AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2355846456
Éditeur : Sonatine (17/01/2019)

Note moyenne : 3.9/5 (sur 10 notes)
Résumé :
Abandonné à la naissance, Jack est passé d'orphelinats en foyers, avant que Maryann, une lesbienne mise à l'écart par la bonne société de Louisiane, le prenne sous son aile. Aujourd'hui celle-ci vit ses derniers jours et sa propriété est menacée par les banques. Jack, qui veut à tout prix conserver cet héritage, doit trouver l'argent nécessaire. Mais, le corps cassé par une vie de combats, ravagé par de multiples addictions, il ne se sent plus la force d'avancer. D'... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
tynn
  06 janvier 2019
Drôle de titre!
Comme si le fait de vivre sur les rives du Mississippi s'apparentait au « trou du cul » du monde. Une certaine littérature américaine s'inspire souvent de sa ruralité la plus frustre et produit des histoires où des laissés-pour-compte traînent une désespérance sans issue, dans un contexte social ou économique exsangue.
Elles ne font pas envie, ces vies de paumés tirant leurs galères dans les campagnes du Vieux Sud: Un lutteur au cerveau à demi grillé, une fille noircie de tatouages, un cirque ambulant, des bookmakers, des paris sur combats à mains nues, de l'alcool, etc...
L'ambiance de thriller noir, sombre et violent, est efficace, l'écriture est puissante, le rythme effréné et les descriptions hyper réalistes. On est englué dans des vies de déveine, où tout effort semble vain pour rattraper ses erreurs ou soulager ses regrets.
Le talent de plume de Michael Farris Smith est indéniable et son intérêt pour la condition humaine difficile dans les états du Sud se confirme, après le très réussi Nulle part sur la terre.
J'ai néanmoins subi un réel essoufflement dans cette narration qui nous conduit en spectateurs vers un combat prévisible pour un vieux lutteur couvert de dettes. Et ce ne sont pas les touches d'humanité qui traversent les personnages qui me sauvent cette lecture, à réserver aux amateurs du genre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          260
frueka
  17 janvier 2019
"Être vivant, de toute façon, c'est avoir des cicatrices", John Steinbeck. Des cicatrices, il en sera bcp question dans ce roman. de celles que l'on voit et qui marquent les corps bien sûr mais aussi et surtout de celles, invisibles et insidieuses, qui abîment les âmes.
Un accident de voiture au milieu de nulle part, un mort et 12'000$ dans une enveloppe. Voilà le point de départ de ce roman noir qui se déroule dans le Delta du Mississipi, une région désolée marquée par la misère, le désespoir et l'absence de perspectives.
C'est là que vit Jack Boucher, un dur à cuire au corps puissant mais abîmé par diverses addictions et les nombreux combats auxquels il s'est livré depuis ses 17 ans. Un homme au corps sec, aux épaules dures et aux poings comme des pierres, mais un homme portant le désespoir d'un enfant oublié. Car oublié, Jack l'a longtemps été. Abandonné à la naissance, il est passé de familles d'accueil en foyers jusqu'à ce qu'il soit enfin recueilli par Maryann, une exclue comme lui qui va pourtant l'entourer, le porter et l'aimer comme personne.
Mais Jack enchaîne les mauvais choix et aujourd'hui, il se déplace avec un carnet rempli des noms de ses ennemis, carbure aux cachets rouges, aux cachets bleus et au whisky pour faire descendre le tout.
Aujourd'hui, Maryann n'est plus que l'ombre d'elle-même et alors qu'elle se trouve déjà dans un autre monde, Jack refuse d'abandonner. Animé d'une grande loyauté et d'une féroce volonté de survivre, il va s'engager dans une voie dangereuse pour tenter de sauver ce qui peut encore l'être.
Michael Farris Smith signe avec le pays des oubliés un roman encore plus noir, dur et désespéré que le précédent. Personnages torturés au présent instable et à l'avenir incertain, ambiance et atmosphère pesantes, lourdes et dangereuses, vies humaines marquées par l'abandon, la solitude, la violence et le désespoir. Une souffrance et une misère infinies auxquelles personne ne semble pouvoir échapper. Et pourtant, au milieu de cette noirceur surgissent parfois des souvenirs de temps plus heureux qui donnent lieu à de très beaux moments de grâce, de tendresse, d'humanité pure...
Après Nulle part sur la terre qui m'avait bcp plu, j'étais impatiente de découvrir ce nouveau roman. Si j'ai été un peu gênée par certains choix stylistiques et une fin au léger goût d'inachevé, j'ai passé un très bon moment de lecture! Michael Farris Smith a une plume d'une grande puissance évocatrice et un talent indéniable et fait désormais incontestablement partie de ces auteurs que je suivrai les yeux fermés!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Elodiedaire
  17 janvier 2019
Avant même la réception de ce livre, je savais que j'allais passer un excellent moment de lecture. Il y a environ un an, je découvrais la plume de Michael Farris Smith, noire, tranchante, impitoyable, désabusée mais pourtant si vraie. Dans ces romans sombres, l'auteur sait parfaitement retranscrire la noirceur du monde d'aujourd'hui, et les tréfonds dans lesquels certains êtres humains peuvent être enfoncés. Et dans son nouveau roman, celui-ci ne déroge pas à la règle. Un bijou selon moi.
Michael Farris Smith fait ce qu'il sait faire de mieux. Une ambiance dure et sombre située dans le delta du Mississippi avec de multiples destins à deux doigts de s'entremêler. Il y a d'abord Jack, un quarantenaire paumé, ancien champion de combats de quartier endetté jusqu'au cou de tous les côtés. Suivi d'Anette, une jeune femme en quête de son destin, elle aussi paumée, prête à suivre n'importe quelle route tant que celle ci la mène quelque part. Entre ces deux là, le passé, la violence, les dettes, l'alcool et le désespoir. Mais l'un pour l'autre, pourront-ils être une sorte de bouée de sauvetage ?!
Dans son nouveau roman, Michael Farris Smith fait preuve d'habileté en ce qui concerne sa plume en créant un rythme soutenu et puissant qui développe une intrigue captivante malgré un texte qui pourrait paraître longuet pour certains. Les descriptions sont parfaitement réalisées, permettant une visualisation du contexte tout au long de la lecture. En définitif, ce qu'on ne peut reprocher à l'auteur c'est son manque de réalité. Les sujets sont toujours parfaitement développés, offrant au lecteur la possibilité de s'immerger complètement dans l'histoire. Et encore une fois alors que la désillusion est la base du texte, on ne cesse d'espérer encore et encore, jusqu'à la dernière page, jusqu'à la dernière ligne, jusqu'au dernier point. le point final.
Cela relève selon moi d'une main de maître, manipuler son lecteur, le tenir par le bout des lèvres jusqu'à la fin de son roman. le tenir en haleine. C'est ce que me fait admirablement Michael Farris Smith. Je ne peux que clôturer cet article en disant que pour l'année 2020, je serai encore plus vigilante au prochain roman de Michael Farris Smith et que je me ruerai dessus à sa sortie. Car c'est un auteur à ne pas manquer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Amnezik666
  11 janvier 2019
Je remercie chaleureusement les éditions Sonatine et Net Galley pour leur confiance renouvelée.
Le titre fait référence à ce trou perdu qu'est le delta du Mississippi, un bled où les oubliés en tout genre essayent tant bien que mal de survivre. J'avoue que je trouve le titre original, The Fighter, beaucoup plus parlant et parfaitement raccord avec le bouquin.
Vous l'aurez sans doute compris la couleur dominante de ce roman est le noir, un noir absolu qui ne laisse pas beaucoup de place à l'espoir. D'autant que bien souvent quand une lueur d'espoir apparaît elle est rapidement balayée par un accident de parcours (ou un mauvais choix).
L'essentiel du récit se construit autour du personnage de Jack. Un mauvais départ dans la vie (abandonné par ses parents, il enchaînera les séjours en foyer et en familles d'accueil) fera de lui un ado difficile. Sa rencontre avec Maryann aurait pu être l'occasion de repartir sur des bases meilleures, mais ses choix personnels l'écarteront du droit chemin.
Je serai tenté de dire que la suite de son parcours ne sera qu'une succession de mauvais choix. Sans forcément être tenté de le blâmer, j'ai tout de même eu du mal à éprouver un semblant d'empathie pour le personnage ; je me contenterai, à son égard, d'une forme d'indifférence bienveillante.
L'autre personnage clé du roman est Annette, une jeune femme couverte de tatouages qui suit son propre chemin de vie au gré de ses humeurs et inspirations du moment ; un irrépressible besoin de liberté qui lui interdit toute attache.
L'auteur nous offre une description sans concession du côté obscur du rêve américain, sur ce point il nous prend aux tripes et nous en fout plein la gueule. Mais (bin oui, il faut un, mais sinon ça ne serait pas marrant) j'ai été parfois perturbé par certaines lourdeurs de style dans la narration ; par exemple :
– Succession de « et » dans une même phrase : Il se tortilla et se retourna et parvint à ramener ses pieds sous lui et à couper le moteur.
– Phrases parlées intégrées directement à la narration : Skelly déclara Ça m'irait si on continuait de rouler un peu. Ça intéresse pas exactement ma bonne femme de me voir.
Mon plus gros reproche serait toutefois un final beaucoup trop prévisible, je ne m'attarderai pas sur ce point au risque de trop en dire. Disons simplement que quand la phase finale s'initie on sait d'ores et déjà comment elle va se terminer.
Malgré ces reproches je referme ce bouquin globalement satisfait de ma découverte.
Lien : https://amnezik666.wordpress..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
LesLecturesdAnneSophie
  17 janvier 2019
Combien sont-ils, ces êtres que la vie semble prendre plaisir à blesser encore et encore ?
Et surtout, comment sont-ils censés inverser le cours des choses, quand chaque jour est un combat pour survivre, toujours plus féroce que celui de la veille ?
Jack Boucher fait partie de ces oubliés.
Abandonné quand il était bébé, baladé de foyers en familles d'accueil, il est tout juste âgé de 12 ans quand il arrive chez Maryann.
Cet enfant, nerveux, malheureux et furieux, est persuadé qu'elle est comme les autres.
Qu'elle ne le gardera pas.
Qu'elle ne l'aimera pas.
Qu'elle ne le comprendra pas.
Ce qu'il ne peut pas encore savoir, c'est qu'elle est déterminée à lui prouver le contraire, et qu'à force de patience et de tendresse elle y parviendra.
Oui mais voilà, quand la vie vous prend en grippe elle ne relâche pas facilement sa proie.
Des décennies plus tard, celle qui est finalement parvenue à devenir sa mère est alitée, dans une maison de retraite, avec la mémoire en morceaux et la vie qui s'en va peu à peu.
Et la maison, leur maison, est menacée de saisie par les banques.
Désormais, la seule chose qui comptera pour Jack, c'est de la sauver. de préserver le seul endroit sur Terre où il a été heureux.
Pour ça, il lui faut juste une certaine somme d'argent.
Rien d'énorme, mais pour cet homme, qui a passé sa vie à aller de mauvais choix en mauvaises décisions, ça ressemble à s'y méprendre au défi de trop.
Celui qu'il risque de ne pas réussir à relever.
Quand vous avez passé votre vie à donner et prendre des coups, que votre corps n'est plus qu'un champ de ruines et que votre moral est à l'avenant, quelle solution vous reste-t-il ?
Peut-être la réponse est-elle dans un dernier sursaut de colère, une volonté farouche de ne pas décevoir, ou dans le hasard d'une rencontre.
Dans le choix entre une pilule bleue ou une pilule rouge.
Ou peut-être n'est-elle nulle part.
Jusqu'à la toute dernière page vous espérerez, vous combattrez, vous réfléchirez au côté de Jack.
Mais quoi qu'il en soit, vous n'aurez pas plus envie de renoncer que lui.
Une histoire sombre, sobre, et malheureusement réaliste.
Un roman à découvrir, parce qu'il est beau, et parce qu'il donne à réfléchir.
Lien : https://annesophiebooks.word..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
StelphiqueStelphique   18 janvier 2019
Je sais que tu as une histoire. Nous avons tous une histoire mais certaines sont meilleures que d'autres, et toi et moi nous savons tous deux qu'il y a un récit caché en toi.
Commenter  J’apprécie          80
YuyineYuyine   13 janvier 2019
Il la regardait faire le tour de la chapelle conscient que mieux valait ne pas la déranger ni lui demander si quelque chose n’allait pas car ce n’était pas une chose qu’on pouvait expliquer. Juste ce sentiment d’être une âme singulière parmi les vivants infinis et les morts innombrables avec cette terre noire collée à la peau de nos pieds nus.
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Michael Farris Smith (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Michael Farris Smith
Chronique littéraire de "Une pluie sans fin" de Michael Farris Smith.
autres livres classés : mississippiVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1535 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre