AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Christian de Palaminy (Traducteur)
ISBN : 2264020636
Éditeur : 10-18 (07/01/1999)

Note moyenne : 4.19/5 (sur 102 notes)
Résumé :
1878. Les Indiens cheyennes sont chassés des Grandes Plaines et parqués en territoire indien, aujourd'hui l'Oklahoma. Dans cette région aride du Far West, les Cheyennes assistent, impuissants, à l'extinction programmée de leur peuple. Jusqu'à ce que trois cents d'entre eux, hommes, femmes, enfants, décident de s'enfuir pour retrouver leur terre sacrée des Black Hills. A leur poursuite, soldats et civils arpentent un pays déjà relié par les chemins de fer et les lign... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (32) Voir plus Ajouter une critique
ClaireG
  18 octobre 2017

Il en a toujours été ainsi. Lorsqu'un peuple est en détresse, lorsqu'il ne peut plus assurer sa sécurité, son mode de vie, ses croyances, lorsqu'il souffre de privations constantes, il émigre vers des terres plus accueillantes, plus bienveillantes.
Les Indiens d'Amérique, eux, vivaient sur des terres fertiles, en harmonie étroite avec la nature qu'ils remerciaient chaque jour pour ses bienfaits, défendant âprement leurs terrains de chasse. Une vie rude sur une terre sacrée dont ils se croyaient propriétaires. Au fil des siècles, d'autres peuples trouvèrent ces terres à leur goût et s'y installèrent. Lorsque les Européens arrivèrent de plus en plus nombreux en Amérique, la tendance s'inversa. Au nom de la liberté probablement, ils chassèrent ce peuple fier et sauvage. Davantage même, ils l'exterminèrent.
Dans l'épisode de cette Dernière Frontière, il est question de logique implacable pour les Indiens et d'entêtement implacable pour les militaires.
En juillet 1877, les Cheyennes du Nord (Montana) doivent quitter leurs villages de toile, leurs vallées et forêts giboyeuses, leur vie tranquille au bord de la Powder River, poussés par des décisions gouvernementales absurdes. Bien sûr, il est nécessaire de faire place au progrès, d'installer des lignes télégraphiques, des voies de chemin de fer et d'exploiter un sous-sol riche en minerais. Bien sûr, il faut faire le commerce des peaux et apprendre à vivre à ces sauvages. Les Cheyennes sont déportés à 1 600 km de chez eux, en Oklahoma appelé en ce temps-là Territoire Indien, terre désertique, inhospitalière, impropre à nourrir tant de bouches. Oh ! oui, ils reçoivent de l'aide humanitaire : des couvertures infestées de virus, de la viande avariée, des denrées totalement insuffisantes. Très vite, famine et épidémies déciment leurs rangs.
Un an plus tard, trois guerriers s'enfuient de la réserve où ils sont parqués pour rejoindre leurs Black Hills sacrées. Crime de lèse-majesté. Les menaces pleuvent, les demandes de retour sont ignorées et, début septembre 1878, les chefs, Little Wolf et Dull Knife, quittent en silence la misère quotidienne, accompagnés de 300 hommes, femmes et enfants et de leurs maigres ressources. L'alerte est donnée avec retard et imprécision. Cette évasion va déclencher une poursuite impitoyable et totalement disproportionnée.
Affamés, manquant de tout, les Cheyennes suivent leur voie vers le Nord. Un régiment est envoyé à leurs trousses, sans succès. Au fil des semaines, les troupes se succèdent, plus nombreuses, mieux armées. Les deux camps comptent des morts lors de chaque escarmouche. Little Wolf est un stratège hors pair. Il déjoue les plans des militaires, vole de la nourriture et des armes à des chasseurs de bisons, entraîne son peuple dans ce voyage connu dans l'histoire comme La Longue Marche des Cheyennes. Les chevaux meurent, les gens aussi, tous sont épuisés, les obstacles se multiplient mais les Dog Soldiers indiens résistent. Plus que de se battre, ils cherchent à échapper à leurs poursuivants.
Pour se donner plus de chance d'atteindre le Montana, le groupe se sépare dans le Nebraska. Dull Knife, parti avec les plus faibles, est rejoint par l'armée et enfermé dans des baraquements sordides à Fort Robinson. Ils sont une centaine, en très mauvais état. Ils ont parcouru 1 300 km. Début janvier 1879, Washington exige leur retour en Oklahoma. Une révolte désespérée s'ensuit, quelques dizaines d'Indiens réussissent à s'enfuir. Beaucoup meurent. La folie des soldats est démesurée. « La crise de violence se calmait, lavée, épuisée, expiée par tant de sang, laissant les troupes de Fort Robinson glacées, éreintées, malades » (p. 279).
De son côté, Little Wolf et les siens finissent par arriver dans le Montana.
La Dernière Frontière est le requiem d'une race condamnée par la bêtise des hommes, l'histoire du courage et de l'honneur de 300 Indiens (dont moins de 100 guerriers) qui n'ont plus rien à perdre, contre la cavalerie des Etats-Unis déployant jusqu'à 9 000 hommes secondés par 3 000 miliciens !
L'auteur, Howard Fast, a écrit ce livre en 1941. Il a retrouvé des familles de survivants. Il ne se contente pas de dénoncer les faits, il donne les motivations des Blancs, civils et militaires, dont certains reconnaissent les travers de la bureaucratie, l'obstination de William Tecumseh Sherman, général en chef des armées, à poursuivre quelques centaines d'Indiens qui veulent simplement rentrer chez eux, les départements multiples qui gèrent les « affaires indiennes », leur concurrence et leurs désaccords, les décisions nécessaires avant de recevoir les ordres de Washington, etc.
Le livre de Howard Fast a été partiellement utilisé pour le film de John Ford, Les Cheyennes, réalisé en 1964, notamment la reddition de Dull Knife et la révolte de Fort Robinson. Je viens de le re-visionner, Fast n'est cependant pas crédité au générique, ce qui n'enlève rien à cette histoire incroyable et palpitante qui rend hommage aux Amérindiens.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          9414
joedi
  14 décembre 2017
Ce sinistre récit que nous conte Howard Fast après avoir consulté moult documents et être allé sur place, se déroule en 1878. Les Cheyennes ont été forcé de quitter leurs Grandes Plaines et sont parqués dans un territoire aride, sans gibier à chasser ; ils reçoivent trop peu de nourriture et, pour se vêtir n'ont que ce qu'ils avaient en arrivant. Les Blancs, en général, les considère comme des sauvages. Les Cheyennes n'ont qu'un seul désir, retourner chez eux dans le Nord. Toute la tribu composée de trois cents âmes prend la route qui les ramènera chez eux. Ce seront douze mille soldats qui se lanceront à leur poursuite, je cite :
“ Dans leur marche vers le nord, ils suivirent une piste en méandres et en dents de scie, indécelable. Douze mille hommes, près d'une division entière de soldats des États-Unis, vétérans endurcis des vieux régiments qui avaient combattu les Indiens, essayaient de capturer ces trois cents Cheyennes. Et, sur les trois cents, il n'y avait que quatre-vingts hommes environ, dont la moitié seulement étaient des guerriers dans la force de l'âge.” Page 209 édition Totem de Gallmeister 2014.
Dans sa postface, Howard Fast mentionne le fait que son récit est basé sur une histoire vraie et retranscrit quelques articles de quotidiens de l'époque.
The New York Times : Howard Fast plonge au coeur de cet épisode essentiel de l'Histoire et en rapporte un grand roman américain. Un drame raconté avec passion, une écriture parfaitement contrôlée.
Cette lecture interpelle et quand on suit l'actualité, les populations en fuite, force est de constater que l'histoire est un éternel recommencement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          775
BillDOE
  18 novembre 2018
C'est une histoire, celle d'une tribu d'indiens qui décide de quitter leur réserve, située sur des terres arides et contrainte à la famine par les autorités américaines, pour rejoindre les verts et giboyeux pâturages de leur ancien territoire. Evidemment, la cavalerie se lance à leurs trousses avec toute l'imbécilité et la sauvagerie que l'on peut imaginer.
C'est aussi un auteur, Howard Fast, né à New-York dans une famille ukrainienne ayant fui les pogroms. Engagé en politique, communiste, il est emprisonné trois mois pour ses opinions et banni par les éditeurs. Il laisse derrière lui 60 romans principalement policiers et des scénarios comme celui de "Spartacus" de Stanley Kubrik.
C'est une fois de plus une grande leçon sur l'horreur de l'humanité, dans ce qu'elle a de plus petite, sordide, mesquine, ignare. Est-ce que ce roman est bien ? Je dirai qu'il est indispensable, utile, instructif. Il démontre ce que le cocktail de la peur et de l'ignorance a de plus toxique dans une société dite "évoluée". Ce n'est pas simplement une histoire d'indiens et de cow-boys, un simple western à la John Ford, c'est le récit d'une minorité que l'on veut étouffer car elle gène le développement économique d'une nation carnassière, sous le prétexte imbécile qu'elle est différente. Cette histoire d'Howard Fast est vraie et elle est intemporelle car elle récurrente.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          460
LiliGalipette
  07 juin 2014
1878 : la guerre de Sécession est terminée, les guerres indiennes également. Les jeunes États-Unis peuvent-ils enfin aspirer à la paix ? Rien n'est moins sûr puisque les Cheyennes parqués dans l'aride Territoire indien ne veulent que partir vers le nord pour retrouver les Black Hills, les terres sacrées de leurs ancêtres. Plutôt mourir que rester soumis à l'homme blanc et à ses lois iniques ! « Bien sûr, leur idée de la liberté n'est pas la même que la nôtre. » (p. 300) Au début, ils ne sont que trois à tenter leur chance. Mais le gouvernement américain a interdit aux Cheyennes de quitter le Territoire indien : la chasse à l'homme commence. « Ils mourront vaillamment. […] On dirait que c'est tout ce qu'ils savent faire ces Indiens, mourir. » (p. 108) Menés par Dull Knife et Little Wolf, c'est ensuite la tribu entière qui s'ébranle vers le nord.
Avec l'énergie du désespoir, ces maigres centaines d'Indiens faméliques entreprennent une fuite qui met en déroute la fière armée américaine. Pendant des jours et des jours, les soldats et les milices civiles traquent en vain des Indiens affamés et à bout de force. « Ces hommes décharnés sur leurs maigres poneys semblaient les fantômes mêmes de leurs morts. » (p. 24) Les affrontements éclatent sporadiquement. Chaque bord s'entête : les Indiens invoquent le droit du sol et les Américains citent la constitution. Hélas, les premiers ne sont pas en mesure de tenir tête aux seconds. « Ils commettaient une faute impardonnable : ils considéraient que le sol sur lequel ils avaient toujours vécu était le leur ; et leur croyance était assez forte pour qu'ils se battent et meurent pour elle. » (p. 13) Dans leur marche funèbre vers Wyoming, les Cheyennes déclenchent des terreurs chez les hommes blancs. Désormais, il n'y a plus d'issue, il ne faut pas les laisser s'échapper !
Cet épisode de l'histoire amérindienne est profondément révoltant : au nom d'une loi bornée, une majorité d'hommes refuse à une minorité la seule chose qui lui permettrait de vivre en paix. Aux yeux du Blanc, le conflit vaut mieux que la transgression d'une règle, transgression dont la conséquence serait pourtant bénéfique aux deux bords.
Il y a beaucoup de discours dans ce texte. La question indienne est débattue dans tous les sens, par tout le monde. Journalistes, religieux, civils, militaires, politiques, il n'est pas un Américain qui ne croit mieux comprendre le sujet que son voisin. le récit est toujours mené du point de la vue de l'homme blanc, l'Indien n'étant déjà plus qu'un élément du décor, un protagoniste obligatoire, mais inopportun. Triste Histoire…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          290
belette2911
  15 septembre 2018
Sherman rédigea l'acte de nomination du général George Crook, lui donna les pleins pouvoirs dans les Plaines et lui ordonna d'abattre les Cheyennes comme on tire les loups qui maraudent.
Oui, les tirer comme des loups, comme des bêtes car pour eux, ce n'était même pas des humains…
Les États-Unis ne sortiront pas auréolé de gloire, avec ce roman d'Howard Fast qui raconte la longue marche que firent les Cheyennes depuis les rudes terres de l'Oklahoma où on les parquait, à celles qui furent les leurs, dans les Black Hills.
Imaginez 300 Cheyennes, dont à peine 80 hommes, dont la moitié seulement de ces guerriers est dans la fleur de l'âge, tout le reste étant des femmes, des enfants et des vieillards, marchant durant plus de 1.500 kilomètres avec 12.000 soldats à leur cul qui leur ont tendu des souricières où pas une souris n'aurait pu passer, pratiquant même ensuite la stratégie de la tenaille, bien connue de la 7ème Compagnie.
Et vous savez quoi ? Les Cheyennes sont passés, les Cheyennes ont marché, on les a rattrapé, combattu, on les a pourchassé, mais jamais on ne les a capturé, sauf ceux qui se rendirent afin de permettre aux autres d'échapper à tous ces hommes en bleus lancés à leur trousse comme s'ils avaient commis un crime atroce.
Leur seul crime était de vouloir rentrer chez eux pour ne pas mourir de faim en Oklahoma, ils voulaient juste rentrer chez eux. Pacifiquement. Rien de plus…
Honteux, horrible, à vomir, voilà ce qu'on aurait envie de hurler à la face de l'Amérique pour ce qu'elle fit endurer à ces pauvres Indiens, dépossédés de leurs Terres ancestrales – dont on leur avait pourtant garanti qu'ils les garderaient – parqués pire que du bétail sur une terre aride, crevant de faim, de soif, de maladie, n'ayant plus de bisons à chasser et qui ne demandaient qu'une chose : rentrer dans les Black Hills.
Ben non, pouvaient pas, les Indiens, pas de libre circulation de ces minorités, dans ce grand pays qu'est l'Amérique. Trois sont déjà foutu le camp et en représailles, on en demande 10 pour enfermer dans le trou à rat qu'est la prison de Dry Tortuga…
Ce livre, c'est une baffe donnée à la face des États-Unis, c'est un plaidoyer envers le courage qu'eurent ces hommes et ces femmes de partir sur un périple impossible, alors qu'ils étaient déjà à bout de force, juché sur des poneys maigres et fatigués.
Ce livre, c'est aussi une baffe jetée à l'Homme Blanc qui a peur de ce qu'il ne connaît pas, qui raconte des tas de mensonges sur les autres, inventant au fur et à mesure pour ajouter de l'huile sur le feu et faire le jeu de la propagande. C'est une ode à la tolérance, à l'humanisme, au fait qu'il faut traiter les autres comme des Êtres Humains et pas comme du bétail.
Ici, c'est l'Homme Rouge qui en sort grandi car il est resté pacifique, ne voulant pas recommencer une guerre, tandis que l'Homme Blanc se comportera comme il le fait encore et toujours, alliant la bêtise à la brutalité, la violence avec l'entêtement.
Pourtant, lorsqu'on écoute Le Blanc, ce sont les Indiens qui sont des sauvages, des êtres ne possédant pas plus d'esprit qu'un enfant. On devait manquer de miroir à l'époque…
Le récit d'Howard Fast est magnifique, prenant, bourré de bêtise humaine, de stratégie indienne, de volonté de paix alors qu'en face, on ne sait parler que de guerre et de conflits.
Les coulisses du pouvoir sont abjectes parce que réalistes, on suit tout cela impuissant, alors qu'on a envie de hurler toute sa rage devant autant de décisions absurdes (afin de justifier sans doute qu'on en a une grosse) car dura lex sed lex, sauf pour eux, politiciens.
Un roman dont on sort bouleversé, ému, la partie se déroulant à Fort Robinson étant à la limite de l'insoutenable, tant l'entêtement bête d'un officier va amener ce peuple fier et libre à devoir vivre des jours en enfer.
Un roman magnifique, un roman fort, un roman à lire et un formidable travail de l'auteur afin de récupérer des témoignages alors qu'il y avait la barrière de la langue, le Cheyenne étant une langue très riche mais très difficile à apprendre.

Lien : https://thecanniballecteur.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          264

critiques presse (1)
Actualitte   05 décembre 2014
On ne peut plus regarder la conquête des Etats Unis avec les mêmes yeux quand on a tourné la dernière page de ce livre. Certes, sous couvert de la narration d'un incident de la taille d'un mouvement d'aile de papillon aux conséquences d'une immense tornade, Howard Fast instruit exclusivement à charge par le ton de son récit.
Lire la critique sur le site : Actualitte
Citations et extraits (73) Voir plus Ajouter une citation
OlivOliv   14 mars 2018
— Combien de temps devrons-nous rester ici ? disait Little Wolf d'un ton monotone, sans jamais élever la voix. Jusqu'à ce que nous soyons tous morts ? Vous vous moquez de mes hommes qui restent sous leurs huttes, mais que voulez-vous qu'ils fassent ? Travailler ? La chasse est notre travail ; nous avons toujours vécu ainsi et nous n'avons jamais eu faim. Aussi loin que les hommes peuvent se souvenir, nous avons habité un pays qui était le nôtre, un pays de prairies, de montagnes et de forêts de grands pins. Il n'y avait pas de maladies et peu mouraient. Depuis que nous sommes ici, nous avons tous été malades et beaucoup sont morts. Nous avons souffert de la famine et nous avons vu les os de nos enfants percer leur peau. Est-ce donc si affreux qu'un homme veuille rentrer chez lui ? Si vous ne pouvez nous donner la permission de partir, laissez quelques-uns d'entre nous aller à Washington dire ce que nous endurons. Ou alors envoyez quelqu'un à Washington et obtenez-nous la permission de quitter ces lieux avant que nous soyons tous morts.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
OlivOliv   17 mars 2018
Les bisons étaient extraordinairement nombreux, mais à force de massacres on finit par en venir à bout. Lorsque les chemins de fer commencèrent à sillonner le continent, les trains attendaient parfois un jour entier qu'un troupeau eût traversé les voies. Cinq ans plus tard, les bisons étaient rares. Dix ans après, ils avaient pratiquement disparu, il n'en restait que le souvenir : un million de squelettes blanchis.
Aux yeux des Indiens, ce fut d'entre tous le crime qu'ils comprirent le moins, celui qui leur porta le coup le plus rude et le plus tragique. Dans les plaines, depuis des temps immémoriaux, le bison avait été leur vie. Sa chair les nourrissait, son cuir leur fournissait les vêtements, les couvertures, les tipis, les armures ; ses os, des armes et des aiguilles ; ses dents servaient d'ornements, ses tendons de fil, ses entrailles de récipients et de sacs ; ses sabots leur donnaient la colle ; et même les déchets, les fientes étaient un précieux combustible qui brûlait avec une flamme chaude et régulière. Rien n'était gâché et, jusqu'à la dernière goutte de son sang, le bison était consommé par les tribus errantes qui tuaient strictement selon leurs besoins et considéraient les troupeaux comme la source éternelle de leur subsistance.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
ClaireGClaireG   18 octobre 2017
Au fond de sa conscience réveillée, le général Wessels comprenait vaguement la faillite de sa politique : il avait non seulement failli à l’exécution des ordres reçus, mais laissé s’échapper des prisonniers dont il avait la charge. Vision intérieure qui réduisait en miettes tout le délicat édifice de sa discipline, de son éducation, de ses connaissances, de sa maîtrise de soi, et le laissant en proie à une fureur d’aliéné.

p. 278
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          340
mesrivesmesrives   07 mai 2017
Le mot freedom - liberté-, savez-vous d'où il vient? Du vieux saxon, free (libre), et doom (mort). Alors, songeons à ce qu'il a signifié: le droit pour tout homme de choisir la mort plutôt que la servitude. Ainsi aucun homme ne pouvait être réduit en esclavage, puisque le pouvoir de mourir demeurait entre les mains de chacun. Même si on lui confisquait tout le reste, il restait maître de son destin.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          311
OlivOliv   15 mars 2018
La piste de trois cents individus à cheval, d'un village, d'une tribu, de tout un peuple de tout âge et de tout acabit avec tout ce qu'il possédait au monde – une telle piste n'était pas difficile à suivre. Et comment les Indiens auraient-ils pu se cacher ? Le tonnerre des sabots de leurs chevaux poussés au grand galop réveillerait la Prairie à des kilomètres à l'entour. On les entendrait, on les verrait, on les signalerait. Les portes se fermeraient devant eux, les fenêtres seraient barricadées, le bétail détourné. Les plaines qu'ils voulaient traverser n'étaient plus les plaines de leurs pères et de leurs aïeux. Elles étaient coupées de clôtures, ponctuées de fermes. Il y avait des routes, des lignes télégraphiques et, surtout, trois voies ferrées d'est en ouest enserraient d'une triple ceinture de fer le pays tout entier.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Videos de Howard Fast (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Howard Fast
Spartacus - Official Trailer [1960]
autres livres classés : cheyennesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les personnages de Lucky Luke

Je suis le personnage secondaire "réel" le plus présent dans la série et je fais ma première apparition dans l'album "Hors-la-loi". Dès ma deuxième apparition, dans "Lucky Luke contre Joss Jamon", je prends les traits d'un jeune bandit coléreux, petit, nez retroussé, taches de rousseurs et incisives en avant, je suis la parfaite caricature des jeunes adolescents.

Lucky Luke
Jolly Jumper
Rantanplan
Joe Dalton
Billy the Kid
Calamity Jane
Roy Bean
Buffalo Bill
Jesse James
Sarah Bernhardt
Wyatt Earp
Abraham Lincoln
Edwin Drake
Mark Twain
Allan Pinkerton

15 questions
118 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd jeunesse , bande dessinée , bande dessinée humour , western , western humoristique , bd franco-belge , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre
.. ..