AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2203097302
Éditeur : Casterman (24/04/2017)

Note moyenne : 4.17/5 (sur 6 notes)
Résumé :
Alors que Napoléon affronte l'Europe entière dans un bras de fer impitoyable, il veille à préserver toutes ses forces en interdisant les duels, qui saignent à blanc sa Grande Armée. Mais deux hussards, pour une obscure affaire d'honneur, s'entêtent à se défier... De duel en duel, les frères d'armes devenus ennemis scellent leurs destins et entrent dans la légende. La haine rendrait-elle immortel ? Librement adapté du récit de Joseph Conrad, et inspiré de personnages... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (5) Ajouter une critique
cathe
10 juillet 2017
Pendant les guerres napoléoniennes, deux officiers s'affrontent. Malgré l'interdiction des duels prononcé par Napoléon, les deux officiers vont se poursuivre vingt ans durant, duel après duel. Mais ils sont brillants et de même niveau, donc aucun ne prend jamais le pas sur l'autre… Ces combats jalonneront toute une partie de leur vie… Pourtant ce panache affiché cache une vie personnelle moins brillante, et ce sont bien ces duels qui les rendront célèbres…
C'est une nouvelle de Conrad, elle-même tirée de l'histoire vraie du général Fournier et du comte Dupont de l'Etang, qui est à l'origine de cette bande dessinée. L'histoire est très connue grâce au film de Ridley Scott, « Les duellistes » . Renaud Farace redonne vie à cette histoire dans ce superbe roman graphique. Les dessins en noir et blanc mettent en valeur l'aspect dramatique, mais parfois ridicule, de ces combats. Et la couleur rouge apparaît pendant les combats, rappelant le thème de la mort, toujours présent. C'est une bande dessinée magnifique qui ne ressemble en rien aux BD historiques classiques. A découvrir absolument !
Merci à Babelio et à Masse critique
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Ys
02 juillet 2017
C'est de ces histoires qui mêlent inextricablement la plus flagrante absurdité au plus formidable panache. Deux hommes qui vingt années durant s'affrontent en duel, à chaque rencontre, pour un obscur point d'honneur qu'aucune passe d'armes ne parvient jamais à démêler. Deux hussards de la Grande Armée qui se ressemblent par le courage, la loyauté et l'endurance, qui vivront ensemble des moments appelant à la plus authentique fraternité mais que tout le reste oppose, le caractère, le tempérament, la naissance.
Gabriel Féraud est un fils du peuple et du Sud, une grande gueule à l'audace tonitruante qui aime les femmes et la bouteille, son Empereur par-dessus tout, plus susceptible qu'un volcan. Armand d'Hubert est un ancien aristocrate du Nord, discipliné et froid, tout de contrôle et de bonnes manières. Lui-même ne comprendra jamais très bien comment l'autre l'a entraîné là, dans cet affrontement aussi strictement prohibé par les lois militaires que par celles de la plus élémentaire raison, auquel il ne saurait pourtant se soustraire et qui finit par faire des deux hommes une légende dans toute l'armée, et au-delà.
C'est par le film de Ridley Scott, Les Duellistes, que j'avais découvert cette histoire, il y a quelques années. Non sans enthousiasme : le sujet est de ceux qui me passionnent et il répond à merveille à ma fascination pour l'époque, pour la déraisonnable grandeur de l'épopée napoléonienne. J'avais pourtant gardé de Féraud le souvenir d'un grand cinglé un peu creux, pas très intéressant, face à un D Hubert plus subtil, attirant bien mieux l'empathie du spectateur.
La BD, pour le coup, rétablit l'équilibre entre les deux hommes, jouant de leurs similitudes pour mieux exacerber leurs différences... ou peut-être plutôt de leur dualité pour laisser entendre ce qui au fond les rapproche. La rivalité, le conflit, la haine, ne peuvent-ils être un lien aussi puissant, aussi intime, que l'amour ou l'amitié ? Aucun des deux n'est franchement sympathique, au premier abord, mais aussi exaspérant soit l'un, aussi compassé soit l'autre, ils finissent tous deux, chacun à sa manière, par s'attacher l'estime et l'affection du lecteur. Tous deux, surtout, ne sont jamais aussi attachants qu'en vieux soldats désarmés, repoussés à chaque extrême social par la Restauration mais trébuchant aussi maladroitement l'un que l'autre dans une vie civile à laquelle ils sont si mal adaptés.
N'ayant pas lu (pas encore !) la nouvelle de Conrad, je ne peux guère juger de la qualité de l'adaptation, mais c'est en tout cas une excellente BD, à la fois subtile et pleine de verve, servie par un dessin dynamique et souvent savoureux.
Lien : http://ys-melmoth.livejourna..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
silverfab
04 mai 2017
Je devais avoir une douzaine d'années quand j'ai vu pour la première fois le film Les Duellistes, premier long métrage aujourd'hui injustement oublié d'un réalisateur qui allait être amené, en faisant chasser Sigourney Weaver en petite culotte par un dangereux alien ou en faisant traquer des réplicants à un jeune Harrison Ford, à inscrire son nom au panthéon des metteur en scène du XX° siècle.

Pourtant, en lisant la nouvelle de Joseph Conrad- auteur que j'affectionne- quelques années plus tard, j'ai trouvé à l'adaptation cinématographique des manques, ne serait-ce que dans la portée psychologique du propos de l'auteur, qui font qu'aujourd'hui je ne peux que me réjouir de la version en BD de Renaud Farace, plus en adéquation à mon goût avec le texte d'origine.

Le postulat de départ peut sembler maigre pour remplir un album de plus de 190 pages ( la longue nouvelle de Conrad en fait cependant déjà 150 ) : pendant les guerres napoléoniennes, deux officiers diamétralement opposés, Hubert et Féraud, vont, sur près de deux décennies, s'affronter en duel à maintes reprises.

L'affaire part d'une question d'honneur assez triviale et prendra des proportions dantesques qui feront des deux hommes et de leur différend (par ailleurs inconnu de tous hormis le lecteur) une légende au sein des armées.
Outre une belle exploitation du background historique et une mise en avant bienvenue d'un Féraud plus sympathique que celui campé par Keitel chez Scott, Farace réintroduit la dimension psychologique via l'alliance fond et forme qui sont une constante chez Conrad (si vous en doutez je vous invite à relire Au Coeur des Ténèbres qui, via un parcours initiatique prenant, recèle de réflexions quasi philosophiques d'une grande richesse).

L'auteur n'a pas hésité à introduire quelques éléments de son cru, tous bienvenus (le frère d'armes Corse en tête), et, surtout, a fait preuve d'une ingéniosité graphique pour représenter les différents duels via une bichromie rouge sang assez géniale.

Le trait, étonnante symbiose d'un Breccia et d'un Juncker, dans un noir et blanc tantôt réaliste et précis, tantôt plus lâché est un vecteur aussi inattendu que réussi.

Un de mes gros coup de coeur de ce premier semestre !
Conseil d'écoute et interview de l'auteur ici:
http://bobd.over-blog.com/2017/04/dualite-retrouvee/duel-vs.jeanne-la-pucelle.html
Lien : http://bobd.over-blog.com/20..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
AngieRomain
11 juillet 2017
J'avais choisi ce service presse car j'avais abordé la thématique du duel à plusieurs reprises lors de mes études de lettres – qui ne se rappelle pas ce duel entre Valmont et Danceny ? – et j'étais heureuse de la retrouver. En plus, j'ai très peu lu de livres sur l'époque napoléonienne, et je trouvais cela intéressant de l'aborder un peu plus en détails.
Je n'ai pas lu la nouvelle de Joseph Conrad dont l'histoire est inspirée, et je ne peux donc pas vous parler de l'adaptation en elle-même, aussi je ne m'attarderai que sur cette BD finale.
Je dois bien avouer que je n'ai pas été passionnée par cette histoire, que j'ai trouvée un peu plate. Pour moi, le récit manque cruellement de vrais rebondissements. Pour une raison totalement absurde, les deux protagonistes principaux se lancent dans une quête d'honneur sans fin, et ils vont passer tout le livre à se courir après pour essayer de se battre. Féraud est désespérément hargneux et vindicatif, c'en est exaspérant. D'Hubert manque un peu de saveur ; même lorsqu'il cherche à éveiller l'intérêt de sa fiancée, il reste assez fade à mon goût. Il m'a manqué une progression réelle dans l'histoire pour m'accrocher.
Au niveau des dessins, je trouve qu'il y a du bon et du moins bon. J'aime les traits prêtés à chacun des deux personnages, car je trouve qu'ils reflètent bien le caractère de chacun. Les grandes illustrations en pleine ou double page sont souvent superbes, j'ai beaucoup aimé l'alternance entre des parties très détaillées et d'autres très floues sur certaines planches. En revanche, certains dessins plus petits, en vignettes, manquent parfois un peu de lisibilité, je pense notamment à ces vignettes avec un fond noir et une flamme en blanc qui danse. Je n'ai pas compris tout de suite qu'il s'agissait d'une flamme, je dois l'avouer. C'est le seul défaut que j'ai trouvé au travail d'illustration.
On a également des passages avec des touches de rouge, notamment – et uniquement si je ne me trompe pas – lors des duels entre Féraud et D'Hubert. Ce procédé était très intéressant et bien pensé, car on faisait ressortir visuellement un passage important de l'histoire, et ça structurait un peu le récit.
Lien : https://unlivreenhiver.blogs..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Lou_16
27 avril 2017
Cette BD est une vraie pépite !!
Commençons par le dessin : la finesse du trait fourmille de détails. L'auteurs a très certainement étudié en détail les costumes de l'époque. Ce qui rend les cases très réalistes. le noir et blanc relevé par le rouge de certaines cases est de toute beauté. On ne peut que s'émerveiller devant chaque page, avide de détails. le dessin, en plus d'être très beau est également très dynamique, on imagine sans peine le mouvement qu'à dessiner l'auteur. le dessin sert donc à merveille l'action qui se dégage des duels des deux hussards.
Pour ce qui est du récit, il est très bien mené : on rentre sans peine dans cette histoire du temps de Napoléon. L'auteur nous apporte simplement et facilement les détails historiques indispensables à la compréhension. Mais cela sans que l'on ressente un trop-plein d'informations. C'est une BD qui se lit, à mon avis, en plusieurs fois. Ce qui permet mieux d'apprécier la longueur de ces quelques 180 pages. On va suivre les deux titans sur une grande partie de leur vie et il est donc bon de faire quelques pauses dans la lecture, pour mieux apprécier le temps qui passe.
Les personnages sont très bien creusés, ils ont chacun leur caractère, complexe et évolutif au fil des années qui passent. Leurs duels sont tantôt tragiques, tantôt humoristiques. Je ne me suis absolument pas ennuyée durant ma lecture, un pur plaisir de lecteur.
Lien : https://aloiseuseo.wixsite.c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

Les critiques presse (4)
Auracan16 août 2017
Aussi absurde que titanesque, on suit avec intérêt la rivalité des deux hommes. Certains passages peuvent paraître un peu longs, mais ce volumineux Duel ne se lit pas d'une traite. A découvrir...progressivement !
Lire la critique sur le site : Auracan
BDZoom15 juin 2017
« Duel » fait incontestablement mouche en devenant l’un des meilleurs ouvrages de ce premier semestre 2017.
Lire la critique sur le site : BDZoom
BDGest16 mai 2017
Il mérite amplement que le lecteur prenne le temps de savourer chaque page pour mieux apprécier le fond et la forme. Flamboyant.
Lire la critique sur le site : BDGest
Bedeo03 mai 2017
Le souci historique est très prenant, très pertinent, donnant une essence à l’œuvre entière.
Lire la critique sur le site : Bedeo
Video de Renaud Farace (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Renaud Farace
Renaud Farace - Duel
autres livres classés : napoléon bonaparteVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle




Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
2717 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre