AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782020309097
152 pages
Seuil (17/01/1997)
3.85/5   30 notes
Résumé :
Dans ce petit livre, considéré comme un classique par les historiens, Arlette Farge nous raconte sa passion des archives, et nous décrit à merveille, non sans humour et ironie, l'ambiance si particulière des bibliothèques et des salles d'archives, qui sont le lot quotidien des historiens. De sa plume sensible et poétique, l'historienne parvient à nous faire partager l'émotion suscitée par ses rencontres inédites... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Dionysos89
  11 septembre 2013
Ah, le goût de l'archive ! On l'a ou on ne l'a pas, pourrait-on dire. Et Arlette Farge l'a, clairement, et ne s'en contente pas, puisqu'elle vise de nous le faire partager. Ni plus ni moins.
Ce petit ouvrage en quelques petites séquences alterne des moments de focus sur les propres recherches de l'auteur et des passages qu'on pourrait qualifiés de romancés. Si elle s'appuie largement sur son métier d'historienne au jour le jour, je n'ai pas l'impression qu'il y ait eu une prétention pédagogique dans ces propos. Arlette Farge nous fait vivre un quotidien poussiéreux aux côtés de gens qu'on ne connaît pas mais qu'on croise souvent grâce à ce rendez-vous des apprentis chercheurs que sont les archives.
Un petit livre rapide et intéressant qui dépoussière avec bonheur l'univers parfois bien englué de la recherche historique.
Commenter  J’apprécie          501
cicou45
  16 août 2013
C'est quand même un comble de travailler dans un service d'archives et de ne jamais avoir lu ce magnifique petit ouvrage qui s'intitule "Le goût de l'archive". Eh bien, maintenant, voilà pour moi une chose faite. C'est ma collègue qui travaille en bibliothèque (bibliothèque des archives, soyons précis) qui me l'a conseillée et je l'en remercie.
Un livre très court qui traite plus particulièrement de la série Y, correspondant aux archives judiciaires et l'auteure s'intéresse ici plus particulièrement à celles du XVIIIe siècle. Certes, l'ouvrage est un peu obsolète quant aux outils de recherches car, ayant été publié en 1989, il parle encore de microfilms alors qu'aujourd'hui, nous en sommes à la numérisation des archives et donc, de plus en plus, à la consultation en ligne pour éviter que ces dernières ne s'abîment, mais toujours est-il que cet ouvrage reste toujours d'actualité...Actualité autant que L Histoire et les histoires des siècles passées puissent être considérées comme un sujet d'actualité, entendons-nous bien. Mais pour tout historien qui se respecte, généalogiste ou encore simple curieux, je pense que c'est le cas.
C'est étrange car bien qu'Arlette Farge nous parle des archives de la ville de Paris et que je travaille, quant à moi, dans un service bien plus modeste, j'ai l'impression de retrouver certaines des expressions des personnes avec qui je travaille, que ce soit le président de la salle de lecture, l'hôtesse d'accueil ou encore simplement la magasinier.
Le travail du chercheur, que ce soit en en histoire ou autre, lui, n'a pas changé.
Dépouiller,
Recueillir et enfin
Traiter les données qu'il a trouvées.
Voilà tout bon travail d'un chercheur professionnel ou amateur !
Un ouvrage très bien écrit avec quelques petites anecdotes historiques, parfois cocasses ou encore attendrissantes (terme plus approprié que coquasses), parfois plus sérieuses, mais tout aussi intéressantes !
A découvrir !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          3112
doyoulikefrogs
  14 octobre 2018
Dans "Le goût de l'archive" d'Arlette Farge, l'historienne vous invite à comprendre le métier d'archiviste et d'historienne. Nous nous immisçons dans les travées d'une salle des archives, dans le chaos des cartons, dans le silence éclatant des salles de lecture. Vous lirez avec elle les archives de la police du XVIIIe siècle. Vous apprendrez à prendre de la distance tout en étant passionnée par votre sujet. Vous apprendrez la patience, les longs moments d'attente, d'ennui, de répétitions, de banalités et soudain de découvertes.
Avec Arlette Farge vous saurez que L Histoire s'écrit mais que les archives révèlent ce qui fut dit, de manière transformée et qu'il faut tenir compte de ces blancs, de ces vides, de toutes les incertitudes autour d'un document d'archive. .
J'adore cet essai. Il parle de ma passion pour l'histoire, pour l'écriture, pour la lecture. Il nous dit l'importance de la recherche, de la conservation du patrimoine, de cette urgence de se rappeler et de se remémorer. Cet essai est fascinant, si bien écrit, de l'étoffe des grands classiques et que tout historien doit lire.
L'histoire doit porter un regard critique sur les sociétés du passé et sur celle du présent. Elle est perpétuellement en mouvement. Se réinventant. Se cherchant toujours parfois dans une quête vaine et frustrante..
Parce que oui, la recherche c'est parfois l'énervement et l'agacement puis l'ennui et la déroute. C'est envisager les moindres étrangères et bizarreries. C'est s'installer dans un état d'esprit à la fois détaché et attaché.
Je n'ai jamais autant ressenti en moi cette formidable passion de l'histoire matérielle et immatérielle. Je suis si heureuse et si fière de m'inscrire peu à peu dans la lignée des ces femmes et hommes de l'ombre qui pendant des heures et des heures retranscrivent, analysent et interprètent des textes anciens.
À LIRE ABSOLUMENT chez @editionspoints
Lien : http://www.unefrancaisedansl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
MarieLorient
  24 août 2020
J'adore ce livre très court qui nous fait plonger dans le monde immibilecrt pourtant plein de rebondissements des archives, avec ses lenteurs, et ses fulgurances. On vibre avec l'autrice quand surgissent tout à coup des feuillets poussiéreux des personnages truculents, tellement vivants. Je le conseille vivement à tous les amateurs d'histoire, et de polar. L'écriture d'Arlette Fage est alerte, subtile, prenante, et sonne tellement juste.
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (14) Voir plus Ajouter une citation
cicou45cicou45   15 août 2013
"En histoire, les vies ne sont pas des romans, et pour ceux qui ont choisi l'archive comme lieu d'où peut s'écrire le passé, l'enjeu n'est pas dans la fiction."
Commenter  J’apprécie          201
AlienorAntoniaAlienorAntonia   21 mai 2020
L'archive est excès de sens, là où celui qui la lit ressent de la beauté, de la stupeur et une certaine secousse affective. Le lieu est ici secret, pour chacun différent, mais, dans tout itinéraire, surviennent des rencontres qui facilitent l'accès à ce lieu et surtout à son expression. Michel Foucault fut une de ces rencontres, à la fois simple et déroutante. Il aimait le manuscrit et l'archive, et pouvait écrire combien ces textes de peu l'impressionnaient : "Sans doute une de ces impressions dont on dit qu'elles sont "physiques", comme s'il pouvait y en avoir d'autres." Commotionné, il savait que l'analyse ne pouvait pas tout dire, mais aussi que l'émotion dite ne satisfaisait point les historiens, pourtant il n'éloignait point cette forme d'appréhension du document aussi autorisée que d'autres et peu la lui connaissaient : "J'avoue que ces "nouvelles" surgissant soudain à travers deux siècles et demi de silence ont secoué en moi plus de fibres que ce qu'on appelle d'ordinaire la littérature [...] si je les ai utilisées c'est sans doute à cause de cette vibration que j'éprouve lorsqu'il m'arrive de rencontrer ces vies infimes devenues cendres dans les quelques phrases qui les ont abattues."
Qui a le goût de l'archive cherche à arracher du sens supplémentaire aux lambeaux de phrases retrouvées ; l'émotion est un instrument de plus pour ciseler la pierre, celle du passé, celle du silence.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
cmuratetcmuratet   31 octobre 2012
Le goût de l'archive s'enracine dans ces rencontres avec des silhouettes défaillantes ou sublimes. Obscure beauté de tant d'existences à peine éclairées par les mots, s'affrontant à autrui, aussi prisonnières d'elles-mêmes que défaites du temps qui les abrite.
Commenter  J’apprécie          50
AlienorAntoniaAlienorAntonia   23 mai 2020
Il y a tant de bonheur à accumuler une infinité de précisions sur des milliers d'anonymes disparus depuis longtemps, qu'on en oublie presque qu'écrire l'histoire relève d'un autre exercice intellectuel où la restitution fascinée ne suffit pas. Entendons-nous bien malgré tout : si cette dernière ne suffit pas, du moins est-elle le terreau nécessaire à partir duquel on peut fonder de la pensée. Le piège se limite simplement à cela : être absorbée par l'archive au point de ne même plus savoir comment l'interroger.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
AlienorAntoniaAlienorAntonia   21 mai 2020
Dès lors, que le discours tenu soit embrouillé, mêlant la vérité au mensonge, la haine à la ruse, la soumission au défi, ne l'entache point dans sa "vérité". L'archive ne dit peut-être pas la vérité, mais elle dit de la vérité, au sens où l'entendait Michel Foucault, c'est-à-dire dans cette façon unique qu'elle a d'exposer le Parler de l'autre, pris entre des rapports de pouvoir et lui-même, rapports que non seulement il subit, mais qu'il actualise en les verbalisant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Arlette Farge (11) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Arlette Farge
Lecture de Arlette Farge : une création originale inspirée d'un livre sur les châtiments donnés aux enfants dans les collèges de Jésuites*.
Une série de créations littéraires originales inspirées par les collections de la BIS. Ce cycle est proposé par la Maison des écrivains et de la littérature (Mel) en partenariat avec la BIS. Un mois avant la restitution, l'écrivain est invité à choisir un élément dans les fonds de la BIS. Lors de la rencontre publique, « le livre en question » est dévoilé.
Saison 1 : Pierre Bergounioux (21 février 2017), Marianne Alphant (14 mars 2017), Arlette Farge (25 avril 2017), Eugène Durif (9 mai 2017).
Chaque saison donne lieu à la publication d'un livre aux éditions de la Sorbonne "Des écrivains à la bibliothèque de la Sorbonne": * saison 1 : Pierre Bergounioux, Marianne Alphant, Arlette Farge et Eugène Durif paru en septembre 2018. * saison 2 : Jacques Rebotier, Marie Cosnay, Claudine Galea et Fanny Taillandier, paru en septembre 2019. * saison 3 : Hubert Haddad, Line Amselem, Christian Prigent, Mona Ozouf, Laure Murat, publication prévue en septembre 2020
* Mémoires historiques sur l'orbilianisme et les correcteurs des Jésuites, avec la relation d'un meurtre tout à fait singulier, commis depuis peu dans un des collèges de Paris et quelques autres anecdotes etc.
+ Lire la suite
autres livres classés : archivesVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2480 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre