AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2847206639
Éditeur : Gaïa (03/02/2016)

Note moyenne : 3.73/5 (sur 11 notes)
Résumé :
Les anciennes républiques d'URSS se trouvaient sur la route de la Soie, avant de subir le joug soviétique, puis de renouer avec l'indépendance en 1991. Riches de cultures et tradi­tions souvent nomades, leurs sociétés développent aujourd’hui une économie basée sur l’indus­trie du gaz et du pétrole, alors que la steppe flirte avec villes ultra­modernes et derniers despotes.
À la croisée du récit de voyage et du reportage littéraire, Erika Fatland livre le frui... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
kielosa
  08 avril 2017
Je dis tout de suite n'avoir pas encore terminé cet ouvrage (je viens juste d'arriver en Kazakhstan ). Si je prends cette initiative probablement un peu insolite, c'est par pure admiration pour son auteur.
La jeune Erika Fatland, née en Norvège en 1983, est une grande dame ou comme l'à qualifiée récemment, à juste titre d'ailleurs, Ruth Joos un 'all-round marvel'. Cette anthropologue, qui se débrouille très bien en 7 langues (aussi en français, ayant fait des études à Lyon), a préparé sa thèse de doctorat à Beslan, en Ossétie dans le Caucase. Ville tristement célèbre pour les tragiques événements dans une école en 2004. Elle en a fait un récit, qui mérite d'être lu.
Tout comme son autre ouvrage relatif aux exploits de ce fou furieux d'extrême droite, Anders Behring Breivik, qui en quelques heures, en juillet 2011, a réussi à tuer 77 personnes et à en blesser 151 autres.
Ce qui me fascine chez Fatland c'est le bon sens et la pondération qui la caractérisent. Pas de grandes émotions, ni de grands mots, pour décrire le pire. Un style presque clinique, mais redoutablement efficace. Et on peut lire entre les lignes que ce n'est certes pas par manque d'empathie. D'ailleurs à Beslan, elle y est retournée à plusieurs reprises.
En ce qui concerne le lourd bilan de l'horrible Breivik, je trouve sà relation
nettement plus persuasive que celle qu'en à fait son compatriote, Aage Berchgrevink, dans son livre 'une tragédie norvégienne'. Et cela pour les motifs exposés.
J'ai donc toute confiance que son récit de voyage en Sovietistan ne va sûrement pas me décevoir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          101
Loreline1706
  22 novembre 2017
Un reportage sur les cinq pays d'Asie centrale, anciennement sous domination soviétique : Kazakhstan, Ouzbékistan, Kirghizistan, Turkménistan et Tadjikistan.
L'auteure nous fait partager son voyage et ses recherches sur chacun d'eux, sur le plan historique, géographique, politique, culturel...
J'ai apprécié la présence des cartes qui situent ces pays peu connus et qui font moins parler d'eux que leur voisin Afghan. Des photos illustrent le voyage et de nombreux apports géopolitiques permettent de contextualiser leur situation actuelle.
Il s'agit plus d'un essai que d'un récit de voyage, qui donne envie d'en savoir plus et de suivre les actualités de ces pays situés dans une zone stratégique.
Commenter  J’apprécie          20
Villebard
  15 août 2017
Une majeure partie du livre est constituée de rappels historiques, intéressants certes, mais cela fait remplissage. Il en est de même de tous les éléments post-soviétique, de la corruption, du népotisme… Pas de scoop. le livre mérite ainsi peu son sous-titre “Un voyage en Asie centrale”.
Revenant d'un périple de trois semaine au Tadjikistan, je reste sur ma faim, pour pas dire plus...
Commenter  J’apprécie          20
Irenadler
  19 août 2017
C'est une caverne au trésor, un cabinet de curiosité historique, géographique, géologique et parfois même sociologique, accompagné de belles rencontres.
À travers un texte mêlant récit de voyage, anecdotes et reportage, Erika Fatland nous fait découvrir ces pays oubliés de l'ex-URSS, où le passé hante encore les rues fraîchement bétonnées.
Commenter  J’apprécie          00
AnneLiseR
  24 mai 2017
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
jmlire92jmlire92   16 novembre 2016
Combien de personnes ont laissé leur peau en tentant de dominer et de soumettre ce pays ? Même si les Afghans ne sont que moitié moins abrupts que les montagnes qu'ils peuplent, la mission est vouée à l'échec dès son tout début. Pourtant, ces tentatives n'ont pas manqué. Les Britanniques ont essayé dès 1839, Dost Mohammad Khan régnait alors sur Kaboul depuis 1818. Il avait toujours été positif à l'égard des Britanniques, mais en 1837, des rapports alarmants annoncèrent qu'il était en passe de signer des accords avec des émissaires russes à Kaboul. La nouvelle éveilla l'inquiétude chez les Britanniques, dont la plus grande crainte était que le Tsar envahisse l'Inde via l'Afghanistan. Après quelques hésitations, les Britanniques décidèrent de remettre sur le trône leur ancien allié, Shah Shojah, chassé de Kaboul trente ans plus tôt.

En décembre 1838, 20 000 soldats britanniques et indiens partirent d'Inde. Quand ils atteignirent Kaboul, en avril 1839, ils avaient franchi des cols à plus de 4 000 mètres d'altitude et soumis une série de villes afghanes modestes sans pertes conséquentes. Dost Mohammad fut contraint de fuir et Shah Shojah s'accapara le trône. Shojah était pourtant un dirigeant faible et, pour s'assurer qu'il resterait en place, les Britanniques n'eurent d'autre choix que de prolonger leur séjour à Kaboul. Cette présence déplaisait au plus haut point aux Afghans et, en novembre 1841, de violentes émeutes éclatèrent. Les Britanniques reconnurent qu'ils avaient perdu le contrôle et décidèrent de se retirer. Le 6 janvier 1842, l'ensemble de la colonie indo-britannique de Kaboul, soit plus de 16 000 personnes en tout, mit le cap sur la forteresse britannique de Jalalabad, à 145 kilomètres de là. Il faisait un froid terrible ; une partie des migrants succombèrent aux basses températures dès la première nuit, bon nombre eurent les membres gelés. Après trois jours de marche, ils atteignirent la passe de Kurd-Kaboul, où les Afghans les attendaient en embuscade. Les soldats britanniques et indiens n'avaient aucune chance. Des 16 000 partis de Kaboul, un seul parvint à la forteresse de Jalalabad, le médecin William Brydon. Il arriva ensanglanté et exténué, sur un poney en aussi mauvais état que lui, le 13 janvier 1842, une semaine exactement après leur départ de Kaboul. Hormis la petite centaine de Britanniques pris en otage par les Afghans, ainsi que quelques centaines d'Indiens qui réussirent à fuir, toute la colonie indo-britannique fut exterminée dans l'embuscade.

Quelques mois après l'assassinat de Shah Shojah, Dost Mohammad reprit son trône.

Il y a beaucoup de ressemblances frappantes entre la tentative britannique de soumettre Kaboul et l'invasion russe qui eut lieu en 1979, cent quarante ans plus tard. Les Russes aussi souhaitaient installer un chef proche du régime à Kaboul. La guerre qui dura neuf ans eut pour résultat la mort de 14 000 soldats soviétiques. Plus d'un million de civils afghans avaient dû payer de leur vie et au moins autant avaient été forcés à l'exil. Quand les chars soviétiques se retirèrent en 1989, ils n'étaient arrivés à rien du tout.
L'avisé apprend de ses erreurs, le sage de celles des autres, dit-on. Les Britanniques n'appartiennent manifestement à aucune de ces deux catégories car ils soutinrent activement l'invasion que l'OTAN effectua en 2001. Après plus de douze années de guerre, des milliers de personnes sont mortes des deux côtés. Aujourd'hui, les talibans ont de nouveau le vent en poupe, y compris dans des régions afghanes où ils n'avaient encore jamais eu aucune influence
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Loreline1706Loreline1706   22 novembre 2017
Indépendamment de la véracité de la légende, Arslanbob montre bien à quel point les frontières en Asie centrale peuvent être trompeuses. Il serait naturel de penser que les Kirghiz vivent au Kirghizistan, qui signifie "pays des Kirghiz", les Ouzbeks en Ouzbékistan, et ainsi de suite. Mais il n'en est rien. Près de la moitié des Turkmènes d'Asie central vivent hors du Turkménistan, principalement en Afghanistan et en Iran. Les Tadjiks sont plus nombreux en Afghanistan qu'au Tadjikistan, et dans les villes ouzbeks de Samarcande et Boukhara, c'est le tadjik la langue principale. Les Ouzbeks, de leur côté, constituent un sixième de la population au Kirghizistan, au moins un cinquième au Tadjikistan.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
mariechmariech   25 juin 2018
Je me promis de ne plus jamais remettre les pieds à bord d’un train de la compagnie transsibérienne . Certains rêves doivent justement le rester : des rêves .
Commenter  J’apprécie          70
autres livres classés : TurkménistanVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Autres livres de Erika Fatland (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Voyage en Italie

Stendhal a écrit "La Chartreuse de ..." ?

Pavie
Padoue
Parme
Piacenza

14 questions
402 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , voyages , voyage en italieCréer un quiz sur ce livre