AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782020850636
256 pages
Éditeur : Seuil (21/09/2006)

Note moyenne : 4/5 (sur 19 notes)
Résumé :
S’appuyant sur diverses écrites et orales, l’auteur raconte avec verve la sagesse universelle des récits issus de la civilisation tibétaine, là où le mariage entre le chamanisme ancestral et le bouddhisme tantrique d’origine indienne a enfanté une spiritualité subtile, assez méconnue. Vingt-six contes, autant de leçons de vie qui mettent en scène aussi bien le petit peuple que de grandes figures légendaires (le yogi Padmasambhava, l’apôtre du bouddhisme au Tibet, la... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Kawane
  22 février 2015
C'est un livre magique,superbement illustré à emporter partout avec soi, à déguster assis au sommet d'un montagne,ou appuyé contre un bel arbre, sur une dune accompagné de la musique des vagues...dans vos bulles de détente et lieux de prédilection !
A lire et à relire à toutes heure ou période de la vie........
Commenter  J’apprécie          60

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
DanieljeanDanieljean   30 septembre 2015
Au bord d'un étang - Conte tibétain !

Dans la fourmillière d'un vaste monastère, il y avait un vieux moine discret, humble, un sans-grade, un obscur parmi les obscurs, un rien farfelu. Ses confrères le tenait pour un ignare, doublé d'un illuminé dans le sens commun, et non boudhiste, de simple d'esprit. Il faut dire que malgré toutes les années passées à l'ombre des murs du monastère, il ne brillait pas par son érudition. Le vétéran boudait en effet la lecture des textes sacrés et, à la belle saison, passait le plus clair de son temps au bord d'un étang constellé de lotus, bercé par le murmure du vent, la psalmodie des insectes et le chant des oiseaux. Il y méditait distraitement assis sur un rocher, sous le monumental parasol d'un vieil arbre.

Par un bel après-midi d'été inondé de soleil, un groupe de jeunes moines partit faire le tour de l'étang. C'est alors qu'ils purent observer avec stupéfaction, la manière fort découssue que l'ancien avait de méditer. Il ne se passait pas cinq minutes sans qu'il se penche pour troubler le miroir liquide avec une brindille. Il allait même parfois jusqu'à se lever pour faire quelques pas une branche à la main, avec laquelle il tirait une feuille d'arbre hors de l'eau. Son curieux manège fit rire ses cadets qui entreprirent de lui donner une leçon sur la méditation.

- Ne serait-il pas préférable de vous recueillir les yeux fermés afin de ne pas être distrait par le spectacle du monde ?

- Comment espérer atteindre une haute réalisation spirituelle si vous bougez sans cesse ? Vous ne pouvez pas stabiliser votre esprit ni laisser le prana circuler harmonieusement dans les canaux subtils.

- C'est vrai, prenez exemple sur le Boudha qui a obtenu l'Éveil suprême en demeurant immobile sous l'arbre de l'illumination.

Le vieux moine s'inclina pour les remercier de leurs conseils et, tout en leur montrant un insecte qu'il venait de repêcher avec une brindille, il leur dit, un sourire désarmant aux lèvres :

- Vous avez sans doute raison, mes jeunes frères. Mais comment pourrai-je méditer sereinement s'il y a autour de moi des êtres vivants en train de se noyer ?

La bande des cadets resta interloquée. Il y eut un long silence puis l'un d'eux, rompu aux joutes métaphysiques et voulant à tout prix sauver la face, répliqua :

- Vous devriez vous retirer dans une grotte pour vous consacrer à votre propre salut. Ne vous souciez pas trop du destin des autres. Laissez faire l'ordre naturel du monde. Chacun récolte le résultat de ses actes antérieurs. Telle est la loi du karma.

Et, sur ces paroles sentencieuses, les donneurs de leçons se drapèrent dans leurs toges monastiques et s'éloignèrent. Ils gagnèrent une passerelle qui enjambait l'étang. C'est alors qu'au beau milieu de la traversée, l'un d'eux glissa sur une planche moussue et tomba à l'eau. Le malheureux, qui n'était autre que le discoureur karmique, pataugeait parmi les nénuphars, visiblement en train de se noyer. L'étang était profond à cet endroit. Ce fut l'affolement général, aucun moine ne savait nager.

Le vieil original, son infatigable sourire aux lèvres, se leva d'un bond, prit une branche et, comme elle n'était pas assez longue, il se mit à marcher sur l'eau. Sous le regard médusé des jeunes moines, il crocheta le candidat à la noyade et le tira jusq'à la berge sans même mouiller les pans de sa robe rapiécée.

L'histoire miraculeuse fit le tour du monastère. On tenait désormais le vieux pour un saint, un bodhisattiva caché, un Boudha vivant. Il en prit ombrage car il ne supportait pas d'être un objet de dévotion. Il gagna une autre province où il se cacha dans le fourmillière d'un vaste monastère.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
KawaneKawane   22 février 2015
LA CANINE DU BOUDHA

Dans une bourgade du Tibet central vivait un marchand qui s'était notablement enrichi en commerçant avec l'Inde. Il menait tous les ans aux beaux jours une caravane de trente beaux yacks chargés de laine,de sel, de turqoises,de lapis lazuli, et s'en revenait avant la chute des premières neiges avec une cargaison d'épices, de thé et de cotonnades. Rien de bien original car c'est la base du commerce que d'exporter ce dont regorge un pays et d'y importer ce qui est rare,et vice versa.
Mais à la plupart de ces riches confères,malgrè les dangers d'un si long voyage à travers des cols escarpés, infestés de bandits et de démons, notre marchand faisait le déplacement. Il ne laissait à personne d'autre le soin de marchander. Il était en effet un négociateur redoutable et se méfiait des commissions occultes que prend tout intermédiaire..ce qui augmentait considérablement ses bénéfices. Sa pieuse mère qui ne lâchait jamais son moulin à prières, lui faisait promettre à chacun de ses départs de lui rapporter une relique de la Terre Sainte des Boudhistes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
ShambalahVeggieShambalahVeggie   05 août 2012
"Les épreuves révèlent les cœurs comme les coups du pic cassent la gangue du minerai, dévoilant alors le diamant ou le charbon" (p.139)
Commenter  J’apprécie          110
KawaneKawane   22 février 2015
Et c'est bien connu, quand la parole s'est envolée,même le plus habile chasseur ne peut la capturer.
Commenter  J’apprécie          30

Video de Pascal Fauliot (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Pascal Fauliot
A propos des contes avec Pascal Fauliot et Patrick Fischmann (extrait)
autres livres classés : tibetVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Jésus qui est-il ?

Jésus était-il vraiment Juif ?

Oui
Non
Plutôt Zen
Catholique

10 questions
1319 lecteurs ont répondu
Thèmes : christianisme , religion , bibleCréer un quiz sur ce livre