AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : SIE347264_403
Titre SF JC Lattès (01/01/1980)
3.61/5   14 notes
Résumé :
Après huit siècles dans l’espace, les cosmonautes, c’est comme les guerriers, plus ça aspire au repos, plus c’est partant pour la galipette. Le Capitaine Peter Stagg, accueilli en Héros Solaire et transformé en Cerf-Roi, est loin d’imaginer le nombre de performances qui l’attendent dans cette civilisation dominée par le culte de la fertilité. Honorer Columbia, La Grand Mère Blanche, passe encore, mais déposer le germe de la divinité chez toutes les jeunes mascottes ... >Voir plus
Que lire après Une bourrée pastoraleVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
« Les gens rendent du bout des lèvres au Père et au Fils à l'occasion du sabbat, mais c'est à la mère que vont leurs plus ferventes dévotions. »
En se jouant des codes de la SF, catégorie dans laquelle PJ Farmer est classé, l'auteur se joue aussi des codes de la société.
Bourré Pastorale est-elle pour autant cette « Java » qui a tourné à l'orgie comme le laisse insidieusement entendre la 4ème de couverture de l'édition de poche de 1979 chez JC Lattès ?
Il est vrai, rompant avec la tradition du héros de SF asexué, PJ Farmer en rajoute, époque oblige, pour ce livre écrit et publié aux USA sous le titre de Flesh en 1968. Année qui fait encore rêver ceux qui l'ont vécue au coeur de leur adolescence fuyant.
Quel est le propos ?
Le récit commence en « 2860 dans l'ancien calendrier » devant la Maison Blanche où la foule en délire s'apprête à célébrer le culte de « (…) la très sainte liturgie en l'honneur de la Grande Mère Blanche. »
Cérémonie qui se traduit par d'indicibles exactions : « (…) des furies aux dents aiguës (…) arrachaient (…) des virilités masculines (…) avant d'aller les déposer sur l'autel de la Grande Mère Blanche, au temple de la Terre Humide. »
Les intercesseurs tentent en vain de calmer les ardeurs de la foule, mais les victimes se verraient récompenser par une « (…) sépulture dans le mausolée (…) et un cerf sacrifié en leur honneur. »
Ce soir le « Héros Solaire » va déposer dans l'une des amazones de la Maison Blanche « le germe de la divinité ».
Mais, ce soir, la cérémonie prend un tour nouveau « Jamais encore le Héros Solaire n'était venu (…) du haut des cieux (…) » comme en témoigne «(…) la forme élancée et scintillante d'un vaisseau dont on avait perdu le souvenir depuis sept cent soixante années. »
« Héros Solaire ! Roi cornu ! Puissant Cerf ! Grand Fils et Amant ! » Crie la foule des femmes massées derrière le cortège qui s'ébranle dans l'ordre protocolaire des confréries : Elans et Orignaux suivis des Eléphants, Mulets, Lièvres » etc…
Arrivée au sommet des dômes, devant la statue de marbre de la Grande Mère Blanche, le Héros Solaire fécondera Virginie La Très Haute Prêtresse de Washington…donnant le signal de départ de la « bourrée pastorale »…
Depuis le vaisseau spatial Peter Stagg, son capitaine, et le docteur Calthorp observent la terre qu'ils ont quittée il y a 800 ans et ne la reconnaissent pas.
Thème classique de la SF, revisité par PJ Farmer : une civilisation menacée, à l'apogée de son développement, envoie un vaisseau dans l'univers galactique comme une bouteille à la mer, puis mute, sombre dans l'obscurantisme jusqu'au moment où ceux qui sont partis reviennent pour la régénérer au sens propre et au figuré. Ces nouveaux Dieux parviendront-ils à s'imposer aux yeux de ceux qui les ont oubliés, et leur confiance en la science et la technologie parviendra-t-elle à leur donner un ascendant sur leurs à la fois ancêtres et descendants ?
Très vite, il apparait que cette « civilisation fruste » va permettre de mettre un terme à « Huit cent ans sans voir une femme. » pour ces deux astronautes qui ont « Huit cent trente-deux ans en temps de la terre » mais « trente-deux en temps physiologique. »
Le propos de PJ Farmer est donc d'opposer deux conceptions antagonistes du développement humain, celui des tenants du progrès à tout prix, et celui des tenants d'un retour à la nature.
Avec le débat autour du réchauffement climatique, le roman, bien qu'écrit en 1968 reprend une certaine actualité et des allures de parabole. de plus, la dimension sexuelle que donne l'auteur à la rencontre entre les revenants et leurs mandants pose la question de la place respective des hommes et des femmes dans la société et dans la civilisation.
Le culte de la Grand-mère Blanche a contribué à l'émergence d'une société matriarcale où la fécondation est contrôlée par les femmes, mais d'autres formes sociales existent sur la planète.
L'arrivée du vaisseau va être le catalyseur d'une lutte entre les différents groupes sociaux, chacun luttant pour le pouvoir afin d'imposer son modèle de vie.
Un roman à redécouvrir.

Lien : https://camalonga.wordpress...
Commenter  J’apprécie          170
Taquin, mon grand père me parle de ce livre, sans le conseiller explicitement, mais en le laissant à portée (j'ai 15 ans)
Je vais dévorer ce livre, me l'approprier (oui, j'ai des tendances clepto parfois), cacher la couverture avec un papier opaque (j'ai bien compris que ce genre de lecture n'est pas recommandée), et le relire souvent, tant pour retrouver les héros et leurs aventures, que pour y trouver l'excitation sexuelle.

La SF explicitement sexuelle, en vrai, j'aime beaucoup ça.

Et c'est pas si facile à trouver
Commenter  J’apprécie          22

Citations et extraits (1) Ajouter une citation
Tu n'as pas très mal au dos ?
- Un peu. Une vague sensation de brûlure au bas des reins.
Les sorucils blancs de Calthorp se haussèrent vertigineusement :
- C'est tout ? Dans ce cas, je me vois obligé de conclure que les bois, en plus de leur rôle aphrodisiaque, ont aussi la vertu de reconstituer les cellules.
- Qu'est-ce que tu me racontes ?
- Eh bien, cette nuit un type t'a planté un couteau dans le dos ! ça n'a pas eu l'air de te faire grand chose, et à présent ta blessure parait totalement cicatrisée. Evidemment la lame ne s'est pas enfoncée de plus de deux ou trois centimètres. Tu as le muscle plutôt coriace.
Commenter  J’apprécie          70

autres livres classés : cosmonauteVoir plus


Lecteurs (40) Voir plus



Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
4851 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre

{* *}