AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782707159427
598 pages
Éditeur : La Découverte (18/02/2010)

Note moyenne : /5 (sur 0 notes)
Résumé :

Au cours ries dernières décennies, les frontières du territoire français se sont refermées pour celles et ceux, désormais indésirables, en provenance des pays non communautaires, qu'ils soient travailleurs, étudiants, demandeurs d'asile, enfants ou conjoints d'étrangers. Mais, parallèlement à ce phénomène d'autant plus manifeste qu'il est devenu objet de surenchère politique, d'autres f... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
YvesParis
  01 août 2012
En 2006, Didier Fassin et ses collègues de l'Iris (Institut de recherche interdisciplinaire sur les enjeux sociaux) avaient soulevé une polémique en s'interrogeant sur la substitution au sein de la société française de la question sociale par la question raciale [Fassin D., Fassin É, de la question sociale à la question raciale ? Représenter le société française, La Découverte, 2006] Alors que le concept de race avait depuis longtemps été décrédibilisé par la science et que la lutte contre le racisme était devenue une priorité politique, on avait vu dans cette tentative de racialiser le débat social le risque de voir relégitimée une notion honnie.
L'idée pourtant a fait son chemin et, comme Pap Ndiaye l'a démontré dans son étude des Noirs de France [La condition noire. Essai sur une minorité française, Calmann-Lévy, 2008], "c'est précisément parce que les races n'existent pas qu'il faut s'intéresser à ce qui conduit nos sociétés à les faire exister (...)" (D. Fassin, p. 158). Cette approche volontiers "démoralisatrice" devrait notamment faire sortir de l'impasse dans lequel il s'est enfermé la controverse sur les statistiques raciales, parasitée qu'elle a été par celle concommittante sur la discrimination positive (E. Fassin).
Entre 2006 et 2008, Didier Fassin a animé un programme de recherches sur financement ANR dont l'intitulé risque d'induire en erreur l'internationaliste. Il s'agit en effet moins de frontières au sens géopolitique du terme, telles que celles dont Michel Foucher s'est fait une spécialité, que de lignes de fracture qui parcourent la société contemporaine. L'hypothèse de travail de D. Fassin est qu'aux frontières extérieures qui séparaient les Français des étrangers se sont substituées des frontières intérieures plus labiles mais non moins discriminantes entre catégories sociales racialisées. le passage des premières aux secondes permet de rendre compte des discriminations que subissent les immigrés de la deuxième ou troisième génération qu'aucune différence de nationalité ne distingue plus des "Français de souche". Leur altérité n'est plus juridique - la naturalisation de ces "Français paradoxaux" comme les surnomme F Masure est lourde pour eux de désillusions - mais bien raciale. C'est ce que montre l'étude des émeutiers de l'automne 2005 qui révèlent, à rebours des préjugés chariés dans les médias, qu'ils étaient quasiment tous Français et nés en France (S. H. Belgacem, S. Beaud).
Le résultat de cette investigation est digne d'éloges. Didier Fassin, entouré de collègues déjà chevronnés (J Valluy, E Fassin, G Noiriel, R Rechtman), a en effet fait émerger une génération de jeunes sociologues dont la quantité et la qualité des travaux autour de la "question immigrée" et des discriminations forcent l'admiration. Alors qu'il est d'usage quand on recense un ouvrage collectif de déplorer la qualité hétérogène de ses contributions ou de pointer leurs redites, les travaux des participants à ce programme interdisciplinaire n'encourent pas pareille critique. Présentant les résultats de leurs enquêtes, ces jeunes thésards visitent quelques uns de ces espaces "frontaliers" : un centre de rétention administrative (N. Fischer), un lieu d'accueil de demandeurs d'asile (E. d'Halluin, C. Kobelinsky), un foyer Sonacotra (M. Bernardot), un service de psychiatrie pour adolescents (I. Coutant), un collectif de soutien à des étrangers expulsables (G. Beltran) ... Partout se joue la même tension non seulement entre Français et étrangers mais plus largement entre Eux et Nous, un Eux et un Nous qui ne sont pas le produit d'une quelconque identité nationale ou culturelle, mais bien d'une construction politique comme nous invitent à le penser, au prix d'un salubre renversement de perspective, les whiteness studies (A. Bosa).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70


Videos de Didier Fassin (11) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Didier Fassin
Didier Fassin est professeur invité sur la chaire Santé publique (2019-2020). Il présente son cours de l'année 2020-2021 : Les mondes de la santé publique : excursions anthropologiques.
Retrouvez les vidéos de ses enseignements : https://www.college-de-france.fr/site/didier-fassin/course-2019-2020.htm
Avec la pandémie de covid, la santé publique a fait irruption dans le monde. Tout ce qui fait le mouvement des sociétés s'est brusquement mis à tourner autour des questions sanitaires.
Pour saisir cette expérience, le cours propose un détour en partant d'une scène ordinaire et méconnue pour, au fil des leçons, en décliner les différents enjeux à travers une série d'études de cas conduites sur trois continents. La vérité du chiffre invite à réfléchir sur la manière dont le travail de quantification représente les faits sociaux et sanitaires. Les frontières épistémiques interrogent la confrontation de conceptions profanes et savantes de la maladie adossées à des légitimités concurrentes. Les thèses conspirationnistes révèlent des réactions de défiance à l'égard des savoirs autorisés et des pouvoirs officiels. Les crises éthiques dévoilent des mécanismes de violation des droits et de détournement des communs au bénéfice d'intérêts privés. Quant aux enquêtes portant sur les exils précaires et les épreuves carcérales, elles permettent d'appréhender, à travers deux catégories, les migrants et les prisonniers, la généalogie et la sociologie de l'administration des populations vulnérables.
Chacun de ces enjeux jette un éclairage singulier sur la pandémie de covid et permet de l'appréhender autrement. Au terme de ces excursions anthropologiques, la santé publique peut apparaître simultanément comme un miroir tendu à la société et un reflet que cette dernière lui renvoie.
La chaire Santé publique est créée en partenariat avec l'agence nationale Santé publique France.
Découvrez toutes les ressources du Collège de France : https://www.college-de-france.fr
Suivez-nous sur : Facebook : https://www.facebook.com/College.de.France Instagram : https://www.instagram.com/collegedefrance Twitter : https://twitter.com/cdf1530
+ Lire la suite
autres livres classés : cohésionVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura