AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : SIE21994_9125
Fayard (30/11/-1)
3.71/5   12 notes
Résumé :
Lescale débarque en Malaisie afin de rejoindre son ami Rolain, qu'il a rencontré dans une tranchée pendant la première Guerre Mondiale. Rolain exploite une plantation, perdue au milieu de la jungle. Lescale découvre cette vie large et libre sous les grandes forêts équatoriales. 'Malaisie', c'est donc avant tout l'évocation de superbes paysages, de cette éternelle Asie si dépaysante, de ces plantations ; tout en étant une histoire d'amitié entre deux hommes séparés p... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
MELANYA
  02 avril 2022
Ecrivain français, Henri Fauconnier (1879-1973), est principalement connu pour son roman « Malaisie », qui a obtenu le Prix Goncourt en 1930 pour ce roman qui a lieu…. Eh bien, en Malaisie, voyons. 😛
Pour l'intrigue, je dirais : « pas grand-chose », désolée : Quelques années après la Première Guerre Mondiale (où il a participé), un jeune homme (Lescale), arrive en Malaisie et y retrouve un ancien ami de guerre, Rolain, qui dirige, dans la jungle, une plantation d'hévéas. Il découvre ce pays, ses habitants, ses croyances et ses coutumes, …. Ses femmes…
Leur amitié pour deux adolescents Malais, les emmènent dans les profondeurs de la poésie – les plantouns – la psyché – l'amok...
Vers la fin, l'histoire s'emballe un peu avec l'amok, cette soudaine folie meurtrière assez typique de ces lieux.
Ce que j'ai trouvé le plus intéressant, est l'écriture de Henri Fauconnier et l'atmosphère qui règne dans cette « Malaisie ».
Ce roman pourrait être autobiographique, ce qui ne m'étonnerait pas car l'auteur connaissait bien ce pays. Il nous y emmène en nous donnant "presque" envie de le visiter.
De toute façon, c'est un joli petit livre qui nous apporte pas mal de renseignements sur ce pays.
Pour ma part, j'hésite un peu à cause du climat mais il doit bien y avoir des amateurs ?
On aime ou on n'aime pas, chacun ses goûts.

Lien : https://www.babelio.com/monp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          260
aimeryjoessel
  08 juillet 2018
J'ai longtemps cru ce livre pour un roman colonial de plus comme il s'en est tant commis dans les années trente.
Il n'en est rien, il en est même le contraire : ce livre à l'écriture étonnement "moderne" est une quête lumineuse dans un continent qui est infiniment plus qu'un décor : une naissance.
Commenter  J’apprécie          40
Kinabalu
  18 janvier 2013
Un beau livre qui permet de percevoir un peut l'âme du pays au travers des yeux d'un humaniste partiellement séduit par sa vie de planteur et vivement intéressé par la culture locale. J'adore les citations de poèmes malais en exergue à chaque chapitre qui sont une magnifique porte d'entrée dans la littérature malaise!
Commenter  J’apprécie          10
moravia
  20 février 2013
Je n'ai pas été conquis malgré son Prix Goncourt (en 1930).
Bien loin de J.Hougron.
Pas terminé.
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
aimeryjoesselaimeryjoessel   19 août 2018
L'envahissement par tous les pores de tant de chaleur, de tant de lumière, qui d'abord ne laisse qu'une impression de fatigue, c'est de la force qui infuse. Bienfaisant accablement, d'où l'on sort pour vivre une vie multipliée. Car la peau a besoin de respirer, de boire, de voir, d'entendre. En Europe le vêtement s'est substitué à la peau, les sensations n'arrivent qu'à travers des couches de laine, on a des sens de mouton. Ici le moindre souffle, le moindre rayon, sont reçus par tous les sens à la fois. Cela caresse un épiderme chatouilleux comme celui d'un cheval de race. Par la nudité on appartient aux éléments.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
aimeryjoesselaimeryjoessel   08 juillet 2018
À vrai dire, on ne se rejoint jamais soi-même. C'est ce qui pourrait faire croire à l'éternité de l'âme… As-tu remarqué que les hommes n'ont d'idées arrêtées que sur les choses auxquelles ils n'ont jamais réfléchi ? Mais l'expression "arrêtées" est fausse. Une idée qui se met en mouvement ne s'arrête plus…
Commenter  J’apprécie          30
MELANYAMELANYA   02 avril 2022
Il y aura toujours une unité à mettre au bout de l'infini.
Commenter  J’apprécie          120
aimeryjoesselaimeryjoessel   19 août 2018
Nul pays ne déçoit qu'on explore en profondeur. La satiété est une maladie de touriste. Il faut savoir tourner la page. Le monde, vois-tu, le moindre coin du monde, est un livre des mille et une nuit, et mille et une signifie qu'on ne s'arrêtera pas à mille, ni à cent mille... Il y aura toujours une unité à mettre au bout de l'infini.
Commenter  J’apprécie          10
MELANYAMELANYA   02 avril 2022
En Europe le vêtement s'est substitué à la peau, les sensations n'arrivent qu'à travers des couches de laine, on a des sens de mouton. Ici le moindre souffle, le moindre rayon, sont reçus par tous les sens à la fois.
Commenter  J’apprécie          20

autres livres classés : caoutchoucVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura

Autres livres de Henri Fauconnier (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
1044 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre