AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Éditeur : Flammarion (01/02/1935)

Note moyenne : 4/5 (sur 4 notes)
Résumé :
« Le quadrille des mers de Chine », un recueil de treize nouvelles avec l’eau comme thème commun, qu’elle soit douce ou salée ; plus une quatorzième « hors catégorie » comme l’indique l’auteur.
Donc, « Le quadrille des mers de Chine », un recueil de nouvelles qui s’ouvre avec la nouvelle éponyme, la plus longue, une centaine de pages : on trouve trois marins, un expérimenté, Kerdoncuff et deux « novices », Sarthe et Martinvast (pour l’anecdote, sa fiancée n’e... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
gill
  26 janvier 2015
C'est là un recueil de nouvelles dont la principale, la plus étoffée, a pour titre celui de l'ouvrage : "Le quadrille des mers de Chine".
Elle y est est accompagnée d'un peu plus d'une dizaine d'histoires, pour la plupart très courtes, quelques histoires tant d'eau douce que d'eau salée.
Léopold Sarthe, fraîchement issu de polytechnique, nourrissant une envie têtue de "vivre sa vie sur des bateaux, entre mer et ciel, s'apprête à rejoindre la flotte.
Il est muté sur le Faidherbe, un croiseur de 4000 tonnes et 8000 chevaux, naviguant dans les mers de Chine.
Il doit embarquer par paquebot à Marseille et rejoindre Saïgon.
Il aura comme compagnon de cabine deux officiers destinés, comme lui, au Faidherbe : l'aspirant de 1ère classe Anne-Hilarion de Martinvast et l'enseigne de vaisseau Yvon Kerdoncuff.
Tout à la fin du XIXème siècle, ils vont, sur les mers par delà Singapour, durant six mois, danser un quadrille tragique avec la mort...
Les 13 autres textes sont déclinées sous quatre grands chapitres :
- "quelques marins, encore"
- "passagères et passagers"
- "plages"
- "un peu d'eau douce"
et un dernier qui se place, de lui-même "hors toute catégorie".
Claude Farrère, en plus d'être un écrivain formidable, représente aujourd'hui assurément l'archétype de l'officier de marine à l'ancienne.
Se plonger dans un de ses livres, dans une de ses pièces de théâtre, c'est faire un bond en arrière dans le temps vers l'époque des croiseurs, des torpilleurs, des paquebots mais aussi des bonnes manières et de la courtoisie, de toutes les courtoisies et surtout de celle qui s'appelait encore la galanterie...
"Est-ce du roulis ou du tangage ? demande une jeune femme
Moitié-moitié - répond-il - un doux mélange comme votre parfum".
La littérature de Claude Farrère, à la fois fine et puissante, s'appuie sans doute sur ses souvenirs que ses talents de conteur habillent et enjolivent...
Mais l'issu tragique de ces courts récits dément parfois le ton badin sur lequel ils sont contés.
L'humour, parfois un peu narquois, n'y est pourtant pas absent.
Ces histoires, tant d'eau douce que d'eau salée, ne sont pas faites que pour les gens de mer, elles semblent parfois avoir été écrites pour quelque femme du monde que l'auteur aurait voulu séduire...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          235
lecassin
  27 juillet 2014
« le quadrille des mers de Chine », un recueil de treize nouvelles avec l'eau comme thème commun, qu'elle soit douce ou salée ; plus une quatorzième « hors catégorie » comme l'indique l'auteur.
L'auteur, tiens… Claude Farrère… Ancien Officier de Marine, il démissionne en 1919 pour se consacrer à l'écriture. Il publiera nombre d'ouvrages dont les thèmes principaux tournent autour de la mer, la Marine et les voyages…
Donc, « le quadrille des mers de Chine », un recueil de nouvelles qui s'ouvre avec la nouvelle éponyme, la plus longue, une centaine de pages : on trouve trois marins, un expérimenté, Kerdoncuff et deux « novices », Sarthe et Martinvast (pour l'anecdote, sa fiancée n'est autre qu'Anne-Marie de Tourlaville) prêts à embarquer sur la Manche (vive le Cotentin) afin de rejoindre, dans la mer de Chine le Faidherbe qui sera leur embarquement final….
Suivent :
• « Comment on fait les Amiraux en France » : deux Anciens de la Royale se rencontrent et se racontent…
• « Une affaire qu'on arrangea » : une peine de substitution pour un Officier fautif…
• « Cocktail de cyclone » : un appareillage périlleux en rade de la Havane en compagnie du neuveu d'Alphonse Allais
• « Les huiles » : où l'aumônier sauve le Capitaine bien mieux que le médecin du bord…
• « Monsieur le président » : une petite effrontée…
• « le chien qui exigea son billet de passage » : on n'abandonne pas son chien…
• « Naufrage » : un dernier verre, s'il vous plait…
• « En raccourci » : même fille de reine, on épouse qui on veut…
• « Ricochets » : une histoire d'honneur entre « gentilshommes »…
• « Retour de flamme » : un destin bien singulier…
• « Quand le Mississipi déborda » : je paye, je t'emm…, version US…
• « La brute militaire et le crapaud qui passa le gué » : « respect » entre militaires de tous rangs…
Et pour finir par « Une femme comme les autres » où le destin pas banal de la fille du Colonel Parson qui n'est pas, on l'espère, « une femme comme les autres »…
Un recueil où l'on sent une grande part d'inspiration autobiographique comme dans « le quadrille des mers de Chine, qui reste ma préférée avec « cocktail de cyclone » et « Naufrage »… Un style épuré, propre à la description, un peu d'ironie, voire un peu de burlesque font de cet ouvrage une lecture plaisante… Surtout pour qui, comme moi, aime la mer, les bateaux, les marins…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          202

Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
gillgill   26 janvier 2015
Pour commencer, la soute à filins prit feu, Dieu sait pourquoi.
Nous étions une petite bande de vieux frères de la côte qui avions pris passage à bord de l'antique paquebot "Cheftel", lequel avait appareillé de Marseille à destination de Konakry, ou peut-être de Libreville.
Il y a si longtemps de tout cela que j'ai oublié.
Et donc, il y eut incendie.
Rien d'extraordinaire à cela : les paquebots sont faits pour que beaucoup d'incendies y éclatent ; tous les paquebots de tous les âges, de toutes les nations.
Sans doute ne parle-t-on jamais que des incendies de paquebots français.
Mais c'est parce que qu'à l'étranger la liberté de la presse n'est pas comprise comme chez nous.
Au demeurant, nulle importance : un incendie en mer, neuf cent quatre-vingt-dix-neuf fois sur mille, n'est rien du tout : ça se découvre en cinq minutes, et c'est étouffé cinq autres minutes après.....
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
lecassinlecassin   27 juillet 2014
Il est à coup sûr déplorable, quand on a son chemin tracé dans la vie, d’en être détourné. L’homme compte parmi les animaux les plus routiniers, et il appelle rarement bonheur ce qui bouleverse ses habitudes ou ses projets, même agréablement.
Commenter  J’apprécie          20
lecassinlecassin   27 juillet 2014
Notez bien qu'un officier qui veut être décoré est beaucoup moins dangereux, quatre-vingt-dix-neuf fois sur cent, qu'un politicien qui veut être réélu.
Commenter  J’apprécie          30
lecassinlecassin   27 juillet 2014
Kerdoncuff abusa de la circonstance pour narrer à Martinvast, avec tous les détails, l’histoire de trente Pahouins parlementaires qu’un capitaine d’autrefois avait pendus par erreur à toutes ses vergues, les prenant pour d’autres Pahouins, cannibales et non parlementaires.
Commenter  J’apprécie          10
lecassinlecassin   27 juillet 2014
Il dit à Miss Parson beaucoup de choses, lesquelles se ramenaient toutes à une seule. Et il fut d’autant plus éloquent qu’il était sincère. Miss Parson, elle, fut d’autant mieux persuadée, qu’elle ne demandait qu’à l’être.
Commenter  J’apprécie          10

Video de Claude Farrère (1) Voir plusAjouter une vidéo

Claude Farrère : La maison des hommes vivants
Olivier BARROT, installé dans une chambre, présente une réédition de "La maison des hommes vivants" en poche Librio ; une histoire fantastique écrite par Claude FARRERE, auteur populaire, élu à l'Académie française.
autres livres classés : chineVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
1048 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre