AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Citations sur L'Héritage des Rois Passeurs (58)

BazaR
BazaR   05 décembre 2016
Ce qu'ils allaient à présent accomplir reposait sur des hypothèses mais, après tout, les hypothèses d'un dieu millénaire étaient sûrement plus dignes de confiance que la plus profonde certitude d'un mortel.
Commenter  J’apprécie          320
BazaR
BazaR   30 novembre 2016
Ravenn soutint le regard de son père avec indifférence.
- Nos sujets te croient morte.
- Ils n'ont pas vu mon corps.
- Ils ont vu un corps. Ils n'accepteront jamais ton retour.
- Puisque vous en êtes si sûr, sourit Ravenn, vous n'avez rien à craindre. Mais après le règne des Rois-Passeurs et celui des Rois-Magiciens, le couronnement d'une Reine-Fantôme ne me semble pas si exotique.
Commenter  J’apprécie          300
Alfaric
Alfaric   01 juillet 2015
Il est des heures de l’Histoire dont tous se souviennent et dont les hommes parlent encore avec la même émotion bien des lunes plus tard, de ces heures que l’on évoque autour des feux de bois, à demi-mot, et qui restent partiellement incompréhensibles à ceux qui ne les ont pas vécues.
Commenter  J’apprécie          300
Alfaric
Alfaric   22 juin 2015
Là d’où elle venait, Lïam aurait étudié dans les meilleurs écoles, auprès des meilleurs professeurs, et de brillantes carrières se seraient ouvertes à lui. Mais il vivait au bout du monde et, ici, ses qualités intellectuelles avaient peu d’utilité. Certains hommes ne naissent simplement pas au bon endroit.
Commenter  J’apprécie          260
BazaR
BazaR   02 décembre 2016
Charly s'était cru faible - et il l'était, d'une certaine manière, car si on lui avait demandé où se trouvait Énora au cours d'une simple discussion entre gens civilisés, il aurait été du genre à ne pas se méfier et à divulguer trop d'éléments sans s'en rendre compte. Ils auraient pu anesthésier sa méfiance par la politesse et l'humour. Mais ils avaient commis l'erreur d'utiliser la torture, qui ne laissait aucun doute quant aux intentions des prêtres: ils voulaient du mal à Énora. Et menacer les gens que Charly aimait était la meilleure manière de lui faire supporter la plus atroce des douleurs.
Commenter  J’apprécie          250
Alfaric
Alfaric   23 juin 2015
Elouane était taillé pour la liberté et l’indépendance. Tout ce à quoi une reine ne pouvait prétendre.
Commenter  J’apprécie          250
Alfaric
Alfaric   05 octobre 2015
L’amour fait agir d’étrange manière. Il ne s’encombre pas des conséquences.
Commenter  J’apprécie          230
Alfaric
Alfaric   29 juin 2015
Le souffle de la femme s'accéléra, comme au bord de l'implosion. La main de Ravenn dansa de plus belle sur son sexe. Lorsque la princesse mordit avidement la nuque offerte, des cris rauques récompensèrent son effort. Elle maintint le corps de la femme contre le sien jusqu'à ce que les tremblements refluent et que les muscles se détendent. Puis elle la libéra. Celle-ci se laissa aller sur la couche. Ravenn ne bougea pas, contemplant le sourire de sa partenaire.
- Pourquoi es-tu restée ce soir ? demanda-t-elle.
L'autre haussa les épaules.
- J'apporte tes repas depuis trois jours. J'ai senti ton intérêt, et... j'aime joindre l'utile à l'agréable.
Elle invita la princesse à s'allonger à ses côtés. Celle-ci s'exécuta, sa main plongeant aussitôt sous le matelas. Lorsqu'un éclair métallique fusa vers sa poitrine, Ravenn était prête. Elle roula sur elle-même, se retourna d'un bond et planta son propre poignard dans le ventre blanc de la femme. Cette dernière eut un hoquet surpris, puis une mousse rouge s'échappa à la commissure de ses lèvres.
- Tu... tu savais que j'étais là pour te tuer.
- Oui, admit Ravenn.
- Alors pourquoi... ?
- Pourquoi t'ai-je acceptée dans mes draps ?
L'autre hocha la tête, le visage déformé par la douleur. Ravenn eut un bref sourire.
- J'aime joindre l'utile à l'agréable.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          173
Alfaric
Alfaric   06 octobre 2015
Julian secoua la tête. En effet, Hank saurait. Malgré cette certitude, Julian comprit que le problème était ailleurs. Même alors qu'il ne tenait plus la main d'Élouane, une mélopée fascinante continuait à se déployer dans son esprit, kaléidoscope hypnotique de sons, d'images, d'impressions, d'odeurs, d'une précision et d'une richesse inouïes. Le chant de la terre d'Ombre, dans toute sa sublime rugosité, s'épandait comme un baume sur ses vieilles blessures.
Commenter  J’apprécie          160
Alfaric
Alfaric   04 juillet 2015
Je crois qu’en amour la liberté est le pire des poisons lorsqu’il porte la contrepartie du secret. C’est intenable. Toujours l’amour veut être connu, reconnu. S’il se noue dans l’intimité, il a besoin d’exister au regard des autres – pour moi, du moins, j’en ai besoin –, et le contraindre au silence des alcôves est un poison qui ronge les amants.
Commenter  J’apprécie          160




    Acheter ce livre sur

    FnacAmazonRakutenCulturaMomox





    Quiz Voir plus

    Le suivant sur la liste

    Quel est nom de la clinique où se trouve Timothée?

    La clinique des Colombes
    La clinique des Pélicans
    La clinique des Cigognes
    La clinique des Vautours

    6 questions
    27 lecteurs ont répondu
    Thème : Le suivant sur la liste de Manon FargettonCréer un quiz sur ce livre