AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2700275314
Éditeur : Rageot Editeur (08/01/2020)

Note moyenne : 3.97/5 (sur 35 notes)
Résumé :
Déployer ses ailes et prendre son envol. Planer dans la brise, se griser de vitesse.
Lorsque Romane et Jules se rencontrent à la fac, leur amitié est fulgurante, nourrie d'idéalisme. Quelle vie veulent-ils mener ? Une existence remplie d'un amour rare, d'une famille-nid et de confiance ? Ou baignée d'art et de marginalité, de liberté et d'urgence, sans aucun attrait pour le futur ?

"Il est des oiseaux qui dorment dans les grands vents, d'autres... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (29) Voir plus Ajouter une critique
Jmlyr
  18 février 2020
Je remercie BABELIO pour cette proposition de Masse Critique privilégiée et les éditions RAGEOT pour l'envoi de ce livre qui s'adresse plutôt aux adolescents et jeunes adultes.

Ce roman coécrit par Manon FARGETTON et Jean-Christophe TIXIER reprend l'histoire de certains lycéens et jeunes adultes déjà abordée dans « Quand vient la vague », et poursuit par d'autres péripéties, mais les thèmes principaux restent les discriminations et les secrets de famille.
Les oiseaux quittent le nid, avec sérénité ou avec violence, jamais sans remise en question ni quête de sens de leur vie. En plein vol ils subissent parfois des courants descendants, mais ils parviennent aussi à trouver le cap, même s'ils en changent en cours de route.
Nos jeunes oiseaux volent rarement en solitaires, ils forment plutôt de petits groupes qui se retrouvent sur les plages girondines, à surfer les belles vagues et refaire le monde, ou dans les villes, entre boîtes de nuit et squats où ils consomment quelques fois alcool et substances illicites. Parfois, une colombe blessée et prostituée contre son gré est échouée là, son destin entre les griffes de vautours avides d'argent. Son sort est pourtant trop fréquent.
Certains retournent de temps en temps au nid, pour des retrouvailles émues ou tendues, les prises de bec ne sont pas rares.
Les amours de nos tourtereaux ne sont pas toujours calmes ni classiques, mais les thèmes de la sexualité sont abordés avec finesse et sensibilité, et la pathologie de l'endométriose, qui touche bon nombre de jeunes filles est largement envisagée. L'homosexualité, comme dans le tome précédent, est traitée avec respect, et l'on retrouve citée l'association le Refuge, qui existe réellement, qui combat l'homophobie et la transphobie, et promeut l'éducation à la sexualité pour tous, accueillant aussi des jeunes en difficulté.
Certains ados refusent définitivement le « système » et nichent dans des squats d'artistes, souvent poussés à la marginalité par un vécu familial traumatisant.
Mais qu'en est-il des jeunes qui font ce choix sans cause apparente réelle et laissent les parents démunis et dans l'incompréhension, même s'ils finissent par accepter ce choix ? J'ouvre la voie pour un troisième tome !
Lien pour l'association le refuge
https://www.le-refuge.org/association

Lien : https://motsdiresanshaine.bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          592
Nat_85
  15 février 2020
Reçu dans le cadre d'une Masse Critique, je remercie Babelio et les éditions  Rageot.
Après " Quand vient la vague ", Manon Fargetton et Jean-Christophe Tixier nous offrent en ce début d'année 2020 aux éditions Rageot la suite tant attendue de ce roman contemporain et addictif.
Romane quitte Lacanau pour intégrer la fac de sociologie à la Sorbonne à Paris. Ces derniers mois ont été tumultueux. Mais Romane est persuadée que sa relation avec Clément, de deux ans son cadet, résistera à la distance. Un lien indéfectible les unit depuis que Nina - la soeur aînée de Clément et meilleure amie de Romane - a fugué en compagnie de Jules. En effet, en apprenant l'existence d'une demi-soeur, Nina n'a su encaisser la révélation de ce lourd secret de famille et a fait le choix de fuir. Dans sa fuite, elle a rejoint Jules, mis à la porte par ses parents lorsqu'ils ont eu vent de son homosexualité.
p. 18 : " Il est gay, cela a suffi à faire de lui un paria. Ses parents n'ont vu dans son coming out que dégoût et vice. "
Ensemble, ils ont affronté la rue, la galère et le rejet.
p. 170 : " Mais c'est ainsi qu'il a tenu bon, qu'il a affronté le rejet et surmonté la rue. En étant tout à la fois son propre père, sa mère, et lui. En étant toute cette famille qu'il n'avait plus. En étant ces bouts de lui qu'il écrivait ou dessinait sur les murs et les trottoirs. Comme s'il était sans passé, sans histoire, sans racines du jour au lendemain, quand ses parents l'ont viré. "
Depuis, Nina a retrouvé sa famille. Jules, non.
Lorsque Romane franchit les portes de l'amphi, son regard se fixe immédiatement sur un visage qu'elle n'imaginait retrouver ici, à Paris. Jules.
p. 12 : " Ce mec transpire l'émotion à fleur de peau. Écorché vif. Touchant. "
Les mots sont inutiles ; seule la complicité qui les reliait importe désormais.
p. 15 : " Je ne prononce pas le nom de Nina. Je sens qu'il ne faut pas. J'ignore ce qui s'est passé entre eux, à la fois durant leur fuite l'an dernier, et ensuite, cet été, lorsqu'elle a débarqué à Bordeaux. "
Mais dans le cadre d'un devoir commun en sociologie, Jules va se retrouver confronter à ses vieux démons, délaissant Romane face à l'angoisse et la maladie.
Dans la suite du roman " Quand vient la vague " Manon Fargetton et Jean-Christophe Tixier prolongent l'exploration du passage de l'adolescence à l'âge adulte, avec toutes les désillusions qui l'accompagnent.
Si j'ai perçu la construction narrative plus confuse que dans le précédent roman, altérant sensiblement l'intrigue,  les sujets abordés ont néanmoins aiguisés ma curiosité et figés mon attention. La maladie de Romane, l'homosexualité de Jules, la précarité, l'usage des drogues, la rupture familiale, la quête d'identité et de sens sont omniprésents tout au long de ce roman.
Bien que destiné à un public adolescent ou jeune adulte, il est porteur de messages à l'attention des parents parfois - souvent - dépassés par les chemins empruntés par leurs progénitures.
Finalement, rares sont les enfants qui répondent exactement aux attentes ( illusoires ) de leurs parents. En deviennent-ils moins aimables pour autant ? Ce qui ressort de cette lecture, en plus de l'intrigue romanesque, est la nécessité de l'accompagnement et du conseil plutôt que la confrontation et la répression qui permet à l'adolescent d'être un adulte en devenir, équilibré et épanoui.
Lien : https://missbook85.wordpress..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250
Ileauxtresors
  08 février 2020
De jeunes adultes qui se découvrent à la croisée des chemins, sur le point de prendre leur envol et de faire des choix de vie… le sujet est beau, j'avais un a priori positif et je remercie l'éditeur et l'opération Masse Critique de Babélio de m'avoir proposé de découvrir ce roman. Je l'ai lu avec curiosité, mais il ne m'a malheureusement pas emportée.
À la lecture, j'ai eu très vite l'impression d'une intrigue mouvante, d'une navigation à vue se traduisant par l'accumulation de fils insuffisamment articulés entre eux et un manque d'arc narratif général pour tenir l'ensemble. L'histoire passe très vite sur certains aspects – par exemple l'amitié fulgurante entre Romane et Jules, dont on ne saisit pas bien pourquoi et comment elle se noue, du moins si l'on n'a pas lu Quand vient la vague – pour bifurquer à plusieurs reprises de façon arbitraire et déboucher in fine sur un dénouement plat et prévisible.
Cela m'a donné l'impression que ces différents fils narratifs devaient permettre d'évoquer chacun une thématique – notamment la sociologie (puisque les deux protagonistes étudient cette discipline), l'homosexualité, la vulnérabilité des sans-domicile fixe et des sans-papiers, l'endométriose, les drogues, le consentement et la recomposition des relations familiales lors de la transition de l'adolescence vers l'âge adulte. Toutes ces questions sont importantes, mais restent traitées de façon rapide et superficielle, me laissant sur ma faim. Par exemple, Jules et Romane se posent des questions intéressantes sur le rôle et l'engagement du sociologue, mais on n'apprend finalement presque rien sur cette discipline et ce fil narratif disparaît en cours de route.
Le roman aurait pu creuser la psychologie de ces deux personnages plein d'idéaux, mais fragiles et sensibles, s'efforçant de se construire avec ce que la vie leur a réservé et le soutien (ou pas) de leur entourage. Mais là encore, les personnages semblent assez monolithiques et ils ne m'ont pas touchée.
Alors, on peut toujours se dire qu'on n'appartient plus au public (adolescent, voire jeune adulte) visé par ce roman, mais il me semble que le fait de s'adresser à ce lectorat ne dispense pas de construire l'intrigue et d'étoffer les personnages.
Une lecture un peu facile, donc, vite lue et probablement vite oubliée. Je remercie Babelio et l'éditeur pour ce service presse et j'aurais aimé pouvoir être plus enthousiaste. D'autres Babélionautes semblent avoir été conquis, j'espère qu'il en ira de même pour vous si vous décidez de lire En plein vol !
Lien : https://ileauxtresors.blog/2..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          162
La_Licorne_a_lunettes
  16 février 2020
Sous les pavés, la rage…
Après Quand vient la vague, le duo Forgetton/Tixier nous embarque à nouveau aux côtés de la bande de Nina, Romane, Jules, Clément… Un roman toujours à deux voix, au rythme de deux vies, au carrefour d'une histoire commune, encore une fois. Entre les ruelles parisiennes et les échos de l'océan atlantique. La voix rebelle de Jules, écorché vif, compagnon de fugue de Nina, ivre de colère contre le monde qui lui semble en faillite. La voix intériorisée de Romane, sur les traces de ce personnage pilier qui a permis à son amie Nina de trouver sa voie, éblouie par l'autre côté du miroir que lui reflète Jules, réveillée par un monde qu'elle ignorait. Car il est question de voies, de cheminements personnels, de trajets de vies percutées par le fracas de la réalité.
Le récit happant, alternant le point de vue de Jules et celui de Romane, dessine des parcours qui s'entrechoquent, des questionnements profonds sur la vie, l'amitié, l'amour, la famille, l'humanité et son avenir. Au sortir de cette adolescence qui les a plus ou moins construits selon les schémas de leurs parents, Jules comme Romane se cherchent, tâtonnent chacun de leur côté, s'épaulent souvent pour trouver l'équilibre. Fragile instantanée cependant. Car la vie les alpaguent malgré eux, les jetant tour à tour dans des situations dangereuses, les confrontant perpétuellement à leurs croyances et leurs doutes, toujours sur un fil.
Et c'est l'écriture fine traduisant cette déambulation sur ce fil qui transporte le lecteur au plus profond de l'intimité des personnages. On chemine avec chacun d'entre eux, entre bonheurs intenses et désespoirs infinis, entre peurs du lendemain et le bouillonnement des désirs qui les troublent. Dans une certaine urgence. Deux vies qui débutent, avec une furieuse envie de changer les choses, de réveiller les consciences alentours, d'ouvrir les yeux des êtres qui ont déjà abandonné le combat et regardent l'altérité comme une menace ou une dégénérescence.
D'un point de départ dans une fac de sociologie où la route de Jules et Romane se croise, comme une évidence, à leur quête intime de découverte d'eux-mêmes, de leurs fêlures qui les rongent, chaque chapitre les propulse inexorablement vers cet envol nécessaire qu'il faudra prendre, pour (re)naître avant de commencer à être… Et dans la douleur et la solitude, parfois l'espoir trouve un chemin pour se révéler.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          12
bkoyalisse
  16 février 2020
Ayant eu le privilège de recevoir « en plein vol » par une opération spéciale de masse Critique, j'ai eu le plaisir de lire le livre compagnon de « Quand vient la vague « que j'avais beaucoup apprécié l'année dernière. Ici on retrouve deux seconds rôles du livre précédent, en tant que personnages principaux : Romane, l'amie de Nina qui avait disparu, et Jules, qui avait « récupéré » Nina à Paris dans son errance dans la rue, qui avait été jeté dehors par ses parents ; il leur avait annoncé son homosexualité.
6 mois ont passé, Romane entre à la fac de sociologie à Paris, elle retrouve Jules dans l'amphithéâtre le premier jour des cours. le destin des personnages reste étroitement lié : Romane sort avec Clément, le petit frère de Nina, et Jules pense à Nina, retournée à Bordeaux, les liens sont un peu coupés.
Dans cet opus on retrouve le ton des auteurs, une défense de la liberté, une ode à la jeunesse en train de se construire, de se construire une personnalité, d'expérimenter le plus beaux sentiments amoureux ou confrontée à des réelles difficultés : famille éclatée, discrimination, maladie, la précarité…
Dans l'évolution de l'histoire, j'ai été très touchée par le personne de Clément, il est parfait !. « Ce mec est sublime », p. 110.
Jules est parfois très énervant, il le reconnait d'ailleurs : « Depuis son réveil dans le squat, Jules pense à Romane. En fait, en étant honnête avec lui-même, Jules pense qu'il a été un gros con avec Romane. Un très gros con. Et ce qui l'énerve le plus, c'est de ne pas s'en être aperçu plus tôt ». Mais il est très englué dans les difficultés de sa vie, au point de vouloir retomber dans la précarité qu'il avait connu plus tôt. C'est très important de parler des relations avec les parents, et de l'association « le refuge ». Il y a aussi de beaux portraits de personnages marginaux rencontrés par Jules et Romane.
Les chapitres de fin sont très touchants, et forment une très belle conclusion à ces différentes tranches de vie, de jeunes qui trouvent un peu leur place dans un monde difficile.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (29) Voir plus Ajouter une citation
bkoyalissebkoyalisse   16 février 2020
Tu es là, tout entier avec moi. Tout entier toi-même. J’admire cette capacité. Rien ne peut te déranger, te décaler, te transformer, te travestir. Tu es Clément. Quoi qu’il advienne. Solide et sensible, tes failles à fleur de peau. Je crois que ta délicatesse me rassure. Ton calme m’apaise. Je suis vent. Tu es terre. Etrange pour un surfeur.
Commenter  J’apprécie          10
jolliyayajolliyaya   07 février 2020
Nina. Oui, c'est elle le début de tout. Ce moment exact où j'ai eu pour la première fois la certitude intime d'exister, lorsque nos regards se sont croisés dans la cour de récréation, le jour de notre rentrée en sixième. Elle portait une jupe bleue et une veste en jean. Elle avait les mêmes longs cheveux blonds que moi, à l'époque, que nous avons coupés depuis. Elle avait l'air un peu paumée, mais courageuse, comme si elle était décidée à ne pas laisser la peur gagner. Elle a effacé la mienne d'un sourire. D'emblée, elle a été l'Amie. Mon double, mon reflet, mon opposée, ma confidente, ma complice. On ne s'est plus quittées.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
jolliyayajolliyaya   07 février 2020
Et tu as le droit d'être aimée. Que ton corps puisse fabriquer un enfant ou non. Toi, en tant que toi, que juste toi, que toi tout entière, tu as le droit d'être aimée.
Commenter  J’apprécie          30
jolliyayajolliyaya   05 février 2020
Il brasse l'air de toute l'envergure de ses bras,le remplit de toute sa gouaille.
Commenter  J’apprécie          20
GanistorGanistor   12 janvier 2020
Romane et lui longent le quai de Seine en silence, marchent côte à côte, d'un même pas. Un bateau-mouche chargé de touristes diffuse ses commentaires sur les monuments tout autour. Des passagers agitent les mains en direction des piétons sur le pont qui enjambe le fleuve. C'est drôle, cette manière qu'ont les gens de s'adresser des signes depuis les voitures, les trains ou les bateaux, quand ils savent qu'aucun autre contact ne pourra être établi. Les mêmes qui ne s'adresseraient pas la parole en se croisant dans un ascenseur...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Videos de Manon Fargetton (19) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Manon Fargetton
Manon Fargetton nous parle de son adolescence et de son dernier roman paru chez Rageot, "Nos vies en l'air".
Voici le résumé :
??????
Mina et Océan. Ces deux-là se retrouvent par hasard sur le toit d'un immeuble parisien. Ils ont choisi le même spot, ce soir, pour en finir. mais leur rencontre bouleverse ce projet : ils décident de s'accorder la nuit dans la ville, ensemble.
Une nuit comme un sursis. Une nuit où tout peut arriver. Une nuit rythmée par les défis, les échos du passé et la liberté vibrante de l'inconnu.
Jusqu'à l'aube, qui sera l'heure de la décision...
Plus d'informations : https://www.rageot.fr/livre/nos-vies-en-lair-9782700259391
+ Lire la suite
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Le suivant sur la liste

Quel est nom de la clinique où se trouve Timothée?

La clinique des Colombes
La clinique des Pélicans
La clinique des Cigognes
La clinique des Vautours

6 questions
28 lecteurs ont répondu
Thème : Le suivant sur la liste de Manon FargettonCréer un quiz sur ce livre
.. ..