 2015
Portrait de L.A. sous J&B, chroniques électriques d'un écrivain chauffeur de taxi, Régime Sec est le recueil de nouvelles décapant d'un fils de la Beat Generation. Dan Fante, clochard céleste ? Certainement… Poète, amant éconduit, alcoolique parfois repentant, taxi par dépit, fils méconnu d'un écrivain génial, Dan Fante est avant tout un homme aux multiples facettes, un looser méprisable, insolent et fascinant. de clients déglingués en clientes lascives, au volant d'un « cab » poussif, il nous entraîne à la découverte des dessous nauséeux d'une cité aux anges déchus et éclectiques qu'il décrit avec une justesse acide et acérée. Si l'art de la nouvelle est difficile à maîtriser et exige de l'écrivain qu'il manipule avec doigté la tension dramatique, Dan Fante appartient à ces quelques illusionnistes de talent qui en jouent avec une facilité déconcertante et jouissive. Des spleens alcoolisés aux points d'orgues planant en suspension, des échanges percutants de répliques lapidaires aux situations les plus invraisemblables, partout où ce fils maudit du rêve californien traîne ses basques et son fardeau de solitude, la chute est déconcertante et ironique, frôlant le pire à chaque fois. Ces huit nouvelles s'achèvent par un final qui vous coupe le souffle comme un coup de poing et on s'arrache de Régime Sec avec une légère sensation de gueule de bois, un sourire béat, et aux tripes le besoin poignant de lire d'autres deliriums intempestifs de cet insupportable funambule. Lire un texte de Dan Fante, c'est pour le lecteur hypnotisé comme danser sur le fil du rasoir en étant maintenu dans un équilibre précaire par la volonté d'un fou après quelques rasades d'un whisky premier prix bu à même la flasque.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40


critiques presse (1)
Telerama   19 février 2014
Longtemps, Dan Fante est resté le fils de John, auteur de Bandini, de Demande à la poussière.
Lire la critique sur le site : Telerama
Citations et extraits (13) Voir plus Ajouter une citation
koalaskoalas   14 mars 2014
Je faisais du télémarketing, à enquiquiner des pigeons innocents. Baratiner pour fourguer des abonnements au gaz et au fuel, dans un central surchauffé sur Santa Monica à Hollywood. La grosse arnaque. J'en avait plein le dos de faire le taxi et le boulot au standard me laissait plus de temps pour écrire. Je gagnai assez pour alimenter mon fonds de gin et d'amphets. La nuit, j'écrivais mes poèmes. Objectif un poème par jour. C'était ça ou la mort.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
HarioutzHarioutz   22 février 2018
En roulant plein ouest sur Sunset; je me suis mis à réfléchir à notre histoire. Sur un point au moins, j'avais eu de la chance. J'avais sauvé ma peau, provisoirement. Le jour où j'avais conseillé à Kerri d'attendre, de ne pas prendre d'autre chien. Le souvenir de cette discussion m'a envoyé une décharge dans la colonne. Un nouveau chien dans la maison ? J'avais frôlé le pire. Dieu sait ce que ce bâtard aurait déterré en fouinant dans le jardin, sous le petit tumulus derrière la haie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
memoiresdelivresmemoiresdelivres   28 octobre 2018
Le taxi me sauvait de la folie. Depuis des mois j’avais le cerveau chauffé au rouge par la dépression, l’insomnie et une effrayante solitude. Je me réveillais cinq ou six fois chaque nuit, ivre de rage, avec dans la tête les visages de tous les gens que je haïssais
Commenter  J’apprécie          30
rkhettaouirkhettaoui   31 janvier 2013
Tout le reste – essais de roman, de nouvelle – n’était que mensonge et imposture. Des bouses insauvables. Conduire douze ou quinze heures par jour me maintenait la tête hors de l’eau. Ça et le whisky, du Shenley’s Reserve.
Commenter  J’apprécie          00
RootRoot   11 mars 2014
A mon père, John Fante.
Merci, fils de pute sublime.
Commenter  J’apprécie          30

Videos de Dan Fante (12) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Dan Fante
Dan Fante explique pourquoi il est devenu écrivain, parle de son amour pour le public français, sur Bruno Dante, son alter-ego littéraire et sur son sevrage alcoolique.
autres livres classés : los angelesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Dead or Alive ?

Harlan Coben

Alive (vivant)
Dead (mort)

20 questions
1373 lecteurs ont répondu
Thèmes : auteur américain , littérature américaine , états-unisCréer un quiz sur ce livre

.. ..