AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Brice Matthieussent (Traducteur)Philippe Garnier (Auteur de la postface, du colophon, etc.)
EAN : 9782264014306
191 pages
Éditeur : Christian Bourgois Editeur (01/05/1990)

Note moyenne : 4.1/5 (sur 206 notes)
Résumé :
"N'empêche qu'il reste une œuvre, pour nous vierge comme la neige et à découvrir - un de ces petits lopins de terra incognita qui demeurent encore dans la littérature américaine et qu'on pourrait facilement réclamer, en homestead, pour le prix d'un dollar.

Il se trouve que justement ce lopin se trouve sur Bunker Hill, à deux pas de chez moi, à deux livres de chez vous, pour peu qu'on s'aventure à les traduire dans toute leur verve et leur violence - c... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (17) Voir plus Ajouter une critique
Jeanfrancoislemoine
  05 août 2018
Me voilà à nouveau avec mon auteur fétiche de l'été 2018.Cette fois,nous allons retrouver Arturo Bandini parti à la quête de la gloire dans les milieux littéraires de Los Angeles où, malheureusement,son talent ne semble pas forcément "sauter aux yeux de tout le monde".La gloire,c'est l'argent et,sans gloire....Il faut survivre et tout l'art de Bandini sera mis au service de la "débrouille ".Lorsque la chance tournera,Arturo ne saura pas toujours la saisir,souvent à cause d'une maladresse incroyable auprès de la gent féminine .Les situations cocasses ou dramatiques se succéderont dans toutes ses relations,au point,sans doute de provoquer indirectement la mort de la généreuse et amoureuse Helen.Bandini,c'est aussi la prétention ,la certitude,l'ironie cinglante et mordante.A ce titre,son retour au pays est un morceau d'anthologie qu'on peut lire et relire sans jamais se lasser.
Bandini ne s'est pas créé un monde,il est ce monde,il vit ce monde,il veut ce monde,on lui doit ce monde.Sa générosité envers sa famille est toujours bien présente et les demandes de ses parents toujours pressantes.
On verra peu son père et sa mère dans ce roman mais on sent bien leur présence en arrière plan, présence liée à l'intérêt financier pour son père,sans doute plus à l'amour pour sa toujours bigote de mère .
Dans son désir de plaire et de se sentir supérieur,Arturo s'éloigne de tous ceux qui pourraient sans doute lui permettre de s'épanouir ou de "mettre les pieds" dans un monde qu'il déteste autant qu'il l'envie.
Le style de John Fante semble s'être durci,le vocabulaire devient plus cru et augmente la sensation de malaise qu'on peut parfois ressentir .L'humour est aussi bien présent et si les scènes ont été vécues, on se doute aussi qu'elles ont été un peu" arrangées "pour notre plus grand plaisir.
Encore un très bon moment pour moi,une lecture vraiment addictive.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          460
JIEMDE
  10 juin 2018
Comme les trois mousquetaires qui étaient quatre, la trilogie Bandini (Bandini, La route de Los Angeles et Demande à la poussière) se complète utilement de ces Rêves de Bunker Hill, publiés sur le tard.
Quel bonheur de retrouver Arturo Bandini, le plus grand écrivain du monde, désormais proche de la consécration et embauché par un studio d'Hollywood pour écrire ou co-écrire des scénarios. Et plus à coup de 50 cents le poème mais à 300 dollars la semaine. de quoi disposer d'une garde robe à la hauteur de son standing, de manger enfin à sa faim et de boire les coup qu'il souhaite où et quand il le souhaite. Bureau, secrétaire, salaire, tout est OK. Sauf qu'Arturo n'écrit rien, et le peu qu'il écrit est caviardé.
Alors vous le connaissez, l'Arturo, le naturel revient au galop. Il ventile, il disperse, il éructe, il disjoncte. Crétins d'Hollywood qui ne le méritent pas ; crétins de contemporains qui ne le comprennent pas ; crétines de femmes qui ne le désirent pas.
Dans ce dernier opus, l'immense John Fante a amené son double autobiographique au bout de sa quête, pour mieux nous montrer qu'elle n'était qu'un leurre. Et si le vrai bonheur était ailleurs : chez lui, au coeur de sa famille, loin de L.A. dans le Colorado ? Dans le retour chez sa vieille logeuse et amante ? En se tournant vers Dieu, que sur l'exemple de sa mère, il n'a jamais cessé d'implorer ?
Rien de tout cela, et Fante nous livre sa morale : le salut vient de l'écriture, encore et toujours. Une ligne, un vers ; une nouvelle, un poème ; dix de jetés, un de gardé ; dix refusés, un de publié... Écrire.
Rêves de Bunker Hill est précieux dans l'oeuvre de Fante. le texte est précis, économe, mais juste. Superbe point final d'une oeuvre à mon sens, sans égal.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          246
celestineh
  18 janvier 2019
Quel plaisir de retrouver Arturo Bandini toujours aussi fantasque et imprévisible !
Cette fois, il s'essaye à devenir scénariste à Hollywood. Cela lui procure des revenus plus confortables mais son travail s'avère inattendu et assez frustrant puisqu'il consiste à ne rien faire et à attendre dans un bureau. Arturo a également l'idée assez saugrenue de s'installer chez sa logeuse, bien plus âgée que lui.
Régulièrement, on a envie de lui souffler de ne pas faire tel choix ou telle action tant il cumule les maladresses. Il a un sacré talent pour se mettre à dos tout son entourage même ceux qui lui veulent du bien !
Le début du roman est aussi enlevé et drôle que Demande à la poussière. La fin, en revanche, m'a semblé beaucoup plus mélancolique, signe sûrement qu'il a été écrit à une toute autre période (alors que Fante était déjà aveugle semble-t-il).
Une très chouette lecture et pour l'instant, je n'ai jamais été déçue par les romans de cet écrivain.
Commenter  J’apprécie          260
blandine5674
  20 août 2018
La grande fan de Fanté que je suis est légèrement déçue par ce roman. Quelques pointes d'humour où l'on retrouve la verve que j'aime tellement chez cet auteur. Comment être publié quand on est sûr de son talent ? Galères et amours (surtout ses déboires) de notre ami Arturo à Los Angelès. Je pleure de savoir que c'est le dernier que je lis de lui, que ce dernier je l'ai repoussé un maximum. Fanté qui fait parti des écrivains à qui je dois le plaisir de lire.
Commenter  J’apprécie          275
le_Bison
  17 mars 2012
J'avais donc laissé le fameux mais pas encore célèbre Arturo Bandini au milieu de la poussière et de son hôtel miteux à flanc de colline. Quelques années se sont écoulées, qu'est donc devenu ce grand écrivain en devenir, Arturo Bandini ?
Je l'ai donc retrouvé à Bunker Hill, seul avec sa machine à écrire et ses rêves. L.A., l'usine à rêve et Hollywood ! Arturo a toujours cette foi qui ne le quitte presque jamais, sauf dans les moments de désespoir, de solitude. Il EST un grand écrivain, sans nul doute l'un des meilleurs dans la lignée d'Hemingway. Il va être enfin reconnu à sa juste valeur. Il a vendu une nouvelle et il a même été embauché comme scénariste à Hollywood, le rêve américain est en marche.
Scénariste à Hollywood, un gros chèque en fin de semaine, Arturo Bandini a réussi ! Finies les misères, dissolues les galères, payées factures et dettes. Mais Arturo n'est pas encore satisfait de sa vie, une caisse, un beau logement, un bureau… Que lui manque-t-il ? Juste le fait d'écrire au moins une ligne, car de scénario il n'en est guère question. Il est là, maintenu à son bureau, juste au cas où, juste en attente d'un contrat… mais le scénario ne viendrait pas, ou s'avérera totalement débile… Alors la fierté d'Arturo Bandini, en grand écrivain qu'il est, ne supportera pas la situation bien longtemps.
Arturo Bandini se retrouve toujours au même point de départ, seul avec sa machine à écrire. Il tente de retranscrire ses émotions, sa vie, ses déboires avec L.A., avec les femmes. C'est un grand écrivain, le meilleur qu'il ne soit, aucun doute là-dessus. Bunker Hill n'est pas qu'un rêve, il sera enfin et bientôt reconnu à sa juste valeur et tout Hollywood sera à ses pieds, à sa merci. Ce n'est juste qu'une question de temps.
J'avais franchement bien aimé « Demande à la poussière », ma première entrevue avec Arturo Bandini, ce fabuleux écrivain qui traîne encore et toujours dans les poussières de L.A. en attendant la consécration. Ce second volet des aventures d'Arturo Bandini (le dernier en date créé par John Fante) m'a encore plus enchanté. Je l'ai trouvé encore plus fabuleux. Arturo est toujours le même, rêveur et passionné, qui fonce tête baissée dans son ambition ultime, celle de devenir le plus grand écrivain. Et à ce titre, il réussit, à mes yeux. Il est drôle, il est émouvant. Je souris, je pleure, je ris aux larmes et la tristesse m'accapare par moments. Fante et Bandini sont deux êtres littéraires exceptionnels et en prime, ce dernier volet montre un Fante qui se « bukowskise » et un Bandini toujours aussi malheureux avec les femmes…
Lien : http://leranchsansnom.free.fr/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130

Citations et extraits (17) Voir plus Ajouter une citation
blandine5674blandine5674   20 août 2018
Je m’assis à une longue table d’acajou et me mis à lire. Mon univers bascula aussitôt. Le temps s’évanouit. Le livre me tenait. Les larmes envahirent mes yeux demandant grâce. J’emmenai le livre à la maison. Je lus un autre livre d’Anderson. Je dévorai toute son œuvre, j’étais malade, seul et amoureux d’un livre, de nombreux livres, alors cela vint naturellement, je m’assis avec un crayon et du papier et essayai d’écrire, mais je sentis bientôt que je ne pouvais plus continuer, les mots ne coulaient pas aussi facilement que dans les livres d’Anderson, ils sortaient simplement de mon cœur comme des gouttes de sang.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
le_Bisonle_Bison   17 mars 2012
Je m’allongeai sur le divan et l’attirai vers moi, sa bouche rencontra la mienne ; elle était douce, fraîche et pleine. Brusquement je portais la main à ma braguette et tirai sur la fermeture Eclair, tandis qu’elle se dressait pour relever sa jupe et retirer sa petite culotte blanche. Elle s’allongea par terre, puis écarta bras et jambes.
« Dépêches-toi », haleta-t-elle.
Je roulai au pied du divan et me mis en position entre ses longues jambes fuselées gainées de bas, mais ma fermeture Eclair était coincée, et je me battis désespérément avec elle. Les mains de Thelma descendirent vers ma ceinture, et après un effort violent mon pantalon fut sur mes chevilles. Je me penchai sur elle, mon outil au garde-à-vous ; j’essayai de la harponner, mais ratai mon coup plusieurs fois de suite. Thelma poussa un petit cri de contrariété, puis saisit mon truc pour essayer de le faire entrer. A cet instant précis, j’entendis le bouton de porte grincer, le bruit de la porte qui s’ouvrait, je dirigeai mes yeux vers la porte et découvris Harry Schindler qui nous regardait. Toute vie abandonna mon outil, et je restai allongé là, pétrifié de terreur tandis que Thelma, elle aussi en état de choc, tenais ma verge molle dans sa main.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          62
JeanfrancoislemoineJeanfrancoislemoine   05 août 2018
Il y avait bien sûr un lieu où les gens m'aimaient,et j'allais les retrouver.Va donc te faire foutre,Los Angeles de mes deux,avec tes palmiers à la con,tes femmes qui pètent plus haut que leur cul,tes rues de pacotille,car je rentre chez moi,dans le Colorado,je retourne au bercail,dans la putain de meilleure ville des États-Unis:Boulder,Colorado.(p 158)
Commenter  J’apprécie          160
carrecarre   17 novembre 2012
Ma mère m'écrivit :
"Pauvre Mme Santucci... Son garçon est de retour après trois années d'absence, et il est communiste.Elle m'a demandé de prier pour lui.
Un si gentil garçon. Je ne parviens pas à croire qu'il communiste. Je trouve qu'il n'a absolument pas changé...
Commenter  J’apprécie          150
le_Bisonle_Bison   16 mars 2012
Je me séchai, enfilai un caleçon et entrai dans la cuisine. Elle était devant la cuisinière, le dos tourné, en train de préparer mon petit déjeuner. L’expert des appendices charnus que je suis détecta aussitôt la contraction de ses fessiers – signe indubitable de fureur chez une femme. L’expérience m’a appris à me montrer extrêmement prudent en présence d’une métamorphose aussi spectaculaire des fessiers féminins, si bien que je m’assis sans moufter.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          83

Videos de John Fante (9) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de John Fante
MON CHIEN STUPIDE – Bande-annonce officielle – Yvan Attal / Charlotte Gainsbourg (2019)
autres livres classés : los angelesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

"Demande à la poussière" de John Fante

En quelle année a été publié le livre de John Fante aux USA ?

1935
1939
1945
1951

15 questions
118 lecteurs ont répondu
Thème : Demande à la poussière de John FanteCréer un quiz sur ce livre

.. ..